Les dépêches. Hausse des taux longs. La question des paiement en roubles aux Russes

Hausse des taux longs.

D’après Statista, part de l’approvisionnement en gaz de la Russie en Europe en 2020, par pays sélectionné :

Bosnie-Herzégovine* 100 %
Macédoine du Nord* 100 %
Moldavie* 100 %
Finlande 94 %
Lettonie 93 %
Serbie* 89 %
Estonie* 79 %
Bulgarie 77 %
Slovaquie 70 %
Croatie 68 %
Tchéquie 66 %
Autriche* 64 %
Grèce 51 %
Allemagne* 49 %
Italie 46 %
Lituanie 41 %
Pologne 40 %
Hongrie 40 %

Financial Times a déclaré que l’Allemagne obtient désormais 55 % de son gaz de la Russie et que l’Italie est le deuxième client en volume.

ECOUTONS YVES SMITH/

Rappelons que nous avons dit le jour même où les États-Unis ont imposé des sanctions économiques à la Russie, avec l’intention de la rendre incapable d’utiliser des dollars, qu’il était inutile que la Russie continue de vendre du pétrole aux États-Unis dans ces conditions.

 Il pourrait tout aussi bien payer la Russie avec des sacs de plumes.

Maintenant, les États-Unis ont résolu ce problème pour la Russie en sanctionnant toute l’énergie russe. Mais l’UE a également sanctionné les banques russes en les expulsant de SWIFT. 

Cela complique la vente de gaz à l’UE, d’autant plus que certaines banques russes ont dû fermer toutes leurs opérations dans l’UE. 

La mesure de Poutine d’exiger des paiements en roubles est une contre-sanction parce qu’elle est conçue pour défaire un élément clé des sanctions occidentales, qui consiste à soumettre la Russie à des accords de paiement sous le contrôle des États-Unis et de l’UE. 

Ce n’est pas une sanction parce que la Russie ne manque pas à ses obligations d’approvisionnement. Et séparément, la Russie et la Chine s’opposent aux sanctions américano-européennes parce qu’elles n’ont pas été approuvées par l’ONU. Attendez-vous donc à ce que toute action russe supplémentaire, même si elle a l’effet de sanctions, ne soit pas structurée comme des sanctions. 

Comme nous l’expliquerons, cette contre-sanction ne revient pas à augmenter significativement la demande de roubles (à moins que la Russie ne fixe un prix du rouble supérieur au marché pour ces achats de gaz). 

La Russie a déjà imposé des contrôles monétaires, obligeant notamment les principaux exportateurs à vendre 80 % de leurs recettes en devises étrangères et à acheter des roubles. 

Et contrairement aux idées reçues, le rouble ne s’effondre pas. 

La Russie a rouvert ses marchés financiers plus tôt en mars. Le rouble, bien qu’il soit encore plus bas que ce qu’il était en 2021, a rebondi depuis son creux au moment où les sanctions ont été imposées, comme le montre ce graphique de Trading Economics :

Voyons comment l’Europe achète actuellement du gaz à la Russie :

L’acheteur de l’UE paie en euros, c’est-à-dire Gazprom via l’une des banques de Gazprom.

Soit cette banque est l’une des banques russes non sanctionnées, soit Gazprom transfère les fonds à une banque russe non sanctionnée pour convertir suffisamment d’euros en roubles pour satisfaire aux exigences russes. Notez qu’il n’y a pas assez de roubles circulant hors de Russie pour qu’il soit très probable qu’une banque européenne puisse acquérir suffisamment de roubles pour Gazprom. 

Alors qu’est-ce qui est différent maintenant ?

L’acheteur de l’UE est désormais tenu de livrer des roubles, et non des euros, à Gazprom sur un compte non bloqué ou une banque non autorisée. Comme il y a très peu de roubles en dehors de la Russie, l’acheteur devra désormais ouvrir et maintenir des comptes en roubles dans une banque russe. Cela signifie que la Russie contrôle si le compte est bloqué ou non de son côté.

Pour le dire plus crûment : pour vendre des euros, l’UE doit garder les banques russes exemptes de sanctions, sinon elle ne peut pas échanger des euros contre des roubles pour se procurer du gaz.

Les acheteurs qui ne jouent pas le jeu n’obtiennent pas de gaz russe. 

Inflation

L’Allemagne cede sur els tauxes sur l’énergie

[AP] Biden, Western allies open 1st of 3 summits on Russian war

[Yahoo/Bloomberg] U.S., NATO Gird for Russian Nuclear Incident in Ukraine War

[Reuters] On invasion milestone, Ukraine urges solidarity as Western leaders gather

[Yahoo/Bloomberg] Ukraine Update: Zelenskiy Chides NATO, Warns Russia’s Neighbors

[Reuters] U.S. and allies aiming to provide anti-ship missiles to Kyiv, official says

[MSN/WP] Top Russian military leaders repeatedly decline calls from U.S., prompting fears of ‘sleepwalking into war’

[Yahoo/Bloomberg] Record Bond Rout Deepens as Treasuries, German Debt Resume Drop

[Yahoo/Bloomberg] U.S. Equities Rebound; Yields Surge: Markets Wrap

[Yahoo/Bloomberg] Oil Swings as Biden, Allies Gather to Step Up Pressure on Moscow

[Yahoo/Bloomberg] Gold Holds Gains Ahead of Potential New Sanctions Against Russia

[Yahoo/Bloomberg] Europe Gas Rises as Supply Risks Mount With Putin’s Ruble Demand

[Reuters] Analysis: U.S. Treasury market pain amplifies worry about liquidity

[Yahoo/Bloomberg] Treasury Market Roiled by Rates Braces for Fed’s Quantitative Tightening

[Yahoo/Bloomberg] Commodity Traders Sound Alarm on Plunging Market Liquidity

[Yahoo Finance] Jobless claims: Another 187,000 Americans filed new claims last week, the least since 1969

[Yahoo/Bloomberg] U.S. Core Capital Goods Orders Decline for First Time in a Year

[Yahoo/Bloomberg] War Dims Global Business Outlook as Inflation Plight Worsens

[Yahoo/Bloomberg] Chinese Builder CIFI Plunges on Earnings: Evergrande Update

[Yahoo/Bloomberg] China’s Consumers Face Deeper Economic Damage From Covid Lockdowns

[Yahoo/Bloomberg] Tencent Declares ‘Reckless’ Tech Era Over as Growth Tanks

[Yahoo/Bloomberg] U.S. Goods Risk Being Late as China’s Lockdowns Worsen Shipping Port Jams

[Yahoo/Bloomberg] China Is Quietly Taking Cheap Russian Crude as India Buys More

[Reuters] Euro zone March business growth strong but outlook darkens -PMI

[Reuters] Diesel shortage in Europe threatens to slow economic growth

[Reuters] Moon says N.Korea’s Kim violated moratorium on ICBM launches 

[WSJ] Fertilizer Prices Surge as Ukraine War Cuts Supply, Leaving Farmers Shocked

[FT] BlackRock’s Fink says Ukraine war marks end of globalisation

[FT] Russia’s invasion of Ukraine sparks fierce debate in China

[FT] Lloyd’s of London predicts Ukraine war will represent ‘major claim’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s