Editorial: en détruisant les marchés, le capitalisme s’auto-détruit, il cesse d’être légitime. L’intelligence déserte.

Si vous faisiez comme moi , si vous collectiez, analysiez les nouvelles chaque matin , vous seriez frappés par l’incohérence voire l’absurdité des marchés et de leurs mouvements.

Vous seriez étonnés des contorsions des commentateurs qui essaient , inlassables car il faut bien gagner sa vie, de trouver des liens de cause à effet entre les évènements et le comportement des bourses.

Ils n’ont aucun pouvoir d’anticipation, d’interprétation et à la limite de compréhension de ce qui si passe. Et pour cause , ce sont des marchés dont l’intelligence ne dépasse pas celle des chiens de Pavlov, ils salivent quand ils entendent la clochette.

Nous sommes dans des univers simplistes et simplifiés d’arc-reflexes; l’entendement humain a abdiqué.

Ceci implique que l’intelligence des choses est un handicap au lieu d ‘être un avantage, ceci implique que le lointain, le fondamental, le souhaitable, l’optimum, ne sont pris en charge par personne, même pas par la masse, même pas par la résultante des essais et erreurs ou la confrontation d’opinions contraires statistiquement reparties.

C’est l’auto destruction de toutes les tentatives de validation d’un qui a échoué à être libéral; le système, il est rigoureusement non légitime et non légitimable. Il est inefficace non par construction mais par son évolution perverse imbécile.

Les marchés, ce sont des bouchons qui flottent grâce à la politique monétaire ou aux interventions institutionnelles comme ce fut le cas récemment pour les marchés de matières premières, ils flottent à la surface de courants qui les dépassent . La seule chose qu’il importe de savoir c’est cela; le niveau de l’eau qui leur permet flotter et les promesses des autorités quant à ce niveau futur de l’eau .

Les marchés, la notion même de marché se détruit de l’intérieur , il n’en reste que des simulacres honteux, biaisés qui permettent à des minorités bien placées de s’en mettre plein les poches et de tondre les moutons qui osent s’aventurer dans ces espaces de prédation.

Les marchés ont cessé d’être un lieu de découverte des prix, de confrontation de désirs libres contradictoires, d’informations et de recherche d ‘optimum.

Les marchés ne sont plus que courroies de transmissions au profit des puissants et espaces de prédation pour une clique.

Et dire que je me suis battu pour cela en son temps!.

Je me souviens du temps ou Greenspan disait avant la crise des telcos en 2000 que toute cette foule des analystes et des gestionnaires qui payaient des prix astronomiques pour la technologie ne pouvaient se tromper! Ah le ridicule, derrière on a chuté de 83%!

Ce Greenspan n’avait pas compris ce que j’avais compris depuis deux décennies à savoir que lorsque la monnaie était désancrée et la banques centrale activiste, plus rien ne marchait normalement, tout dysfonctionnait, tout déconnait. Tout devenait fragile, caprice, frivole soumis aux seuls animal spirits .

Le désancrage des monnaies impliquait avec un temps de retard le désancrage de toutes les valeurs financières lesquelles n’étaient que des avatars de la monnaie et ensuite après le désancrage des valeurs financières , le désancrage en chaine de toutes les valeurs réelles, puis finalement le désancrage des valeurs morales et des valeurs humaines.

Quand on a désancré les monnaies, on a largué les amarres de la raison , on s’est élancé sur l’océan de la folie .

Ceci a encore été démontré en milieu de semaine dernières quand Powell, capitaine du Titanic, lui aussi colossal bouchon flottant , radeau de la Méduse sur des courants qui le dépassent, quand Powell a prononcé le mot magique « agile », c’est à dire le mot « souple » et qu’il a donc explicitement promis que dès qu’il le faudra il stoppera la tentative de resserrement monétaire.

En une semaine, Powell le magicien a créé « 45 trillions de valeur » sur les marchés globaux

Tout le reste, toutes les études micro, macro, géo ou autres sont billevesées inutiles et gaspillages.

[Yahoo/Bloomberg] Stocks Steady, U.S. Futures Retreat as Oil Jumps: Markets Wrap

[Yahoo/Bloomberg] Oil Climbs as Traders Gauge War in Ukraine, Middle East Tensions

[Reuters] EU to mull Russian oil embargo with Biden set to join talks

[Yahoo/Bloomberg] Trading Suspended; Ronshine Auditor Resigns: Evergrande Update

[Yahoo/Bloomberg] China Evergrande and Its Units Suspend Trading in Hong Kong

[BBC] Omicron vs Zero-Covid: How long can China hold on?

[Bloomberg] Shanghai Is China’s Latest Virus Hotspot to Test Covid Zero Push

[Bloomberg] Climate Impact From China’s Coal Push Visible From Space

[WSJ] Russia, Failing to Achieve Early Victory in Ukraine, Is Seen Shifting to ‘Plan B’

[FT] Australia’s cataclysmic floods raise spectre of communities’ permanent retreat

Une réflexion sur “Editorial: en détruisant les marchés, le capitalisme s’auto-détruit, il cesse d’être légitime. L’intelligence déserte.

  1. Qui se souvient de ses cours d’économie ou le prof se croyait malin à nous enseigner que la bourse était l’exemple parfait du marché efficient de concurrence pure et parfaite ? qu’elle n’était pas manipulable car s’y confrontait des milliers d’opinions…..

    C’est la plus belle connerie qu’on m’ait jamais apprise.

    C’est précisément l’inverse. Il n’y a plus de marché.

    N’oubliez pas que sur une valeur comme Apple il s’échange chaque jour plusieurs fois le volume du CAC 40. C’est un confetti. Avec du levier vous en faites ce que vous voulez.

    La bourse est aujourd’hui et dans le meilleur des cas un oligopole cartélisé. La queue remue le chien. La gestion est passive à 95 % ce qui arrange les prestidigitateurs qui font du pognon sur les dérivés en initiant des mouvements comme bon leur semble.

    D’ailleurs, plus c’est irrationnel mieux c’est car c’est comme ça qu’on piège du monde sur des marchés à somme nulle.

    Plus exactement il n’y a plus de marché 99 % du temps.

    Le marché ne redevient efficient que de manière sporadique, quand il y a une vraie raison de vendre massivement et que les parasites doivent débrancher leurs automates sous peine de se faire tarter.

    Ceux qui ne veulent pas le comprendre ou pas le voir sont dans le meilleur des cas des idiots, dans le pire des malhonnêtes qui doivent baratiner leurs clients pour entretenir leur fonds de commerce.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s