Opinion : cette fois la victime sera l’Europe


Par Abdel Bari Atwan

09 mars 2022

https://thecradle.co/Article/columns/7707

Le berceau

Au cours de la deuxième guerre menée par les États-Unis contre l’Irak en 2003 et de l’invasion et de l’occupation qui en ont résulté, j’ai écrit un article dans le quotidien britannique The Observer , commandé par son rédacteur en chef, intitulé « L’Amérique est experte en destruction et non en construction ». ‘ Selon la revue médicale internationale Lancet , ce titre s’est avéré tristement exact alors que les avions de combat américains bombardaient toutes les infrastructures irakiennes, des stations d’eau et d’électricité aux ponts, et tuaient plus d’un million d’Irakiens .

Près de 20 ans plus tard, l’article me revient à l’esprit alors que je suis les développements de la guerre ukrainienne, la posture militaire et diplomatique associée des parties prenantes mondiales et le déclenchement potentiel d’une guerre nucléaire qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour le monde – à commencer par Europe.

Champ de bataille : Europe

C’est l’Europe, après tout, qui sera le principal théâtre d’un affrontement nucléaire si les efforts de médiation actuels ne portent pas leurs fruits. Et toute « solution politique » du conflit est synonyme de victoire pour le président russe Vladimir Poutine et son pays, car Moscou n’acceptera rien de moins qu’une purge complète de la profondeur stratégique de l’OTAN en Ukraine.

Ce sont les États-Unis qui ont voulu et déclenché cette guerre, et l’Ukraine et son bon peuple n’ont été que victimes de la déclaration du président américain Joe Biden en entrant à la Maison Blanche selon laquelle la Russie est l’ennemi numéro un des États-Unis, suivie de la Chine. Il a simplement fait de l’Ukraine «l’appât empoisonné» pour entraîner les Russes dans une longue guerre d’usure qui pourrait saper leur économie et provoquer une sédition de l’intérieur.

La menace américano-européenne de « sanctions de l’enfer » était un double plan : soit cela dissuaderait Poutine d’envahir l’Ukraine, soit cela le pousserait à faire précisement cela. Le premier serait présenté comme une défaite russe, et le second serait utilisé pour ruiner financièrement l’État russe, retourner ses citoyens contre leur gouvernement et isoler Moscou.

Mais, environ deux semaines après l’entrée du premier char russe sur le territoire ukrainien, la naïveté du plan occidental a été pleinement exposée. Non seulement il a mal évalué la vitesse à laquelle Moscou pourrait atteindre ses objectifs, mais il a complètement sous-estimé la capacité de la Russie à contrer les punitions occidentales avec les siennes.

Le plan occidental a plutôt déclenché un contrecoup aux proportions monumentales, dont les premières victimes seront des résidents d’Europe et des États-Unis.

Ukraine, le silex pour allumer un feu

Alors que la poussière retombait, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a commencé à montrer des signes de choc et d’hystérie, fustigant la « faiblesse » de l’OTAN, rassemblant des bataillons de néonazis de droite pour remplacer les soldats de l’armée ukrainienne déserteurs et lançant un appel mondial à l’étranger pour trouver des combattants à venir en Ukraine et combattre les Russes.

Zelensky a maintenant réalisé que l’OTAN n’était prête qu’à se tenir à ses côtés et à provoquer ses diatribes anti-Moscou jusqu’à ce que les véhicules blindés russes arrivent. Il a vite découvert qu’il était abandonné de tous, en particulier des États-Unis, dont le représentant aux nations unis a déclaré hier qu’ils n’enverraient pas un seul soldat ou avion en Ukraine.

Alors que les prix du pétrole ont grimpé en flèche pour atteindre environ 130 dollars américains le baril cette semaine, des pays européens, dont l’Allemagne, la Bulgarie et la France, ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas se passer des importations de pétrole et de gaz russes. Ces mots sont la première indication tangible d’une fissure dans l’alliance atlantique, et on devrait s’attendre à ce qu’ils s’étendent à l’alliance de l’OTAN à mesure que les fissures se creusent.

L’Europe tire ostensiblement sa force de la puissance de son économie et des soi-disant « valeurs communes » de l’ordre libéral en déclin fondé sur la démocratie, les droits de l’homme et la justice sociale. Aujourd’hui, ces éléments s’érodent un par un à mesure que la censure, l’autoritarisme et le profit de guerre s’installent au sein de la gouvernance occidentale.

Les masques sont tombés.

 Au lieu de cela, ces « valeurs » sont rapidement remplacées par des sensibilités racistes manifestes, favorisant le citoyen « aux cheveux blonds et aux yeux bleus » par rapport à tous les autres, et mobilisant les mouvements néonazis et extrémistes pour maintenir « l’ordre occidental fondé sur des règles ».

L’économie, c’est le pouvoir : l’effondrement de l’alliance occidentale

La prospérité économique, la sécurité et la stabilité dont jouit l’Occident depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale seront les premières victimes de cette confrontation qui prend forme en Ukraine, et il semble presque certain que l’effondrement financier, le chaos politique et la fragmentation géographique intra-étatique pourraient résulter.

Les décennies de sanctions punitives imposées par les États-Unis comme alternative à une intervention militaire directe en Corée du Nord, en Iran, en Syrie, à Cuba et au Venezuela n’ont pas atteint leurs objectifs. Ils n’ont pas provoqué le « changement de régime » qui était prévu, et il est très peu probable que les sanctions actuelles contre la Russie, si elles sont imposées (jusqu’à présent, le flux de pétrole et de gaz russe est payé via le système financier SWIFT) en totalité ou en partie, s’avérera une exception.

Alexander Novak, vice-Premier ministre russe chargé de l’énergie, a mis en garde lundi soir contre les conséquences « catastrophiques » pour les marchés mondiaux du pétrole et du gaz si les États-Unis mettaient à exécution leurs menaces d’interdire les exportations d’énergie de son pays.

Ces actions, a-t-il prédit, entraîneraient une multiplication par dix du prix du mètre cube de gaz naturel et un prix sans précédent de 300 dollars américains le baril de pétrole. Novak a en outre menacé que Moscou riposterait en interrompant l’approvisionnement en gaz vers l’Europe via son gazoduc Nord Stream 1, surtout si l’Allemagne continue de suspendre son homologue Nord Stream 2 en réponse à la pression américaine et si Washington impose une interdiction du pétrole russe.

Nord Stream 1 fonctionne actuellement à 100 % et pompe près de 60 milliards de mètres cubes par an vers l’Europe.

Les États-Unis ont détruit l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan et la Libye, et n’ont participé à la reconstruction d’aucune de ses destructions.

Mais la victime sera désormais l’Europe, qui, tout en étant capable d’intimider ces États plus faibles, ne pourra pas le faire avec une puissance mondiale beaucoup plus grande et plus forte comme la Russie, dirigée par un stratège géopolitique astucieux comme Vladimir Poutine.

L’Europe prête maintenant ses territoires à la dernière guerre américaine. Elle fait face à une puissance nucléaire alliée à d’autres États nucléaires comme la Chine, la Corée du Nord et, potentiellement, l’Inde. Cette fois, la magie peut être activée sur le magicien et la destruction sur les États-Unis.

Les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de The Cradle

4 réflexions sur “Opinion : cette fois la victime sera l’Europe

  1. En cas de guerre nucléaire, la Russie n’épargnera pas le territoire du boss, les USA.

    L’oligarque boss de Zelenski n’a pas été assez intelligent pour s’apercevoir que l’Ukraine n’était pas l’enjeu – qui était de resserrer les liens en train de se distendre avec les Européens – mais uniquement la cerise sur le gâteau, cerise pour laquelle on ne fait pas de sacrifices

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s