« La droite est en passe d’imploser, avec une distorsion de plus en plus marquée entre la base de ses électeurs et ceux qui ont de la visibilité. »

En choisissant de refuser la ligne dite Buisson, la droite modérée se condamne à ne grappiller que sur Macron et ce sera marginal, elle ne dépassera au mieux guère les 15%.

Compte tenu fait que je considère que VA soutient la candidature Zemmour, j’attends la suite; ici on tape sur la droite modérée et après?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Jp1roNz3

Valeurs actuelles. Comment jugez-vous l’état de forme de la droite traditionnelle à moins d’un an de la présidentielle ?


Guillaume Bernard. 
Les résultats des élections locales (municipales, régionales et départementales) pourraient donner l’impression que Les Républicains sont une force politique pérenne.

Le problème c’est que ces scrutins ont été marqués par la forte abstention. Les résultats sont en trompe-l’oeil.

Les sortants ont été reconduits, ce qui ne signifie pas qu’il y a une adhésion populaire pour le parti gagnant de ces élections.

Par rapport au concurrent de droite qu’est le Rassemblement national, LR bénéfice d’une meilleure implantation locale, mais on ne peut pas parler d’une véritable appétence des gens pour cette famille politique.

Et au cours des régionales on a vu de profondes divergences entre les représentants de ce parti qui l’ont emporté (Pécresse, Bertrand, Wauquiez).

La droite est en passe d’imploser, avec une distorsion de plus en plus marquée entre la base de ses électeurs et ceux qui ont de la visibilité, qui jouent plus un positionnement, une carrière personnelle plutôt que la défense des idées traditionnelles de la droite.

Le duo Bertrand-Pécresse, tous les deux déclarés candidats à la présidentielle, se détache dans cette partie du spectre politique. Que pensez-vous de leurs débuts de campagne ?


Ils sont dans une forme d’impasse. La droite modérée est dotée d’un potentiel de résultat insuffisant pour le second tour. Ils sont obligés de partir à la conquête d’autres segments de l’électorat pour passer la barre des 20%. Ils sont aux alentours de 15% et c’est insuffisant, ils doivent séduire sur leur droite ou sur leur gauche.

À gauche, il y a les électeurs d’Emmanuel Macron, mais faire campagne vers cette partie de l’électorat les décrédibilise au niveau de la base qui est beaucoup plus radicale qu’eux.

Ils ont refusé la ligne Buisson, donc ils ne peuvent que grappiller sur Macron ou son remplaçant en 2022.

À l’inverse, s’ils veulent ratisser vers la droite, il faut adopter la stratégie Sarkozy 2007 et donc revenir sur ce qu’ils ont eux-mêmes dénoncé comme la cause de la défaite de 2012.

D’où la forme d’impasse pour eux.

D’autant qu’il se joue là une chose importante : un parti qui n’accède pas deux fois de suite au second tour de la présidentielle est une force qui s’étiole, qui disparait petit à petit.

Aujourd’hui, rien ne laisse penser que LR soit une force ascendante, au mieux stagnante et au pire déclinante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s