A ne pas manquer. Quand la gauche et les gauchistes roulent pour le Capital. Les antifas sont les cocus de cette alliance.

Aucune personne éduquée et saine d’esprit ne peut aimer aime la gauche politique.

Les gauchistes sont les seules personnes qui soutiennent systématiquement les politiques gouvernementales les plus liberticides et les plus intrusives.

La fonction sociale et sociétale des gauchistes est de nous pourrir la vie, de balancer sur la société toute la noirceur, tous le ressentiment, tout le mal -être qui est en eux.

Sous prétexte, mal digéré, de donner la priorité au collectif, Ils veulent détruire l’individu, ses possibilités de choix, ses déterminismes personnels, et l’expression de ses désirs.

Au lieu d’accepter l’équilibre dialectique, évolutif, entre individus et sociétés, les gauches prétendent imposer la dictature de la société conçue, définie par le haut. Car pensent-ils il y a chez eux des illuminés qui savent ce qui est bon pour nous, il y a chez ces gens une prétention sans borne a détenir la vérité, la même vérité que celle qu’ils détruisent par ailleurs en relativisant tout!

Leur maîtres à penser sont maintenant tous ceux qui se sont fixés pour objectif de détruire nos savoirs en prétendant en faire ressortir la généalogie, les archéologies. Ah les Foucault et autres pervers ils adorent! La question n’est pas seulement de savoir si nos sociétés, nos savoirs et nos valeurs ont une histoire , on s’en doute, mais elle est de savoir si au nom de ces soi disant découvertes il est censé et civilisé de tout détruire. De savoir si il est censé de prétendre que l’ancien est périmé, qu’il est systématiquement moins bien que le présent et le futur.

Ce n’est pas parce que que l’on a découvert la science qui conduit a la bombe atomique que l’on est légitime à en fabriquer une et à la balancer sur les peuples. C’est ce que ces pseudo intellectuels ont fait et font encore. Savoir et comprendre la linguistique et les sciences de la Com n’autorise pas à tricher et à utiliser le langage , la parole et l’écrit pour asservir les peuples façon 1984.

Comprendre l’humain et son insertion dans le symbolique et l’imaginaire n’autorise personne a re-programmer les hommes, les citoyens ou la société.

Les gauchistes récusent la société civile qu’ils trouvent trop conservatrice, ils veulent imposer une société qu’ils définissent, qu’ils contrôlent, persuadés d’être des Lumières .

Par leur position universaliste mal assimilée et naive, , les gauchistes soutiennent le monopole oppressif des entreprises, leurs délocalisations, leurs importations de main d’oeuvre surexploitée. Par leur volonté de dé-construction elles incitent au wokisme et a la destruction de l’ordre et des évidences naturelles les plus élémentaires, celles qui nous ont adaptées au monde depuis des millénaires, celles qui ont produit les sociétés actuelles , celles qui ont fait que ces gauchistes ont le droit de vivre et de nous emmerder.

Toujours et partout, les gauchistes ont soutenu l’accumulation de déficits, de dettes, les avilissements de la monnaie . Au point que les gauchistes dits modernes en sont réduits a soutenir les politiques monétaires dont la logique organique est la création de monnaie sans contrepartie, abusive, trompeuse , celle qui produit l’enrichissement sans fin des riches et la paupérisation des plus pauvres; les gauchistes objectivement contribuent aux inégalités; en soutenant le système de la dette, les gauchistes favorisent l’extension des inégalites.

Les gauchistes désadaptent au monde pour la seule raison que les gauches sont le receptacle de la negativité de nos sociétés, elles sont le canal par lequel se manifestent les pulsions de destruction et de mort.

Les gauches ont échoué a faire une révolution réelle, aussi bien la soviétique que la chinoise, mais elles n’ont pas pour autant abandonné le gout de nous détruire de l’intérieur, à un niveau plus profond, plus radical. Plus structurel pour etre plus précis. Détruire par intellectualisme.

Les gauches sont impuissantes à modifier le réel, à modifier le réel épais et lourd de nos sociétés, chaque fois qu’elles ont géré elles se sont plantées. Et maintenant elles s’attaquent aux valeurs, aux invariants, aux formes inconscientes qui nous structurent. Elles le font parce que les penseurs gauchistes se sont retournés, ils ont échoué la queue basse avec le volontarisme communiste et ils sont repartis dans une autre direction, celle du structuralisme.

Ils s’attaquent aux structures, aux fondements, aux formations non conscientes, enfouies, de nos sociétés, familles, valeurs, morale, sexualité, monnaie etc

Et ils le font avec d’autant plus de facilité et de moyens que les objectifs destructeurs des gauches rencontrent, convergent avec ceux du Très Grand Capital Internationalisé Technicisé qui veut détruire les formations du passé pour imposer partout la Mêmitude, partout le seul règne de la marchandise , du fétiche pognon, voire de l’intelligence artificielle, qui lui convient si bien.

Les gauchistes et le très grand capital globalisé font front commun. le capital est ravi que les intellectuels aient abandonné la lutte des classes et assurent la promotion d’autres luttes très divisives. Cela a commencé avec le féminisme et comme cela marche on est passé au genre, au sexe, a la race, a la couleur etc. C’est une aubaine pour les gauchos qui se recyclent et squattent les médias et c’est une aubaine pour le très grand capital qui re-formatent, fabrique les citoyens qui conviennent au maintien de sa domination.

Les antifas, les fact-checkers, tout cela est objectivement au service du Grand Capital, le pont gigantesque entre les deux étant la doctrine universaliste et celle du racisme culturel élargi promues par la bande Althusser et Balibar.

Les antifas sont les cocus de cette alliance à fronts renversés.

Image

Les gauchistes sont les seules personnes qui soutiennent la censure de masse des points de vue opposés via les Big Tech et les médias sociaux . Ils censurent même les meetings électoraux qui ne leur plaisent pas.

A notre époque, même les extremes droites ne soutiennent plus ces censures . Les milices actuelles, ne sont plus d’extremes droites, elles sont soi disant anti-fa ou autonomes et elles s’autorisent la violence.

 Ils sont les seuls à exiger la suppression des plate-formes et « l’annulation » des personnalités publiques qui osent exprimer des opinions contraires aux récits de gauche..

 Ils sont bien le seul groupe qui, a une grande majorité, s’exprime en faveur des blocages et des mandats autoritaires contre la covid. Ce sont les seules personnes qui appellent agressivement à la vaccination forcée de la population. Ce sont les seules personnes à exiger que les non vaxxés soient démis de leurs fonctions ou qu’ils soient considérés comme sous citoyens criminels. Ce sont les seules personnes qui poussent à l’endoctrinement des écoliers avec la théorie critique de la race, du genre etc  Et, ce sont aussi les seules personnes obsédées par la propagation de la propagande sexuelle déviante dans les écoles publiques.

EN PRIME

Je n’endosse pas totalement texte mais il y a de bonnes choses dedans.

BRANDON SMITH

D’où les gauchistes tirent-ils réellement leur pouvoir ? Des médias, du pognon et du soutien du très grand capital internationalisé et maintenant des grands Institutions mondiales comme les Nations Unies.

Les fondations mondialistes comme la Fondation Ford, la Fondation Rockefeller, l’Institut Tavistock, l’Open Society Foundation de George Soros, etc. sont généralement la source des capitaux d’amorçage et souvent le programme de la plupart des mouvements de gauche. Par exemple, Open Society et la  Fondation Ford , en partenariat avec Borealis Philanthropy, ont joué un rôle clé dans la création de BLM, injectant des  centaines de millions de dollars  dans le mouvement à ses débuts.

La Fondation Ford, l’Open Society, la Fondation Rockefeller et des dizaines d’autres  institutions mondialistes  sont également  profondément impliquées  dans le financement et la prolifération de la  théorie critique de la race  et des programmes d’études de genre. Elles injectent des centaines de millions de dollars dans des groupes de justice sociale ainsi que dans l’endoctrinement universitaire.

Par extension, les institutions mondialistes et les entreprises internationales ont investi environ 50 milliards de dollars au total dans le développement de programmes de justice sociale. Les entreprises mettent en œuvre des cours d’endoctrinement pour leurs employés, mais elles diffusent également la propagande SJW dans le subconscient du public par le biais de publicités et de médias populaires.

Cela dure en fait depuis très longtemps par des moyens plus subversifs et secrets. Ce sont des institutions mondialistes comme la Fondation Rockefeller et la Fondation Ford qui ont financé différents éléments du mouvement féministe et des mouvements d’« études de genre » à partir de la fin des années 1960. Nous ne pouvons pas oublier d’inclure les dons importants de la Fondation Rockefeller à « The Feminist Press » et les programmes de la Fondation Ford pour préparer les enseignants à insérer des points de discussion sur la justice sociale dans leur programme. 

Ceci est ouvertement admis dans le livre d’Alison R. Bernstein  « Financer l’avenir : l’influence de la philanthropie sur l’enseignement supérieur américain » . Bernstein est vice-président de l’éducation à la Fondation Ford et ancien doyen associé de la faculté de Princeton.

Ce n’est pas un hasard si presque toutes les facettes et tous les objectifs de l’activisme de gauche sont également répertoriés dans les objectifs de l’  initiative de l’Agenda 2030 des Nations Unies , qui mélange de très bons sentiments sur «l’égalité» et l’élimination de la pauvreté dans un  énoncé de mission inquiétant  sur «la transformation du monde». à travers une « inclusivité », une « durabilité » agressive et une « équité » raciale et de genre. 

Si vous n’êtes pas familier avec ces mots à la mode, vous devriez l’être ; ils représentent un programme orwellien d’ingénierie sociale que l’ONU cherche à être le fer de lance.

J’ai récemment posé cette question aux gauchistes et je n’ai pas encore reçu de réponse concrète ou significative : si vous êtes censés être les outsiders et les révolutionnaires, alors pourquoi toutes les élites de l’argent sont-elles de votre côté ? 

Pourquoi toutes les personnes contre lesquelles vous dites vous battre vous donnent-elles des milliards de dollars et appliquent-elles votre volonté politique ? Est-il possible que les corporatistes, les mondialistes et vous les gauchistes fassent tous partie de la même machine ? Pensez-y…

La relation entre l’agenda des mondialistes et l’agenda de la gauche politique devient de plus en plus évidente et imbriquée . Les mondialistes veulent démanteler les structures occidentales traditionnelles, tout comme les gauchistes. Les mondialistes veulent dicter la croissance économique par le biais de contrôles du carbone et de la menace du changement climatique, tout comme les gauchistes. Les mondialistes promeuvent une approche résolument communiste de la propriété privée et de l’économie, plaidant en faveur de  « l’économie du partage » , du revenu de base universel (UBI) et d’un monde dans lequel  « nous ne possédons rien et sommes heureux ». Les gauchistes embrassent ce concept parce que beaucoup d’entre eux sont égoïstes et préfèrent prendre ce pour quoi les autres ont travaillé plutôt que de le gagner pour eux-mêmes.

Bien sûr, les élites de l’argent continueront à garder leur richesse et leur influence tandis que le reste d’entre nous est rendu « égal » par l’égalité de la pauvreté, mais ne nous attardons pas là-dessus…

Ce que je vois aller de l’avant, c’est que la gauche devient la Tchéka, ou les commissaires politiques de la  « Grande Réinitialisation » mondialiste.  Ils ont été façonnés pendant des décennies pour ce rôle et leur but est de fournir un élément de force sociale et l’illusion du consensus. Ce qui est intéressant à propos de cette stratégie, c’est qu’elle cherche à exploiter les personnes qui se sentent « opprimées » par le système existant, ou on leur a appris à se sentir opprimées. Comme pour toute prise de contrôle marxiste, les mondialistes utilisent les « démunis » comme bouclier pendant qu’ils prennent plus de pouvoir.

Chaque fois qu’un conservateur critique les mensonges et la manipulation du mouvement Black Lives Matter, par exemple, nous sommes accusés de « racisme ». Et c’est le gros truc : nous savons tous que le BLM (fondé par de fervents marxistes et financé par des mondialistes) n’a rien à voir avec les droits civiques ou la justice raciale, c’est juste un moyen de détruire la société occidentale et de la remplacer par un cauchemar dystopique. C’est ce que nous critiquons. Les vies noires ne sont pas le problème, le mondialisme et le communisme sont le problème. Les mouvements de justice sociale et de gauche sont un écran de fumée pour un programme plus vaste, et les gauchistes adorent être utilisés.

Pourquoi font-ils cela? C’est une erreur de supposer qu’ils ne sont que des « idiots utiles ». Oui, certains d’entre eux le sont, cependant, je pense que les gens qui tombent dans le culte de gauche sont des gens qui sont naturellement enclins à le faire. Ce sont des narcissiques, des psychopathes, des dégénérés, des paresseux, des gâtés et des faibles. Ce sont des gens qui ne sont généralement pas capables de survivre de manière indépendante et ils le savent, alors ils recherchent des cadres collectivistes pour se joindre et se nourrir.

Question : Comment une foule de gauchistes du BLM attaque-t-elle Kyle Rittenhouse à Kenosha et CHAQUE PERSONNE qu’il tire ou essaie de tirer finit par avoir un casier judiciaire étendu et violent ? C’est parce que les mouvements de gauche attirent de telles personnes en masse (regardez ce qu’un défenseur du BLM et criminel de carrière vient de faire à Waukesha, Wisconsin). Ils ne sont pas innocents dans tout ça. Ils ne se soucient pas d’être exploités par les élites parce qu’ils pensent que c’est un échange pour le pouvoir et le contrôle qu’ils n’auraient pas autrement. Ils sont partenaires du mondialisme, et le mondialisme engendre et encourage le mal.

Il est important de comprendre cette dynamique à l’avenir parce que je vois souvent l’argument selon lequel les mondialistes essaient de « diviser et conquérir » l’Amérique . En vérité, nous sommes DÉJÀ divisés et le sommes depuis un certain temps. Essayer de parler et d’éduquer les modérés sur les faits est une chose, mais il ne sert à rien d’essayer de s’engager dans la diplomatie avec les gauchistes. Ils ont déjà choisi un camp, et ce n’est pas le camp de la raison ou de la liberté.

* * *

3 réflexions sur “A ne pas manquer. Quand la gauche et les gauchistes roulent pour le Capital. Les antifas sont les cocus de cette alliance.

  1. « Les gauchistes récusent la société civile qu’ils trouvent trop conservatrice, ils veulent imposer une société qu’ils définissent, qu’ils contrôlent, persuadés d’être des Lumières (…)

    Ils s’attaquent aux structures, aux fondements, aux formations non conscientes, enfouies, de nos sociétés, familles, valeurs, morale, sexualité, monnaie etc (…) les objectifs destructeurs des gauches rencontrent, convergent avec ceux du Très Grand Capital Internationalisé Technicisé qui veut détruire les formations du passé pour imposer partout la Mêmitude, partout le seul règne de la marchandise , du fétiche pognon, voire de l’intelligence artificielle, qui lui convient si bien. (…)

    Les gauchistes sont les seules personnes qui soutiennent la censure de masse des points de vue opposés via les Big Tech et les médias sociaux . (…) Ce sont les seules personnes qui appellent agressivement à la vaccination forcée de la population. Ce sont les seules personnes à exiger que les non vaxxés soient démis de leurs fonctions ou qu’ils soient considérés comme sous citoyens criminels. Ce sont les seules personnes qui poussent à l’endoctrinement des écoliers avec la théorie critique de la race, du genre etc Et, ce sont aussi les seules personnes obsédées par la propagation de la propagande sexuelle déviante dans les écoles publiques. »

    Le fascisme rouge est aussi brun, c’est dire que ses 2 couleurs se retrouvent sur l’étendard nazi… nazi pour « national-socialiste » mais ici, pensée et pratique active du globaliste grand capital qui fait sa mue idéologique au contact du social et culturel mais aussi structurel.

    Il désintègre l’ancien et façonne le nouveau et ce qui est nouveau c’est l’enjeux technologique et ses facteurs d’inclusivité, sa trajectoire et sa vélocité qui accentuent le degré de pénétration, d’interpénétration entre l’Humain et la Machine: plus l’humain fait dépendre son existence de la machine, plus il devient serf de celle-ci et plus il devient serf de celle-ci, plus la machine s’autonomise et se détermine pour un jour, à travers l’écosystème diversifié des I.A mis en réseaux corticalisé, pourra produire des ruptures dans l’énoncé linéarisés des choix qui s’offriront à elles (les I.A), c’est à dire que la composante « libre-arbitre » surgira du panorama encore lisse de l’instruction programmatique et pré-déterminé des pré-choix.

    Les I.A « choisiront » des options contraires (bifurcations) non linéaires par rapport à des suites d’instructions logiques comportementalement programmées par leurs créateurs. Elles introduiront dans leurs interfaces cognitives cette singularité émergente concernant la question haute de la « responsabilité » nominale et de groupe et cela à mesure inverse ou l’Humain sera totalement, totalitairement, asservi et sur-déterminé:
    le META-VERSE est un univers transfuge pour nos valeurs culturelles, ontologiques et anthropologiques.

    Si nous poursuivons la voie de déconstructions linguistique et projective qu’opère cette balle tracée nommée « wokisme » c’est que cette voie est aussi un corralito, un corridor qui dans sa projection axiale rétrécit la condition humaine et c’est donc bien la valeur herméneutique de l’Etre face au réel travesti et les champs de valeurs incidents de ce qui nous constitue en tant qu’Humain -dans ses états multiples (ses intimes et ses externalités)- qui est à la fois réduit, détruit et contraint à végéter dans un univers uchronique parallèle.

    Si le mondialisme a été l’affaire juteuse des grandes entreprises capitalistes tournées vers le libre échange intégral, le libre échange introduit dans son concept clé des formules alchimiques scélérates et anti naturelles: tout corps se définit par son homéostasie qui reflète un équilibre des échanges de flux informationels/énergétiques entre ses différentes parties organisationnelles/fonctionnelles et toute organisation simple ou complexe est un élément moteur intégré dans un tout qui le dépasse.

    Pourtant, toute organisation, si elle est poreuse à son environnement, n’en reste pas moins définie par les frontières qui l’entourent. Ce sont les frontières qui nous permettent de nommer les choses que l’on désire connaitre: un Nom n’est jamais que l’identification d’un objet distinct par rapport à soi. Supprimer les frontières, c’est supprimer les distinctions nominales entre objets pour le sujet par le jeu perceptuel des équivalences et plus vous détruisez ces distinctions entre objets, plus vous affaiblissez cognitivement, psychiquement les sujets pensant et agissant: c’est aussi l’identité « je » qui se vaporise dans l’essence commune par défaut d’une substance limitée dans son espace.

    Vous virussez, hackez le logiciel qui est le mental et ce par quoi ce mental fonctionne en s’y alimentant: le Langage, ainsi par cause et effet les Langages instruis par l’inconscient et projetés « au delà » (méta ») et à travers l’Etre pour constituer son Univers signifié.

    Les visées délirantes et diaboliques du « meta-verse » qui se distinguent qualitativement de « l’uni-verse » sont les fins pour produire à partir de notre réel, un irréel projeté, interpolé et c’est à partir de l’Etre dans sa réalité que tout pousse via le digitalisation à le retraduire lui-meme et le fondre ainsi intégralement dans une irréalité qui deviendra sa pleine réalité et c’est à partir de ce point d’ancrage métaversé, que l’on aura transformé les réalités tangibles de notre monde comme l’objet d’une irréalité lointaine et devenue mystérieuse comme l’est encore notre inconscient.

    On pourrait suggérer qu’au terme effective du post-humanisme s’opèrerait une anamorphose entre la réalité naturelle perçue et devenue absconse, obsolescente et chaotique et celà étant permis parce que le point de vue à partir duquel cette nouvelle réalité digitalisée serait perçue et conçue, en tant que post-humain, deviendrait totalement notre par défaut de l’ancienne et naturelle que nous aurions quittée.

    Pourquoi ce renversement de la réalité physique pour une irréalité méta-organisée en un « écho-système » ex-naturel? La question du pouvoir et du désir illimité de jouir d’une toute puissance « trans-humanisante », nécessairement échafaudée par l’atout technologique d’un environnement digital constitué d’entités ad-hoc, l’emporte décisivement sur tout autre désir chez nos croyants 3.0 (3.0 car issue d’une virtualité immersive totalisante, inféodant la Nature et ses constitutifs au connectivisme empirique de la sphère virtuelle et numérique ).

    Symboliquement, le Nombre prend l’ascendant sur la Lettre en la vidant de son sens, se jouant de la substance, de sa qualité « nominante » chez l’Etre pensant. On peut ainsi croire que l’omniscience, attribut divin par excellence, sera la circonstance de chacun dans un univers virtuel collectiviste mais il en est rien puisque à rebours du processus d’inclusion Humain-Machine-Cyber espace c’est l’Humain en tant que « Je » distinct qui s’efface et rejoins l’état anthropogonique pré-formel et initial d’indistinction nominale ou « moi-je » s’efface en un « nous » sans formulation volontaire d’un « je » affirmé. Ne serait-ce ce « nous » noyé dans un océan primordial? Passerions-nous du mythe à l’irréalité d’un cyber espace, une prison sans barreau, sans limite distincte, un temps non borné qu’aucune horloge n’indiquerait qu’il y ait encore cycle de vie et de mort? Pourtant ce monde -qui n’en est pas un- dépend entièrement de celui qui le sous-tend, matériel, sans rien lui céder de durable outre mesure car rien ne se crée, ni ne se perd ou se transforme ici-bas sans que ce metaverse en dépende et ne saurait exister par lui-même.

    C’est par le moteur d’une intention inconsciente fantasmagorique et chtonienne que l’Elite illuminée perçoit dans l’opportunité enfin devenue réalisable, grace à un horizon de promesses dégagé, facilement accessible dans ce que le temps sépare par le fait du taux de pénétration de nos 2 espaces nature/cyber-espace (1.0 et 2.0) et donc rendue à portée de main biotechnologique (internet des corps et des objets) puis digitalisée à outrance dans son entropie.

    Toute cette élite et leurs suivants zélés pressentent la proximité de l’oeuvre réalisable et c’est cette excitation chez eux que cela provoque en fanatisme aigu qui fait qu’ils accélèrent donc l’agenda crépusculaire et édifiant d’un metavers babélien 3.0: Puisque c’est bien l’inclusivité de 2 espaces temporels écosystémiques et contigus qui pourront se confondre en grande partie. La course entropique et anthropique (son véritable anthropocène se fait à partir de l’univers topologique matérialiste pour celui u-topologique (non plus idéologiquement utopique mais sans topologie définissable et distinctive puisque c’est aussi le facteur temps dans ce meta-verse qui sera changé et avec lui se jouera l’altérité singulière d’un trou-noir qui absorbe et dissolve le séparé lumineux des objets pour les transformer chacun et ainsi les rendre unique collectivement comme l’ombre d’une informelle complétude ).

    On ne peut que réaffirmer ce que vous dénoncez s’agissant des gauchistes: ce sont bien des révolutionnaires nihilistes au sens 1er car c’est bien la néantisation de ce qui nous définit comme Etre sensible et transcendant qu’institue par destruction lente la pensée dissolvante gauchiste.

    Le wokisme est alors à la fois le moyen performant de parvenir aux fins visées et partir de ces « fins » conclure définitivement la condition existentialiste de ce qui définit la réalité de l’Humanité (comme invariant) pour atteindre un post humanisme (nouvel invariant). C’est dire explicitement un « après » l’Humain qui traduira en tous points la tabula rasa effective de l’Etre en soi et de ce qui permettait jusqu’ici de l’identifier comme Etre devenu, entre temps, eschalogiquement réalisé: comme Non Etre.

    L’eschatologie est associée à la fin des temps, ce qui suppose la fin de l’Homme mais cette fin des temps historiques associe la fin de l’Etre, en ce sens il ne s’agit plus de penser à une destruction par le feu nucléaire ou céleste mais bien l’épineux sujet qui nous définit et qualifie en tant qu’Etre… Etre qui s’auto annihile en corps et psyché, Etre qui sécrète une maladie mentale auto-immune, qui arbore la déraison suicidaire de ses actes par la possession du feu prométhéen qu’il utilise en science mais sans conscience sans jamais se douter qu’il assure sa ruine complète.

    J’aime

  2. La gauche ne mène que de faux combats et est l’alliée objective de l’oligarchie.

    Elle est venue pourrir sur le tard le mouvement des gilets jaunes.

    L’absence de soutient des syndicats aux salariés écartés pour refus de se faire vacciner restera comme une infamie de plus mais pas des moindres à mettre à leur palmarès.

    J’aime

  3. Je suis assez d’accord avec l’auteur de cet article sauf pour son interprétation de la volonté d’instituer une société communiste.
    Ce n’est pas du communisme, c’est une sorte d’idéal humaniste radical.
    En quoi cet « idéal » peut-être utile au mondialisme ?
    Car cet idéal ne peut être atteint qu’en deconstruisant toutes les identités, c’est à dire qu’il ne se reconnaisse plus en tant que blanc, noir, rouge, femme, homme, français, anglais etc. Ceci pour les réunir dans une seule identité « universelle » (mondial).
    Car comment les mondialistes peuvent faire consentir les peuples en un gouvernement mondial quand il sont attachés à leur identités nation, ethnique, religieuse etc.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s