La synthèse. Semaine chahutée, stress chinois.

Le stress réapparaît. Le risk-off est recherché . On fuit. la chine surprend et inquiète.

Les rendements des valeurs du Trésor US à dix ans se sont échangés à 1,25% jeudi, c’est une baisse notable de 35 points de base sur six semaines; On est à un plus bas de cinq mois. 

Les rendements du Bund allemand sont tombés à – 0,34%, le plus bas depuis mars. 

Les taux français à 10 ans sont revenus à zéro jeudi, avant de clôturer la semaine à 0,05 %. 

Les rendements suisses se sont échangés à – 0,34%, environ 20 points de base en dessous de leur sommet de mai.

Les actions mondiales ont subi une pression vendeur importante.

 Aux plus bas de vendredi, l’indice Nikkei du Japon était en baisse de 4,7% pour la semaine et près des plus bas de 2021. L’indice TOPIX Bank du Japon a chuté de 3,5% cette semaine à ses plus bas depuis février (en baisse de 16% par rapport aux plus hauts de mars). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a chuté de près de 3%, avant qu’un rallye vendredi après-midi ne réduise les pertes de la semaine à 1,9%. 

L’indice Hang Seng de Hong Kong a baissé de plus de 5% au plus bas de vendredi pour atteindre son plus bas niveau depuis le 30 décembre – avant de terminer la semaine avec une baisse de 4,1%. 

L’indice financier chinois de Hong Kong a encore chuté de 4,1% cette semaine pour atteindre les plus bas de 2021, augmentant les pertes depuis le 1er juin à 13,5%.

Bref c’est à la fois le dénouement des positions spéculatives du type Reflation Trade et une envolée de véhicules considérés comme protégeant contre le risque.

On notera que si les marchés asiatiques trinquent lourdement, Wall Street n’est pas épargnée:

 Le S&P500 a ouvert jeudi en baisse de 1,6%. Les actions bancaires ont chuté de 2,8%, poussant la baisse en trois séances à 5,8%. Le rallye de 3,5% de vendredi a réduit les pertes de la semaine à 1,2%. Le marché au sens large est devenu très volatil, signe d’un important changement de tendance. Les divergences se multiplient. On constate une tendance nette a la concentration de l’intérêt ce qui est toujours mauvais signe. Les petite capitalisation du Russell 2000 étaient en baisse de 4,9% aux plus bas de jeudi, pour remonter de 4,0% finalement elles terminent la semaine en baisse de 1,2%.

Les marchés mondiaux se sont solidement redressés vendredi, ce qui fausse l’apreciation que l’on peut porter sur la semaine.

 Le S&P500 a progressé de 1,1% lors des échanges de vendredi. Le DAX allemand a bondi de 1,7%, le CAC40 français de 2,1% et le MIB italien de 1,7%. Les actions des banques européennes étaient en baisse de 4% pour la semaine aux plus bas de jeudi, avant de remonter de 2,4% vendredi.

Les observateurs considèrent que la remontée intervenue vendredi s’explique par l’annonce de mesures chinoises pour augmenter l’aisance monétaire.

9 juillet – Bloomberg : « La banque centrale de Chine a réduit le montant des liquidités que la plupart des banques doivent détenir en réserve, une décision qui est allée plus loin que ce que de nombreux économistes avaient prévu . Cela suggéré des inquiétudes croissantes concernant la solidité de la reprise de l’économie. La Banque populaire de Chine réduira le taux de réserves obligatoires de 0,5 point de pourcentage pour la plupart des banques… Cela libérera environ 1 000 milliards de yuans (154 milliards de dollars) de liquidités à long terme dans l’économie et entrera en vigueur le 15 juillet, a annoncé la banque centrale. . « 

Selon les officiels chinois : « La Chine augmentera le soutien financier à l’économie réelle, en particulier aux micro, petites et moyennes entreprises. À cette fin, le pays adoptera des outils monétaires tels que des réductions du taux de réserves obligatoires (RRR) pour les banques à un moment approprié. »

la situation chinoise st complexe et la PBOC est obligée de réaliser au exercice d’équilibriste qui laisse les commentateurs indécis voire perplexes.

La PBOC a fait savoir que l’ajustement des réserves « ne signifiait pas un changement dans sa politique monétaire prudente ». La dernière chose que souhaite Pékin à ce stade est d’attiser davantage les excès spéculatifs sur les marché des actifs. 

Reuters : « Une partie des liquidités libérées aidera les institutions financières à rembourser les prêts de la facilité de prêt à moyen terme (MLF) arrivant à échéance, et contribuera également à atténuer la pression sur les liquidités causée par les paiements d’impôts, a déclaré [la PBOC] ».

7 juillet – Bloomberg

« Les obligations chinoises en dollars junk ont ​​subi la pire liquidation depuis le début de la pandémie a bouleversé les marchés l’année dernière. Les inquiétudes des investisseurs concernant le groupe China Evergrande pèsent sur le secteur. Les rendements des billets les plus risqués du pays ont grimpé pendant deux semaines pour atteindre 10,2% jusqu’à mardi… Les billets d’Evergrande ont été les moins performants parmi la dette en dollars chinois avec son obligation 2025 en baisse de 5,5 cents jusqu’à présent cette semaine à 60,7 cents. Il y a des signes de contagion qui se répercutent sur le marché de la dette plus risqué de la Chine alors que les inquiétudes croissantes concernant la santé du plus grand émetteur d’obligations de pacotille d’Asie pèsent sur le secteur. Les promoteurs immobiliers sont confrontés à de nouvelles pressions pour réduire leur endettement alors que Pékin cherche à limiter les risques sur ses marchés financiers. »

Les responsables de la Fed pataugent et se contredisent.

7 juillet – Reuters

« Les responsables de la Réserve fédérale ont estimé le mois dernier que de nouveaux progrès substantiels sur la reprise économique aux États-Unis » étaient généralement considérés comme insuffisants « , mais ils ont convenu qu’ils devraient être prêts à agir si l’inflation ou d’autres risques se matérialisaient , selon le compte rendu de la réunion de politique générale de la banque centrale en juin. 

Les minutes qui reflétaient une Fed divisée aux prises avec de nouveaux risques d’inflation mais un chômage toujours relativement élevé. « Divers participants » à la réunion des 15 et 16 juin ont estimé que les conditions pour réduire les achats d’actifs de la banque centrale seraient « remplies un peu plus tôt qu’ils ne l’avaient prévu ». D’autres ont vu un signal moins clair dans les données entrantes et ont averti que la réouverture de l’économie après une pandémie laissait un niveau d’incertitude inhabituel qui nécessitait une approche «patiente» de tout changement de politique,

7 juillet – Reuters

« Les responsables de la Réserve fédérale ont continué de discuter en juin de la manière dont ils pourraient potentiellement structurer une facilité permanente pour soutenir les marchés monétaires américains, selon le compte rendu de la dernière réunion de politique de la banque centrale… Les décideurs politiques ont réitéré leur soutien à un tel programme, qui permettrait aux institutions financières éligibles d’emprunter de l’argent à court terme selon les besoins, affirmant que « les avantages potentiels d’une telle facilité l’emportaient sur les coûts potentiels », le procès-verbal du 15-16 juin réunion a déclaré. Plusieurs participants ont déclaré que cette installation doit être positionnée comme un « backstop » pour les marchés… »

Remontée des inquiétudes sur le covid on revise en baisse les espoirs sur le Vaccin.

5 juillet – Financial Times

« Le vaccin BioNTech/Pfizer est moins efficace pour arrêter la propagation de la variante Delta que les souches précédentes de coronavirus, selon une étude préliminaire du ministère israélien de la Santé. Les données recueillies au cours du mois dernier suggèrent que le vaccin est efficace à 64% pour prévenir l’infection chez ceux qui sont complètement inoculés… L’efficacité contre les souches précédentes du virus a été estimée à 94%. 

8 juillet – Reuters

« L’État australien de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW)… a signalé sa plus forte augmentation quotidienne de cas de COVID-19 acquis localement cette année alors que les autorités luttent pour éradiquer la variante hautement infectieuse du delta. L’augmentation du nombre de cas après deux semaines de fermeture rigoureuse à Sydney, la plus grande ville d’Australie, a fait naître la perspective d’une nouvelle extension des restrictions, les responsables accusent les visites familiales illégales d’etre responsables d’une augmentation continue des infections. »

7 juillet – CNBC

« Parmi les pays ayant à la fois des taux de vaccination élevés et des taux élevés d’infection au Covid-19, la plupart dépendent de vaccins fabriqués en Chine, selon une analyse de CNBC. Les résultats surviennent alors que l’efficacité des vaccins chinois fait l’objet d’un examen minutieux, aggravée par un manque de données sur leur protection contre la variante delta plus transmissible. CNBC a constaté que les cas hebdomadaires de Covid, ajustés en fonction de la population, sont restés élevés dans au moins six des pays les plus vaccinés au monde – et cinq d’entre eux dépendent de vaccins en provenance de Chine. »

Sur les marchés, par solde en fin de semaine apres l’escarpolette.

5 juillet – Wall Street Journal

« Les investisseurs de détail continuent d’injecter de l’argent sur les marchés, même si bon nombre de leurs actions et crypto-monnaies préférées languissent. En juin, les investisseurs de détail ont acheté pour près de 28 milliards de dollars d’actions et de fonds négociés en bourse sur une base nette. Selon VandaTrack de Vanda Research, c’est le montant mensuel le plus élevé depuis au moins 2014. Cela a même dépassé le montant dépensé par les petits spéculateurs de détail en Janvier lors de la première frénésie des « actions -mème »… La pandémie de Covid-19 a déclenché une vague de nouveaux intervenants , de nombreux observateurs du marché soupçonnaient que ces investisseurs reculeraient à la réouverture de l’économie. Au lieu de cela, le nombre d’investisseurs individuels a augmenté : on estime que plus de 10 millions de nouveaux comptes de courtage ont été ouverts au cours du premier semestre de cette année… C’est à peu près le total pour l’ensemble de 2020. »

Le S&P500 a augmenté de 0,4% (en hausse de 16,3% en glissement annuel),

Le Dow Jones a ajouté 0,2% (en hausse de 13,9%). 

Les services publics ont augmenté de 1,0 % (en hausse de 2,6 %). 

Les banques ont chuté de 1,2 % (en hausse de 27,1 %) et les courtiers ont chuté de 1,8 % (en hausse de 22,7 %). 

Les Transports reculent de 1,3% (+18,7%). 

Le S&P 400 des Midcaps a peu évolué (en hausse de 17,3%), tandis que les Small Cap du Russell 2000 ont reculé de 1,1% (en hausse de 15,5%).

 Le Nasdaq100 a gagné 0,7% (+15,0%).

 Les Semi-conducteurs reculent de 1,1% (+17,3%).

 Les Biotechs reculent de 0,4% (+3,0%). 

Alors que le lingot a gagné 21 $, l’indice des mines d’or HUI a baissé de 0,5% (en baisse de 10,2%).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,0425%. Les rendements d’État à deux ans ont baissé de deux points de base à 0,215 % (en hausse de 9 points de base en glissement annuel). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont chuté de sept points de base à 0,79% (en hausse de 42 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont baissé de six points de base à 1,36% (en hausse de 45 points de base).

 Les rendements des obligations à long terme ont baissé de cinq points de base à 1,99% (en hausse de 34 points de base). 

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont baissé de trois points de base à 1,78% (en hausse de 44 points de base).

Les rendements du Bund allemand ont baissé de six points de base à -0,29% (en hausse de 28 points de base). Les taux français ont baissé de quatre points de base à 0,05 % (en hausse de 39 points de base). Le spread obligataire français-allemand à 10 ans s’est élargi de 2 à 34 pb. 

Les rendements grecs à 10 ans ont baissé de quatre points de base à 0,75% (en hausse de 13 points de base en glissement annuel). 

Les rendements portugais à dix ans ont glissé de deux points de base à 0,33% (+30 points de base). Les taux italiens à 10 ans ont baissé d’un point de base à 0,76% (+22bps). 

Les rendements à 10 ans espagnols ont baissé de deux points de base à 0,35% (en hausse de 31 points de base).

Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont baissé de cinq points de base à 0,66% (en hausse de 46 points de base). L’indice boursier britannique FTSE est resté à peu près inchangé (en hausse de 10,2 % en glissement annuel).

L’indice Nikkei Equities du Japon a chuté de 2,9% (en hausse de 1,8% en glissement annuel). Les rendements « JGB » japonais à 10 ans ont baissé d’un point de base à 0,03 % (en hausse de 1 pb en glissement annuel). 

Le CAC40 français a reculé de 0,4% (+17,6%). L’indice des actions allemandes DAX a ajouté 0,2% (en hausse de 14,4%). 

L’indice espagnol des actions IBEX 35 a reculé de 1,5% (+8,7%). L’indice italien FTSE MIB a baissé de 0,9% (en hausse de 12,7%). 

Les actions des marchés émergents étaient pour la plupart en baisse.

 L’indice Bovespa du Brésil a perdu 1,7% (en hausse de 5,4%) et le Bolsa du Mexique a baissé de 0,9% (en hausse de 12,9%). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a chuté de 1,9% (en hausse de 12,0%).

 L’indice indien des actions Sensex a glissé de 0,2% (en hausse de 9,7%). La bourse chinoise de Shanghai a ajouté 0,2% (en hausse de 1,5%). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a peu varié (en baisse de 6,7 %). 

L’indice des actions russes MICEX a baissé de 0,3% (en hausse de 17,2%).

Le crédit de la Réserve fédérale a ajouté la semaine dernière 8,3 milliards de dollars à 8,048 trillions . Au cours des 95 dernières semaines, le credit de la Fed a augmenté de 4,321 trillions , soit 116%.

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour compte des propriétaires étrangers de valeurs du Trésor et de dette des agences ont gagné la semaine dernière 5,8 milliards de dollars à 3,528 trillions . 

Le total des actifs des fonds du marché monétaire a diminué de 16,4 milliards de dollars à 4,511 trillions . Le total des fonds monétaires a baissé de 145 milliards de dollars en glissement annuel, soit 3,1%.

Les taux hypothécaires fixes à 30 ans de Freddie Mac ont chuté de neuf points de base pour atteindre un creux de près de cinq mois à 2,90% (en baisse de 13 points de base en glissement annuel). 

Les taux à 15 ans ont baissé de 6 pb à 2,20 % (31 pb). Les taux ARM hybrides à cinq ans ont glissé de deux pb à 2,52 % (en baisse de 50 pb). 

L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avait des taux fixes à 30 ans en baisse d’un point de base à 3,07 % (en baisse de 19 pb).

Sur les devises :

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a peu varié à 92,13 (en hausse de 2,5% en glissement annuel). 

Pour la semaine à la hausse, le yen japonais a augmenté de 0,8%, le franc suisse de 0,7%, la livre sterling de 0,6%, le rand sud-africain de 0,2% et l’euro de 0,1%. 

A la baisse, le real brésilien a perdu 3,8 %, le sud-coréen a gagné 1,2 %, le dollar canadien 1,0 %, la couronne norvégienne 0,9 %, le dollar australien 0,5 %, le peso mexicain 0,5 %, le dollar singapourien 0,3 % et le dollar Couronne suédoise 0,3%. 

Le renminbi chinois a perdu 0,09% par rapport au dollar cette semaine (en hausse de 0,74% en glissement annuel).

Sur les matières premières : Rififi à l’OPEP

6 juillet – CNBC

« Un désaccord au sein de l’OPEP pourrait déclencher une période plus volatile pour le pétrole, les prix bondissant en raison du manque de nouvelle offre ou s’effondrant soudainement si les pays membres décident de libérer du brut indépendamment. Les prix du pétrole ont initialement atteint leur plus haut niveau depuis six ans après avoir appris que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, connus sous le nom d’OPEP+, ont mis fin à leur réunion lundi sans action et sans nouvelle date de réunion. Un plan proposé par l’OPEP, la Russie et d’autres alliés pour ramener 400 000 barils par jour sur le marché a été perturbé par l’objection des Émirats arabes unis à d’autres aspects de l’accord.

6 juillet – Financial Times

« L’échec du groupe Opep+ à conclure un accord sur l’augmentation des approvisionnements en pétrole a propulsé les prix du brut à leur plus haut niveau depuis au moins trois ans… Le groupe s’accorde sur la nécessité d’augmenter la production de pétrole, car la demande a commencé à dépasser l’offre. Mais les Émirats arabes unis, l’un des membres les plus puissants du groupe après l’Arabie saoudite et la Russie, se sont opposés à la prolongation d’un accord conclu en avril de l’année dernière – lorsque les prix du pétrole chutaient – ​​à moins que le groupe n’accepte de revoir la façon dont l’objectif de production des émirats est calculé. Cela peut sembler une objection mineure lorsque le groupe souhaite augmenter son offre de toute façon, mais les Émirats arabes unis ont investi des milliards de dollars dans l’augmentation de la capacité de production. Ils estiment que la base de référence utilisée pour calculer son objectif de production est obsolète… »

7 juillet – Financial Times

« Les relations entre l’Arabie saoudite et les Émirats sont si mauvaises que les deux parties n’ont pu s’entendre sur la conclusion des discussions privées de lundi entre les membres de l’Opep et leurs alliés. Des proches des Émirats arabes unis ont déclaré qu’une réunion formelle des ministres du pétrole avait été reportée. Leurs homologues saoudiens ont fait valoir qu’elle avait été annulée et ont reproché aux Émirats arabes unis d’avoir torpillé un accord pour augmenter la production à un moment où la demande renaissante a déjà fait grimper les prix du brut de 50% cette année… L’affrontement a ouvert une faille au cœur de l’Opep ce qui menace la capacité du cartel… à assurer la stabilité du marché pétrolier et pourrait encore voir les Émirats arabes unis, membre depuis 1967, quitter le groupe.

L’indice Bloomberg Commodities a chuté de 1,6% (en hausse de 19,8% en glissement annuel). 

L’or au comptant a augmenté de 1,2 % à 1 808 $ (en baisse de 4,8 %).

 L’argent a chuté de 1,4% à 26,10 $ (en baisse de 1,1%). 

Le brut WTI a glissé de 60 cents à 74,54 $ (en hausse de 54 %). L’essence a baissé de 0,3 % (hausse de 63 %) et le gaz naturel a baissé de 0,7 % (hausse de 45 %). 

Le cuivre a gagné 1,6% (+24%).

Le blé a baissé de 5,8 % (en baisse de 4 %). Le maïs a baissé de 10,8 % (+ 7 %).

 Le Bitcoin a peu changé cette semaine à 33 666 $ (en hausse de 15,8 %).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s