Editorial. No place to hide, il n’y a nulle part ou protéger vos avoirs .

Les stratèges de JPMorgan Chase ont analysé les chiffres et ont constaté que les prix des obligations de qualité supérieure et des actions américaines sont les plus corrélés entre eux depuis 1997 sur une base d’un an.

Si vous élargissez cela à une base de trois ans, les rendements totaux des deux classes d’actifs évoluent toujours en tandem depuis 2008.

C’est une nouvelle dynamique : les actions et le crédit ont évolué en sens inverse pendant la majeure partie des deux dernières décennies.

Les simplets s’étonnent de constater cette corrélation entre deux classes d’actifs qui sont , en bonne logique, décorrélées, voire antagoniques .

Ces simplets oublient que dans le monde post 2008, les actifs financiers ont changé de statut, et même changé de nature .

Ils ont cessé de refleter les réalités sous jacentes pour n’être que des avatars, que des formes mutantes de la monnaie.

Depuis 2008 on a appliqué aux actifs financiers le traitement qui a été appliqué au dollar et aux monnaies; on a libéré les actifs financiers de tout ancrage, ils volent, ils échappent à la gravitation.

C’était la consequence logique , nécessaire de l’opération de 1971, si vous libérez la création de monnaie et de dettes comme l’a fait Nixon avec l’aide de Volcker, alors ipso facto vous libérez au bout d’un certain temps d’apprentissage, les quasi monnaie, les formes dérivés de la monnaie c’est à dire vous libérez automatiquement les actifs financiers. Vous les désancrez egalement.

C’est une question de logique qui a été concrétisée par le décloisonnement des marchés de la monnaie, du crédit et des actifs par le biais de la titrisation et du levier généralisé.

Vous unifiez obligatoirement le champ de tout ce qui est monétaire . Retenez bien c e mot, « unifiez ». C’est grace à cette unification du champ monétaire et quasi monétaire que les autorités ont pu prendre le controle des taux longs,des marchés d’actifs, actions et obligations.

Les fondamentalistes boursiers n’ont rien compris, rien vu: ils n’ont pas saisi ce changement de statut et de nature de la monnaie. La monnaie est devenue pour ainsi dire une abstraction et cette évolution devait nécessairement se transmettre aux actifs monétaires et quasi monétaires que sont les actifs financiers.

Ceci est ontologique , mais cela doit se traduire par des décisions pratiques: ceci a été renforcé par les innovations de la Fed, innovations qui l’ont conduite à instaurer le fameux « PUT ».

Qu’est ce que le PUT en analyse logique? C’est une option d’échange donnée par la Fed , option d’échange entre les actifs quasi monétaires, (actions et obligations) et la monnaie. Le PUT c’est la garantie donnée par la Fed que les actions et les obligations sont de la monnaie, de la monnaie un peu differée . Le 20 Mars 2020 cette assurance a été renouvelée.

Les actifs financiers cotés sur les marchés ont cessé d’être ancrés, d’être reflet et d’être l’expresiion d’une réalité sous jacente pour n’être que l’avatar de la monnaie, de la croissance de sa masse et de l’abaissement de son prix c’est à dire de la nullification des taux.

Pour parler clairement les actifs financiers que ce soit les actions les obligations, et même les actifs soi disant immobiliers, tous on le même sous-jacent à savoir les liquidités. Et en cas de crise ou de RUN tous ont le même sous jacent; la monnaie de base de la banque centrale!

Le sous jacent commun à tous les actifs c’est la monnaie et sa surabondance.

Les actifs ne reflètent plus les données fondamentales ou même les différences structurelles ou juridiques, les prix des actifs ne reflètent que l’abondance de monnaie. Les prix des actifs expriment une équivalence entre deux abondances, l’abondance des actifs financiers et l’abondance de la monnaie. C’est pour cela qu’il a fallu créer 23 trillions en Mars 2020. Les buy backs illustrent et concretisent ce phenomene que je décris.

Le prix des actifs et celui de la monnaie. et pour ainsi dire, un prix relatif entre deux abondances -a quelques nuances près- , rien d’autre!

Le prix du Bitcoin par exemple exprime le rapport du prix du vent qui soufle la bulle Bitcoin avec le prix du vent qui soufle la bulle monataire. Car ce que l’on cache c’est le fond des choses ; ce qui fait bulle ce en sont pas les actifs financiers;, non ce qui fait bulle c’est la monnaie! Il y a dans le monde une quantité bullaire de monnaie en regard des seuls vrai réferents ultimes : la production de richesses et de profit.

C’est une donnée logique , évidente que j’explique depuis des années, on a détaché l’ombre des corps, les prix n’ont plus de rapport avec la réalité sous jacente ancienne ils ont rapport avec la monnaie et son prix. C’est tout

L’ensemble des actifs financiers y compris la monnaie, la quasi monnaie, les near-money, tout absolument tout est avatar de la monnaie, c’est un ensemble unifié auto-référent détaché du monde réel .

Mais la prise de conscience n’en est que progressive. Elle n’est que progressive mais je note qu’elle s’accélère!

La mauvaise nouvelle pratique de tout cela : cela ne laisse pas beaucoup d’options à un investisseur en matière de couverture de risque et de diversification!

La bonne nouvelle : nous pouvons blâmer la Fed, en quelque sorte.

« Le crédit HG est devenu plus corrélé avec les actions et donc également plus corrélé avec le marché obligataire HY », ont écrit les analystes de JPMorgan dirigés par Eric Beinstein dans un rapport. « Cela, à notre avis, est le résultat (au moins en partie) d’une telle liquidité induite par le QE sur le marché que les investisseurs achètent tout : actions et obligations. »

Les specialistes de chez JP qui gagnent des millions de dollars sont en train de faire les découvertes de Nanette Vitamine!

Quelle que soit l’explication nous dit JP Moragn qui ne brille pas par la qualité de sa pensée théorique: , « il n’en demeure pas moins qu’il existe un outil de moins pour diversifier le risque actions ».

« Traditionnellement, la théorie du portefeuille dit que les obligations sont un moyen de diversification pour les investissements sur les marchés boursiers », écrivent les stratèges. « Cela n’a pas été le cas récemment, avec le risque que ce ne soit pas non plus le cas s’il y a une vente massive sur le marché des actions. »

Ouf il était temps que les spécialistes de JP Morgan plus grande banque du monde s’en aperçoivent .

6 réflexions sur “Editorial. No place to hide, il n’y a nulle part ou protéger vos avoirs .

  1. Bruno bonjour,
    Ce brillant article est probablement la réponse à ma question de l’autre jour !

    Vous dites:
    «  » Les actifs financiers cotés sur les marchés ont cessé d’être ancrés, d’être reflet et d’être l’expression d’une réalité sous jacente pour n’être que l’avatar de la monnaie, de la croissance de sa masse et de l’abaissement de son prix. «  »

    Cette phrase devrait être gravée dans la pierre du mur d’entrée de Wall Street » » pour à la fois expliquer et justifier notre futur proche !!!
    Sinon vous dites également:
    «  »La mauvaise nouvelle pratique de tout cela : cela ne laisse pas beaucoup d’options à un investisseur en matière de couverture de risque et de diversification ! » »

    Donc,Bruno, si tout ceci ne laisse « PAS BEAUCOUP » d’options, c’est qu’il en reste quelques unes ?
    Vous avez des idées ?
    Je vous persécute ! LOL ! mais que voulez-vous à force de passer votre temps à nous éduquer, nous devenons exigeants ! LOL
    Merci encore pour votre dévouement !

    J'aime

    1. Bonjour, je me permets de rebondir sur votre réponse.. Bien malin celui qui sait comment gagner ou protéger son argent pendant cette période.
      Métaux? Crypto? Art/Collection? Alcool?

      il n’y a pas de baguette magique, tout au plus de la chance qui a posteriori sera interprété comme du talent

      Ma réflexion est qu’il faut investir dans sa résilience matérielle et spirituelle.
      La chose dont je suis sûre est que mes enfants vont en chier et que mes petits enfants devraient avoir une vie meilleure.

      J'aime

      1. Il n’y a plus de réserve de valeur, c’est à dire que les monnaies depuis qu’elles ont été confisquées par les banques centrales au profit des ultra riches, des gouvernements et des très grandes entreprises , ces monnaies ont cessé d’être des reserves de valeurs.

        Les très riches ceux que l’on appelle le Smart Money, le savent et c’est la raison pour laquelle ils se sont lancés dans une prédation mondiale des assets, des actifs.

        Dans cette prédation il y aura des gagnants comme ceux qui achetent des firmes viables, des fermes, des immeubles adaptés et surs etc , mais dans la majorité des cas ces utra riches sont des idiots car ils surpaient tout sur les marchés et comme en plus ils le font en levier , ils vont etre ratissés dans la Grande Reconciliation entre la sphere financiere et la sphere réelle .

        Globalement il n’y a aucun moyen de se proteger contre la crise de dévalorisation qui se prépare, car tout doit être détenu, c’est comme comme un mistigri, mais ceux qui auront le bon sens la chance et le bon calendrier s’en sortiront.

        il n’y a aucune recette et aucun miracle car aucun produit ou actif n’est sur, certains actifs seront surs à certains moments et risqués à d’autres, il n’y a plus rien qui est sur en-soi.

        La vraie reserve de valeur c’est le travail vivant puisque le travail mort, cristallisé sera dévalorisé, mais le travail vivant c’est du concret; une petite entreprise , une spécialité non bidon, une propriété avec terrain bien placée et à l’abri des émeutes.

        La meilleure protection pour les catastrophes c’est … la capacité à être frugal.

        Avec une reserve d’or fractionné, donc facilement échangeable.

        J'aime

    2. Il me semble que Bruno Bertez a déjà répondu à la question dans l’article. Je cite :
      « C’était la consequence logique , nécessaire de l’opération de 1971, si vous libérez la création de monnaie et de dettes comme l’a fait Nixon avec l’aide de Volcker, alors ipso facto vous libérez au bout d’un certain temps d’apprentissage, les quasi monnaie, les formes dérivés de la monnaie c’est à dire vous libérez automatiquement les actifs financiers. Vous les désancrez egalement. »

      Le désancrage est la conséquence logique de l’opération de 1971.
      Qu’est-ce que l’opération de 1971 : la fin (soi-disant temporaire !!!) de la convertibilité du dollar US en or.

      Et donc, la couverture ultime du risque est, si l’on parle d’un instrument ayant les caractéristiques d’une monnaie, assurée par l’or (et dans une moindre mesure par d’autres métaux précieux).
      TOUT EST DIT DANS L’ARTICLE.

      Par ailleurs, comme cela a été dit et répété sur ce blog, les pouvoirs en place ne contrôlent pas la chute finale mais elles ont la capacité de la retarder dans la durée, en tout cas beaucoup plus que je ne l’aurais crû possible.
      En particulier, ils arrivent à contraindre le prix officiel des métaux précieux (le canari dans la mine) et donc, jusqu’à la fin, ils feront en sorte que l’investisseur conservateur ne soit pas récompensé pour sa détention de métaux précieux. Il faut accepter de n’en conserver que pour la préservation ultime, mais sans espoir de forte plus value d’ici là. Ce qui, quand on observe l’envolée des indices boursiers est particulièrement difficile psychologiquement.

      J'aime

      1. l’or en métal , est a considérer comme une super assurance , SI pertes en €uro dites vous que c est votre prime d assurance . vous le viverez mieux
        un toit, des biens tangibles diversifiés , nos vieux disaient « ne pas mettre tous ses oeufs dans le meme panier »

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s