La marche vers la guerre civile , on est en phase 5 sur 6!

Lisez ce texte de Ray Dalio. il fera peut être sourire les intellos branleurs français car il est écrit en langage accessible pour le public.

Il peut paraitre naïf mais c’est le résultat d’un travail collectif multidisciplinaire de très haut niveau, approfondi et de bonne foi. J’ai une certaine admiration pour Ray Dalio, je le classe parmi les « gens bien », pas parmi les cyniques même si il est très dur en général.

BONNE LECTURE

Pour des raisons couvertes plus complètement dans mon livre Principles for Dealing with the Changing World Order , les États-Unis semblent être sur la voie classique qui mène vers une certaine forme de guerre civile. 

Dans cet article, j’aimerais vous montrer à quoi ressemble ce chemin et où les États-Unis semblent en être. 

Alors que le cycle classique est couvert plus complètement dans mon livre au chapitre 5, « Le grand cycle de l’ordre et du désordre internes », je vais en donner un résumé ici.

Ce qui ressort clairement de l’examen de nombreux cycles de hausses et de déclins de différents cas historiques, c’est que la combinaison de…

 … 1) des problèmes financiers dus au manque d’argent qui entraînent de gros déficits, des impôts élevés, beaucoup d’impression monétaire et une inflation élevée, et …

… 2) de grands écarts de richesse et de valeurs dans lesquels les gens sont plus disposés à se battre pour ce qu’ils veulent qu’à faire des compromis…

… conduit à une sorte de combat pour le contrôle plutôt qu’à des compromis? Ce combat est une « guerre civile », bien que ces combats puissent être plus ou moins violents. 

Notamment, lorsque cela se produit alors que des puissances étrangères deviennent suffisamment fortes pour défier la première puissance mondiale. Celle ci se heurte à cette dynamique de guerre civile, c’est alors une période particulièrement risquée. 

C’est la période dans laquelle je crois que nous sommes maintenant. 

Peut-être que mes opinions sont justes et peut-être qu’elles sont fausses. Mon objectif est simplement de transmettre ce que je vois pour que vous puissiez le considérer par vous-même. 

Pour ce faire, je veux placer ce qui se passe actuellement dans le contexte du cycle typique. 

Dans mon livre, j’ai examiné de nombreux cycles qui ont permis de préciser à quoi ressemble le cycle typique. Ici, je vais le décrire brièvement afin que nous puissions suivre ensemble les développements réels par rapport à la séquence théorique des développements. De cette façon, nous pourrons imaginer le chemin typique pour nous aider à former des attentes sur ce qui va suivre et voir si nous sommes sur ou hors de ce chemin.  

Selon la plupart des mesures que j’utilise, les conditions financières actuelles et les différences irréconciliables dans les désirs et les valeurs au sein de la population sont compatibles avec les ingrédients menant à une certaine forme de guerre civile. 

Nous voyons qu’ils conduisent à des quantités beaucoup plus importantes de populisme/extrémisme et de conflits entre la droite et la gauche, ce qui est classique. Les deux parties se battent pour gagner à tout prix et ne veulent pas faire de compromis. 

L’histoire nous montre que lorsque 1) les extrémistes qui se battront pour gagner à tout prix sont majoritaires et 2) le respect de l’État de droit passe au second plan par rapport à la victoire, les conflits internes atteignent le point de s’auto-alimenter. 

Les modérés sont éliminés, tout comme la capacité de compromis, les combats à gagner sont autant des guerres civiles. 

Ce qui suit sont de courts extraits de mon livre qui décrivent le cycle que j’ai vu se dérouler à plusieurs reprises dans l’histoire. Je crois que nous sommes à l’étape 5. 

Mon objectif en les partageant est de montrer simplement et brièvement comment le cycle archétypal fonctionne comme un modèle pour comprendre et suivre ainsi ce qui se passe maintenant. Ensuite je transmets quelques principes pour faire face à ce qui se passe.

C’est à vous de décider ce que vous pensez de ce modèle et ce que vous voulez en faire. 

Des principes pour faire face à l’ordre mondial en mutation 

LES SIX ÉTAPES DU CYCLE DE L’ORDRE ET DU DÉSORDRE

Les ordres internes changent généralement selon une séquence relativement standard , comme la progression d’une maladie. En examinant leurs symptômes, nous pouvons dire à quel stade se trouvent les pays.

De la même façon que le cancer de stade 3 est différent du cancer de stade 4 d’une manière qui est définie par les différentes conditions qui existent et se sont produites aux stades précédents , il en est de même pour les différentes étapes du grand cycle interne. Comme les maladies, différentes conditions justifient différentes actions pour y faire face et elles produisent une gamme différente de probabilités auxquelles ces actions conduiront.

De l’étude de l’histoire, il me semble que les étapes du cycle archétypal de l’ordre interne au désordre interne et retour se déroulent en six étapes. Je passerai rapidement en revue les étapes, à l’exception de l’étape 5 qui est l’étape dans laquelle il me semble que les États-Unis se trouvent actuellement et qui mérite une plus grande attention. 

Les six étapes sont les suivantes.  

■ Étape 1, lorsque le nouvel ordre commence et que la nouvelle direction consolide le pouvoir , ce qui conduit à . . .

■ . . . Étape 2, lorsque les systèmes d’allocation des ressources et les bureaucraties gouvernementales sont construits et raffinés , ce qui, s’il est bien fait, conduit à . . .

■ . . . Étape 3, quand il y a la paix et la prospérité , qui mène à. . .

■ . . . Stade 4, quand il y a de grands excès dans les dépenses et la dette et l’élargissement des écarts de richesse et politiques , ce qui conduit à . . .

■ . . . Étape 5, lorsque les conditions financières sont très mauvaises et que les conflits sont intenses , ce qui conduit à . . .

■ . . . Étape 6, quand il y a des guerres civiles/révolutions , ce qui conduit à . . .

■ . . . Étape 1, qui mène à l’étape 2, etc., avec tout le cycle qui se répète.

Ces cycles ont eu lieu aussi longtemps qu’il y a eu une histoire enregistrée . 

Étant donné que les différents pays se trouvent généralement à différentes étapes du cycle et qu’ils convoitent la richesse et le pouvoir politique mondial, certains pays progressent tandis que d’autres déclinent. 

Pour ces raisons, il est important d’examiner chaque pays séparément. C’est aussi pour cette raison que le monde entier est moins volatil que n’importe quel pays, certains sont en hausse et d’autres en baisse.   

Plonger dans les six étapes du cycle

Je vais maintenant expliquer brièvement à quoi ressemblent les six étapes archétypales plus en détail afin que nous puissions les identifier facilement lorsque nous les voyons et que nous puissions mieux imaginer ce qui pourrait suivre. 

Je vais me concentrer davantage sur l’étape 5, qui est l’étape dans laquelle je pense que les États-Unis se trouvent. 

Étape 1 : Lorsque le nouvel ordre commence et que la nouvelle direction consolide son pouvoir

Mener une guerre civile ou faire une révolution, c’est conduire un grand conflit dans lequel un côté gagne et l’autre perd. L’étape 1 est la première phase qui suit la guerre. C’est un moment où les gagnants prennent le contrôle et les perdants doivent se soumettre. Alors que les gagnants étaient assez forts pour gagner, à cette première étape du nouvel ordre, pour réussir, ils doivent consolider le pouvoir et reconstruire le pays pour qu’il fonctionne bien conformément à leur nouvelle vision.

Étape 2 : Lorsque les systèmes d’allocation des ressources et les bureaucraties gouvernementales sont construits et affinés

J’appelle cette phase la « prospérité précoce » car c’est généralement le début d’une période paisible et prospère. Pour réussir, le système doit produire la prospérité pour la plupart des gens, en particulier la grande classe moyenne .

Étape 3 : Quand il y a la paix et la prospérité

J’appelle aussi cette phase « mi-prospérité ». C’est le sweet spot du cycle interne. C’est quand les gens ont une abondance d’opportunités d’être productifs, sont excités à ce sujet, travaillent bien ensemble, produisent beaucoup, deviennent riches et sont admirés pour avoir réussi. 

Étape 4 : Une période d’excès

J’appelle aussi cela la « phase de prospérité de la bulle ».

Il y a augmentation rapide des achats de biens, de services et d’actifs d’investissement financés par la dette, de sorte que la croissance de la dette dépasse la capacité des flux de trésorerie futurs à assurer le service de la dette. Des bulles se créent alors.

Il y a un déplacement des dépenses d’argent et de temps vers davantage de biens de consommation et de luxe et moins vers des investissements productifs rentables.

La position de la balance des paiements du pays se détériore, reflétant son endettement accru et sa compétitivité réduite.

Les écarts de richesse et d’opportunités sont importants et le ressentiment entre les classes sociales émerge.

Étape 5 : En cas de mauvaises conditions financières et de conflits intenses

Le mélange toxique classique de forces qui provoque de grands conflits internes consiste en ce que 1) le pays et les habitants du pays (ou de l’État ou de la ville) sont en mauvaise posture financière (par exemple, ayant une dette importante et des obligations non liées à la dette), 2) des revenus importants , de richesse et de valeurs au sein de cette entité, et 3) un grave choc économique négatif.

Un marqueur classique de l’étape 5 est que le gouvernement a d’importants déficits qui créent plus de dettes qu’il n’y a d’acheteurs pour cette dette . autre que la propre banque centrale du gouvernement . Cet indicateur avancé est activé lorsque les gouvernements qui ne peuvent pas imprimer d’argent doivent augmenter les impôts et réduire les dépenses, ou lorsque ceux qui peuvent imprimer de l’argent en impriment beaucoup et achètent beaucoup de dette publique.

Les endroits (villes, États et pays) qui ont les plus grands écarts de richesse, les plus grosses dettes et les pires baisses de revenus sont les plus susceptibles d’avoir les plus grands conflits . 

Fait intéressant, les États et les villes des États-Unis qui ont les niveaux de revenu et de richesse par habitant les plus élevés ont tendance à être les États et les villes les plus endettés et à avoir les plus grands écarts de richesse, par exemple des villes comme New York, San Francisco et Chicago. , et des États comme le Connecticut, l’Illinois, le Massachusetts, New York et le New Jersey.

Face à ces conditions, les dépenses doivent être réduites ou plus d’argent doit être collecté d’une manière ou d’une autre. 

Qui paiera pour cela ? Les « nantis » ou les « démunis » ? De toute évidence, cela ne peut pas être les démunis. Mais lorsque les nantis se rendent compte qu’ils seront taxés pour payer le service de la dette et réduire les déficits, ils partent généralement, provoquant le processus d’épuisement.

L’histoire montre que l’augmentation des impôts et la réduction des dépenses lorsqu’il existe d’importants écarts de richesse et de mauvaises conditions économiques, constitue un indicateur avancé de guerres civiles ou de révolutions d’un certain type. 

Les autres indicateurs sont :

+ Décadence

 Lorsqu’une société dépense pour des éléments d’investissement qui génèrent des gains de productivité et de revenu, elle se prépare un avenir meilleur que lorsqu’elle dépense pour des éléments de consommation qui n’augmentent pas la productivité et le revenu.

+ Bureaucratie

Alors qu’au début du cycle d’ordre interne, la bureaucratie est faible, elle est élevée à la fin du cycle, ce qui rend plus difficile les prises de décisions sensées et nécessaires.

+ Populisme et extrémisme

Le désordre et le mécontentement produisent des dirigeants qui ont de fortes personnalités, sont anti-élitistes et prétendent se battre pour l’homme de la rue. On les appelle les populistes. Le populisme est un phénomène politique et social qui séduit les gens ordinaires qui ont le sentiment que leurs préoccupations ne sont pas prises en compte par les élites. Il se développe généralement lorsqu’il existe des écarts de richesse et d’opportunités, des menaces culturelles perçues de la part de ceux qui ont des valeurs différentes à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et lorsque les «élites de l’establishment» occupant des postes de pouvoir ne travaillent pas efficacement pour lamajorité des gens. 

Observez le populisme et la polarisation, ce sont des marqueurs. Plus le populisme et la polarisation existent, plus une nation est avancée dans l’étape 5 et plus elle est proche de la guerre civile et de la révolution. Au stade 5, les modérés deviennent la minorité. Au stade 6, ils cessent d’exister.

+ Guerre de classe

Au stade 5, la lutte des classes s’intensifie. 

En effet, en règle générale, pendant les périodes de conflits accrus, il y a une tendance à considérer les gens de manière stéréotypée comme des membres d’une ou plusieurs classes et à considérer ces classes comme des ennemis ou des alliés. 

À l’étape 5, ces choses deviennent beaucoup plus apparentes. Au stade 6, ils se manifestent dans des combats ouverts. Un marqueur classique de l’étape 5 est la diabolisation des gens des autres classes. Ceci désigne généralement une ou plusieurs classes de boucs émissaires qui sont généralement considérées comme la source des problèmes. 

Cela conduit à une volonté de les exclure, de les emprisonner ou de les détruire, ce qui se produit à l’étape 6. 

+ La perte de vérité dans le domaine public

La verité disparait dans les médias et la propagande augmente à mesure que les gens deviennent plus polarisés, émotifs et politiquement motivés. 

Au stade 5, ceux qui se battent travaillent généralement avec les médias pour manipuler les émotions des gens afin d’obtenir un soutien et de détruire l’opposition. Il est bien reconnu que c’est ce qui produit maintenant. 

La qualité de la vérité diffusée dans les médias, à la fois traditionnels et sociaux, est plus faible qu’à tout autre moment de notre vie. Par exemple, un sondage Gallup de 2021 a révélé que seulement 7 % des Américains interrogés ont « une grande » confiance dans les médias et seulement 36 % des personnes interrogées ont une « assez » ou « grande » confiance dans les médias. Cela se compare aux 72 % qui faisaient confiance aux médias en 1976.  

Même les personnes très capables et puissantes ont désormais trop peur des médias pour s’exprimer sur des questions importantes ou se présenter à des fonctions publiques.

+ Les règles fondent et c’est le début des combats brutaux. 

Lorsque les idées que les gens défendent passionnément sont plus importantes pour eux que le respect des règles , le système est en danger. Les règles et les lois ne fonctionnent que lorsqu’elles sont limpides et la plupart des gens les apprécient suffisamment pour être prêts à faire des compromis afin qu’elles fonctionnent bien. 

Mais lorsque la victoire devient la seule chose qui compte, les combats contraires à l’éthique deviennent progressivement plus envahissants de manière à se renforcer. Lorsque tout le monde a des causes pour lesquelles il se bat et que personne ne peut être d’accord sur quoi que ce soit, le système est au bord de la guerre civile/révolution. 

Vers la fin de l’étape 5, il est courant que les systèmes judiciaire et policier soient utilisés comme armes politiques par ceux qui sont en positionde les peuvent les contrôler. Des systèmes de police privés se forment également pour se protéger et combattre les autres. 

J’essaie de mesurer toutes ces choses pour pouvoir les voir objectivement. 

Qu’il suffise de dire que nous voyons la plupart de ces choses se produire à des degrés devant nos yeux , choses que nous n’avons jamais vus de notre vivant auparavant. 

Politiquement, lors des élections de 2022, nous verrons des pertes pour les modérés et des gains pour les extrémistes/populistes. Les extrémistes-populistes gagneront parce que chaque camp veut des combattants et non des gens qui font des compromis et les modérés choisiront de ne pas courir. 

Cela ouvrira la voie à deux années supplémentaires de combats qui conduiront probablement à des différences irréconciliables et à un manque de progrès ou pire. 

Pendant cette période, de nombreuses décisions devront être prises. Par exemple, la Cour suprême rendra des décisions sur des questions litigieuses pour lesquelles les gens sont prêts à se battre. Il y a un grand risque que chaque partie considère les décisions comme injustement prises par l’autre partie et ne les accepte pas, ce qui conduira à des tests de pouvoir. Au fil du temps, l’argent et le crédit que le gouvernement central et la banque centrale ont mis à disposition en abondance se dissiperont, aggravant les tensions. 

Les défis de rivaux étrangers pourraient également augmenter, amenant les États-Unis aux élections de 2024 face en mauvaise position.. 

Cette élection sera très probablement une bataille entre les populistes de droite et les populistes de gauche dans laquelle aucun des deux camps n’acceptera de perdre. Une telle séquence d’événements sera cohérente avec le chemin typique qui mène à la guerre civile.

Comment saurons-nous s’il y a une transition de l’étape 5 à l’étape 6 ? 

Quand on est à l’étape 5 (comme c’est le cas aux États-Unis actuellement), la plus grande question est de savoir dans quelle mesure le système se pliera avant de se casser. Bien qu’il existe des marqueurs classiques, je tiens à souligner que rien n’est précis. Mais voici quelques signes classiques :

Le passage de l’étape 5 (lorsqu’il existe de très mauvaises conditions financières et d’intenses conflits internes et externes) à l’étape 6 (lorsqu’il y a une guerre civile) se produit lorsque le système de résolution des différends passe de fonctionnel à non fonctionnel c’est à dire lorsqu’il devient dysfonctionnel.

L’histoire montre que le plus grand risque pour les démocraties est qu’elles produisent une prise de décision si fragmentée et si antagonique qu’elle est inefficace et désordonnée, ce qui conduit à de mauvais résultats et à des révolutions menées par des autocrates populistes . Les gens veulent un pouvoir fort et capable.

Le signe clair le plus évident d’une évolution vers une guerre civile est la mort de personnes. L’histoire montre que lorsque des gens commencent à mourir dans des conflits on s’attend à bien pire, car alors les émotions et le besoin de représailles alimentent davantage de combats.

Regarder vers l’avant et suivre ce qui se passe.

Comme je l’ai expliqué, j’aime mesurer les choses pour les voir objectivement et clairement. Bon nombre des mesures présentées dans mon livre (et d’autres) seront mises à jour dans mes communications en cours. Je m’attends à ce que nous regardions ce qui se passe ensemble. Signaler ceci

Publié par

Ray Dalio

Ray Dalio

Co-directeur des investissements et président du conseil de Bridgewater Associates, LP

Publié • 20 h

4 réflexions sur “La marche vers la guerre civile , on est en phase 5 sur 6!

  1. Bonjour M. Bertez
    Jusqu’à ce qu’il mentionne la Cour Suprême, j’ai cru qu’il parlait de la France!
    En fait, on peut se poser la question de la pertinence de cette analyse appliquée au bloc occidental- les pays sous domination anglo saxonne depuis la seconde guerre mondiale- au sens large….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s