Voila ce que l’Occident qui se pâme devant les pitreries de Zelenski ne comprend pas.

Un cinéaste russe partout reconnu pour son talent, Nikita Mikhalkov, a prononcé son propre discours au peuple russe, – un parallèle avec le discours de Zelenski au Congrès, peut-être ?

« Regardez-vous, [peuple russe], et rappelez-vous qu’ils vous feront la même chose si vous faites preuve de faiblesse…

Mes frères, rappelez-vous le sort de la Yougoslavie et ne les laissez pas vous faire la même chose.

Je suis personnellement convaincu que ce n’est pas une guerre entre la Russie et l’Ukraine, ce n’est pas une guerre entre la Russie, l’Europe et l’Amérique. Ce n’est pas une guerre pour la démocratie comme ils veulent nous en convaincre. C’est une tentative globale, et peut-être la dernière, de la civilisation occidentale d’attaquer le monde russe, l’éthique orthodoxe et ses valeurs traditionnelles.

Celui qui a été élevé sur ces valeurs n’acceptera jamais ce qu’ils nous proposent, des mariages homosexuels à la légalisation du fascisme.

La guerre est une chose terrible.

Je ne connais pas une personne normale qui pense que la guerre est une bonne chose. Mais l’Ukraine, l’Amérique et l’Europe ont commencé à se préparer à cette guerre dès 1991…

Il y a deux façons de sortir de cette situation : soit nous nous défendons, soit nous cessons d’exister. En fin de compte, je vous offre les sages paroles d’un homme intelligent : “Il vaut mieux être pendu pour sa loyauté qu’être récompensé pour sa trahison”. »

Mikhalkov n’est pas un cas isolé.

La Dr Mariya Matskevich, de l’Institut de sociologie de l’Académie des sciences de Russie, explique qu’une grande partie de la population russe considère la guerre en Ukraine comme “une lutte sainte” et “une guerre de la Russie avec le reste du monde”.

Elle ajoute qu’il s’agit d’une position que de nombreux Russes trouvent bien plus concevable que toute coopération avec le monde extérieur.

Elle note que les sondages démontrent régulièrement, et généralement avec précision, la pertinence de ce modèle, ainsi que la croyance répandue que ce que la Russie fait en Ukraine est de se défendre contre une attaque occidentale.

Pour cette raison, le soutien populaire russe à Poutine, à son gouvernement et même à son parti Russie Unie a augmenté depuis le début des hostilités.

La notion de “guerre totale” a été exprimée avec force sur une chaîne de télévision à grande écoute par un éminent penseur et auteur russe, le professeur Douguine. Son point de vue a suscité un large soutien :

• La guerre en Ukraine n’est pas seulement existentielle pour l’État russe, elle l’est aussi pour le peuple russe, sa culture et sa civilisation.

• Une issue favorable en Ukraine est la clef de la création d’un nouvel ordre mondial.

• Jusqu’à présent, l’Occident n’a jamais accepté la Russie comme partenaire, mais l’opération en Ukraine va changer cela.

Vous pouvez être d’accord ou non avec ce point de vue, mais là n’est pas la question. La question est de savoir s’il s’agit d’une opinion authentique, ou non, du peuple russe. Si c’est le cas, alors Poutine et la Russie ne reculeront pas devant une nouvelle série de sanctions occidentales, ni même devant de nouveaux drones ou de nouvelles armes fournies à Kiev : la guerre totale est, bien sûr, existentielle, – elle ira jusqu’au bout.

Un éminent universitaire serbe, le professeur Vladusic, replace cette question dans un contexte plus large. Il existe une carte des civilisations dans le ‘Choc des civilisations’ de Huntington. Sur cette carte, l’Ukraine et la Russie sont peintes de la même couleur, car elles appartiennent à la même civilisation, la civilisation orthodoxe.

Et juste à côté de l’Ukraine, commence la couleur sombre avec laquelle Huntington marque la civilisation de l’Occident :

« [En] regardant la guerre à travers les yeux de Huntington, voici ce que je conclu : la guerre entre la Russie et l’Ukraine est une grande catastrophe pour la civilisation orthodoxe. L’hypothétique disparition de la Russie serait également la fin de la civilisation orthodoxe, car il n’existe aucun autre pays orthodoxe suffisamment puissant pour défendre les autres nations orthodoxes. Huntington me souffle alors qu’il n’est jamais arrivé dans l’histoire qu’un pays passe d’une civilisation à une autre, non pas parce que certains pays n’ont pas essayé, mais parce que, tout simplement, les autres civilisations ne les ont jamais acceptés définitivement. Sans la Russie, le poids géopolitique des pays orthodoxes restants chuterait tellement que les autres civilisations les ramèneraient, au mieux, au rang de colonies moribondes. Bien entendu, cela s’applique également à l’Ukraine. Au moment où la Russie serait vaincue, ce qui signifie très probablement divisée en plusieurs États, le même sort s’abattrait probablement sur l’Ukraine. Nous savons tous ce que signifie le mot “balkanisation”. »

Tout se passe comme si la guerre totale pouvait devenir inévitable. 

Ht Philippe Grasset et dedefensa.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s