Editorial: Vous avez dit secret défense? Oui mais défense de quoi et de qui? De leur ordre social!

Comment faire semblant de lutter contre l’inflation des prix quand on a besoin de l’inflation de la monnaie?

Vous savez que je défends l’idée que le Système est, à terme non défini et imprévisible, condamné.

Il est condamné de façon endogène, victime de ses contradictions logiques, dialectiques, organiques; je n’ajoute même pas l’autre aspect, celui des contradictions externes c’est à dire le besoin de faire la guerre.

L’originalité de ma conviction c’est l’inversion par rapport à ce que pensent et disent les Cassandre qui ont pignon sur rue; ils croient que c’est le poids de la finance et sa mauvaise qualité qui va faire chuter le système.

C’est un paradoxe mais c’est la finance , -presque dans sa dimension pourrie- qui permet de maintenir le système en vie et de le prolonger.

Mon analyse causale dit l’inverse de ce que disent les cassandre ; le système est victime de ses contradictions internes, de sa tendance à long terme à l’érosion de sa profitabilité. Cette tendance le condamne certes mais il y a des contre-tendances qui permettent de reculer les échéances.

Note: en fait le système a épuisé les bienfaits si on ose dire des destructions de la Seconde Guerre Mondiale et la tendance a l’érosion de la profitabilité est apparue clairement au milieu des années 60, les dépenses de beurre et canons, de Great Society ayant servi de révélateur

Et ces contre-tendances , ou plutôt parmi ces contre tendances il y a la financiarisation à outrance.

La financiarisation, est le moyen par lequel on recule les échéances, la financiarisation constitue, comme les soutiens budgétaires, les soutiens monétaires du système.

Note il y a beaucoup de contre-tendances qui œuvrent pour lutter contre l’érosion ineluctable de la profitabilité, il y a la pression sur les salaires réels, la confiscation des gains de productivité, les assouplissements des lois sur le travail, la surexploitation des producteurs de commodities, l’accélération de la rotation du capital , le rognage des salaires indirects et différés etc

Si je ne me trompe pas donc la financiarisation-production de dettes, de capital boursier fictif, baisse continue des taux d’intérêt réels,- si je ne me trompe pas le système a besoin de continuer sa marche vers la financiarisation et de ne jamais retourner vraiment-sauf de façon cosmétique- en arrière. Présenté autrement on ne peut plus réconcilier la Sphère Financière et la Sphère de l’Economie Réelle. On ne peut plus atterrir; il faut léviter.

Il est évident que les autorités sont intérêt à maintenir le mythe que tout cela est réversible alors que c’est un mouvement à sens unique.

Nous sommes dans une de ces périodes ou on joue la comédie de la réversibilité, on nous fait croire que l’on pourrait retourner arrière et réduire les politiques monétaires hyper accommodantes!

L’inflation, c’est la pierre qui fait trébucher.

L’inflation est un choc terrible auquel nos idiots n’avaient pas pensé, l’inflation est un obstacle sur la route de la poursuite de la financiarisation car elle introduit une dimension politique .

Le peuple, les médias imbéciles, le simplet Biden, qui n’ont rien compris réclament qu’on lutte contre l’inflation des prix des biens et des services sans se rendre compte qu’ils réclament qu’on fracasse les béquilles qui permettent au système de tenir. Les politiciens poussent des cris d’orfraie pour forcer Powell à réduire le débit de la pompe monétaire et du crédit; ils n’ont rien compris.

La crise sanitaire , je le maintiens a été une aubaine et je me moque pas mal de savoir si celle résulte d ‘un complot ou non car je me moque de la subjectivité des gens qui croient gouverner le système. Je ne crois qu’a son objectivité; c’est à dire que je ne crois qu’à ce que je vois.

Au quatrième trimestre 2019 le système menaçait une fois de plus de chuter, de sauter, d’entrer en révulsion.

Il suffit de regarder le graphique ci dessous , la situation était bien pire qu’en 2008!

Mais pivoter vers un sauvetage , vers un nième sauvetage impliquait que l’on trouve des alibis ou qu’il y ait des alibis, de bonnes raisons avouables de lâcher à nouveau les vannes financières et monétaires; on a donc fait une construction parallèle et cette construction parallèle c’est la crise du Covid!

Elle est venue fournir l’excuse, le fameux alibi pour inonder une fois de plus de pognon tout le système mondial; en fait c’était pour le sauver de la crise financière, monétaire, bancaire, du quatrième trimestre 2019 que l’on a crée les dizaines de trillions de liquidités ! On a pu une fois de plus tout noyer sous les liquidités grâce au choc boursier de mars 2020; on a eu la construction parallèle dont on avait besoin.

The Fed's Repo Loan Operations, 2005 through 2019

From September 17, 2019 through July 2, 2020, the trading units of the Wall Street megabanks (both domestic and foreign) took a cumulative total of $11.23 trillion in emergency repo loans from the Federal Reserve.

The loans were conducted by one of the 12 regional Fed banks, the Federal Reserve Bank of New York – which is literally owned by megabanks, including JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Citigroup, Morgan Stanley and others.

Source Wall Street on Parade

Nomura, JPMorgan and Goldman Sachs Received a Cumulative $8 Trillion from the Fed’s Emergency Repo Loans in Fourth Quarter of 2019

pourquoi croyez vous qu’ils utilisent le coute que coute du Covid pour en faire une crise sanitaire, une crise de panique , une crise de societe ?

Parce que c’est le seul moyen d’empêcher les digues de sauter.

La transformation de l’épidémie du Covid en une crise sociale, sociétale, politique , démocratique est le prix à payer pensent les élites pour éviter que le système qu’ils ont construit ne saute.

Il fallait avoir une raison de contrôler, de parquer le peuple et de faire évoluer les lois dans cette perspective et l’utilisation de l’épidémie répond à ce besoin.

Ils ont besoin des pleins pouvoirs, d e suspendre les règles, l’information, la transparence pour sauver leur empire.

Vous avez dit SECRET DEFENSE? Oui mais « défense » de quoi et de qui ?

Réponse: de leur ordre social comme en 2008.

2 réflexions sur “Editorial: Vous avez dit secret défense? Oui mais défense de quoi et de qui? De leur ordre social!

  1. Les BC savaient très bien que l’inflation risquait d’arriver.

    Le covid a servi de modérateur.
    Le paravent du covid servait aussi a flécher l’argent des BC vers la finance et les grosses entreprises en secret.
    Le covid va servir encore a beaucoup de choses:
    A réduire les libertés,enlever le pouvoir aux populations
    A rentrer dans le tout technologique,le tout sanitaire
    A aider l’écologie punitive

    Heureusement le plan est trop ambitieux et trop stupide.
    Le troisième reich ne devait il pas durer mille ans?

    J’aime

  2. La concomitance entre l’arrivée du Covid et la crise gravissime que la Fed n’arrivait pas à régler sur le marché du Repo est quand même troublante.

    On est donc obligé d’être un théoricien de la coïncidence ou un théoricien du complot en l’occurrence.

    Mais comme vous le dites peu importe.

    Cce qui est sur c’est qu’on a imprimé comme jamais, on est monté dans les tours au delà de la raison et l’inflation arrive tel le virage au bout de la ligne droite des Hunaudières. Il faudrait normalement freiner fort pour le passer mais ce n’est pas ce que le Pilote Powell veut ou peut faire. Une fois encore on doit prier.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s