Surveillance: se revolter c’est deja se soumettre car cela détermine votre vie.

La fonction de la surveillance n’est pas de vous protéger, elle n’est pas de vous controler, elle est de vous faire vivre dans l’insecurite perpetuelle de faire quelque chose de mal.

La surveillance crée un autre homme, elle le reprogramme . Dès le matin, en vous reveillant, elle vous fait courber la tête.

Elle est de transformer votre être, de modifier ce que vous êtes en une personne toujours coupable.

Au lieu d’une vie dominée par le »faire » vous vivez une vie dominée par le « plaire ».

Celui qui se revolte et nie la surveillance est en,core plus obsédé par elle que celui qui l’accepte.

L’effet de la surveillance est interne , même si vous la récusez.

Vous ne pouvez faire comme si elle n’existait pas.

Se revolter c’est deja se soumettre car cela détermine votre vie. Marcher à coté des rails, c’est toujours suivre les rails. Idem si on les suit en sens inverse.

Faire le contraire de ce que l’on doit faire, c’est encore obiir.

La surveillance vous structure.

Cela se passe a l’interieur de vous: surveillé, vous n’êtes plus vous même.

Les barreaux de la prison sont en vous, logés dans votre tête.

ET c’est ce qu’ils veulent.

teaser image

5 réflexions sur “Surveillance: se revolter c’est deja se soumettre car cela détermine votre vie.

  1. Bonsoir M. Bertez

    Dans les années 80, les pilotes de Mirage pratiquaient le « vol de fenêtre » pour leurrer les radars. Peu le savent: il n’y a pas d’Oscar du meilleur avatar!

    Prenez l’avantage: donnez ce que vous ne pourrez pas empêcher qu’on vous prenne.

    Cordialement

    J'aime

  2. « La surveillance vous structure.

    Cela se passe a l’interieur de vous: surveillé, vous n’êtes plus vous même.

    Les barreaux de la prison sont en vous, logés dans votre tête.

    ET c’est ce qu’ils veulent ».

    Si on se sent surveillé, évidemment cela nous fait agir d’une manière qui n’est plus naturelle. On rentre dans le tactique situationnelle guidée par la stratégie d’évitement ou de camouflage.

    Alors, c’est un fait notoire que cela nous structure de l’intérieur mais au même titre que la prise en compte d’une possible et imminente, si ce n’est immanente agression nous force à la vigilance et à une acuité de tous les instants en fonction de ce qui origine le risque.

    Mais ce qu’une agression actualisée, en cours de réalisation ne vous évitera pas, c’est de réagir par la fuite, l’attaque ou l’immobilisme de la sidération.

    L’instinct de survie, c’est le moyen du corps pour conserver son intégrité, sa durabilité; quant à la dignité et l’honneur ils sont placés et régis sous le principe de responsabilité et de discipline morale, c’est le moyen de l’intégrité de l’esprit. Ou se situerait l’équilibre alors si ce n’est dans le respect harmonieux des 2 échelles de contraintes? A moins de renoncer à l’une et sacrifier l’autre… que nous reste t-il si ce n’est la soumission à l’ordre scélérat du Système. Devrions-nous accepter l’inacceptable? C’est faire ami ami avec la banalité du Mal, c’est contempler son reflet dans celui des peuples suiveurs des régimes despotes tel le nazisme ou les kapos furent flores par leur zèle ou leur soumission par allégeance idéologique et/ou financière.

    Le but de la surveillance de masse, c’est par le pouvoir vertical et horizontal arriver à nous diriger, nous structurer et obtenir de nous l’obéissance.

    C’est nous diriger comme on dirige des rats à agir comme on attend qu’ils agissent… C’est réécrire notre logiciel!. Quoi de plus jouissif de se savoir détenteur du pouvoir quasi démiurge et de se réaliser trompeusement omniscient?… C’est certes la voie royale vers l’omnipotence mais l’horizon fuit autant qu’on croit pouvoir l’atteindre!

    Je vous donne entièrement raison: nous ne sommes plus nous même dès-lors que nous agissons en fonction de l’idée que l’on est constamment surveillé. On ne peut fuir cette cohabitation avec le vice psychologique et sociétal qu’en renonçant à la vie sociale (une vie d’ermite).

    On peut toute fois limiter cette prégnance quotidienne et agir en conséquence mais fuir sa vie sociale ne convient pas pour les circonstances évoquées. Il faut parfois désapprendre psychologiquement ce qui est utile d’apprendre à faire avec les pressions et contraintes de notre temps. Soyons comme des loups déguisés en mouton et ne nous vendons pas pour ce système oppresseur… Il y a un temps pour tout comme il y a plusieurs façons de résister.

    Un remède qui ne tient pas du miracle serait de commencer à diagnostiquer les moyens d’efficacité de cette surveillance… Et convenons qu’elle transite par les moyens qu’offre la technologie et que les Êtres utilisent sans avoir toujours conscience des opportunités de servitude qu’elle distribue en retour des récompenses et des jouissances offertes pour notre allégeance à son usage.

    Ce qui importe pour le Système, c’est de s’inflater et durer par lui-même en conquérant les derniers espaces de souverainetés qui lui échappent. C’est « une machinerie » qui ne fonctionne que parce qu’elle se doit de fonctionner. C’est l’actualisation du mythe prométhéen qui a rencontré sa Boite de Pandore et ce par quoi Narcisse a pu se contempler et se désirer plus grand que ce que son image reflété dans le miroir technologique de son Etre lui en a montré; cela, en prenant le Feu sacré qui brûle un peu, beaucoup, passionnément celui qui en use du fait du degré de son immaturité qu’allierait son orgueil démesuré. Ce feu le brûle de l’intérieur à la manière constatable, c’est dire pour l’exemple de notre sujet, en projection de ce que la surveillance de masse en arrive à structurer les Êtres isolément et en société. La barbarie est la part maudite et elle devient quantitativement efficace mais aussi efficiente par le progrès technologique… C’est que la quantité fait la qualité!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s