Virus: vers une théorie officielle du complot chinois!

Dés le début de la pandémie, ZH a publié une étude détaillée et apparemment scientifique qui attribuait l’origine du virus à des manipulations humaines plus ou moins volontaires sinon mal intentionnées. J’avais trouvée cette étude bien ficelée.

ZH n’a pas été suivi et a même été mis à l’index par les organes mainstream pour cette publication peu conformiste. ZH a été agoni de l’injure: complotiste.

Voici que la question de la véritable origine du virus est à nouveau posée.

Elle a plus de chance de retenir l’attention que les USA, l’OTAN et les vassaux européens ont lancé une grande offensive de propagande pour ternir l’image positive que la Chine s’est créée à la faveur de la crise sanitaire.

Ecoutons Eric Verhaege du Courrier des Stratèges.

Le COVID s’est-il échappé d’un laboratoire de Wuhan ? Cette hypothèse maintes fois émise malgré la version chinoise du passant mordu par un pangolin mordu par une chauve-souris, semble beaucoup inspirer le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. 

Un enjeu de propagande essentiel pour la Chine

Les propos du docteur Tedros, prononcés à l’occasion de la présentation du rapport officiel de la mission envoyée en Chine par l’OMS pour enquêter sur l’origine du virus, constituent un véritable pavé dans la mare. Cette mission a déclaré que l’accident de laboratoire était très peu probable (et le seul fait qu’elle ne l’ait pas exclu est en soi un signal). 

La presse mainstream s’est empressée en France de reprendre cette affirmation sans nuance, servant de façon curieuse la thèse chinoise officielle. Nous avons déjà évoqué les conflits d’intérêts de cette mission mise sous surveillance par les Chinois. Les enquêteurs de l’OMS n’ont d’ailleurs pas pu interviewer les habitants présents à Wuhan au début de l’épidémie, pas plus qu’ils n’ont eu accès à toutes les souches possédées par le laboratoire P4, ce qui n’a pas permis de vérifier si ce fameux laboratoire était ou non en possession du COVID 19 avant le début de la pandémie (ce qui changerait, tout, bien évidemment).

On comprend pourquoi la Chine contrôle l’accès à l’information : le pays ne veut pas être accusé d’être à l’origine d’une pandémie dont il sort renforcé, et dont l’Occident sort affaibli. 

Les doutes explicites du directeur général de l’OMS

Face aux affirmations de la mission d’enquête, le directeur général de l’OMS n’a pas caché ses doutes :

In my discussions with the team, they expressed the difficulties they encountered in accessing raw data. I expect future collaborative studies to include more timely and comprehensive data sharing.

(Dans mes discussions avec l’équipe, les enquêteurs ont fait part des difficultés qu’ils ont rencontré dans l’accès aux données brutes. Je souhaite de nouvelles missions collaboratives qui permettront un partage de données plus immédiat et sincère). 

Et paf ! premier tacle contre le contrôle chinois de l’information. 

Et il ajoute :

Although the team has concluded that a laboratory leak is the least likely hypothesis, this requires further investigation, potentially with additional missions involving specialist experts, which I am ready to deploy.

(Bien que l’équipe ait conclu que l’accident de laboratoire soit une hypothèse très peu vraisemblable, ceci demande des investigations plus approfondies, potentiellement avec une nouvelle mission impliquant des experts spécialisés, que je suis prêt à envoyer).

On comprend donc que les membres de la mission envoyée en Chine n’étaient pas des experts spécialisés…

Toujours pas d’explication officielle sur l’origine du virus

Une chose est sûre à ce stade, la mission envoyée en Chine n’a toujours pas retrouvé le patient zéro, et n’a pu conclure à une origine sûre et convainquante. 

Les doutes exprimés à haute voix par le directeur général de l’OMS en disent long sur sa conviction intime. Même si la Chine ne veut pas le reconnaître, les soupçons autour d’un accident de laboratoire se confirment tellement que même le Monde s’en fait l’écho

3 réflexions sur “Virus: vers une théorie officielle du complot chinois!

  1. A ce sujet, l’analyse de Mme Henrion-Caude, généticienne, ex directrice de l’Inserm, aujourd’hui directrice de l’institut de recherche Simplissima, qui fait de la recherche depuis une douzaine d’années sur l’ARN, me parait intéressant.
    La vidéo de son interview par le magazine Nexus se trouve ici :

    Elle nous explique que le mécanisme ( la « porte d’entrée ») qui permet au virus du Covid d’infecter l’Homme n’est pas naturel et qu’il a fait l’objet d’un brevet américain qui est téléchargeable à partir du lien suivant :

    Cliquer pour accéder à US7223390.pdf

    La chercheuse souligne également que si le mécanisme pouvait se trouver dans la nature, il ne serait évidemment pas brevetable, la demande de brevet aurait été rejetée.
    Ce mécanisme est applicable à d’autres virus que celui du Covid.

    La séquence brevetée est idéalement située, et située non seulement afin d’ouvrir la porte, mais aussi comme l’avait défini le brevet.
    A 3:38 de la vidéo, elle dit :
    « L’idée de porter la séquence qu’on clive à la furine dans une protéine membranaire virale est protégée par le brevet ».

    Du reste, depuis un an que l’humanité subit cette pandémie, je crois que nous avons assez de recul pour se rendre compte que sa dangerosité réelle est sur exagérée, sur amplifiée par les gouvernements, et que certains chiffres sont gonflés.
    Par exemple, ce virus du Covid n’est pas plus dangereux, pas tellement plus mortel que l’était celui de la grippe de Hong Kong à la fin des années 60.

    Que je sache, à cette époque, les pouvoirs publics ne s’étaient pas affolés comme aujourd’hui.
    En particulier, ils n’avaient pas créé de passeport sanitaire, pas confiné en masse, pas fermé les commerces non essentiels, les cinémas, pas contraint les citoyens à se déplacer avec des attestations, des justificatifs de domicile, etc…
    Les gouvernements réagissent tous ( ou presque) de concert comme si ce virus était aussi dangereux que celui d’Ebola.

    Cette unanimité à réagir de façon disproportionnée me parait étrange, surréaliste.
    Les médicaments qui sont efficaces lorsqu’ils sont pris à temps sont systématiquement rejetés.
    Le professeur Raoult est attaqué par l’Ordre des médecins.

    Se pose alors, mais ce n’est que mon avis, la question de l’instrumentalisation de cette pandémie.
    Nous savons que depuis la crise de 2008, les banquiers ont inondé le système monétaire de liquidités afin de lutter contre les pressions déflationnistes, sans succès jusqu’à une date récente, où il semblerait que l’inflation tant recherchée et tant désirée pointerait son nez.

    Actuellement, le système monétaire fonctionne comme un surgénérateur de dettes.
    L’unique solution pour sauver les Etats, banques, entreprises, et particuliers surendettés, c’est
    une forte inflation, voire une hyperinflation.

    En Allemagne sous Weimar, et plus récemment au Venezuela ou au Zimbabwe, aucune banque n’a déposé le bilan, bien au contraire, les systèmes bancaires s’accommodent bien de l’hyperinflation. Les Etats surendettés aussi.

    Dès lors que la planche à billets à manifestement échoué à débarrasser le système des pressions déflationnistes, perdu pour perdu, pourquoi ne pas instrumentaliser le virus de façon à provoquer un choc négatif de l’offre ?

    En conjuguant savamment l’impression monétaire et la réduction forcée de la production
    (jusqu’à d’éventuelles pénuries) au moyen des mesures prises au nom de la lutte contre le Covid, dont personne ne devrait contester l’intérêt public, ne réussirait on pas à provoquer de l’hyperinflation, ou une stagflation comme dans les années 70 ?

    Pour mémoire, de 1971 à 1981, on a connu dix ans de stagflation, qui ont détruit des montagnes de dettes, jusqu’à ce que la hausse des taux jusqu’à 20 %, décidée par Volcker, n’y mette fin.

    Sauf que l’Histoire ne repasse pas les mêmes plats, et que cette fois-ci, le scénario pourrait, et même devrait, se dérouler très différemment…

    J'aime

  2. Les USA avaient refusé de construire le labP4 de WuHan en 2005 car ils estimaient que la Chine n’avait pas encore atteint le niveau requis pour maintenir les règles de sécurité nécessaires pour ce type de labo. La France, interrogée en second s’est empressée d’accepter le projet, malgré les interrogations des « services » , Chirac et Raffarin en étaient fort aise, Mérieux était partie prenante mais s’est désengagé en 2015, pour de bonnes raisons.
    Et des entreprises d’autres pays ont financé des recherches au WuHan lab en raison de l’excellence des équipes chinoises et du moratoire sur la recherche de « gains de fonction » sur quelques virus ordonné par Obama en 2014
    De ce fait, il y a beaucoup de monde un peu partout pour trouver tout à fait judicieux que le virus soit malencontreusement tombé d’une chauve souris qui passait par là . Haro sur le baudet… et sur le bat, et sur le bat!
    Cordialement

    J'aime

  3. Le Prof Luc Montagnier , est un pro en bidouillage de virus , ce n’est pas pour rien qu’il est prix Nobel et derrière l’histoire de la découverte du virus du sida (histoire bien étrange ce virus mais c’est un autre sujet bien qu »il faille noter que les protagonistes soit les mêmes que pour le c19 tiens donc ) .Ce Monsieur n’a plus rien à prouver , il a déclaré que ce virus comporte des traces cicatriciel , qui ne peuvent qu’être le résultat de manipulation humaine . Un probable essai de vaccin contre le sida qui s’est échapper d’après lui , un coronavirus aurais été choisi car ils sont de parfait véhicules , tellement parfait que le bb à trouver le moyen de se faire la malle .

    J'aime

Répondre à Digival Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s