Décélération des profits= zone de danger.

Dans mon article publié en décembre 2020 intitulé

Je prédis l’inverse de l’apocalypse par Bruno Bertez. – Le blog..

J’explique pourquoi  les profits des entreprises vont monter fortement. Cette hausse est le résultat des aides de toutes sortes distribuées par les gouvernements.

Lorsque le gouvernement accroit ses déficits, par simple identité keynésienne de la comptabilité nationale, il y a des agents économiques qui symétriquement accroissent leurs excédents.

J’ai expliqué aussi que le déficit et les dépenses du gouvernement sont un effet d ‘aubaine; ils augmentent la demande, donc les chiffres d’affaires des firmes sans que ceci les oblige à distribuer des revenus et des salaires. On crée un pouvoir d’achat et des revenus tombés du ciel.

Le coût de production de la demande adressée à l’économie est supporté par le gouvernement, c’est à dire par la dette, c’est à dire par les générations futures si la dette n’est pas détruite.

La notion de cout de production de la demande est très importante mais personne en l’utilise. On se demande bien pourquoi. Quand vous exportez vous pillez la demande des autres et vous leur faites supporter le cout de production de la demande adressée à votre système productif.

Comme je l’avais expliqué et prévu, les profits de firmes ont donc monté fortement dès les largesses de 2020.

La période de reprise financée par le gouvernement touche à sa fin et l’effet positif se réduit tout à fait normalement et comme cela était prévu et prévisible.

C’est ce que fait ressortir le travail des analystes de BOFA, c’est un phénomène mondial.

La décélération est forte et va se poursuivre, sauf si l’inflation persiste ou accélère fortement; personne n’en parle également mais l’une des causes de l’inflation c’est la volonté des firmes de maintenir ou de hausser leur profitabilité: elles montent les prix pour gagner plus d’argent. On devrait reconnaitre la tendance à défendre les profits comme un de facteur de l’inflation.

La surproduction de capital/la suraccumulation augmentent la masse de capital en quête de profit dans le système et peut inciter les détenteurs de ce capital à essayer d’améliorer leur profitabilité par la hausse de leurs prix. La forte hausse de la bourse qui a quasi doublé depuis le début du Covid a augmenté considérablement la masse de capital fictif ce qui signifie que le besoin de profit est encore plus considérable qu’avant; le système est donc plus fragile. pensez-y quand on vous dit comme le sinistre Le Maire que tout va bien !

vous savez que je considère les profits comme la variable clé pour expliquer le mouvement de l’économie, les investissements et l’évolution du Capital.  La baisse du taux de profit est le meilleur indicateur de crise. La baisse du taux de profit a une incidence sur les investissements, sur l’emploi, puis sur les revenus, puis sur la consommation. Le ralentissement ou décélération des profits ne produisent pas une crise nécessairement bien sur mais ils annoncent l’ouverture d’une période ou les crises deviennent plus probables. une fenêtre de crise en quelque sorte.

Les crises ne surviennent qu’après des périodes de rentabilité décroissante. Il y a une différence subtile ici : le taux de profit peut ne pas « déclencher » des crises, mais il les « prévoit » Chaque fois qu’une crise survient (ou qui déclenche un marasme, par opposition à celles circonscrites au secteur financier), ce n’est jamais après une période de rentabilité en hausse. On l’a encore vérifié en 2008.

Je soutiens que le taux de profit est la seule mesure de prévision qui fonctionne car il conditionne des choses comme la dette, l’investissement, les taux de change, le taux d’intérêt, l’alchimie financière, les déséquilibres commerciaux, etc.

La tendance à l’érosion de la rentabilité ne permet pas de dire avec certitude quand une crise se produira, mais elle détermine simplement une chronologie, une séquence où une crise peut se produire à tout moment.

Ma conclusion: nous entrons dans une zone de danger , du type récession ou stagflation et selon moi Powell et la Fed commettraient une erreur en terme de régulation de court terme, en resserrant la politique monétaire.

je dis bien erreur de court terme car pour le long terme c’est autre chose..Le long terme, c’est une autre histoire! C’est de l’Histoire.

 

2 réflexions sur “Décélération des profits= zone de danger.

    1. La France est le seul pays à avoir fait des tests gratuits pour les citoyens.
      Est-ce que les résultats épidémiques sont vraiment meilleurs que dans les autre pays ?

      A propos des labos, c’est un secteur qui était très endetté par les fusions en série par LBO. Le secteur se concentre dans des structures capitalistiques complexes (Biogroup, Inovie, Cerba). je suppose que leurs taux d’endettement ont bien baissé.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s