Un point de vue critique sur le plan de dépenses de Biden : trop peu, trop tard.

Pendant des semaines, j’ai prédit que Biden capitulerait devant les propositions républicaines sur les infrastructures, y compris en les finançant sans taxer les investisseurs les plus riches. 

C’est exactement ce qu’il a fait aujourd’hui, le 24 juin, après avoir réduit progressivement sa proposition initiale de 2,3 trillions de dollars pour les dépenses d’infrastructure. 

Biden aurait maintenant accepté un plan 579 milliards de dollars de nouvelles dépenses d’infrastructure. Ce que l’on ne sait pas à ce stade c’est quelle fraction de ce total est affectée à des projets de loi distincts et à l’adoption de subventions aux entreprises de production, de technologie et de puces automobiles. 

Ce dernier volet , déjà convenu, est de 52 milliards . Un autre montant de 110 milliards de dollars est dans le soi-disant «Endless Frontier Act», qui subventionne le développement de technologies américaines en concurrence avec la Chine.

L’ aile pro business du Parti démocrate (Biden, Shumer, Manchin, etc.) termine ses négociations avec les républicains. 

Petit à petit, les dépenses ont été réduites, passant de 2,3 trillions de dollars à 579 milliards de dollars actuellement. 

Dans les coulisses au cours des dernières semaines, des fractions des 2,3 trillions de dollars de Biden ont été «sortis»du plan d’origine d’origine et orientés sur des voies distinctes de negociation. 

Les Dems et les Repubs étaient tous deux d’accord sur ces éléments : c’est-à-dire 52 milliards de dollars pour les fabricants américains de semi-conducteurs et d’automobiles, la R&D pour les fabricants américains dans le soi-disant « Endless Frontier Act », et autres propositions de Biden pour la production et les multinationales américaines.

Alors que nous attendons la version finale des 579 milliards de dollars dans les prochains jours, la seule question est de savoir quelle partie de la somme sera payée par les consommateurs sous forme de taxes sur l’essence, de frais et d’emprunts gouvernementaux (augmentant la dette nationale) et quelle partie sera payée par hausses d’impôts sur les riches tellels que proposées à l’origine par Biden et les démocrates lors des élections. 

Ayant déjà abandonné sa proposition d’augmenter les impôts sur les sociétés à 28% par rapport au niveau de 21% sous Trump (qui l’a réduit de 35%), augmentant ainsi leurs revenus de 850 milliards de dollars, Biden abandonnera probablement maintenant les dernières hausses d’impôts sur les riches qu’il avait proposées à l’origine.

Ne vous méprenez pas, tout cela a été joliment « conçu » par l’aile prp business du parti démocrate, fermement contrôlée depuis 1992 , en coopération avec McConnell et les républicains. 

Le sénateur démocrate Joe Manchin, a bien servi de « point de fixation tion » pour soulager la direction démocrate, alors que toutes les parties prenantes ont « dansé » vers un « compromis » préétabli qui laisse les réductions d’impôt pour les entreprises, les investisseurs et les riches sous Trump ( $4 trillions ) intactes.

Biden et Dems vont maintenant essayer de faire miroiter le résultat, affirmant qu’il fournira des millions d’emplois, alors que ce ne sera pas le cas. 

Au contraire, cela encouragera probablement davantage de délocalisations d’emplois, tout en subventionnant les fabricants de technologies et les multinationales américaines. 

Biden ayant convenu séparément d’un taux d’imposition des sociétés minimal de 15 % avec leseuropéens, les 21 % de Trump contre 15 % encourageront certainement la poursuite de la délocalisation des emplois américains. 

En outre, les nouvelles subventions aux multinationales américaines de la technologie et de la production dans le projet de loi sur les puces de 52 milliards de dollars, le projet de loi « Endless Frontier » et les éléments du projet de loi sur les infrastructures désormais approuvé de 579 milliards de dollars, aggraveront encore la perte d’emplois aux États-Unis principalement au profit de l’étarnger .

Pour la reprise de l’économie américaine, il est clair que les 579 milliards de dollars seront trop peu et probablement trop tard. 

La loi Covid 19 adoptée plus tôt cette année se dissipera en termes d’impact économique d’ici la fin de l’été 2021, tout comme les lois de relance minimales de 2020 se sont dissipées en quelques mois. 

L’économie américaine benéficie d’un rebond temporaire ce printemps et cet été, tout comme elle l’a fait lors de la réouverture avortée de l’été 2020. Ce rebond temporaire on s’en souvient avait rechuté au quatrième trimestre 2020.

Le stimulus actuel de 579 $ milliards produira le même rebond temporaire et se traduira par une modeste reprise économique qui s’estompera d’ici le début de 2022 !

Jack Rasmus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s