A Marioupol les extrémistes préparent des atrocités qu’ils veulent faire imputer aux Russes pour élargir la guerre

Agrégateur d’actualités LNR DNR

Traduction Google  :

Voyez ce que les lecteurs ont envoyé de Marioupol. Si le message correspond aux faits, il doit être mis en évidence.

« Zelensky prépare deux provocations à Marioupol !!!

– une provocation contre les citoyens de Turquie, qui se sont cachés dans la mosquée construite par Akhmetov.

Cette provocation commence, par les tirs des artilleurs ukrainiens sur la mosquée.

Zelensky, ne pouvant pas pousser L’UE, les États-Unis et la Grande-Bretagne dans la guerre contre la Fédération de Russie , il essaie d’entraîner la Turquie dans la guerre, dans l’espoir de l’émotion explosive orientale et de l’amour des croyants pour leurs sanctuaires.

La deuxième provocation Zelensky se prépare pour des photos dans les médias occidentaux, après une provocation infructueuse avec l’hôpital de la maternité, des combattants ukrainiens.

ENSEMBLE AVEC L’ADMINISTRATION DU THÉÂTRE ILS ONT MIS LES FEMMES, LES ENFANTS ET LES PERSONNES ÂGÉES DE MARIUPOL DANS LE BÂTIMENT DRAMTETRA AFIN DE PIEGER LES GENS ET MONTRER AU MONDE ENTIER QUE C’EST L’AVIATION DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE . NE FAITES PAS LE SILENCE ! NOUS DEVONS FAIRE SAVOIR A PLUS DE PERSONNES À CE SUJET !

https://t.me/novostldnr/2145 – 29.3K vues – 12 mars à 21:27

La confirmation de l’horodatage Telegram est la redistribution de ce qui précède par plusieurs personnes :Elena Evdokimova @elenaevdokimov7 – 

5:12 UTC · 13 mars 2022

Des informations seraient venues des habitants de Marioupol (rappel – ils sont pour la plupart de souche russe) selon lesquelles des néonazis d’Azov auraient rassemblé des femmes, des enfants et des personnes âgées de Mariupol dans le bâtiment du théâtre dramatique de Mariupol et allaient le faire exploser, mettant les victimes sur le dos de bombardements russes « 

Cela semble alors être un autre faux incident, tout comme le curieux incident de la maternité il y a quelques jours, où la destruction d’un bâtiment de plus de 100 chambres a entraîné des allégations de seulement 17 blessés, dont aucun n’a été documenté par les photographes immédiatement disponibles sur les lieux.

Et pour ceux qui pensent que les affirmations selon lesquelles « les néo-nazis d’Azov gouvernent Mariupol » ne sont que des exagérations calomnieuses « russes », je propose cet article publié hier par DW , le service d’information financé et dirigé par le gouvernement allemand :

Le bataillon Azov : des extrémistes défendant MarioupolLe célèbre bataillon Azov, également connu sous le nom de régiment Azov, a publié cette vidéo plus tôt cette semaine sur sa chaîne Telegram. Il a annoncé qu’il avait détruit trois véhicules blindés russes et quatre véhicules de combat d’infanterie, et tué « de nombreux fantassins ». Ensuite, il a publié une photo d’un homme mort en uniforme, censé être un général russe qu’il avait tué. 

Il est difficile de vérifier ces affirmations.

La ville de Marioupol, qui compte 500 000 habitants, est principalement défendue par le bataillon Azov.

C’est aussi à Marioupol que le bataillon Azov, qui fait partie de la Garde nationale ukrainienne et donc subordonné au ministère de l’Intérieur, a installé son quartier général. 

Ses combattants sont bien entraînés, mais l’unité est composée de nationalistes et de radicaux d’extrême droite. Son existence même est l’un des prétextes que la Russie a utilisés pour sa guerre contre l’Ukraine.

Au départ, Azov était une milice volontaire qui s’est formée dans la ville de Berdiansk pour soutenir l’armée ukrainienne dans sa lutte contre les séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine. Certains de ses combattants appartenaient au petit mais actif groupe d’extrême droite Pravyi sektor (secteur droit), dont le noyau dur était originaire de l’est de l’Ukraine et parlait russe. A l’origine, ils avaient même prôné l’unité des peuples slaves orientaux : Russes, Biélorusses et Ukrainiens. Certains étaient des ultras du football, d’autres étaient actifs dans les cercles nationalistes. De telles associations seraient décrites comme des « camaraderies libres », ou des groupes néonazis organisés, en Allemagne, a déclaré Andreas Umland du Centre d’études sur l’Europe de l’Est de Stockholm, à DW.

Le Center for International Security and Cooperation (CISAC) de l’université de Stanford a recueilli pas mal d’informations sur le bataillon Azov :Le bataillon Azov est une organisation paramilitaire nationaliste d’extrême droite basée en Ukraine. Fondé en 2014, le groupe promeut le nationalisme et le néonazisme ukrainiens par le biais de son organisation paramilitaire de la Milice nationale et de son aile politique du Corps national. Il se distingue par son recrutement de combattants étrangers d’extrême droite des États-Unis et d’Europe ainsi que par ses liens transnationaux étendus avec d’autres organisations d’extrême droite. En 2022, le groupe s’est à nouveau fait connaître pour avoir combattu les forces russes à Kiev, Kharkiv et Marioupol.

En 2014 , Newsweek et d’autres ont documenté qu’Azov est en effet une organisation fasciste :La chaîne norvégienne TV2 a présenté hier des images du bataillon Azov arborant des drapeaux avec les symboles du parti néonazi ukrainien – Patriot of Ukraine.

En 2016, Amnesty International a accusé le bataillon Azov de « disparitions forcées, détentions arbitraires et tortures ».

Depuis au moins 2015 des fascistes ukrainiens comme des membres du bataillon Azov ont été entraînés par la CIA :Alors que les lignes de bataille se durcissaient dans le Donbass, un petit groupe restreint de paramilitaires vétérans de la CIA ont effectué leurs premiers voyages secrets sur les lignes de front pour y rencontrer leurs homologues ukrainiens, selon d’anciens responsables américains….Jusqu’à présent, cependant, les détails du programme d’entraînement paramilitaire de la CIA sur les lignes de front orientales de l’Ukraine n’ont jamais été révélés. Cette initiative, selon d’anciens responsables de l’agence, a aidé les forces d’opérations spéciales ukrainiennes endurcies au combat pour l’assaut russe actuel, qui a plongé l’Europe dans son pire conflit depuis des décennies.

La Nation en 2019 : les néo-nazis et l’extrême droite sont en marche en Ukraine :L’Ukraine post-Maïdan est la seule nation au monde à avoir une formation néonazie dans ses forces armées. Le bataillon Azov a été initialement formé à partir du gang néonazi Patriot of Ukraine. Andriy Biletsky, le chef du gang qui est devenu le commandant d’Azov, a écrit un jour que la mission de l’Ukraine est de 

« mener les races blanches du monde dans une croisade finale… contre les Untermenschen dirigés par les sémites ». Biletsky est maintenant député au parlement ukrainien.

Al Jazeera en 2022 : Profil : Qui sont les régiments ukrainiens d’extrême droite Azov ?Ces forces étaient financées par des oligarques privés – le plus connu étant Igor Kolomoisky, un magnat de l’énergie milliardaire et alors gouverneur de la région de Dnipropetrovska….En janvier 2018, Azov a déployé son unité de patrouille de rue appelée National Druzhyna pour « rétablir » l’ordre dans la capitale, Kiev. Au lieu de cela, l’unité a mené des 

pogroms contre la communauté rom et a attaqué des membres de la communauté LGBTQ….Alors que le groupe nie officiellement toute connexion néo-nazie, la nature d’Azov a été confirmée par plusieurs médias occidentaux : 

le New York Times a qualifié le bataillon de « ouvertement néo-nazi », tandis que 

USA Today , 

The Daily Beast , 

The Telegraph et

Haaretz a documenté la propension des membres du groupe pour les 

croix gammées , les saluts et autres symboles nazis, et des combattants individuels ont également  reconnu être des néonazis.

L’un des objectifs de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine est de dénazifier le pays. L’élimination du bataillon Azov à Marioupol et des groupes similaires ailleurs en Ukraine est certainement à leur ordre du jour.

Il n’est donc pas étonnant qu’Azov simule des incidents comme à la maternité et au théâtre dramatique pour gagner plus de soutien «occidental» pour son équipe.

Les États-Unis promettent de livrer plus d’armes à l’Ukraine.

Ces armes rendront plus difficile pour les troupes russes l’accomplissement de leurs tâches. Ils devront utiliser plus d’artillerie et de bombardements pour supprimer les formations ukrainiennes utilisant ces armes. Cela conduira à beaucoup plus de dégâts et de pertes parmi les troupes ukrainiennes et les civils. Cela n’affectera cependant pas le résultat plus large de l’opération.

Les États-Unis sont en fait prêts à combattre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s