Une contribution sur l’affaire des sous marins

H.

Bonjour,

Le plus curieux dans cette histoire est que, face à l’extraordinaire montée en puissance de la marine militaire chinoise, si le choix pour les australiens d’acquérir douze (12!!!) sous-marins conventionnels apparaissait fort logique, leur volte-face suscite quelques interrogations et pousse à s’interroger sur la réalité de la menace chinoise.

Le contrat avait des limites claires puisque si les bâtiments étaient français (coque et moteur), tout le système d’armes embarqué était américain.

L’avantage était que le premier navire devait être livré en 2030, c’est à dire demain et que l’arrivée de sous-marin type Barracuda, excellent programme (son grand frère, le Scorpène, le démontre : http://www.opex360.com/2021/09/17/un-sous-marin-chilien-a-reussi-deux-attaques-simulees-contre-un-groupe-aeronaval-americain/), allait quelque peu rétablir l’équilibre dans la région.

En plus, la marine australienne, avec ses actuels six sous-marins, maitrisait déjà l’outil dans sa dimension navale.

Là, elle se lance dans l’inconnu le plus total (http://www.opex360.com/2021/09/20/laustralie-pourrait-louer-un-sous-marin-nucleaire-dattaque-aupres-de-la-grande-bretagne-ou-des-etats-unis/).

Elle était donc en mesure de faire face assez rapidement à la menace chinoise à l’heure où les bruits de bottes n’ont jamais été aussi forts dans cette partie du monde, la Chine ne cachant plus sa volonté de récupérer Taïwan et, par le biais d’une politique géographique très agressive, se montrant menaçante avec les puissances économiques de la zone (occupation illégale des ilots dans la mer de Chine).

L’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, Singapour, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam d’ailleurs ne s’y trompent pas et renforcent, autant que faire se peut, leur outil militaire en se tournant assez facilement vers … la France (Rafale et sous-marins en Inde, sous-marins et A400M en Malaise, Rafale en Indonésie, etc, sans parler des innombrables prospects en cours).

Nos dirigeants, avec beaucoup de retard (devrais-je ajouter comme à l’habitude), ont vraiment pris conscience depuis deux ou trois ans des velléités impérialistes de la Chine et les relations entre les deux pays se sont singulièrement refroidies.


Avec leur « nouveau choix », les australiens repoussent de dix ans la mise en service des nouveaux bâtiments. Il leur faudra attendre 2040 pour pouvoir s’amuser avec leur nouveau jouet et surtout, pour un pays qui n’a aucune expérience en matière de sûreté nucléaire, se forger un outil ad-hoc à la hauteur des des craintes manifestées jusqu’à présent vis-à-vis de cette technologie dans ce pays.

En plus, l’AEIA (Agence internationale de l’énergie atomique) a un droit de regard sur l’uranium utilisée (dans notre cas de l’uranium enrichi susceptible d’être utilisé pour construire une bombe atomique). Là, il y a beaucoup de travail à fournir car il ne suffit pas de regarder d’un œil discret le manuel de fonctionnement. Vraiment très curieux car la cavalerie n’arrivera-t-elle pas trop tard ?

Au sujet des australiens et de leur volte-face, il y a un indice important qui aurait dû mettre la puce à l’oreille de nos mamamouchis. L’armée australienne s’est équipée depuis une bonne dizaine d’année d’hélicoptère français (hélicoptères d’attaque Tigre, hélicoptères de transport et lutte anti-sous marine (déjà!) type NH90). Très curieusement, les utilisateurs de ces matériels, récents puisque mis en service à partir de 2005 pour les premiers, leur ont soudainement découvert plein de défauts (problèmes de corrosion soi-disant irrattrapables (les NH90 appelés aussi Caïman sont en service dans plusieurs marines européennes dont la France), mauvais approvisionnement en pièces détachés (Eurocopter est directement visé), inadaptation aux missions demandées et à l’environnement) qui ont justifié pour les autorités le choix de les remplacer par des appareils de classe équivalente américains (hélicoptères d’attaque Apache et de transport/lutte ASM Black Hawk!!!).

On parle assez peu de ce dossier mais je trouve très curieux cette soudaine dénonciation autour de matériels qui, globalement, donnent plutôt satisfaction aux autres utilisateurs et qui, de toute manière, n’ont pas à rougir face à leurs équivalents US surtout qu’en terme de conception ils sont a minima facilement dix ans plus jeunes.


On ne peut que souhaiter que cet épisode dessille les yeux de nos dirigeants et leur rappeler que dans une politique étrangère (lorsqu’on en a une digne de ce nom), les pays n’ont pas d’amis mais que des intérêts.

Le succès de la proposition de Lookheed-Martin, sur un dossier explosif outre-atlantique, en dira long sur les intentions réelles de nos grands cousins : http://www.opex360.com/2021/09/19/associe-a-airbus-lockheed-martin-propose-a-lus-air-force-un-avion-ravitailleur-a330-mrtt-aux-capacites-accrues/

Bonne journée

3 réflexions sur “Une contribution sur l’affaire des sous marins

  1. Sur le plan narcissique le coup a dû être dur pour Macron : il se pensait allié du grand-frère américain (avec son Anglais niveau DEUG il devait même croire faire partie de la famille US of A.) et le voila soudainement renvoyé à son rang de domestique, de larbin du maître ricain.

    Cela me fait penser à un autre larbin qui imaginait qu’il pouvait parler d’égal à égal avec le patron américain : Sarkozy.
    Ses courbettes envers Obama et la pathétique complicité qu’il tentait de faire vivre devant les caméras de TV furent pleinement payées en retour lorsque Barack publia ses mémoires : les quelques lignes qu’il consacra à Sarkozy n’étaient rien moins qu’odieuses…

    Quand nos dirigeants comprendront-ils que pour les USA, si l’on ne peut pas s’en prendre aux Russes, et qu’il faut se méfier des Chinois il reste toujours les Français si l’on veut piétiner et humilier une nation.
    Ces gens ne sont pas nos amis. Leur faillite et leur déclassement – qui sera inévitable au cours du 21ème siècle – représentera une bénédiction pour la France et ses intérêts.

    Au fait… Macron disposerait d’un moyen de rétorsion simple : cesser d’acheter des Bons du Trésor américain qui à terme auront autant de valeur qu’un rouleur de papier toilette… Euh non ce n’est même pas dans son logiciel intellectuel.
    Un larbin de l’Empire en effet…

    J'aime

  2. Ne jamais oublier que nos dirigeants sont des agents américains (« young leader », dont M. Macron). La France est devenue une colonie US, et on peut supposer que tout ce qui affaiblit le potentiel militaire français est bien vu du côté de Berlin (autre capitale vassale de nos « amis » yankees). Moralité, sortir de l’OTAN, donc sortir de l’UE et de l’Euro. Voilà la seule stratégie française possible. Surtout dans un contexte d’affaiblissement notable du « grand faux frère ». Et enfin, renouer avec l’alliance russe. Les choses sont simples quand on les analyse simplement.

    J'aime

  3. Bonjour M. Bertez

    de Pierre Conesa:  » l’exportation d’armes est un métier de voyou! » et les USA veulent détruire l’industrie de l’armement française.
    High lender; il ne peut en rester qu’un !

    Cordialement

    J'aime

Répondre à Steve Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s