Editorial: Kaboul, Saigon, l’hégémonie des Etats Unis et la mise en ordre de la Chine .

L’effondrement rapide du gouvernement fantoche afghan lorsque les troupes américaines se sont retirées de la guerre contre les talibans et ont quitté le pays après 20 ans a été comparé à la chute de Saigon à la fin de la guerre de 30 ans contre le peuple vietnamien. 

Les scènes d’Afghans essayant de monter dans des avions américains à l’aéroport pour s’échapper semblent étonnamment familières à ceux qui se souviennent des derniers jours de Saigon.

Mais n’est-ce une similitude superficielle ? 

Après tout, l’occupation du Vietnam par l’Amérique était bien plus coûteuse en pourcentage de la production nationale américaine et en termes de vie des soldats américains que la tentative de changement de « régime » en Afghanistan. 

La catastrophe du Vietnam a conduit le gouvernement américain à enregistrer des déficits pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais plus important encore, cela signifiait un détournement des investissements et des ressources vers les armements plutôt que vers les secteurs productifs à un moment où la rentabilité du capital avait déjà commencé à baisser.

Lâge d’or de l’investissement et de la rentabilité du système américain ont culminé au milieu des années 1960. Je le dis souvent, et c’est la raison pour laquelle le capital américain s’est enfoncé dans « le beurre et les canons » puis la financiaristaion, puis la délocalisation du travail à l’étranger , puis la désindustrialisation et puis maintenant le Jeu. La spéculation: le capital cesse d’être productif, il devient fictif. Au lieu de « changer le monde », il ne change que l’ordre au sein de la société, il impose le désordre, par les transferts de richesses et de patrimoines.

Les USA lâchent la proie pour l’ombre.. Ils s’envoient en l’air!

L’évolution vers l’économie spéculative détruit la base productive, disloque la société civile, paralyse les Universités, accroit les clivages partisans , ce qui se manifeste par un symptôme terrible; le Woke nisme, véritable arme sociétale de destruction massive financée et propagée par les élites hors-sols et la Presse-Système. La dé-construction et la spéculation sont en train de pourrir en profondeur les Etats Unis. Mais ce ne sont pas des causes, non ce sont des conséquences, des produits du Réel, des produits de l’évolution perverse du système économique et de la dégradation des rapports de production .

Comme je le souligne souvent, le système americain se désadapte, il s’auto détruit avec Washington devenue folle. La nomination d’un président sénile entouré d’une équipe d’idéologues forcenés sans expérience n’arrange rien .

La debacle de Kaboul et la réaction de Biden, – lamentable -, illustre tout cela d’une façon dramatique. Y compris la piètre et dérisoire dénégation des porte-paroles-de-Biden-en-vacances, lesquels porte paroles ont eu le naïveté de déclarer que Kaboul ne changeait rien à la détermination de protéger Taiwan! Des fois que l’on en aurait douté!

Les Chinois et les Russes se sont esclaffés et ont immédiatement tendu la main aux Talibans. Real Politik oblige…. pendant que l’Occident renouvelle, répète ses erreurs en essayant de monter un nouveau fantoche, le fils Massud! Ah j’oubliais, il faut sauver les femmes!

Kaboul est une étape de plus dans le glissement de l’hégémonie américaine , laquelle a cessé d’avoir des fondations solides, productives et institutionnelles et ne repose plus que sur la puissance du dollar.

Une puissance dont la base est donc sapée . Mais chut cela doit rester un secret.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est us9.png

Les États-Unis sont devenus dépendants, pour la première fois depuis les années 1980, des financements extérieurs pour les dépenses intérieures et étrangères. Ainsi, les comptes extérieurs des États-Unis sont moins dominés par les biens et services réels que par la demande mondiale d’actifs financiers américains et les liquidités qu’ils fournissaient. 

Depuis les années 1980, les États-Unis accumulent des engagements extérieurs nets qui atteignent 70 % du PIB en 2020.

Si le compte courant d’un pays est en permanence déficitaire et qu’il dépend de plus en plus des fonds étrangers, sa monnaie est vulnérable à une forte dépréciation. C’est l’expérience d’à peu près tous les pays du monde, de l’Argentine à la Turquie en passant par la Zambie et même le Royaume-Uni. Le dollar tient par ce que l’on appelle le risk-off mais c’est une illusion car le risque réel américain ne cesse de croitre avec l’aventurisme monétaire, la fragilité financière et surtout l’érosion de la puissance militaire. Pour acheter les élections, pour soutenir une croissance minimum, pour soutenir la pyramide de Ponzi, pour la reconversion décarbonée, pour s’armer et se réarmer, les USA sont condamnés à « trasher » le dollar.

Cette croissance du facteur risque américain est masquée par les attraits spéculatifs qu’offre encore Wall Street..

Position extérieure nette des États-Unis en % du PIB américain

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est us5.png

Je soutiens que la force du dollar et sa résistance aux chocs sont trompeurs, le dollar et son attrait ne reposent plus ni sur les bases productives, ni sur la puissance militaire hégémonique, elle repose sur une pyramide spéculative érigée à partir d’instruments opaques et de flux de court terme. C’est une sorte de cas de retard entre le réel, les structures et les super structures. La force du dollar est une illusion qui s’effondrera comme toutes les illusions, d’un seul coup car au fond, tout le monde sait qu’il vicié. On dit que c’est la chemise la moins sale, simplement.

Les Chinois croient en l’inéluctabilité de la guerre du Péloponnèse, ils savent que les Etats Unis n’accepteront pas de céder la place de leader hégémonique global et que dans ces conditions un affrontement est quasi programmé. La faiblesse américaine, chaque fois qu’elle est donnée en spectacle accroit les risques; les Américains savent que la montée de la puissance chinoise est irrésistible à terme et que plus ils attendent pour déclencher la confrontation, plus le rapport des forces sera en faveur de la Chine; les Américains ont intérêt, selon leur tradition, à provoquer.

Les Chinois l’ont compris. Bien sur.

La reprise en mains chinoise se poursuit donc avec fermeté,

Les dirigeants ne veulent pas connaitre le sort des USA ou le pouvoir politique est submergé par les GAFAM, par la Finance et par les Ultra riches.

Les Chinois ont compris que le pouvoir politique américain était otage, qu’il était confisqué par les intérêts particuliers et donc, lui , il freine des deux pieds. Les chinois ont aussi compris que le Parti Communiste devait serrer les rangs et augmenter son emprise, c’est la raison pour laquelle ils s’attaquent à la question de la redistribution et des inégalités. C’est , il faut le reconnaitre bien vu.

je dirai pour résumer que le Parti Communiste fait un basculement d’alliance politique et sociale, il s’éloigne des élites qu’il a laissé se développer et revient vers le peuple, il refait alliance avec le peuple contre les élites. Attendez vous à de nouvelles purges pour corruption .

Mais maintenant , observons ce qui va se passe du coté de l’Armée.

Ce qui frappe c’est la cohérence de la stratégie chinoise, elle est tous azimuts mais centrée avec un point de fuite unique, ne pas perdre le contrôle du système même si c’est au prix d’une réduction du taux de croissance potentielle.

La Chine se met en formation de combat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s