Biden ne regrette rien. A mon avis il finira pire que Trump. La décomposition du système va s’accélérer.

Rédigé par Michael Rubin via 19fortyfive.com,

Le président Joe Biden s’est adressé à la nation sur la  tragédie qui se déroule en Afghanistan . Il était impénitent.

« Je ne regrette pas ma décision », a-t-il déclaré.

Son discours n’a pas fait grand-chose pour résoudre les inquiétudes d’un groupe bipartite d’Américains pour deux raisons : 

premièrement, il s’est appuyé sur un homme de paille malhonnête et,

deuxièmement, le  retrait afghan  contredit les raisons qu’il a invoquées pour justifier sa politique.

D’abord, l’homme de paille : « Je ne peux pas et ne demanderai pas à nos troupes de se battre sans fin dans la guerre civile d’un autre pays », a-t-  il déclaré .

Mais, personne ne le demandait, et ce n’est pas ce que faisaient les troupes américaines.

Au cours des cinq dernières années, le Pentagone avait réduit la présence américaine à moins de 10 000 soldats.

La présence était dissuasive et a conduit à peu de victimes américaines.

En effet, au cours de cette période, beaucoup moins d’Américains sont morts en Afghanistan que de résidents de Baltimore sont morts dans des accidents de voiture.

Les efforts passés en faveur de l’édification d’une nation étaient une erreur coûteuse et malavisée, mais pas la présence militaire américaine qui s’était transformée en une mission similaire à celle que le Pentagone maintient en Corée.

Biden, comme le président Donald Trump avant lui, a également justifié son désir de se retirer afin de « faire face aux menaces d’aujourd’hui… pas d’hier ».

Le problème ici est qu’il n’accomplit ni l’un ni l’autre. 

Il a raison de dire que le terrorisme est un phénomène mondial. Le président George W. Bush et  les  alliés de l’ OTAN ont envoyé des forces en Afghanistan afin de priver Al-Qaïda d’un refuge à partir duquel ils pourraient à nouveau attaquer la patrie américaine ou l’Europe. 

Ce que Biden fait maintenant et alors qu’il prétend être tourné vers l’avenir, c’est de créer un vide dans lequel les groupes terroristes s’enracineront à nouveau.

La dissuasion sera difficile.

Après tout, les talibans pensent qu’ils ont vaincu les États-Unis et ne prendront pas au sérieux les futures menaces du bureau ovale.

Plutôt que d’effacer une menace passée, Biden les ressuscite.

Quant aux menaces futures, Biden, comme Trump, s’inquiète pour la  Chine . (Biden et Trump peuvent également dire qu’ils s’inquiètent pour la Russie, mais la somme de leurs deux politiques – intimider l’Ukraine et Biden  permettant à Nord Stream-2  d’aller de l’avant – renforce le Kremlin).

Plutôt que d’améliorer la position de l’Amérique contre la Chine, Biden l’a transformée en hémorragie.

Si les Américains sont fatigués de défendre l’Afghanistan comme le prétend Biden, Pékin devrait-il croire qu’ils se lèveront pour défendre Taïwan ?

En permettant à la Chine de faire avancer ses intérêts en Afghanistan, Biden lui permet également de couper l’Inde et d’autres alliés américains de l’Asie centrale.

En termes simples, si Biden considère que la remise de l’Afghanistan aux talibans est une stratégie tournée vers l’avenir, comme son discours l’indique, le pire est encore à venir.

L’incompétence de Biden met désormais en péril tout l’ordre libéral de l’après-guerre. 

Dieu aide les États-Unis.

* * *

Michael Rubin n’était pas le seul à mépriser les commentaires du président Biden. D’une manière ou d’une autre, MSNBC a permis au co-fondateur de « No One Left Behind », Matt Zeller, de dire la vérité sur ce qui a été dit aujourd’hui …

EN PRIME

Extrait d’un commentaire de Philippe Grasset.

« Non, l’essentiel est dans ceci que, soudain, par la grâce suspecte de notre formidable puissance de la communication, le monde réel fait brusquement irruption dans le marasme furieux du désordre de notre Grande Crise.

Les talibans ne portent pas de masques anti-Covid, ils sont barbus et se fichent du passe-sanitaire.

Et là-dessus, c’est la poudre d’escampette, rien à voir avec Saigon-1975 avait dit Joe quelques temps avant son week-end à Camp-David. Effectivement les hélicos pour évacuer nos “nationaux” en laissant les “collabos” afghans aux griffes des “libérateurs” sont d’un type différent comme ironise MoonOfAlabama ; de solides CH-47 ‘Chinook’ au lieu des petits UH-1 ‘Huey’ de Saigon, car on n’arrête pas le progrès.

Il semble que l’ambassade de Kaboul fut mieux équipée pour l’atterrissage des hélicos que le toit de l’ambassade US de Saigon ; disons, comme par anticipation de l’escampade, ou poudre d’escampette.

« Incursion dans le réel » ? C’est peut-être le contraire qu’il faudrait écrire, mon cher PhG : le réel force son entrée dans notre monde américaniste-occidentaliste plongé dans la fusion de sa crise intérieure. Et cette fois, ce n’est pas “une crise chasse l’autre” mais bien “une crise s’ajoute aux autres”.

La tornade afghane a pour mission, – je dis bien “mission”, – de mettre encore plus en évidence la profondeur de notre Grande Crise, en liant nos psychologies affolées aux désastres que nos aventures extérieures ont causés.

Nous sommes renvoyés à notre pré carré par des “barbares” que nous nous sommes sommés d’aller mettre au pas parce qu’ils ne respectent pas nos “valeurs” ; mais aussi et surtout, de quelle façon nous avons fait cela, et au nom de quelle légitimité ?

Pour ce cas de l’Afghanistan, moi qui me sépare complètement de lui depuis ses changements d’orientation en politique sociétale et culturelle, je ferais mienne la formule de Mélenchon, opposant historique et ô combien justifié de nos guerres post-coloniales accouchées par une politiqueSystème qui nous écrase : « Car si la guerre [nos guerres post-coloniales] ne modifie rien, la défaite change tout. » »

« S’il fallait retenir une image, ce ne serait pas celle de l’hélico au-dessus de l’ambassade de Kaboul, mais celle de Biden, seul à une immense table simulant une “Situation Room”, dans son village de vacances de Camp David, regardant ses écrans des multiples conseillers à la sécurité nationale, le regard vide et hagard, épuisé, fourbu, l’esprit déjà envahi par les ombres de la mort. A cet instant, je n’ai plus le cœur de le moquer comme il m’arrive souvent de faire. Il est là, immobile, il est bien à lui tout seul symbole de cette civilisation américaniste-occidentaliste effondrée. Il balbutie, sans voix. Cet homme est pathétique et symbolique, et cette civilisation est désormais un poids mort de l’Histoire. »

2 réflexions sur “Biden ne regrette rien. A mon avis il finira pire que Trump. La décomposition du système va s’accélérer.

  1. Pour imposer une gouvernance mondiale, les mondialistes doivent faire perdre leurs pouvoirs et prérogatives aux Etats, les vider de leur substance comme les Etats de l’UE soumis à Bruxelles.

    En ce sens la débandade-déroute humiliante des US en Afghanistan en ce mois d’août 2021 est un coup de maître.

    Cependant, après l’action, la réaction. Comment, quand et avec quelle puissance va leur revenir le boomerang ?

    J'aime

  2. Biden est comme Macron: un psychopathe jouisseur, placé par des ploutocrates, protégé par une clique médiatique dégénérée (possédée par les ploutocrates) qui n’a plus aucune éthique morale ou professionnelle.
    Ces malades vivent dans l’impunité totale ce qui les encourage à tous les mensonges et les poussent à aller toujours plus loin.
    Macron ira chez Blackrock ou une officine du genre et ne se repentira jamais de ces actes.
    Biden est corrompu jusqu’à la moelle, comme Clinton. Ce qui sort d’ailleurs sur le fils Biden est assez détonnant: un fils de dégénéré et dégénéré lui même qui a perdu le contrôle.
    Un pyschopathe ou un pervers narcissique éprouve-t-il la moindre compassion à l’égard de ses victimes?
    Cela fait déjà un moment que les dirigeants occidentaux sont des dégénérés, cela m’étonne toujours qu’on s’attende à ce qu’ils se comportent comme des gens équilibrés, normaux.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s