GIORGIO AGAMBEN : « QU’EST DONC UNE SOCIÉTÉ QUI NE RECONNAÎT PAS D’AUTRE VALEUR QUE LA SURVIE ? »

La vaccination érigée en religion

Le débat s’est transformé en une sorte de guerre de religion, dans laquelle les récalcitrants sont traités comme autant d’hérétiques, déplore le philosophe Giorgio Agamben dans La Stampa :

«Le plus frappant dans les discussions sur le pass sanitaire et le vaccin, c’est que les raisons perçues comme étant opposées au vaccin ne sont non seulement pas prises au sérieux du tout, mais immédiatement rejetées quand elles ne font pas tout simplement l’objet de sarcasmes et d’insultes. On pourrait dire que le vaccin est devenu un symbole religieux qui, comme toute croyance, sert de ligne de démarcation entre amis et ennemis, entre heureux élus et damnés. Comment une thèse qui refuse d’examiner les thèses divergentes peut-elle encore se dire scientifique ?»

CITOYENS DE SECONDE ZONE

Comme chaque fois qu’un régime d’exception despotique est instauré et que les garanties constitutionnelles sont suspendues, il en résulte, comme cela s’est produit avec les Juifs sous le fascisme, la discrimination d’une catégorie d’hommes, qui deviennent automatiquement des citoyens de seconde zone.

 C’est l’objectif de la création de ce qu’on appelle le pass vert . 

Qu’il s’agisse d’une discrimination fondée sur des convictions personnelles et non d’une certitude scientifique objective est prouvé par le fait que dans le domaine scientifique le débat est toujours en cours sur la sécurité et l’efficacité des vaccins, ce qui, selon l’avis des médecins et scientifiques qui y n’y a aucune raison à ignorer, ils ont été produits rapidement et sans tests adéquats.


Malgré cela, ceux qui s’en tiennent à leur conviction libre et fondée et refusent de se faire vacciner seront exclus de la vie sociale. 

Que le vaccin se transforme ainsi en une sorte de symbole politico-religieux visant à créer une discrimination entre les citoyens est évident dans la déclaration irresponsable d’un homme politique, qui, se référant à ceux qui ne se font pas vacciner, a déclaré, sans se rendre compte qu’il utilisait un jargon fasciste : « on va les purger avec le laissez-passer vert ».

La « carte verte » constitue ceux qui ne l’ont pas en porteurs d’une étoile jaune virtuelle.


C’est un fait dont la gravité politique ne saurait être surestimée. Que devient un pays dans lequel se crée une classe discriminée ? Comment accepter de vivre avec des citoyens de seconde zone ? La nécessité de discriminer est aussi vieille que la société et certainement des formes de discrimination étaient également présentes dans nos sociétés dites démocratiques ; mais que ces discriminations factuelles soient sanctionnées par la loi est une barbarie que nous ne pouvons accepter.


16 juillet 2021
Giorgio Agamben

Pour le philosophe italien, au nom de l’impératif sanitaire, nous sacrifions nos libertés, mais aussi nos conditions de vie normales, nos amitiés et jusqu’au respect de nos morts.

Image

5 réflexions sur “GIORGIO AGAMBEN : « QU’EST DONC UNE SOCIÉTÉ QUI NE RECONNAÎT PAS D’AUTRE VALEUR QUE LA SURVIE ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s