L’inconnue de la croissance future; la Chine freine déjà, chute du credit impulse

Le FMI prévoit une forte reprise économique. 

L’hypothèse est que le virus peut être contrôlé à un point tel que les verrouillages et la distanciation sociale ne sont plus nécessaires. Ceci est principalement dû aux campagnes de vaccination.

Cette reprise est considérée comme plus forte que prévue, mais cela ne prouve que la médiocre qualité des prévisions!

La plupart des grandes économies, du moins dans les pays avancés, devraient (plus ou moins) atteindre le niveau de PIB réel de la fin de 2019 d’ici la fin de cette année. 

L’Europe devrait être légèrement à la traîne, tandis que les États-Unis se redressent plus fortement. 

Cependant, la situation dans ce que l’on appelle les pays du Sud, ou «économies émergentes», est différente. L’Inde et d’autres pays sont dans une situation terrible.

Les États-Unis, avec la Chine, sont l’un des pays qui semblent en passe de se redresser le plus rapidement. C’est en partie à cause des gros déficits fiscaux de l’administration Biden: elles ont réduit les pertes de revenus et fourni de l’argent gratuit aux entreprises. 

La grande question est cependant de savoir dans quelle mesure cela sera efficace et surtout durable. N’oublions pas que les pertes de revenus gagnés ont été compensées par les distributions d’argent public, mais que celles ci vont disparaitre.

Si le FMI dit que nous aurons une forte croissance, c’est principalement grâce à l’ouverture des économies. Si une partie substantielle d’une économie a été fermée et peut maintenant rouvrir, il y aura évidemment un fort rebond. C’est mécanique .

L’administration Biden essaie de faire passer un énorme programme d’infrastructure par le Congrès américain pour stimuler l’économie et créer des emplois. Deux mille milliards de dollars semblent être beaucoup d’argent à première vue, mais si vous l’étalez sur cinq à dix ans, le stimulus ne représente alors qu’un demi-pour cent de la production économique américaine chaque année.

Le paquet de Biden donnera donc à l’économie américaine une accélération, mais ce ne sera pas suffisant pour stimuler la croissance à long terme. 

La question centrale est de savoir si le faible taux de croissance pré-pandémique reprendra; et à cela personne n’a de réponse. Les marchés sont totalement inefficaces pour prédire le futur puisqu’ils sont faussés et manipulés et la science économique a un historique de prévision lamentable.

Mon pronostic personnel est que les investissements de capacité et ceux stimulant la productivité seront faibles, que les salaires n’augmenteront pas beaucoup et que les emplois resteront précaires pour une grande partie des salariés.

Mais c’est sans compter sur une accélération de la fuite en avant qui serait choisie par les autorités , fuite en avant qui enclencherait une sorte d’arbitrage en faveur des biens et services et au détriment du stockage frileux de la monnaie.

En prime :

La Chine freine déjà, chute du « credit impulse »

Les métaux industriels se sont fortement repliés cette semaine. Le minerai de fer a chuté de 2,5%, le cuivre 2,0%, l’aluminium 3,0%, le nickel 3,0%, le zinc 2,6% et le plomb 3,6%. Dans les produits agricoles, le maïs a chuté de 12,1% et le blé de 7,2%.

La croissance du crédit chinois a nettement ralenti en avril. 

Le financement global a augmenté de 287 milliards de dollars au cours du mois, en baisse significative par rapport aux 523 milliards de dollars de mars; c’est près de 20% en deçà des estimations. 

La croissance d’avril 2021 a été de 40% inférieure à celle d’avril 2020.

Le financement global a augmenté de 1,882 trillions en glissement annuel, en baisse de 15% par rapport à 2020 en comparable, mais en hausse de 18% par rapport à 2019.

Les nouveaux prêts en Chine ont augmenté de 228 milliards de dollars, contre 424 milliards de dollars en mars et environ 8% en dessous des estimations. Les prêts d’avril étaient en baisse de 14% par rapport à avril 2020.

Les prêts à la consommation chinois étaient en plein essor. Mais à 82 milliards de dollars, les prêts à la consommation étaient inférieurs à la moitié de 178 milliards de dollars en mars et 21% inférieurs à avril 2020.

La croissance des prêts aux entreprises a également ralenti notablement. À 117 milliards de dollars, les prêts aux entreprises d’avril étaient inférieurs de la moitié aux 249 milliards de dollars de mars et 21% inférieurs à avril 2020.

L’agrégat de masse monétaire M2 de la Chine s’est contracté de 223 milliards de dollars en avril, après l’expansion record de 628 milliards de dollars en mars. À 8,1%, la croissance en glissement annuel M2 a été la plus lente depuis juillet 2019.

Un mois ne fait pas une tendance.  Les autorités chinoises ont fait pression pour un ralentissement des prêts, et le ralentissement était apparent dans les données d’avril. 

12 mai – Bloomberg

«Les entreprises chinoises font défaut sur les obligations locales au rythme le plus rapide jamais enregistré, alors que les autorités intensifient leurs efforts pour introduire plus de discipline financière et de transparence sur le deuxième marché mondial de la dette. J

14 mai – Bloomberg:

«Une forte baisse de l’une des obligations onshore peu négociées de China Huarong Asset Management Co. a laissé les investisseurs perplexes alors qu’ils cherchaient des catalyseurs potentiels. L’obligation locale de 19 milliards de yuans (2,95 milliards de dollars) du conglomérat financier assiégé venant à échéance en 2022 a plongé de 12,4 yuans jeudi à un niveau record de 86,15 yuans… »

12 mai – Reuters

«La Chine surveillera les changements sur les marchés étrangers et nationaux et fera face efficacement à une augmentation rapide des prix des matières premières, a déclaré le conseil d’État… La Chine intensifiera la coordination entre la politique monétaire et d’autres politiques visant à maintenir des opérations économiques stables, a également déclaré le cabinet … . La Chine est le plus grand marché au monde pour le cuivre, le charbon et le minerai de fer et les consommateurs sont confrontés à des coûts beaucoup plus élevés car certains analystes s’attendent à un «super-cycle» des matières premières. Le cabinet n’a pas précisé comment il ferait face à la hausse des prix des matières premières. »

Une réflexion sur “L’inconnue de la croissance future; la Chine freine déjà, chute du credit impulse

  1. Bonjour Mr BERTEZ,

    Je crois que la croissance future ne demeure pas une si grande inconnue que cela. Les pays ou zones en forte croissance sont des parties du monde ou le capitalisme fait encore sens. Mais aujourd’hui et c’est le cas depuis plusieurs décennies, on ne vit plus (pays OCDE) dans du capitalisme (et dire qu’en France, on lutte contre le capitalisme et les marchés c’est à mourir de rire…) puisque tous les prix sont quasi administrés à commencer par les taux que l’on maintient artificiellement bas, les QE forerver, etc… Tant que l’on n’acceptera pas les faillites et ses conséquences avec les licenciements et la nécessité de reconvertir des secteurs économiques et des parcours professionnels qui vont avec (ce qui politiquement n’est pas soutenable), la croissance ne repartira pas. A l’horizon, l’inflation a une probabilité faible d’être si menaçante que cela, elle aura même le mérite de calmer la surchauffe sur les marchés. A côté de cela on a des zombies que l’on entretient. Hier c’était les banques, aujourd’hui ce sont des pans et des secteurs économiques entiers dont on sait que le modèle économique est dépassé. Aujourd’hui on subventionne la productivité pour éviter les catastrophes. Oui il y a de l’inflation mais l’hyperinflation est peu probable tant que l’on empêche la vraie déflation de produire ses effets. Les gens n’auront aucun intérêt à fuir la monnaie tant que l’on fera gober qu’ils seront sauvés économiquement et pour être sauvés, s’il faut même sacrifier sa liberté et sa dignité, croyez moi, ils seront prêts. Et le prix de toute cette économie administrée, c’est justement l’absence de cette croissance qui dure et se tarit de plus en plus depuis plusieurs décennies et qui va probablement condamner misérablement à minima toute une génération que l’on peut déjà baptiser la génération COVID-19

    J'aime

Répondre à boubacar Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s