La désinformation n’est ni sans danger ni sans coût.

Ce texte de grande qualité est généralement censuré sur les médias sociaux. Ici il est possible qu’il passe au travers de la censure. Je ne le traduis pas car il est complexe et je crains de le gâcher.

Ajout

Finalement il y a une traduction en bas après le texte anglais.

Ukraine may be many things … but a ‘gospel of democracy’?

We all know that the western media’s Ukraine coverage has been highly charged, playing on western feelings of sympathy for (some) underdog ‘victims’, and directing feelings towards a moral outrage that insists – even demands – retribution and punishment for the perceived perpetrators.

David Brooks in the New York Times elevates this feeling of guilt to higher planes:

“The creed of liberalism is getting a second wind [and has] reminded us not only what it looks like to believe in democracy, the liberal order and national honour; but also to act bravely on behalf of these things. They’ve reminded us how the setbacks [may] have caused us to doubt and be passive about the gospel of democracy. But despite all our failings, the gospel is still glowingly true”.

Ukraine may be many things … but a ‘gospel of democracy’?

Every serious crisis, of course, is also an opportunity for mythopoesis – especially at a time of anomie, when a dispirited less than half of a society believes that their country is not invested in them and “that the economic and political systems (and the people who run them), are stacked against [them] – no matter what you do”.

The Anglo-American Establishment has proved adept at intuiting: that owing to such anomie and erosion of our ‘sacred canopy’, a ‘noble lie’ can be used to give a rules-based order a last gasp. Its’ inherent power can be harnessed to generate the outrage as casus belli for global liberalism. After all, what better unifying force than the ‘grand American project’ of war to energise one’s desire for a reappropriated national significance.

The West has taken dominance of the ‘information space’ to new heights: consolidating the media; tightening its hold on information; marginalising the few investigative journalists that remain; and nullifying scepticism as examples of appeasement, or of “Putinism”. Freedom of online thought is disallowed; selective broadcast perspectives are removed or allowed (for example, pro neo-Nazi sympathies and politically-charged violence against Russians and Russia); and a monopoly over truth is established. So that when caught in falsehoods, any errant intrusion simply is algorithmically ‘disappeared’.

There is no doubt that the West has refined this mode of battle-scape to the highest degree, but its very success also diffuses its own pathogens throughout the western capillaries. Once set in motion, it possesses all the addictive power of online gaming. Write the script for a new scenario; direct its production; and then stage it on video. Many may disbelieve the resulting piece, but there is nothing for them to do, except to watch it in mute, frustrated silence. Game over. You have ‘won’.

Except you don’t. This game generates its own momentum. There is always another, at hand, to trump the last player’s taunt at Putin; to hail the victim’s new act of selfless bravery; to speculate about yet more foul deeds planned against him. And so the demand for retribution and punishment is invested with unstoppable momentum. The logic to its structure makes it almost impossible for any political leader to stand against the swelling tide.

That’s where we are: Three realities that are so severed from each other that they do not touch at any point. There is the reality of PsyOps that bears almost no resemblance to the reality of the military situation on the ground. Indeed, they manifest as polar inversions of each other: A heroic resistance versus a failing, demoralised and hobbled Russian army. Whereas the reality is that “Putin is NOT crazy and the Russian invasion is NOT failing”.

Then there is the clashing realities of a Europe and U.S. conjoined in ‘an economic, moral enterprise of social power and fighting morale’ (albeit at certain self-sacrifice/self-flagellation to themselves) to punish Russia. And the other reality that a ‘world at war’ – whether kinetic or financial – will be a disaster for Europe (and America).

War is inflationary. War is contractionary (and inflationary too). Everything – oil, gas, metals – the lot – are going up vertically, and the whole production chain for food is under pressure from every side. But this situation clearly is less disastrous for a super food and commodity supplier like Russia.

The third set of severed realities are, on the one hand, the contextless, exclusive focus on the Ukraine events, which effaces this moment of global political and economic inflection, and – on the other – the elephant-in-the room which is the Russia-China mega project to force a withdrawal and containment of the entire ‘rules-based’ hegemonic order.

There are other severed realities out there (such as the one about Russia isolated and shunned versus the reality that much of the planet does not support U.S. and European punitive sanctions) – but never mind that.

The point here is not just what happens when these realities collide, but what happens when one or other ‘reality’ that already holds a hyper emotional, moralising charge is forced into full consciousness as having been WRONG?

This is the pathogen inherent in taking the battle-scape of information dominance to an extreme: It begs the question: in what way will emotions turn if all the hype falls flat, and the ‘bad guy’ wins the game?

Will people turn against their present leaderships, or opt to double-down, demanding more ‘war’ as instincts rebel against any the realisation of failure inflicted upon settled quasi-religious convictions? The outcome to this psychic dilemma may determine whether we are heading to escalation and extended war, or not.

U.S. intelligence officials claimed on Tuesday that Putin is ‘desperate’ to end the conflict over Ukraine, with some privately suggesting he could even set off a tactical nuclear weapon in a Ukrainian city to get the job done. Fuelled by his disappointments, Putin could resort to using a small nuke: “You know, Russian doctrine holds that you escalate to de-escalate, and so I think the risk would rise, according to the doctrine,” CIA Director, and former U.S. Ambassador to Moscow, Burns said.

There it is … the next stage of escalation.

This now is being attributed to Putin, but the point is that it has been put ‘out there’ very publicly by the CIA. Is this ground preparation? An escalation to this level is likely not on the cards, so long, and only so long, as the option of sticking Russia into a Ukrainian quagmire remains firmly on the cards. If the PsyOps narrative – on which so much hangs – doesn’t stand up to the ground reality, the public will demand answers. Why were they led up “the Primrose Path”?  The setback to the ‘sacred canopy’ would be immense.

Biological labs have been found in Ukraine that reportedly have a U.S. connection: When asked about them, Victoria Nuland surprisingly admitted their existence, but said “she’s worried Russia might get them and that she’s 100% sure if there is a biological attack – it’s Russia”. On Thursday, the UK media led with the headline, “Putin plotting chemical weapons attack in Ukraine”. Plainly, the fear factor is being ramped to sustain a long-term insurgency/quagmire strategy for Russia in western Ukraine. It is, as David Brooks hinted, the last gasp in the defence of the liberal world order.

Can all this hype – small nukes, bio and chemical weapons – really take us to war? James Carden, in his piece says it can – and has. He quotes one instance:

“In a private letter written in 1918, the recently deposed German chancellor admitted that in the run-up to the Great War, “there were special circumstances that militated in favour of war, including those in which Germany in 1870-71 entered the circle of great powers” and became “the object of vengeful envy on the part of the other Great Powers, largely though not entirely by her own fault.”

“Yet Bethmann saw another crucial factor at work: that of public opinion. “How else,” he asked, “[to] explain the senseless and impassioned zeal which allowed countries like Italy, Rumania, and even America, not originally involved in the war, no rest until they too had immersed themselves in the bloodbath? Surely this is the immediate, tangible expression of a general disposition toward war in the world.”

Against the prospect that Putin may achieve his aims, short of general war, how might Europe and America react? They might react very differently.

Firstly, we must recall that one object of this ‘war fever’ always was to bind Europe to the U.S., and into NATO, and to prevent Russia-China co-opting Europe into the Great Asian Heartland economic integration project – thus leaving the U.S. as an isolated maritime ‘island’, strategically speaking.

The hardcore Neo-cons have had positive results: Nordstream 2 is cancelled – leaving Europe without a cheap secure source of energy. From the outset, the European project was conceived as a marriage of Russian resources to European manufacturing capacity. This option is now over. The EU has fully bound itself into the ‘fever’, and into U.S. sphere. And it has erected an ‘iron curtain’ against Russia (and by extension China). It has ‘sanctioned itself’ into a high-cost energy and commodity paradigm and made itself a captive market for the U.S. energy majors and American technology.

The EU has been fond of imagining itself as a liberal imperium. But that surely is gone now. Its’ Davos-style ‘re-set’, designed to steal a march on America, is defunct. The four key ‘transitions’ on which Brussels was depending to lift its reach from the national-level, to the global supra-national level, are defunct: Global ‘green pass’ health regulations, Climate, automation and monetary regulatory frameworks – for one reason or another – have failed and are off the agenda.

The EU was counting on these transitions as the peg to print a huge amount of money. They need it in order to liquefy an over-indebted system. Absent this peg, they are mulling a (highly inflationary) slush fund (ostensibly for defence and Russian energy substitution), financed by euro-bonds. (It will be interesting to see whether the so-called ‘frugal four’ EU states buy into this ploy for mutualised debt).

Yet inflation – already high and accelerating – is at the root of the crisis Brussels is facing. There is little to be done about this in light of the sanctions which the EU has enacted on Russia – with prices of everything going up vertically. And as for the other lacuna, there’s no way Europe can find 200 billion cubic meters of gas anywhere else to replace Russia, be it in Algeria, Qatar or Turkmenistan – not to mention the EU’s lack of necessary LNG terminals.

Europeans face a bleak future of soaring prices and economic contraction. For now, they can offer little political dissent to the controlling élites. The frameworks for genuine (as opposed to token) opposition in Europe, largely have been dismantled in the zeal of Brussels to suppress ‘populism’. EU citizens will bear the prospect in sullen anger (until the pain becomes unbearable).

‘Populism’ in the U.S. however, is not dead. Some 30 GOP Congressmen have opted to retire at the coming midterms. We may well witness an upsurge in the American populist sentiment in November. The point here, is that American populism traditionally is fiscally conservative. And it seems that Wall Street is shifting in that direction too: i.e. they may be getting ready to ditch Biden, and to support more fiscal rigour.

This potentially is huge. This week the Federal Reserve head said that whilst a part of the record U.S. inflation may be put down to Fed responsibility, Congress however was responsible too. This translates roughly as ‘stop the Big Spend, Biden!’. The Fed needs the space to raise interest rates. The head of Citibank spoke in a similar vein.

Will Wall Street swap horses (they backed Biden at the last election), and thus magnify the margin to the likely Republican majority in Congress? If so, with a big enough majority – anything may (politically) become possible. Republican conservatism traditionally (i.e. before the flirt with neo-con hawks) is highly cautious of foreign adventurism.

‘Whether it be BLM, Coronavirus, or now Ukraine, every single issue is talked about in apocalyptic terms and with gargantuan fear. But, as for all these frights:

“The deplorables are done”’. (paraphrased)

* Title borrowed from James Carden, writing in The Spectator.

Alastair Crooke

STRATEGIC CULTURE FOUNDATION

EN PRIME

je viesnde trouver une traduction chez Philippe Grassetde dedefensa

« Voilà ce qu’est la ‘fièvre de la guerre’ libérale » (*)

Nous savons tous que la couverture médiatique de l’Ukraine par les médias occidentaux a été très chargée, jouant sur les sentiments de sympathie de l’Occident pour (certaines) “victimes” défavorisées, et orientant les sentiments vers une indignation morale qui insiste, – voire exige – une rétribution et une punition pour les auteurs présumés.

David Brooks, dans le New York Times, élève ce sentiment de culpabilité à des niveaux supérieurs :

« Le credo du libéralisme connaît un second souffle [et] nous rappelle non seulement ce que c’est que de croire à la démocratie, à l’ordre libéral et à l’honneur national, mais aussi d’agir courageusement au nom de ces choses. Ils nous rappellent comment les revers [ont pu] nous faire douter et rester passifs face à l’évangile de la démocratie. Mais en dépit de tous nos échecs, l’évangile est toujours radieusement vrai… »

L’Ukraine peut être beaucoup de choses… mais un « évangile de la démocratie » ?

Toute crise grave, bien sûr, est aussi une occasion de mythopoésie, – surtout en période d’anomie, lorsqu’une moitié de la société, découragée, croit que son pays ne s’investit plus en elle et « que les systèmes économiques et politiques (et les gens qui les dirigent), sont empilés contre [elle], – quoi que vous fassiez ».

L’establishment anglo-américain s’est montré habile à comprendre qu’en raison de cette anomie et de l’érosion de notre “canopée sacrée”, un “noble mensonge” peut être utilisé pour donner un dernier souffle à un ordre fondé sur des règles. Son pouvoir inhérent peut être exploité pour générer l’indignation comme casus belli pour le libéralisme mondial. Après tout, quelle meilleure force unificatrice que le “grand projet américain” de la guerre pour stimuler le désir d’une signification nationale réappropriée.

L’Occident a porté la domination de l’“espace d’information” à de nouveaux sommets : il a consolidé les médias, resserré son emprise sur l’information, marginalisé les quelques journalistes d’investigation qui subsistent et réduit le scepticisme à néant en le qualifiant d’apaisement ou de “poutinisme”.  La liberté de pensée en ligne n’est pas autorisée ; les perspectives de diffusion sélectives sont supprimées ou autorisées (par exemple, les sympathies pro-néonazies et la violence à caractère politique contre les Russes et la Russie) ; un monopole de la vérité est ainsi établi. Lorsqu’elle est prise en flagrant délit de fausseté par rapport au dogme, toute intrusion errante est tout simplement “néantisée” du point de vue algorithmique.

Il ne fait aucun doute que l’Occident a raffiné ce mode de combat au plus haut point, mais son succès même diffuse également ses propres agents pathogènes dans les capillaires occidentaux. Une fois mis en branle, ce mode de combat possède tout le pouvoir d’accoutumance des jeux en ligne.  Écrivez le script d’un nouveau scénario, dirigez sa production, puis mettez-le en scène sur vidéo.  Beaucoup ne croiront peut-être pas le résultat, mais ils ne pourront rien faire d’autre que de le regarder en silence, frustrés. La partie est terminée. Vous avez “gagné”.

Sauf que ce n’est pas le cas. Ce jeu génère sa propre dynamique. Il y en a toujours un autre, à portée de main, pour remplacer la raillerie du dernier joueur à l’égard de Poutine ; pour saluer le nouvel acte de bravoure désintéressé de la victime ; pour spéculer sur d’autres actes criminels prévus contre elle.  Et ainsi, la demande de châtiment et de punition est investie d’un élan imparable. La logique de sa structure fait qu’il est presque impossible pour tout dirigeant politique de s’opposer à la marée montante.

C’est là où nous en sommes. Trois réalités tellement séparées les unes des autres qu’elles ne se touchent en aucun point. Il y a la réalité des opérations psychologiques qui n’a presque aucune ressemblance avec la réalité de la situation militaire sur le terrain. En fait, elles se manifestent comme des inversions polaires l’une de l’autre : une résistance héroïque contre une armée russe défaillante, démoralisée et handicapée. Alors que la réalité est que « Poutine n’est PAS fou et l’invasion russe n’est PAS un échec ».

Ensuite, il y a les réalités contradictoires d’une Europe et des USA unis dans « une entreprise économique et morale de puissance sociale et de moral de combat » (bien qu’au prix d’une certaine abnégation/autoflagellation pour eux-mêmes) pour punir la Russie. L’autre réalité est qu’un “monde en guerre”, – que cette guerre soit cinétique ou financière, – sera un désastre pour l’Europe (et l’Amérique).

La guerre est inflationniste.  La guerre est contractionniste (et inflationniste aussi). Tout, – le pétrole, le gaz, les métaux, etc., – augmente vertigineusement, et toute la chaîne de production alimentaire est soumise à des pressions de toutes parts. Mais cette situation est clairement moins désastreuse pour un super fournisseur de produits alimentaires et de matières premières comme la Russie.

La troisième série de réalités contradictoires est, d’une part, la focalisation exclusive et sans contexte sur les événements en Ukraine, qui efface ce moment d’inflexion politique et économique mondiale, et, d’autre part, l’énorme phénomène qu’est le mégaprojet Russie-Chine pour forcer un retrait et une protection de l’ensemble de l’ordre hégémonique “fondé sur des règles”.

Il y a d’autres réalités contradictoires  (comme celle de la Russie isolée et évincée par opposition à la réalité qu’une grande partie de la planète ne soutient pas les sanctions punitives américaines et européennes), – mais peu importe.

La question n’est pas seulement de savoir ce qui se passe lorsque ces réalités se heurtent, mais ce qui se passe lorsque l’une ou l’autre “réalité”, qui a déjà une charge hyperémotive et moralisatrice, est forcée de prendre pleinement conscience qu’elle a eu TORT ?

C’est le pathogène inhérent au fait de pousser à l’extrême le champ de bataille de la domination de l’information. Il faut se poser la question suivante : dans quel sens les émotions se transformeront-elles si tout le battage médiatique tombe à plat et que le “méchant” gagne la partie ? Les gens se retourneront-ils contre leurs dirigeants actuels ou choisiront-ils de redoubler d’efforts et de réclamer davantage de “guerre” alors que leurs instincts se rebellent contre le constat d’échec infligé à leurs convictions quasi-religieuses ? L’issue de ce dilemme psychique peut déterminer si nous nous dirigeons vers une escalade et une guerre étendue, ou non.

Des responsables du renseignement américain ont affirmé mardi que Poutine est “désespéré” de mettre fin au conflit en Ukraine, certains suggérant en privé qu’il pourrait même faire exploser une arme nucléaire tactique dans une ville ukrainienne pour y parvenir. Alimenté par ses déceptions, Poutine pourrait avoir recours à une petite arme nucléaire : « Vous savez, la doctrine russe veut que l’on escalade pour dés-escalader, et je pense donc que le risque augmenterait, conformément à la doctrine », a déclaré Burns, directeur de la CIA et ancien ambassadeur des États-Unis à Moscou.

Nous y voilà… la prochaine étape de l’escalade. Elle est maintenant attribuée à Poutine, mais le fait est qu’elle a été rendue publique par la CIA. Est-ce une préparation du terrain ? Il est peu probable qu’une escalade à ce niveau soit envisagée, tant que l’option d’enfoncer la Russie dans un bourbier ukrainien reste fermement envisagée. Si la narrative de la guerre psychologique, – dont dépendent tant de choses, – ne résiste pas à la réalité du terrain, l’opinion publique exigera des réponses. Pourquoi ont-ils été conduits sur “The Primpose Path” ? Le revers de la “canopée sacrée” serait immense.

Des laboratoires biologiques ont été découverts en Ukraine qui auraient un lien avec les Etats-Unis : Interrogée à leur sujet, Victoria Nuland a étonnamment admis leur existence, mais a déclaré « qu’elle craint que la Russie ne les obtienne et qu’elle est sûre à 100%  que, s’il y a une attaque biologique, elle viendra de la Russie. ».  Jeudi, les médias britanniques titraient en première page : « Poutine prépare une attaque aux armes chimiques en Ukraine ».  Il est clair que le facteur peur est renforcé pour soutenir une stratégie d’insurrection à long terme contre la Russie en Ukraine occidentale.  Il s’agit, comme l’a laissé entendre David Brooks, du dernier souffle pour la défense de l’ordre mondial libéral.

Tout ce battage médiatique, – armes nucléaires tactiques, armes biologiques et chimiques, – peut-il vraiment nous conduire à la guerre ?  James Carden, dans son article, affirme que c’est possible, – et que ça l’a été. Il cite un exemple :

« Dans une lettre privée écrite en 1918, le chancelier allemand récemment déchu a admis qu’à l’approche de la Grande Guerre, “il y avait des circonstances particulières qui militaient en faveur de la guerre, notamment celles où l’Allemagne, en 1870-71, est entrée dans le cercle des grandes puissances” et est devenue “l’objet d’une envie vengeresse de la part des autres grandes puissances, en grande partie, mais pas entièrement, par sa propre faute”.

» Pourtant, Bethmann voyait un autre facteur crucial à l’œuvre : celui de l’opinion publique. “Comment expliquer autrement, demande-t-il, le zèle insensé et passionné qui a permis à des pays comme l’Italie, la Roumanie et même l’Amérique, qui n’étaient pas impliqués dans la guerre à l’origine, de n’avoir aucun répit avant de s’être eux aussi plongés dans le bain de sang ? Il s’agit certainement de l’expression immédiate et tangible d’une disposition générale à la guerre dans le monde”. »

Face à la perspective que Poutine puisse parvenir à ses fins, sans guerre générale, comment l’Europe et l’Amérique pourraient-elles réagir ?  Elles pourraient réagir très différemment.

Tout d’abord, nous devons nous rappeler que l’un des objectifs de cette “fièvre de guerre” a toujours été de lier l’Europe aux États-Unis et à l’OTAN, et d’empêcher la Russie et la Chine de coopter l’Europe dans le projet d’intégration économique du grand Hartland asiatique, – laissant ainsi les États-Unis comme une “île” maritime isolée, stratégiquement parlant.

Les néo-conservateurs purs et durs ont obtenu des résultats positifs : Nordstream 2 est annulé, – laissant l’Europe sans une source d’énergie sûre et bon marché. Dès le départ, le projet européen a été conçu comme un mariage entre les ressources russes et la capacité de production européenne. Cette option est désormais révolue.  L’UE s’est entièrement liée à la “fièvre” et à la sphère américaine. Et elle a érigé un “rideau de fer” contre la Russie (et par extension la Chine).  Elle s’est “sanctionnée” dans un paradigme d’énergie et de produits de base à coût élevé et s’est transformée en un marché captif pour les grandes entreprises énergétiques américaines et la technologie américaine.

L’UE a toujours aimé s’imaginer comme un imperium libéral. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Son ‘Re-Set’ de Davos, conçu pour prendre de vitesse l’Amérique, n’existe plus. Les quatre “transitions” clés sur lesquelles Bruxelles comptait pour faire passer son influence du niveau national et au niveau mondial supranational sont caduques : les réglementations sanitaires mondiales du “passeport vert”, le climat, l’automatisation et les cadres réglementaires monétaires, – pour une raison ou une autre, – ont échoué et ne sont plus à l’ordre du jour.

L’UE comptait sur ces transitions pour imprimer une énorme quantité d’argent. Elle en a besoin pour liquider un système surendetté. En l’absence de ce point d’ancrage, elle envisage de créer une caisse noire (hautement inflationniste) (apparemment pour la défense et le remplacement de l’énergie russe), financée par des euro-obligations. (Il sera intéressant de voir si les “quatre pays économes” de l’UE adhèrent à ce stratagème de mutualisation de la dette).

Pourtant, l’inflation, – déjà élevée et qui accélère, – est à l’origine de la crise à laquelle Bruxelles est confrontée. Il n’y a pas grand-chose à faire à ce sujet, compte tenu des sanctions que l’UE a prises à l’encontre de la Russie, – tous les prix augmentent vertigineusement. Quant à l’autre lacune, l’Europe n’a aucune chance de trouver 200 milliards de mètres cubes de gaz ailleurs pour remplacer la Russie, que ce soit en Algérie, au Qatar ou au Turkménistan, – sans parler du fait que l’UE ne dispose pas des terminaux GNL nécessaires.

Les Européens sont confrontés à un avenir sombre fait de flambée des prix et de contraction économique. Pour l’instant, ils ne peuvent offrir que peu de dissidence politique aux élites qui les contrôlent. Les cadres d’une véritable opposition (par opposition à une opposition symbolique) en Europe ont été en grande partie démantelés dans le zèle de Bruxelles à réprimer le “populisme”.  Les citoyens européens supporteront cette perspective dans une colère maussade (jusqu’à ce que la douleur devienne insupportable).

Aux États-Unis, cependant, le “populisme” n’est pas mort. Quelque 30 membres du Congrès du GOP ont choisi de se retirer lors des prochaines élections de mi-mandat. Nous pourrions bien assister à une recrudescence du sentiment populiste américain en novembre. Le fait est que le populisme américain est traditionnellement conservateur sur le plan fiscal. Et il semble que Wall Street évolue également dans cette direction : c’est-à-dire qu’il pourrait se préparer à abandonner Biden et à soutenir une plus grande rigueur fiscale.

C’est potentiellement énorme. Cette semaine, le directeur de la Réserve fédérale a déclaré que si une partie de l’inflation américaine record peut être attribuée à la Fed, le Congrès est également responsable.  Cela se traduit en gros par “Arrêtez les grosses dépenses, Biden !”. La Fed a besoin de l’espace nécessaire pour augmenter les taux d’intérêt.  Le directeur de la Citi Bank s’est exprimé dans le même sens.

Wall Street va-t-il changer de camp (il a soutenu Biden lors des dernières élections), et ainsi agrandir la marge de la probable majorité républicaine au Congrès ?  Si tel est le cas, avec une majorité suffisante, tout peut devenir (politiquement) possible.  Le conservatisme républicain traditionnel (c’est-à-dire avant le flirt avec les faucons néoconservateurs) est très prudent vis-à-vis de l’aventurisme étranger.

« Qu’il s’agisse des ‘Black Live Matters’, du coronavirus ou maintenant de l’Ukraine, chaque question est abordée en termes apocalyptiques et avec une peur gargantuesque. Mais, pour ce qui est de toutes ces frayeurs :

» Les ‘déplorables’ ont déjà donné ».  (… En paraphrasant)

Alastair Crooke

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s