Editorial: ou il est démontré que les marchés boursiers reposent sur un mythe quasi fondateur. La bourse fonctionne sur un non-su.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

11 mars 2021

Plus les cours des actions grimpent, plus leur future rentabilité se réduit : un « détail » que les investisseurs ont tendance à ignorer… mais qui va leur coûter très cher.

La hausse des prix des actifs financiers ruine la rentabilité future et pourtant la hausse attire les gogos, tout comme le passage du gagnant du Loto à la télévision attire les joueurs.

Les autorités ont un besoin forcené de soutenir les indices boursiers – et de les soutenir à moindre frais bien sûr. Leur pratique verbale consiste donc à sans cesse tracer, promettre des continuités. « Les taux bas vont durer longtemps, pas question de stopper les QE, pas question de taper, il n’y a pas de risque d’inflation autre que temporaire ». La machine fonctionne par prolongation/prolongement de tendances, par extrapolations.

L’intelligibilité du monde est un schema, une forme , un cadre qui repose sur la continuité et la répétition. Elle est temporaire et idéologique . La continuité est un mythe de la pensée positive , mythe qui est utile pour tromper les peuples, les citoyens, les participants aux marchés: on les place dans le présent, dans le court terme afin que le long terme leur échappe.

Exemple de rupture , forte, cassure d’une tendance de longue durée:

Si vous m’avez compris, vous savez que le pari structurel, c’est la continuité – c’est-à-dire le mensonge, puisque l’Histoire nous apprend que périodiquement, plus ou moins régulièrement, les choses changent. Il n’y a jamais de cygne noir, non – ce qu’on appelle cygne noir, c’est l’incapacité de l’intelligence à appréhender le réel.

L’histoire est faite de ruptures, grandes et petites. Le monde, l’histoire sont fractals.

Je soutiens que la racine de l’autorité des illusionnistes et autres apprentis sorciers réside dans le mensonge, dans cette affirmation de continuité. Cette autorité s »alimente du principe du recours à l’évidence car ce que l’on voit c’est ce qui existe, c’est le présent, c’est le court terme? Le principe du recours à l’évidence -trompeuse- est a la racine de la communication des sujets qui gouvernent.

Note en passant je vous conseille la lecture d’un ouvrage de Kojève qui traite de l’autorité, de ses rapports avec la force, la soumission, cet ouvrage aide, malgré ses limites à comprendre la periode actuelle.

Cette affirmation va dans le sens de ce que souhaitent les peuples. C’est un biais. Ils veulent que le monde soit continu, reproductible, que tout soit éternel et prolongeable à l’infini.

Ils veulent un monde divin, parfait, dont a été bannie la discontinuité suprême, la mort. Un monde, comme je le dis souvent, faustien, de miracle, où l’homme échappe à sa condition et à sa finitude… en échange de son âme.

Un monde financier condamné

Par construction, le monde financier actuel est condamné. Il constitue un pari sur l’infinitude, sur la possibilité d’accumuler sans fin, la possibilité de diverence infinie entre le monde économique réel et le monde imaginaire de la finance. Sa pratique monétaire et financière actuelle n’est possible que si et seulement si l’économie va mal, si la croissance est absente, si les gens ont peur, s’ils sont frileux, si la demande est faible, si l’inflation des prix des biens et services est modeste sinon inexistante.

Le dispositif n’est possible que dans une situation donnée et sitôt que cette situation évolue, il va devenir intenable, en particulier les taux d’intérêt ultra-bas.

La réussite éventuelle inclut la certitude de l’impossible maintien de la politique monétaire et financière. Elle inclut aussi la nécessité de la hausse des taux, du resserrement des conditions monétaires et financières, et bien sûr la révulsion de marchés chamboulés par des rendements neufs supérieurs aux rendements anciens, ce qui force à les liquider.

L’anchoring (ancrage) dont nous parlions hier nie le réel en ceci qu’il nie les effets de seuils, les effets de stocks, et affirme que tout est flux, que tout est fluide, tout est un long fleuve tranquille. Avec l’anchoring, il n’y a jamais de goutte d’eau qui fait déborder le vase, jamais de fétu de paille qui brise le dos du chameau etc.

Qu’est-ce que l’ancrage des anticipations de hausse des prix dont parle sans cesse la Fed ?

C’est l’anchoring dont je vous parle, c’est le fait que les opérateurs ont tendance à considérer que demain sera comme aujourd’hui.

Ancrage de l’inflation

L’ancrage des anticipations inflationnistes qu’essaie de réaliser Jerome Powell depuis quelques jours, c’est l’alimentation, le renforcement de la structure d’anchoring qui fait le fond des marchés, c’est-à-dire leur rigidification de telle façon que les anticipations soient en retard sur les perceptions, et que les perceptions soient en retard sur les signes du changement qui se profile.

Ainsi l’anchoring ne prend jamais en compte le niveau atteint par les valorisations boursières : s’il en tenait compte, il introduirait un « avant » et un « après », c’est-à-dire une rupture, une limite. Avant un certain prix, on a encore une rémunération positive – et après, on passe de l’autre côté, on a une rémunération négative.

Le zéro est le problème des apprentis sorciers. La borne du zéro pour les taux d’intérêt leur pose bien sûr problème car c’est une discontinuité majeure . Elle est contraire au bon sens : pourquoi accepter une rémunération négative de son effort d’épargne ?

Ce que personne ne voit, c’est que lorsque les autorités et Robert Shiller – prix Nobel d’économie – disent que les taux bas justifient des valorisations levées pour les actions, ils ne disent rien d‘autre que ceci : le fait que les obligations ne rapportent rien va entraîner des arbitrages entre actions qui rapportent plus et obligations qui ne rapportent rien… Et ces arbitrages dureront jusqu’à ce que les actions finissent elles aussi par …ne rien rapporter.

Comme le dit l’économiste John P. Hussman, dire que la rémunération zéro sur les obligations justifie les prix surévalués des actions équivaut à dire que « le fait que vous ayez un œil crevé justifie que vous vous creviez le deuxième ».

Mais autant sur les obligations, les épargnants et investisseurs ont conscience du fait qu’ils ne vont pas être rémunérés, autant sur les actions, cela leur échappe !

Ils ne se rendent pas compte que plus les cours montent plus la rentabilité future baisse et, à partir d’un certain stade, elle devient négative avec des cours qui finiront par s’effondrer.

Le zéro sur l’obligataire induit une perception de la discontinuité tandis que le zéro sur les actions est masqué par la possibilité apparemment infinie de hausse des cours.

Sur les actions, les arbres montent jusqu’au ciel. Elles mettent de la continuité apparente sur une discontinuité réelle. D’où… leur intérêt spéculatif, leur fonction d’appâts pour les gogos, et la volonté jamais démentie des autorités d’en faire acheter à mauvais escient aux malheureux citoyens.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

Une réflexion sur “Editorial: ou il est démontré que les marchés boursiers reposent sur un mythe quasi fondateur. La bourse fonctionne sur un non-su.

  1. Je peux me tromper, mais en 2009 j’ai largué mon assurance vie et je suis passé sur l’or car je pensais que ce type de produit était sécurisé et rentable mais que la crise financière allait faire naître une course accélérée vers l’entropie du Système financier et l’Histoire nous a démontrée que des marqueurs événementiels majeurs devaient nous amener à réfléchir et étudier posément la direction de ces changements mais aussi « à pénétrer » en quelque sorte la valeur technique et morale des stratégies du binôme banques centrales/gouvernements.

    Considérant, le caractère entropique mais particulièrement résilient du Système et ce par quoi l’inconscient collectif répondait aux artifices des prestidigitateurs, j’en arrivais à la conclusion que si ils se pensaient les « maîtres du temps » ils n’étaient en fait et en vertu que les « maîtres de la durée » car il me semble qu’il faut lire notre réalité à la fois sous l’angle de la thermodynamique, de la philosophie, de l’anthropologie et de l’Histoire ce qui rejoint ce que vous dites: « Par construction, le monde financier actuel est condamné. Il constitue un pari sur l’infinitude, sur la possibilité d’accumuler sans fin, la possibilité de divergence infinie entre le monde économique réel et le monde imaginaire de la finance ».
    Or, nous savons que l’infinie touche au sacré là ou le profane, lui, se projette et y alimente son hybris pour s’y forger une foi aveugle que nourrit son imaginaire fantasmatique par le pole attracteur, émulateur et éprouvé de l’Ego au travers du désir. Désir -comme « force » et « tension »-qui devient échevelé, sans borne et qui empreinte tout à l’idéal de puissance en vue de quoi la jouissance est un opium. La manne a pour les envieux, d’agir en force captive, elle ouvre d’abord l’appétit sans qu’on puisse éprouver la satiété car l’insondable tension de l’esprit et du corps mène la danse et pousse au festin… mais c’est connu, le diable courtise les Âmes qui s’y laissent entraîner et happer… Voir Faust et Méphisto.
    Plus ils obtiennent, plus ils en veulent et l’entrainement suit la cadence du désir dans l’aveuglement du piège qui se referme… Ils sont « dans la bouteille » comme vous nous le rappelez si bien et le vent sulfureux souffle en elle et leur livre cette lancinante musicalité si rassurante et que tous écoutent religieusement en s’y laissant bercer et rever… L’enchantement opère.

    Assurément, « l’infinie » se confond avec le sentiment de puissance car même si certains savent que tout festin aura bien une fin… derrière l’impénétrable horizon, ils pensent tous pouvoir malgré tout, car ils se pensent meilleurs et plus fins que tout autre, sortir de table avant la grande débandade, l’exit.
    La sortie est si étroite et la foule trop dense… La peur les prendra aux tripes puis les achèvera dans la panique. S’il est aussi une histoire récurrente, c’est bien celle-là, une fractale de la pensée collective et narcissique par le jeu sempiternel des passions dominantes… Passions dionysiaques.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s