Document: interview de Issing qui éreinte la BCE .

L’ancien économiste en chef de la BCE, Otmar Issing, critique durement la récente décision de la Banque centrale européenne (BCE) d’augmenter temporairement le rythme des achats d’obligations en raison de la hausse des rendements des emprunts publics dans la zone euro.

 « Je pense que l’attitude de la BCE se contredit », déclare Issing dans un entretien avec le Börsen-Zeitung: « La BCE devrait se féliciter de la hausse des rendements au lieu de la contrecarrer. »

Image

La raison de la hausse des taux est également une hausse des anticipations d’inflation. – qui est l’objectif de la BCE pour plus d’inflation venant vers vous. 

De plus, la hausse de l’inflation réduit le taux d’intérêt réel: «Les conditions de financement sont devenues encore plus favorables».

Issing considère également la décision comme cruciale au regard de l’interaction entre la politique monétaire et budgétaire et l’interdiction du financement monétaire par l’État. «La domination budgétaire est depuis longtemps une réalité de facto», dit-il. 

Les gouvernements de la zone euro comptent depuis longtemps sur les banques centrales pour maintenir les taux d’intérêt à long terme bas. 

La BCE achètera vraisemblablement toute la nouvelle dette nette des gouvernements dans la zone euro cette année et son comportement renforce l’impression que même de petites hausses des taux d’intérêt sont un mal et conduisent à un retour de bâton de la politique monétaire.

 «La BCE se rapproche de plus en plus de la limite du financement monétaire de l’État, ce qui est interdit par le traité de l’UE», dit Issing.

Issing met également en garde contre la sous-estimation du risque d’une hausse plus longue et plus forte de l’inflation. 

Cela s’applique en particulier aux États-Unis. 

Là, la nouvelle stratégie de la Réserve fédérale américaine, avec plus de tolérance à une inflation plus élevée, répond désormais à une politique budgétaire extrêmement expansive. « C’est une situation extrêmement explosive », dit Issing: « Malheureusement, on peut douter de la capacité de la Fed a arrêter le processus d’inflation qui est prévisible prévisible de manière opportune et résolue. »

Interview a Boersen Zeitung.

https://www.boersen-zeitung.de/ex-chefvolkswirt-issing-kritisiert-ezb-entscheidung-98516ece-8bdd-11eb-b968-394402071204

Une réflexion sur “Document: interview de Issing qui éreinte la BCE .

  1. Issing est un malvoyant qui crache dans la soupe de la BCE car il n’a pas compris l’ampleur des dégâts : l’Europe est un Ponzi (contrairement aux USA qui ont les moyens de leur endettement).

    -Rendements ou pas, le vrai sujet est que l’argent doit rester gratuit pour rouler les monceaux de dettes présentes et à venir.

    -Les actions ne doivent pas baisser car cela déclencherait une fuite devant le papier, un bank run.

    « Ils ont brûlé les vaisseaux », n’est-ce pas Mr Bertez 🙂

    Il semble que les Allemands soient pris au piège de l’Euro et qu’eux même ne puissent plus faire marche arrière.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s