Editorial. Important: mission accomplie pour la Fed, eh oui!

Vous auriez tort de croire que je suis un critique forcené du travail de la Fed. ce serait faux et archi faux.

Je suis un critique sans concession de leurs théories, de leurs modèles économiques, de leur conception de l’économie politique , de leur activisme, de leur communication etc, c’est vrai.. mais il y a une chose que je reconnais: c’est le fait que eux, ils savent travailler les marchés; ils sont excellents pour cela. ce sont des gens de marchés, ils ont cela dans leur ADN.

Ils connaissent la bourse, ils savent la manipuler et ils savent la piloter; ce sont non pas des experts de la chose monétaire, il y a longtemps qu’ils ne savent même plus ce que c’est que la monnaie, non, mais ce sont des experts des marches financiers et de la spéculation.

Il a y a un an environ j’ai expliqué que la Fed ne pouvait tolérer sans réagir la folie spéculative évidente qui s’emparait de la Bourse, folie évidente avec la participation du petit public, avec la prolifération de véhicules simples supports d’escroqueries comme les SPACs , les actions dites Memes, les IPO pourries et bien sur les actions collectives manipulatoires des syndicats de petits joueurs.

J’ai écrit que tout cela ne pouvait durer, et qu’il fallait s’attendre à ce que cela ne dure pas.

Regardez les graphiques ci dessous vous voyez que c’est ce qui s’est produit; le secteur phare de la pourriture, les SPACs a plus que décroché, il a quasi accompli son aller retour.

Les SPACs ce sont ces véhicules vides qui collectent de l’argent rien que pour pouvoir spéculer avec mais n’ont pas d’idée à priori, ce sont des véhicules pour saisir des opportunités!

Et j’avais attiré l’attention sur le Phare de l’autre pourriture, le fond géré par Cathie Wood, ARK; un fond idiot dans son principe articulé autour du concept creux et trompeur d’Innovation.

Tout rentre dans l’ordre .

Cet article est important car tout cela s’est fait sans tambour ni trompettes, la Fed fait son travail, elle l’a bien fait et a sa place je me demanderai si , ce travail étant fait, il ne va pas bientot etre temps de stabiliser en profondeur le marché. Subrepticement, sans communication.

L’Ideal au plan technique serait de perdre encore quelques pourcents sur la pourriture tandis que le fond du marché , sur les valeurs de qualité se stabiliserait: faire décrocher les mains faibles , mais sans déstabiliser les détentions des mains fortes.

La mission est accomplie et bien accomplie quand au fond , reste maintenant à organiser la Com, à faire prendre conscience que l’écume est résorbée, que le marché a été assaini et que cet assainissement va permettre une nouvelle étape.

Ce que la Fed a fait avec l’aide des grandes institutions était indispensable et comme je le dis cela a été bien fait, très bien réalisé; mais on touche au terme, on a fait, quasi fait le tour; peut être encore un petit rinçage d’accord, mais le plus gros est fait.

Et cela a été fait alors que les indices, n’ont pas subi de dégâts majeurs. Donc les grandes masses sont quasi intacts, on n’a pas brisé les indices ou les vrais indicateurs techniques importants. on a en quelque sorte épongé, ramassé l’écume, sans toucher a la vague de fond ou au niveau de la mer.

Je me trompe peut etre mais par expérience j’ai l’habitude de raisonner comme les régulateurs et ici je me dis qu’à leur place, je considèrerai que ce qui a été fait est bien fait et que l’on peut passera une autre étape.

La fed n’a aucun intérêt à s’attaquer au problème des évaluations boursières, elle a intérêt à s’attaquer a la spéculation des petis mais pas à fracasser le niveau des valorisations.

Or si on continue , c’est le niveau de valorisation des marchés qui va être affecté, remis en cause, on va douter. Cela se voit deja dans les notes des brokers, ils se posent la question des multiples cours bénéfices. Or c’est par ce bais du contrôle des niveaux de valorisation que la Fed a les outils pour manipuler les marches. Tant qu’elle réussit a imposer le lien entre taux d’intérêt nuls ou négatifs et multiples cours bénéfices élevés, elle contrôle le marché, si elle autorise la mise en doute de la famesue équation qui relie les taux au multiples cours-bénéfices, elle se retrouve toute nue; à poil!

La Fed veut casser la spéculation et ramasser l’écume, elle ne veut pas briser le lien entre taux d’intérêt et valorisations

C’est le mythe qui lui donne le contrôle du marché.

Je vous invite à réfléchir sur ce texte.

EN PRIME

L’une des histoires remarquables de 2020 et 2021, qui a suscité de nombreuses comparaisons avec 2007 juste avant l’éclatement de la bulle du crédit / immobilier, a été la flambée record d’émissions de chèques en blanc, ou SPACs.

Les investisseurs ne trouvant plus didées ou d’opportunités remettent leur argent à un investisseur de marque qui promet de trouver un investissement approprié sur une période donnée ou de rembourser l’argent. 

Le problème avec les SPAC, c’est que malgré toute l’euphorie et tous les millions de frais qu’ils créent pour les sponsors et les organisateurs, ils ont tendance à sous-performer le marché large.

Grâce à Goldman, nous avons maintenant des preuves empiriques que la bulle SPAC actuelle ne fonctionne pas mieux ; en fait, les rendements semblent cette fois encore plus déplorables qu’avant l’éclatement de la dernière bulle.

Comme l’observe David Kostin de Goldman, l’émission de SPAC s’est récemment accélérée malgré l’incertitude réglementaire persistante. Alors que le boom des SPAC au premier trimestre a vu une moyenne de 21 SPAC chaque semaine, levant quelque 6 milliards de dollars de capital en moyenne, ce nombre a chuté au deuxième trimestre à moins de 4 introductions en bourse de SPAC réalisées chaque semaine alors que les taux réels augmentaient et que les actions à forte croissance se vendaient plus largement. Cependant, jusqu’à présent au 3e trimestre, la bulle SPAC tente de faire un retour provisoire, avec une moyenne de 6 introductions en bourse de SPAC levant 1,2 milliard de dollars de capital total chaque semaine, car « la baisse des taux réels semble avoir fourni un nouveau vent arrière à l’émission de SPAC.

Les actions des sociétés « de-SPAC » ont connu des difficultés au cours de l’année écoulée, car elles sous-performent considérablement le marché dans son ensemble.

2 réflexions sur “Editorial. Important: mission accomplie pour la Fed, eh oui!

  1. Il y a eu du nettoyage de fait notamment sur les petites valeurs. Le Russel 2000 a perdu plus de 20 % sur ses hauts du 8 novembre et certaines actions ont perdu 70 ou 80 % de leurs valeurs.

    C’est mieux que rien mais ça ne règle en aucun cas le problème de fond puisque même les valeurs de qualité sont beaucoup trop valorisées pour rapporter du rendement même sur du long terme.

    Le moteur principal de la bourse reste le TINA et le second la croyance de pouvoir revendre plus cher demain.

    Le TINA peut persister mais la croyance peut se casser si une mécanique de baisse s’enclenche durablement. La Fed a la main sur le TINA mais pas sur la mécanique des cours dès lors qu’elle n’injecte plus.

    Pour résumer ma pensée le TINA est aujourd’hui un parachute mais plus forcément un moteur pour la hausse. Il peut être le prétexte à de violents rebonds mais il aura du mal à réenclencher durablement une dynamique de hausse.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s