« Ils » sont à l’origine des crises et ils le nient!

La Fed nie que ses propres politiques soient à l’origine des crises à répétition, des tendances déflationnistes et des inégalités astronomiques. C’est normal , on ne peut attendre de ceux qui causent les crises qu’ils en voient les raisons; ils font partie du problème et la seule solution est de les mettre hors du circuit et de leur retirer tout pouvoir.

Les responsables pratiquent la pensée de groupe, ils ne rendent aucun compte, ils ne sont pas élus mais nommés ou cooptés, ils utilisent les mêmes théories, les mêmes modèles économétriques, ils ont les mêmes professeurs au MIT ou ailleurs et ils ont le respect l’autorité. Ils ne tolèrent pas la contradiction. Ils me font penser aux grands prêtres des religions antiques.

Nous sommes gouvernés- car ce sont eux qui gouvernent- par un quarteron de personnes qui se sont adjugé l’autorité monopolistique de la chose monétaire et se sont intitulés « expert ».

Le meilleur exemple est Bernanke qui s’est trompé sur tout.

il s’est trompé dans ses conseils aux Japon, il s ‘est trompe dans son analyse de la crise de 1929 , il s’est trompe en 2006/2007 dans ses diagnostics immobiliers , il s’est trompé en 2010 sur les « green shoots »,- les jeunes pousses- ils s’est trompé en 2013 sur le taper, il s’est trompé sur la reprise de 2015/2016 etc etc.

Et pourtant Bernanke continue de pontifier et de donner des conférences largement rémunérées …

Il y a 50 ans en Juin 1971, Arthur Burns le patron de la Fed d’alors a écrit un mémorandum infame, c’est le mot quand on songe aux dégâts qu’il a provoqué dans nos sociétés.

Dans ce mémorandum, Burns soutenait que la flambée des prix n’était pas due à la politique monétaire de la Fed. Le problème selon lui était que la structure de l’économie avait profondément changé . En conséquence Burns proposait des mesures de régulation administrative, des mesures coercitives qui débouchaient sur un contrôle des prix et des salaires. Un gel des prix et des salaires fut instauré pour 6 mois. Après une période de succès il est devenu vite évident que cette politique intrusive débouchait sur une situation gravissime .

La Fed avait alors oublié sa responsabilité de maintenir l’inflation à un niveau bas, elle avait laissé la masse monétaire augmenter rapidement avec M2 dérapant au rythme de 10% dans les années 70 au lieu de 7% dans les années 60 . Le taux d’inflation avait accéléré irrémédiablement avec 12% en 74, 79 et 1980. La stagflation s’est instaurée.

Cela ne vous rappelle rien?

En 2021, l’inflation augmente, elle repart et la Fed comme en 1971 prétend qu’elle n’est pas responsable de cette évolution, pire, elle annonce qu’elle ne réagira pas même si l’inflation accélère.

Aucun responsable de la Fed n’essaie de creuser en profondeur et de mettre à jour les causes radicales de la multiplication, répétition, aggravation , généralisation géographique et sectorielle des crises. Personne n’a envie de dépasser le superficiel de la finance et d’aller voir, ce qui, en dessous, dans l’économie réelle, dysfonctionne . Personne n’a la rigueur méthodologique de s’interroger sur la repétition. En tant que phénomène , tout ce qui se répète implique qu’il y a en sous jacent des problèmes non vus et non résolus. Et ces problèmes ce sont bien sur des problèmes de l’économie réelle, car l’a finance n’est qu’un reflet , un narrative sur le réel.

Donald Kohn est un bon, c’est l’un des anciens de la Fed qui pense au delà de la doxa. Mais hélas il reste dans le cadre. Il s ‘inquiète de la répétition et de la multiplication des crsies . Et surtout, ils croit a l’efficacité des mesures de régulation macro-prudentielles et déplore que les lobbies les aient vidée de tout contenu.

Ces derniers temps, la lutte contre les crises financières a été comme un jeu de tape-taupe., Whac-A-Mole.

Le jeu de la taupe est un jeu d’arcade dont le but est de taper à l’aide d’un marteau sur des taupes en plastique qui sortent des trous de la console de jeu. Quand on a frappé sur la tête d’une taupe, une autre sort ailleurs et ainsi de suite.

Cela dure depuis des décennies. Les régulateurs combattent un type de crise pour en voir un autre surgir une dizaine d’années plus tard.

Il faudrait soit avoir un maillet plus gros soit être plus intelligent.

Après la crise financière de 2008, les réformes financières Dodd-Frank ont ​​tenté de construire ce maillet, de prévenir les crises et d’éviter d’ autres efforts de sauvetage coûteux.

Et lors de la crise pandémique de 2021, il a fallu un gros travail pour frapper la taupe du secteur bancaire qui avait causé tous les problèmes en 2008. Mais ce n’était pas suffisant pour un tas de bestioles non bancaires, pour les institutions des marchés monétaires, pour les bons du Trésor. . etc

Donc , necessité de retourner à la planche à dessin du maillet.

Glenn Hubbard et Donald Kohn dirigent un groupe appelé le Groupe de travail sur la stabilité financière, que nous appellerons « TAFFS » juste pour ennuyer les gens qui n’aiment pas les acronymes .

Il a récemment étudié le problème et a découvert que deux grandes agences Dodd-Frank, le Financial Stability Oversight Council (FSOC) et l’Office of Financial Research (OFR), avaient été rendues pour la plupart inopérantes par des années de lobbying et de négligence. Celles-ci étaient censées combattre de nouvelles crises avant qu’elles n’éclatent, mais elles ont échoué.

Hubbard et Kohn ont quelques idées pour leur donner plus de punch. Nous ne voulons pas recommencer dans une décennie.

Further Insomnia-Fuel Reading: Markets are too quiet. Here’s everything investors have to worry about. — John Authers 

Fighting financial crises lately has been like a decades-long game of Whac-A-Mole. Regulators knock down one kind of crisis only to see a different kind pop up 10 or so years later. It might help to have a bigger, or smarter, mallet. 

After the financial crisis of 2008, the Dodd-Frank financial reforms tried to build that mallet, to prevent crises and avoid another costly rescue effort. And in the pandemic crisis of 2021, it did a pretty good job of whacking the banking-sector mole that had caused all the problems in 2008. But it was no good for a bunch of non-banking stuff, from money markets to Treasury bonds. Back to the mallet-drawing board.

Glenn Hubbard and Donald Kohn head up a thing called the Task Force on Financial Stability, which we will call “TAFFS” just to annoy people who don’t like pointless acronyms. It recently studied the problem and found that two big Dodd-Frank agencies, the Financial Stability Oversight Council (FSOC) and the Office of Financial Research (OFR), had been rendered mostly inert by years of lobbying and (cough — Donald Trump — cough) neglect. These were supposed to knock down new crises before they popped up, but they failed. Hubbard and Kohn have some ideas on how to give them more punch. We don’t want to be doing this again in another decade.    

Further Insomnia-Fuel Reading: Markets are too quiet. Here’s everything investors have to worry about. — John Authers 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s