L’inflation est déjà là. Pour l’instant c’est l’inflation par les coûts, par goulots d’offre ensuite…

J’insiste sur l’inflation car j’ai dans l’idée que ce sera le thème majeur sitôt que la crise sanitaire sera sous contrôle.

Pour l’instant l’inflation se voit dans les coûts à cause des goulots d’étranglement , et Powell s’en tient là.

Des goulots qui se generalisent

Dans un second temps ce sera l’inflation par les profits, les firmes vont chercher à augmenter leurs marges bénéficiaires; puis, les conditions monétaires et financières étant très laxistes, il y a un risque d’entrainement sur la demande; et enfin la fameuse échelle de perroquet entre les prix et les salaires se mettra en branle.

Les conditions de l’inflation monétaire se mettent en place.

Mon idée est que Powell prend sciemment le risque inflationniste, il y voit une opportunité de rattrapage du passé.

Le bilan de la Fed a doublé en seulement 79 semaines pour atteindre 7,694 trillions. 

le gouvernement fédéral est en train de créer des années consécutives à plus de 3,0 trillions de déficits. 

Le crédit chinois («financement global») a augmenté d’un montant sans précédent de 5,4 trillions l’année dernière, puis a ajouté un autre trillion de dollars au cours des deux premiers mois de 2021.

Sur une base mondiale c’est sans précédent: les bilans des banques centrales explosent de manière agressive, tandis que les gouvernements déchainés enregistrent des déficits massifs.

Les prévisions annoncent une croissance du PIB américain de 8,0% en 2021, avec une expansion chinoise modérément plus lente. 

Alors que l’économie mondiale est sur le point de se redresser, je ne suis pas certain que les gouvernements trouveront la détermination nécessaire pour retirer de manière significative les mesures de relance monétaire et budgétaire sans précédent qu’ils ont prises. 

Sans que cela soit avoué, il y a une intention plus ou moins concertée de forcer l’inflation pour réduire le poids des dettes.

18 mars – Bloomberg:

«La dernière enquête de la Federal Reserve Bank of Philadelphia sur auprès des usines a montré que les conditions dans la région ont bondi en mars pour atteindre leur plus haut niveau depuis 1973. Les commandes et les expéditions se sont améliorées, tandis que les prix payés pour les matériaux ont grimpé en flèche à un sommet de 41 ans. 

L’indice général d’activité a bondi de 28,7 points à 51,8… Cela a largement dépassé toutes les prévisions… L’indice des prix payés relevés par la banque fédérale est passé de 54,4 à 75,9, tandis qu’un indice des prix reçus par les fabricants de la région a augmenté de 15,1 points à 31,8 en mars.

 Davantage d’usines ont signalé une augmentation des commandes, des expéditions et du nombre d’employés. L’indice des commandes reçues était le deuxième plus élevé depuis 1968. »

15 mars – Bloomberg

«Les fabrications à New York ont enregistré leurs plus fortes hausses en mars depuis novembre 2018. Un nombre croissant d’usines de l’État ont déclaré payer plus cher pour les matériaux qu’ils achetaient et facturer leurs productions à des prix plus élevés. 

L’indice des conditions générales des affaires de la Federal Reserve Bank of New York est passé à 17,4 contre 12,1 un mois plus tôt… Les prix payés pour les matériaux ont augmenté de 6,6 points à 64,4, tandis qu’une jauge des prix reçus a légèrement augmenté de 0,8 point à 24,2 – tous les deux sont les plus élevés depuis mai 2011

De plus en plus de fabricants ont également déclaré qu’ils s’attendaient à une augmentation des coûts des intrants et des prix reçus au cours des six prochains mois. »

18 mars – Wall Street Journal :

«Les problèmes de la chaîne d’approvisionnement se sont aggravés partout dans le monde pour les fabricants , cela va des voitures et des vêtements aux revêtements de maison et aux conteneurs d’aiguilles médicales.

Les retatds ont aggravé les problèmes pour les fabricants alors qu’ils sont déjà en proie à des perturbations pandémiques. Toyota Motor Corp., Honda Motor Co. et Samsung Electronics Co. ont été les dernières sociétés multinationales à signaler des difficultés, les deux constructeurs automobiles ayant annoncé mercredi qu’ils arrêteraient la production dans les usines d’Amérique du Nord. Toyota a cité une pénurie de produits pétrochimiques, dont la fabrication a été entravée par le gel du Texas le mois dernier. Honda a souligné une combinaison de problèmes de port, de pénurie de semi-conducteurs, de problèmes liés à une pandémie et de conditions météorologiques paralysantes aux États-Unis.

18 mars – Bloomberg :

«Lorsque Samsung Electronics Co. dit qu’il existe un ‘grave déséquilibre entre l’offre et la demande’ de puces, il ne fait aucun doute que nous sommes confrontés à une grave pénurie de semi-conducteurs. 

L’avertissement du plus grand fabricant de smartphones au monde – et également un grand producteur de puces – fait écho à la récente litanie de plaintes des constructeurs automobiles, des fabricants de pièces automobiles et d’électronique ainsi que d’autres sociétés de microprocesseurs. 

Les données des plus grands fabricants de puces continuent de montrer que les délais dans les usines s’allongent pour les produits à tous les niveaux. En moyenne, on est passé de 10 semaines à environ 17 semaines pour certains types de microprocesseurs au cours de la dernière année…

De plus, environ 75% de toutes les pièces semi-conductrices ont globalement augmenté leurs délais de livraison… Les chiffres d’utilisation de la capacité restent élevés… Et il existe une variété de puces dont les délais de livraison peuvent atteindre 52 semaines. Si vous avez besoin de différents types de puces dans votre voiture, votre téléphone ou votre écran plat, les problèmes se multiplient. »

14 mars – Wall Street Journal

: «Les ventes de Honey-Can-Do International LLC montent en flèche, alors que les Américains qui sont à la maison se procurent les étagères, les étagères et autres articles ménagers de la société de la région de Chicago. Mais les fabricants sous contrat de la société en Chine et en Asie du Sud-Est sont tellement occupés qu’ils ont du mal à répondre à une demande «  exceptionnellement élevée  » …

Les pénuries sont les plus aiguës et potentiellement coûteuses dans l’offre de semi-conducteurs, dont la demande a augmenté à mesure que les travailleurs ont acheté de nouveaux ordinateurs portables et d’autres appareils électroniques pour transformer leurs maisons en bureaux. 

Mais des enquêtes auprès des fabricants indiquent que l’allongement des délais de livraison – signe que la capacité est sous tension – est désormais un problème quasi omniprésent. 

La société de données IHS Markit a indiqué que les délais de livraison mondiaux étaient les deuxièmes plus longs jamais enregistrés en février… »

17 mars – Wall Street Journal :

«Les prix montent en flèche pour les matières premières utilisées pour construire les maisons américaines. 

Le bois d’œuvre, l’un des plus gros coûts de construction résidentielle après le terrain et la main-d’œuvre, n’a jamais été aussi cher et représente plus du double du prix habituel pour cette période de l’année. 

Le pétrole brut, un point de départ pour la peinture, les tuyaux de drainage, les bardeaux de toiture et les planchers, a grimpé de plus de 80% depuis octobre. 

Le cuivre, qui transporte l’eau et l’électricité dans toutes les maisons, coûte environ un tiers de plus qu’à l’automne. 

Les prix du granit, de l’isolant, des blocs de béton et de la brique commune ont tous atteint des records en 2021…

Les cloisons sèches et les carreaux de céramique ont également grimpé.

18 mars – Bloomberg:

«Pour tous ceux qui recherchent des exemples d’inflation de nos jours, les matières premières sont un bon point de départ. 

Le cuivre, l’acier – même le bois d’œuvre – sont proches ou à des niveaux records. 

Et il en va de même pour les plastiques, qui sont souvent négligés mais qui sont en train de crever les plafonds en ce moment . 

Bien qu’ils soient les éléments constitutifs de milliers de produits de tous les jours, les plastiques et leurs ingrédients chimiques ne se négocient pas sur les principales bourses de produits de base, et les mouvements de prix importants sont en grande partie invisibles pour le monde entier. 

Pourtant, le polychlorure de vinyle, ou PVC, est au milieu d’une reprise spectaculaire, tirée par une combinaison de rebond de la demande mondiale des consommateurs et d’interruptions de production à la suite du gel du mois dernier au Texas.

16 mars – Bloomberg:

«Le monde est au bord d’une nouvelle vague inflationniste qui pourrait forcer la Réserve fédérale à relever les taux plus tôt que prévu, selon le co-directeur des investissements du plus grand hedge fund du monde. 

L’approche «  extrême  » de la relance budgétaire de l’administration Biden semble sur le point de faire grimper les prix à la consommation tout en menaçant le marché des obligations et des actions, a déclaré Greg Jensen de Bridgewater Associates … c’est un changement séculaire, pas une réaction excessive à ce qui se passe », a déclaré Jensen. «Les conditions économiques et l’inflation s’ajusteront plus rapidement que ne le prévoient les marchés ou la Fed.» »

En prime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s