La reprise ralentit, verre à moitié plein et à moitié vide aux USA.

Sous la surface et surtout sous l’écume de la spéculation, , le marché boursier envoie le même signal de croissance lente que le marché obligataire, – les deux classes d’actifs sont synchronisées

Les rendements des TIPS, les emprunts à 10 ans censés protéger de l’inflation, se négocient à des plus bas historiques. 

Alors que je décris souvent les taux réels comme une indication des attentes de croissance réelles, les rendements des TIPS représentent également une demande de protection contre l’inflation. 

À l’heure actuelle, les investisseurs sont prêts à accepter un rendement négatif de 1,15 % juste pour se protéger de l’inflation. 

Je dirais que c’est un peu la panique. 

Le rendement du 10 ans est passé de 1,75 % à 1,24 % actuellement. 

La baisse des rendements obligataires signifie une baisse des attentes de croissance.

La reprise économique s’est ralentie. Mais la trajectoire est encore en hausse. Le ralentissement économique est évident dans les récentes publications économiques, mais la plupart d’entre elles sont encore positives. 

Vendredi, nous avons eu la lecture finale de juillet de l’enquête sur le sentiment des consommateurs de l’Université du Michigan – nous nous sommes retrouvés avec 81,2 au lieu de 80,8, ce qui est beaucoup plus faible que la lecture de 85,5 en juin.

L’épargne se volatilise : le pic voisin de 26,9 % a déjà été dépensés! Il ne reste plus grand-chose dans les bas de laine , et le stimulus net du gouvernement est dans le rétroviseur. Non seulement il n’y a pas d’élan au troisième trimestre en ce qui concerne la croissance, mais le point de départ du taux d’épargne est de 9,4 % et non de 26,9 %.

Les commandes de biens durables publiées la semaine dernière ont été inférieures aux attentes mais toujours positives. 

Les chiffres du revenu personnel et de la consommation étaient un peu meilleurs que prévu lors de la publication de la semaine dernière.  Les salaires et traitements privés ont compensé la baisse des prestations gouvernementales, et les dépenses de services ont plus que compensé la baisse des biens durables localisée principalement dans le secteur automobile.

Les grosses déceptions de la semaine dernière concernaient le logement et bien sûr le PIB du 2ème trimestre.

 Les ventes de maisons neuves et les ventes de maisons en attente ont toutes deux baissé, ce qui est principalement le résultat de la hausse des prix de 17 % d’une année sur l’autre. Les prix sont un problème.

 La croissance du PIB au deuxième trimestre a été inférieure aux attentes, mais les détails n’étaient pas mauvais.

 La consommation personnelle de services a pris le relais , c’est un revirement par rapport au premier trimestre lorsque les dépenses en biens étaient en tête. 

L’investissement intérieur privé brut a diminué, mais il s’agissait principalement d’investissements en structures, qu’elles soient non résidentielles ou résidentielles.

 L’autre baisse importante de l’investissement concerne les stocks, ce qui, encore une fois, n’est pas une surprise si vous observez les ratios stocks/ventes qui sont au plus bas. Il s’agit au moins en partie de problèmes d’approvisionnement.

Un dernier domaine qui a été négatif au cours du trimestre était les exportations nettes, où les importations ont encore une fois augmenté plus rapidement que les exportations. Ce n’est pas une bonne nouvelle .

L’activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis est restée soutenue en juillet, tout en ralentissant légèrement par rapport aux mois précédents dans un contexte de difficultés d’approvisionnement et de pénurie de main-d’oeuvre.

L’indice ISM manufacturier s’est inscrit à 59,5 le mois dernier, contre 60,6 en juin, a indiqué lundi l’Institute for Supply Management.

Les économistes sondés par le Wall Street Journal tablaient sur un indice un peu plus élevé, de 60,8.

Le rapport de juillet suggère que la conjoncture reste favorable dans les usines américaines, quatre des cinq sous-indices de l’enquête ayant notamment dépassé la barre des 50, synonyme de croissance de l’activité.

On plafonne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s