Les premiers barreaux de l’échelle de perroquet de l’inflation sont montés.

L’inflation monétaire, c’est quand on crée trop de monnaie et de crédit.

L’inflation pour le public, c’est la hausse des prix des biens et des services.

L’inflation en tant que phénomène pernicieux c’est quand la course entre les prix et les salaires s’enclenchent, quand les tensions sur la répartition des revenus et des ressources se généralisent.

Nous sommes sur les premiers barreaux de l’échelle de perroquet des prix et des salaires.

main product photo

La boite de Pandore est ouverte, le génie est en train de sortir de la bouteille.

Les autorités monétaires soucieuse d’effacer les ravages de leur gestion laxiste du crédit du passé voudraient accélérer l’inflation tout en assurant qu’il n’y en a pas et qu’ils peuvent la maitriser afin, bien sur, d’empêcher la hausse des taux .

La hausse des taux renchérirait le cout des dettes, ferait chuter les bourses et déstabiliserait les véhicules du marché des fonds monétaires.

Une vague de réduction globale de l’endettement et du levier s’ensuivrait qui provoquerait la fuite devant le risque tous azimuts.

Les bulles creveraient.

les autorités veulent un peu plus de chaleur, pas de surchauffe , mais elles jouent avec le feu.

Prométhée joue avec le feu il sera puni par les Dieux. Les miracles n’existent pas, il n’y a pas de magiciens, il n’y a que des illusionnistes.

On ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue [...] - Raymond Barre...

Les salariés américains se sentent suffisamment en confiance pour réclamer de meilleurs salaires et conditions de travail, malgré le niveau élevé de chômage après la pandémie, c’est le signe que l’équilibre des rapports de force évolue sur le marché du travail.

Le résultat devrait être une expansion forte et soutenue des dépenses de consommation et de l’activité des entreprises au cours de la prochaine année. Elle devrait être bien accueillie par les décideurs de la banque centrale et de la Maison Blanche.

Cela alimentera également une inflation plus rapide et forcera probablement la Réserve fédérale à réduire son programme d’achat d’obligations et à augmenter les taux d’intérêt plus tôt que les principaux décideurs ne l’ont indiqué jusqu’à présent.

Le nombre total d’employés non agricoles est toujours en baisse de plus de 7,5 millions par rapport à février 2020, le dernier mois avant que la première vague de la pandémie ne frappe l’économie.

Mais en avril, la proportion d’employés qui ont quitté leur emploi volontairement a atteint le taux le plus élevé depuis plus de deux décennies, selon les données sur les changements d’emploi compilées par le Bureau of Labor Statistics (BLS) des États-Unis.

Le taux de démission corrigé des variations saisonnières est passé à 2,7 %, contre 2,3 % le même mois il y a deux ans, avant la pandémie, et il est le plus élevé depuis le début de cette série chronologique en 2001 ( tmsnrt.rs/3wwWbGE ).

En réponse, la rémunération des employés a commencé à augmenter plus rapidement alors que les entreprises et autres organisations du secteur privé tentent de conserver des travailleurs expérimentés en augmentant les salaires, les traitements et autres avantages indirects

Pour les employés du secteur privé, les coûts de rémunération totaux ont augmenté de 2,9 % au cours de la dernière année et à un taux annuel composé de 2,8 % au cours des deux dernières années, selon une enquête distincte du BLS.

Les rémunérations augmentent au rythme le plus rapide depuis la forte économie de 2018 et avant cela l’économie d’avant la crise financière de 2008.

PLUS CHAUD

La stratégie de la Réserve fédérale et de la Maison Blanche est dominée par la nécessité d’éviter une répétition des taux de démission inhabituellement bas et de la faible croissance des rémunérations entre 2010 et 2016.

Un roulement plus important sur le marché du travail et une croissance plus rapide des rémunérations seront donc bien accueillis par les décideurs politiques soucieux de retrouver l’expansion modérée du cycle économique après la dernière récession et la révolte populiste qui a suivi.

Les taux de démission sont essentiels à la croissance de la rémunération. En général, la plupart des employés réalisent des gains salariaux plus importants lorsqu’ils passent d’un employeur à un autre plutôt que lorsqu’ils restent au sein de la même organisation.

Un roulement plus important devrait donc obliger les employeurs à augmenter les salaires plus rapidement.

La Banque Centrale et la Maison Blanche veulent toutes deux stimuler l’économie vers un niveau relativement élevé afin de maximiser les opportunités d’emploi, les changements d’emploi et, par conséquent, les gains de salaire et de revenu pour les ménages.

« La ‘chaleur’ ​​économique n’est pas nécessairement synonyme de surchauffe », a noté le Conseil des conseillers économiques de la Maison Blanche en avril, dans une longue déclaration destinée à prévenir les craintes d’une hausse temporaire de l’inflation.

GONFLAGE PLUS RAPIDE

L’accélération de la croissance des rémunérations est susceptible de générer une inflation plus rapide en augmentant les revenus des consommateurs et leur pouvoir d’achat, ainsi qu’en augmentant les coûts des entreprises, encourageant les entreprises à restaurer/maintenir leurs marges par des augmentations de prix.

La Réserve fédérale et la Maison Blanche ont été relativement optimistes sur ce scénario ; tous deux ont déclaré qu’une inflation un peu plus rapide est un objectif politique, après les taux inférieurs aux objectifs au début de la décennie.

Les augmentations de rémunération de 2,8 % par an devraient être suffisamment rapides pour tenir compte des taux d’inflation de 2,50 à 2,75 % par an, probablement en ligne avec l’objectif probable mais non déclaré de la Fed.

Le problème surviendra si les augmentations de rémunération continuent de s’accélérer, de maintenir un taux d’inflation plus rapide et peut-être même de le pousser plus haut.

LE DERNIER CYCLE

La Fed et la Maison Blanche s’efforcent d’éviter une répétition des problèmes consécutifs à la récession de 2008/09, mais la reprise actuelle ne ressemble en rien à la précédente.

Comme les généraux proverbiaux combattant la dernière guerre, les responsables de la banque centrale ont peut-être assimilé les leçons du dernier cycle économique au moment même où la nature du problème a changé.

L’engagement de la Fed à continuer d’acheter des obligations et de maintenir des taux d’intérêt proches de zéro tout au long de 2022 à 2023 est une police d’assurance contre une reprise économique faible et incohérente prévue.

Jusqu’à présent, cependant, l’expansion s’avère forte, car les ménages ont augmenté leurs dépenses en marchandises et la fin des mesures de lutte contre la pandémie libère une demande refoulée dans le secteur des services.

La Fed a donc un problème de cohérence temporelle. 

Si les mesures de relance budgétaire et monétaire réussissent à générer une forte reprise, la « chaleur » se transformera en surchauffe et les mesures de relance devront être retirées ou annulées plus tôt que ne l’ont indiqué les responsables.

Si les mesures de relance doivent être poursuivies jusqu’en 2023, comme la Fed l’espère, ce serait un signe que les mesures fiscales et monétaires n’ont pas été efficaces et que l’économie reste bloquée à la vitesse inférieure.

PRIX DES PRODUITS DE BASE

La combinaison d’une forte reprise aux États-Unis avec des gains de revenus parmi les ménages à faible revenu et de nombreuses mesures de relance budgétaire et monétaire devraient maintenir la demande de marchandises à un niveau élevé.

Une croissance plus rapide de la consommation de marchandises maintiendra les chaînes d’approvisionnement mondiales et les systèmes de transport de marchandises sous tensions jusqu’à la fin de l’année et 2022.

Les prix d’un large éventail de matières premières énergétiques et non énergétiques augmentent déjà rapidement et devraient continuer à grimper à mesure que le cycle économique mondial mûrit.

Plus la Fed maintient un stimulus maximal maintenant pour s’assurer contre toute perte de dynamisme dans les premiers stades de la reprise, plus le risque de surchauffe à mesure que le cycle progresse est grand.

Plus de soutien politique maintenant pourrait se traduire par un revirement plus brutal et perturbateur plus tard, un point soulevé par plusieurs des critiques les plus éminents de la Fed, dont l’ancien secrétaire au Trésor américain Lawrence Summers.

En attendant, la combinaison de mesures de relance budgétaire et monétaire sans précédent aux États-Unis et en Europe crée des conditions quasi idéales pour une forte hausse de la consommation et des prix des matières premières à court terme.

John Kemp.

Une réflexion sur “Les premiers barreaux de l’échelle de perroquet de l’inflation sont montés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s