Editorial. Un monde absurde dont on ne peut sortir sans dégâts.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

22 février 2022

Comme nous l’avons vu hier, trois possibilités existent pour un retour à la normale du ratio de capitalisation boursière sur le PIB:

-une chute des Bourses,

-une hausse des revenus mondiaux par l’inflation,

-une considérable hausse des bénéfices des entreprises.

En somme, pour éviter l’effondrement des Bourses, il n’y a pas d’autre possibilité logique que de faire un rattrapage.

Les cash-flows comme les prix des biens et services futurs étaient contenus en germe dans la hausse des cours de Bourse, puisque ceux-ci n’étaient que des anticipations.

Une promesse incontournable

Les américains ont depuis Greenspan une expression pour désigner cette nature anticipative des cours de Bourse : ils disent que le futur est « embedded » (incorporé, incrusté) dans les cours actuels.

Quand les cours montent comme le dit Hussman c’est comme si ils mangeaient une partie des cash flows futurs que le détenteur d’actifs doit recevoir.

Si vous achetez un logement pour le louer, si vous le payez trop cher c’est comme si votre vendeur recevait par anticipation une partie des loyers que vous, vous deviez deviez toucher.

Si les autorités avaient compris dès le début qu’un cours de Bourse ou une capitalisation boursière sont des promesses incontournables de richesses nominales futures, elles auraient peut-être réfléchi à deux fois avant de s’engager dans cette voie.

On en revient toujours au même problème de fond : les soi-disant savants, économistes, autorités et autres clowns qui se prétendent gourous ne comprennent pas le système dans lequel nous vivons. Ils ne connaissent pas les réalités qui se cachent derrière les mots et les théories qu’ils utilisent.

Ils ne comprennent pas comment fonctionne le système capitaliste, ils n’ont pas compris que la Bourse en se développant produisait une exacerbation des contradictions endogènes du système- entre la masse de capital qu’il faut honorer et les moyens de les honorer.

La mise en avant du marché boursier, qui est la conséquence de la financiarisation, produit ses propres limites. La Bourse exacerbe les contradictions entre les besoins de profit d’une part et l’accumulation du capital d’autre part, surtout si cette accumulation est en grande partie fictive.

Le choix est entre Charybde et Scylla : soit s’opposer à la hausse des prix des biens et services et crever la bulle financière, soit maintenir la bulle financière et accélérer le rattrapage entre le prix des actifs et celui des marchandises.

Bien entendu, je suis dans la logique pure à laquelle on ne peut échapper avec le temps, mais on peut toujours tricher, repousser, habiller, mentir, etc. Mais, sur le fond, tout ce que l’on fera s’analysera comme s’inscrivant dans le dilemme ici tracé.

Le germe prend racine

Tout était en germe. Et le germe est en train de prendre racine ; nous sommes dans la Nécessité; la nécessité se manifeste par un jugement d’impossible, on ne peut lutter monétairement contre l’inflation des prix des biens et des services sans crever la bulle du prix des actifs financiers.

Soit on déflate la bulle, soit on inflate les PIB !

Revenons aux apparences maintenant, c’est-à-dire aux récits et autres romans de la rhétorique.

La Fed est assise et surveille les problèmes de la chaîne d’approvisionnement, comme le reste d’entre nous.

Elle n’est certainement pas aujourd’hui en mesure de contrôler des prix mondiaux de l’énergie et des matières premières.

Elle ne contrôle ni les prix des entreprises ni les décisions salariales.

Les développements géopolitiques et ceux qui découlent du changement climatique sont également bien en dehors de la sphère d’influence de la Fed.

Après 5 100 Mds$ (et plus) de nouvel « argent » en 126 semaines, il est juste de conclure que la Réserve fédérale a perdu le contrôle de l’inflation.

Un contrôle en apparence

A ce stade, la Fed devrait resserrer considérablement sa politique monétaire – et infliger des souffrances – si elle était déterminée à extirper les pressions inflationnistes du système.  Pourtant, elle n’ose pas adopter cette approche, car elle comporte un risque élevé de perdre quelque chose qu’elle vise désespérément à maintenir: le semblant de contrôle de la stabilité des marchés financiers.

Larry Summers, dans l’émission Wall Street Week avec David Westin, le 11 février dernier, soutenait :

« Il est tout simplement absurde que, dans une économie avec une inflation de 7,5%, dans une économie avec le marché du travail le plus tendu que nous ayons vu depuis deux générations, la banque centrale continue d’augmenter son bilan. »

Non ce n’est pas absurde, c’est normal, logique et incontournable.

La banque centrale a fait « tout ce qu’il fallait » pour créer un monde absurde dès le premier jour.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

3 réflexions sur “Editorial. Un monde absurde dont on ne peut sortir sans dégâts.

  1. Comment gérer et organiser l effondrement (niveau de vie et démographie trop élevés par rapport aux ressources naturelles) de l occident :

    Etape 1 (2020) créér la peur et terroriser les populations : virus, confinements et couvres feux absurdes…

    Étape 2 (2021) imposer par tous les moyens l unique solution à cette pandémie : vaccin (réduction de la population, ex : stérilité)

    Étape 3 (2022) baisse du niveau de vie pour l occident (appauvrissement généralisé par effondrement boursier – hausses des taux par ex – pour le haut de la classe moyenne d un coté et mesures d austérités sociales pour les autres) via la guerre en ukraine provoquée comme toujours dans l ombre par les usa/Otan et d en accuser les vilans russes.

    Etape 4 remise à zéro des compteurs, faillites bancaires et nouveau modèle économique…

    J’aime

  2. Vous dites souvent que les instances de régulation « savants, économistes, autorités « ne comprennent pas comment fonctionne le système capitaliste… » si j’extrapole, en quelque sorte ils auraient pour objectif de réguler correctment et qu ils font des erreurs.

    Il me semble que du point de vue du grand capital ces autorités prennent toujours les bonnes décisions. Que politiquement, cette hyper-inflation est la seule porte de sortie « honorable » qui appauvrira les masses (el pueblo) renforcera le pouvoir des élites tout en constituant un phénomène à la causalité complexe et pouvant être attribuée à des facteurs exogènes au système. L’inflation n’est elle pas bel et bien voulue, recherchée et provoquée à dessein?!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s