Le suivisme des Allemand les plombe et plombe toute l’Europe. Collapse géopolitique européen.

Lisez ce texte, vous n’en lirez pas de pareil dans cette fichue presse MSM et aux ordres.

 Annalena Baerbock, avoue maintenant :

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré mardi que son pays « ne pourrait pas bouger » -serait paralysé -si il était privé des importations de pétrole russe. Alors que le Royaume-Uni et les États-Unis ont annoncé qu’ils cesseraient d’acheter le pétrole de Moscou, l’Allemagne est trop dépendante pour arrêter. 

« Un tiers de nos importations de pétrole viennent de Russie », a déclaré Baerbock à la chaîne vidéo du journal Bild. « Si nous les arrêtions tout de suite, alors demain nous ne pourrions plus nous déplacer en Allemagne. » « Nous essayons de faire tout ce que nous pouvons pour arrêter cette guerre », a poursuivi Baerbock, faisant référence au conflit en cours entre l’Ukraine et la Russie, avant d’affirmer que le président russe Vladimir Poutine est actuellement « imparable » -On ne peut rien faire pour l’arréter-;.

Cet aveu de l’écologiste de longue date est particulièrement significatif dans le contexte oo la Russie affirme:  » hé, si besoin est, nous pouvons arrêter toutes les livraisons vers l’Europe et même fermer Nord Stream 1. »

Après tout, l’Allemagne est dans la liste des pays inamicaux vis a vis de la Russie.et elle n’est plus considéré (j’en avais averti depuis des années) comme un partenaire stratégique. 

Et je rappelle ce que je voulais alors souligner : le mythe de certaines hypothétiques relations spéciales russo-allemandes et d’une certaine synergie économique entre la Russie et l’Allemagne qui effraient les États-Unis n’est que cela: un mythe. Un mythe des années 1990 principalement. L’économie allemande est en train de glisser depuis le début des années 2000 et la mythologie des prouesses technologiques allemandes appartient principalement au XXe siècle. 

Bien sûr, il y a des domaines technologiques où l’Allemagne est dans le groupe des leaders, mais seulement quand ceux-ci sont pris principalement dans l’économisme occidental. 

Rappelez -vous ce que j’ai écrit il y a 5 ans sur le produit allemand le plus connu dans le monde : les voitures. 

Et une fois que vous commencerez à suivre la liste des compétences de l’Allemagne par rapport à la Russie, vous commencerez à rencontrer des cas de dissonance cognitive, parfois graves. 

Comme MTU et Siemens l’ont appris à leurs dépens lorsque la Russie les a mis dehors. La Russie a rapidement remplacés ces productions s et une des choses que beaucoup de ceux qui ont grandi avec le monétarisme et l’école d’économie occidentale ne parviennent toujours pas à saisir .

1. Le pays qui construit des stations spatiales et possède des avions de combat et commerciaux à la pointe de la technologie et des centrales nucléaires avancées aura peu de problèmes à développer tout ce que l’Allemagne produit, des voitures aux machines IRM et au matériel roulant, car ce n’est qu’une question de temps et d’argent. 

Même dans les trois domaines que j’ai énumérés les Russes disposent en eux-mêmes de suffisamment de moyens techniques et économiques pour se développer…. Ajoutez ici les compétences traditionnellement fortes de la Russie dans la construction navale, l’extraction, les logiciels et le traitement des matières premières et vous comprendrez pourquoi la Russie n’a pas peur d’être exclue du marché européen .

2. Je le répète, l’économie de la Russie est beaucoup plus grande que celle de l’Allemagne, avec l’ajout du marché à intégration rapide de la Biélorussie et de certaines autres anciennes républiques soviétiques, ce qui porte la population totale du domaine économique à moins de 200 à 220 millions de personnes, l’économie de la Russie commence à éclipser celui de l’Allemagne, sans parler de tout autre caniche de l’axe OTAN-UE. 

La Chine, l’Inde, l’Iran, la Turquie, le Vietnam – c’est là que se situe le pivot de la future économie mondiale. À quand remonte la dernière fois que quelqu’un a vérifié la population du Vietnam ? Eh bien, c’est 95 millions de personnes . Et puis il y a ceci :

L’Arabie saoudite réaffirme son engagement envers la Russie malgré la guerre en Ukraine. 

Le réalignement géopolitique de la moitié du millénaire était en cours depuis quelques années maintenant et après le rejet désinvolte par Scholz des allégations de génocide dans le Donbass par le régime de Kiev, les Russes ont vu, ils ont compris. Ils savent et ils ont tout ce dont ils ont besoin pour arriver à la conclusion finale. L’Allemagne est seule.censée . Il en va de même pour l’Europe qui est maintenant engloutie dans une russophobie suicidaire et hystérique. 

Vous ne pouvez pas apprendre de nouveaux tours à un vieux chien. L’Europe n’a absolument rien appris et son sort est désormais dans les mains des États-Unis et nous savons tous où vont les États-Unis. 

Le fait que même Bearbock ait dû faire face à la réalité économique est très révélateur, mais il est peut-être trop tard. 

Pour l’Allemagne en tout cas, car l’Allemagne est en première ligne sur l’autel du désespoir économique américain et Pepe Escobar résume parfaitement ce qui s’en vient :

L’Europe importe environ 400 milliards de mètres cubes de gaz par an, la Russie étant responsable de 200 milliards. L’Europe ne peut en aucun cas trouver 200 milliards de mètres cubes de gaz ailleurs pour remplacer la Russie, que ce soit en Algérie, au Qatar ou au Turkménistan. Sans parler de son manque de terminaux méthaniers nécessaires. Il est donc évident que le principal bénéficiaire de tout ce gâchis seront les États-Unis – qui pourront non seulement imposer leurs terminaux et leurs systèmes de contrôle, mais aussi profiter de prêts à l’UE, de ventes d’équipements et d’un accès complet à l’ensemble de l’infrastructure énergétique de l’UE. Toutes les installations GNL, pipelines et entrepôts seront connectés à un seul réseau avec une seule salle de contrôle : un rêve commercial américain.

C’était le « plan » américain depuis le début et ne me dites pas que nous n’en avons pas averti. Maintenant, l’Allemagne, qui a joué un rôle très important dans la création d’un putain de gâchis , recevra un « bonus » de réfugiés ukrainiens qui estiment y avoir droit et presseront l’UE pour obtenir tout ce qu’ils veulent et ils « ukrainiseront » l’Europe de la même manière que ils l’ont fait au Canada. Bonne chance Europe. 

Aux États-Unis, c’est une situation différente . Les États-Unis ne sont PAS l’Europe à bien des égards cruciaux et, comme je le dis tout le temps, la dynamique de l’effondrement américain et de sa possible renaissance est quelque peu différente. 

Pendant ce temps, le Brent Crude était à 131,31 $ il y a à peine 11 minutes. 

Le président Biden a reconnu que son administration n’était pas en mesure d’influencer fortement la hausse des prix de l’essence, dans des commentaires aux journalistes mardi.

Et la Russie n’a même pas commencé à introduire sérieusement des contre-sanctions, juste des limitations sur certaines exportations (en russe) . 

Attendez-le. Bouclez votre ceinture. Annalena est nerveuse. 

2 réflexions sur “Le suivisme des Allemand les plombe et plombe toute l’Europe. Collapse géopolitique européen.

  1. Les USA ont demandé aux pétromonarchies une augmentation de leur production qu’elles n’ont même pas écoutés et maintenant vont faire repentance au Venezuela pour avoir du pétrole. Si ils ne savent pas remplacer leurs importations russes par leur propre production, comment fourniront-ils les Européens?

    J’aime

  2. La « Youg Global Leader » Baerbock et son « Colonel Kling »-Scholz de patron feraient bien de relire les biographies du chancelier Bismarck.
    – Ce dernier a mené 3 guerres en 10 ans et les a toujours gagnées en lien AVEC une diplomatie forte et cohérente. En 1866, la victoire à Sadowa lui permet d’imposer une paix « blanche » vis-à-vis de l’Autriche-Hongrie, empêchant ainsi un sentiment de revanche autrichien (lequel aurait été trés gênant en 1870 …). De même en 1870, sa diplomatie circonscrit le conflit à un choc France/Confédération germanique.
    – A l’inverse, il refusa d’engager la Prusse puis l’Allemagne dans des conflits potentiels qui auraient été des cul-de-sac : « Une guerre dans les Balkans ne mérite pas les os d’un grenadier pomérarien ! »
    Dans un contexte différent, le vieux chancelier déclara : « Wir gehen nicht nach Canossa ! ». …. Baerbock et Scholz n’ont pas fini d’aller à Canossa !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s