Un marché des capitaux puissant repose sur des profits élevés.

La pensée technocratique est une pensée fausse, elle s’élabore non à partir de connaissance du réel, mais à partir de gloses, de compilation de travaux de collègues, à partir de dossiers.

Jamais cette pensée ne se corrige, elle se perpétue.

Cela fait des dizaines d’années que je vois passer les mêmes aneries, les même stupidités qui mettent la charrue avant les boeufs, inversent les causes et effets et donc proposent des remèdes et solutions fausses aux dysfoncfionnements.

C’est le type même de pensée de l’ENARCHIE. Un air definitif pour se faire passer pour un expert , pour prononcer des imbécillités.

Les fimes européennes sont très endtétées, trop endettées et même surendettées.

Le ratio dette/fonds propres moyen des entreprises nationales cotées dans l’Union européenne est de 1,41, ce qui signifie que les entreprises européennes ont 1,41 $ de dette pour chaque dollar de fonds propres.

Elles ont des ratios d'endettement plus élevés que les entreprises des États-Unis,de la Chine, Japon et de la Corée du Sud. 

Cela fait plus de 40 ans que j'entends cette litanie du manque de fonds propres.
 
Ce fut l'argument utilisé par Bérégovoy et la conseillère de Mitterrand pour faire avaliser la dérégulation en son temps, il s'agissait de stimuler la formation de fonds propres, de développer le marché financier et de favoriser l'épargne investie en actions.

Et autres billevesées.

Ces billevesées ont beaucoup nui au capital car elles ont conduit les gouvernements successifs à lui accorder des béquilles, des avantages scandaleux, inégalitaires, dissymétriques qui le rendent profiteur, parasite et surtout non légitime car accorder des subventions directes ou indirectes au capital est une terrible erreur systémique. Les gauches ont eu raison de s'en indigner.

Le capital Français ne joue pas son rôle, il ne mise  pas assez  et le système étant pourri , ce capital n'investit pas assez et en plus il utilise trop la dette , il fait trop de levier.

Pourquoi n'investit-il pas assez, pourquoi emploie-t-il trop la dette? Pourquoi se vend il à l'étranger systematiquement? 

Les capitalistes français aimeraient ils se priver de gagner de l'argent ? Seraient ils moins avides que les autres?  

Bien sur que non!

Le capital français ne se prive jamais de gagner de l'argent au contraire!

Mais si il n'investit pas assez ses capitaux il y a une raison, une bonne raison, une raison determinante: la rentabilité du capital français est insuffisante par rapport à la rentabilité demandée et par rapport à la rentabilité offerte ailleurs dans  le monde. 

L'emploi des capitaux en fonds propres est un emploi concurrentiel, le capital suit la ligne de plus grande pente du profit et si il ne s'arrête pas sur les emplois en fonds propres productifs c'est parce qu'il subit la concurrence d'autres emplois comme l'immobiler par exemple , lequel est historiquement son concurrent compte tenu des traditions inflationnistes et de la fiscalité.
 
Les taux de profit aux USA est deux plus plus élevé qu'en France pourquoi les capitalistes européens se priveraient ils d'y déployer leurs capitaux? Le taux de profit allemand est 30% supérieur au taux de profit français, pourquoi les capitaux resteraient ils en France avec les risques sociaux, politiques et les zozos comme Mélénchon. Le taux de profit italien est dérisoire! 

Le capitalisme  c' est la concurrence  des capitaux entre eux pour s'attirer, s'arroger  le maximum de profit c'est la concurrence à mort pour le profit.

Et si le capital est insuffisant c'est parce qu'il est insuffisamment rentable compte tenu des taux de profit bruts, des taux de profit après impots, compte tenu des risques, compte tenu des droits de succession etc etc.

L'insuffisance de fonds propres exprime tout simplement l'insuffisance de la rentabilité offerte en France.

Si le marché financier français et européen est insuffisamment développé c'est tout simplement  parce que le taux de profit y est insuffisant. 

Le marché unique des capitaux  n'y changera  rien j'aurais tendance à dire au contraire.

Réduisez le risque politique et social en Europe, favorisez la remontée du taux de profit, modifiez la fiscalité, réduisez les ponctions publiques sur l'épargne, créez un nouvel état d'esprit etc et vous aurez un marché des capitaux florissants et des fonds propres, du capital à risque  à volonté.


La fonction crée l'organe, l'organe  ne crée pas la fonction.

Je rappelle à tous ces zozos l'erreur colossale qu'ils ont commise quand ils ont créé l'euro : ils ont mis la charrue avant les boeufs!

On voit le résultat.



 

L’achèvement de l’union européenne des marchés des capitaux n’est pas seulement souhaitable du point de vue de la stabilité financière. Le financement sur fonds propres est également mieux adapté que les banques pour financer des secteurs à forte croissance (comme le numérique et la haute technologie) où la plupart des capitaux sont immatériels. En outre, les marchés boursiers réaffectent les fonds vers des secteurs moins polluants plus efficacement que les banques et incitent les secteurs à forte intensité de carbone à développer des technologies plus vertes.

Le sous-développement du marché des capitaux en Europe est évident lorsque l’on compare les structures de financement des entreprises à celles d’autres économies avancées. Même les sociétés cotées en Europe sont nettement plus financées par les banques qu’aux États-Unis, tandis que la capitalisation boursière globale des sociétés cotées est beaucoup plus faible par rapport au PIB. Les investissements en capital-risque sont dix fois plus élevés aux États-Unis qu’en Europe (en part du PIB), et encore plus dans une poignée de pays asiatiques (Singapour, Chine, Inde). Les entreprises européennes, en particulier dans le secteur technologique, sont beaucoup plus susceptibles d’être rachetées par des entreprises américaines que l’inverse.

Dans le même temps, les investisseurs institutionnels de l’UE sont comparativement sous-investis dans les produits actions, et une grande partie de leurs investissements en actions existants est dans des actions extra-zone euro
(principalement aux États-Unis).

Cela n’est pas surprenant étant donné que la prime de marché ou la prime de risque pays (la différence entre le taux de rendement interne des actions et le taux sans risque) est d’environ quatre points de pourcentage plus élevée dans les pays de l’UE qu’aux États-Unis. Cela indique que seules les entreprises qui franchissent un seuil de rendement beaucoup plus élevé peuvent accéder au financement par actions.

Un plan d’action actualisé de la Commission européenne pour l’union des marchés des capitaux, publié en septembre 2020, contient des propositions intéressantes mais le langage reste vague. Des progrès législatifs possibles pourraient provenir de la réforme de l’Autorité européenne des marchés financiers en une autorité centralisée forte, de la révision du cadre législatif qui s’applique aux investisseurs institutionnels afin de faciliter les investissements en fonds propres et de l’harmonisation des lois sur l’insolvabilité des entreprises et leur application.

Recommended citation

Demertzis, M., M. Domínguez-Jiménez et L. Guetta-Jeanrenaud (2021) « L’Europe ne devrait pas négliger son union des marchés de capitaux », Policy Contribution 13/2021, Bruegel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s