Décret exécutif qui établit les règles du commerce du gaz naturel russe avec les États dits hostiles. 

lien vers les remarques de Poutine . 

Voici la traduction automatique complète des remarques de poutine

Aujourd’hui, j’ai signé un décret exécutif qui établit les règles du commerce du gaz naturel russe avec les États dits hostiles. Nous proposons aux contreparties de ces pays un schéma clair et transparent. Pour acheter du gaz naturel russe, ils doivent ouvrir des comptes en roubles dans des banques russes. C’est à partir de ces comptes que sera effectué le paiement du gaz livré à partir de demain, à partir du 1er avril de cette année.

Si ces paiements ne sont pas effectués, nous considérerons qu’il s’agit d’un manquement aux obligations de la part des acheteurs – avec toutes les conséquences qui en découlent. Personne ne nous vend quoi que ce soit gratuitement, et nous n’allons pas non plus faire de charité. Autrement dit, les contrats existants seront arrêtés.

Je voudrais souligner une fois de plus que dans une situation où le système financier des pays occidentaux est utilisé comme une arme, lorsque des entreprises de ces États refusent d’honorer des contrats avec des banques, des entreprises, des particuliers russes, lorsque des avoirs en dollars et en euros sont gelés, cela n’a aucun sens d’utiliser les monnaies de ces pays.

En fait, que se passe-t-il, que s’est-il déjà passé ? Nous avons fourni aux consommateurs européens nos ressources, en l’occurrence du gaz, et ils l’ont reçu, nous ont payé en euros, qu’ils ont ensuite eux-mêmes gelés. À cet égard, il y a tout lieu de croire que nous avons fourni une partie du gaz fourni à l’Europe pratiquement gratuitement.

Cela, bien sûr, ne peut pas continuer. De plus, dans le cas d’approvisionnements supplémentaires en gaz et de leur paiement dans le cadre du régime traditionnel, de nouveaux revenus financiers en euros ou en dollars peuvent également être bloqués. Une telle évolution de la situation est tout à fait attendue, d’autant que certains politiques en Occident en parlent, en parlent publiquement. C’est d’ailleurs dans ce sens que parlent les chefs de gouvernement des pays de l’UE. Les risques de la situation actuelle sont, bien sûr, inacceptables pour nous.

Et si vous regardez la question dans son ensemble, le transfert des paiements pour la fourniture de gaz russe aux roubles russes est une étape importante vers le renforcement de notre souveraineté financière et économique

Nous continuerons à avancer de manière cohérente et systématique dans cette direction dans le cadre du plan à long terme, pour augmenter la part des règlements dans le commerce extérieur dans la monnaie nationale et les monnaies des pays qui agissent comme des partenaires fiables.

Soit dit en passant, vous avez probablement entendu dire que de nombreux fournisseurs traditionnels de ressources énergétiques sur le marché mondial parlent également de diversifier les devises de règlement.

Permettez-moi de répéter une fois de plus : la Russie tient à sa réputation commerciale. Nous respectons et continuerons de respecter nos obligations en vertu de tous les contrats, y compris les contrats de gaz, et nous continuerons à fournir du gaz dans les volumes établis, je tiens à le souligner, et aux prix spécifiés dans les contrats à long terme existants.

Je souligne que ces prix sont plusieurs fois inférieurs aux cotations actuelles sur le marché au comptant. Qu’est-ce que ça veut dire? En termes simples, le gaz russe est une énergie moins chère, de la chaleur, de la lumière dans les maisons des Européens, un coût abordable des engrais pour les agriculteurs européens, et donc de la nourriture en fin de compte. Il s’agit enfin de la compétitivité des entreprises européennes, et donc des salaires des Européens, citoyens des pays européens.

Cependant, à en juger par les déclarations de certains politiciens, ils sont prêts à négliger les intérêts de leurs concitoyens, ne serait-ce que pour plaire à leur maître d’outre-mer, le suzerain. Une sorte de populisme à l’envers : les gens sont incités à manger moins, à s’habiller plus chaudement pour économiser sur le chauffage, à refuser de voyager – et tout cela soi-disant au profit de ceux à qui ces privations volontaires sont réclamées au nom de la solidarité nord-atlantique abstraite .

De telles approches et actions douteuses en matière de politique économique, énergétique, alimentaire de la part des pays occidentaux sont observées depuis plus d’un an.

Soit dit en passant, la crise alimentaire sera suivie d’un autre inévitable, une autre vague de migration, notamment vers les pays européens.

Néanmoins, pas à pas, des décisions sont prises qui poussent l’économie mondiale vers une crise, conduisent à la rupture des liens de production et de logistique, conduisent à une augmentation de l’inflation mondiale et à une augmentation des inégalités, à une diminution du bien-être de millions de personnes de personnes, et dans les pays les plus pauvres – je l’ai déjà dit – à la tragédie de la famine massive.

Naturellement, la question se pose : qui est responsable de cela ? Qui en sera responsable ?

Il est clair que les États-Unis essaieront à nouveau de résoudre leurs problèmes – à savoir leurs propres problèmes – aux dépens de quelqu’un d’autre, y compris en lançant une nouvelle vague d’émissions et de déficits budgétaires. Il a déjà augmenté de façon exorbitante, et dans les principales économies européennes, le record est battu par l’inflation, et aux États-Unis. Et en même temps, ils essaient de nous rejeter la responsabilité de leurs erreurs de politique économique, ils cherchent toujours quelqu’un à blâmer. C’est assez évident, on le voit.

Je voudrais ajouter que les États-Unis essaieront de tirer parti de l’instabilité mondiale actuelle, comme ils l’ont fait pendant les Première et Seconde Guerres mondiales, lors de leurs agressions contre la Yougoslavie, l’Irak, la Syrie, etc. Les marchés mondiaux chutent et la valeur des actions des entreprises du complexe militaro-industriel américain ne fait qu’augmenter. Les capitaux affluent aux États-Unis, privant d’autres régions du monde de ressources de développement.

En conséquence, les Européens sont non seulement obligés de débourser, mais aussi, en fait, de leurs propres mains pour saper la compétitivité des entreprises européennes, pour les retirer du marché mondial. Pour l’Europe, cela signifie une désindustrialisation à grande échelle et la perte de millions d’emplois, et dans le contexte de la hausse des prix de l’alimentation, de l’essence, de l’électricité, du logement et des services communaux, il y a aussi une baisse radicale du niveau de vie des citoyens.

C’est le prix que les élites dirigeantes occidentales proposent de payer aux gens, comme je l’ai déjà dit, pour leurs ambitions et leurs actions à courte vue tant en politique qu’en économie, y compris pour la guerre économique qu’elles tentent de déclencher contre la Russie , ou, pourrait-on dire, ont déjà déchaîné.

Ça n’a pas commencé maintenant, ça n’a pas commencé le mois dernier. Des sanctions et des restrictions illégitimes ont été imposées contre notre pays constamment, pendant de nombreuses années. Leur objectif est de freiner le développement de la Russie, de saper notre souveraineté et d’affaiblir notre potentiel de production, de finance et de technologie.

Permettez-moi de répéter que toutes ces sanctions ont été préparées à l’avance, elles auraient été introduites de toute façon, je tiens à le souligner. En fait, ce sont des sanctions pour notre droit à la liberté, pour le droit d’être indépendant, pour le droit d’être la Russie. Pour le fait que nous ne voulons pas danser sur l’air de quelqu’un d’autre, sacrifier nos intérêts nationaux et nos valeurs traditionnelles.

L’Occident collectif ne va pas abandonner la politique de pression économique sur la Russie. De plus, bien sûr, il cherchera de nouveaux motifs de sanctions, à savoir des prétextes. Par conséquent, il ne faut pas compter sur un changement de ces approches, du moins dans un avenir proche.

À cet égard, je voudrais demander au gouvernement, à la Banque de Russie et aux régions de veiller à ce que la pression des sanctions sur notre pays, comme elle l’a été au cours des décennies précédentes, se poursuive lors de l’organisation d’un travail systématique pour développer l’économie et ses secteurs individuels . C’est la réalité objective.

Qu’est-ce que je considère important de noter ici et je vous demande d’attirer l’attention de tous les collègues sur cela ? Compte tenu de la situation dans chaque industrie, sphère spécifique, il est nécessaire de se concentrer non seulement sur la résolution des défis de l’année en cours, mais également sur la construction de plans de développement à long terme basés sur les capacités internes de notre économie, de la science russe et du système éducatif. Nous devons nous appuyer principalement sur l’initiative commerciale privée et une concurrence saine, nous efforcer de maximiser la charge de nos entreprises, créer de nouvelles compétences et accroître la compétitivité globale de la Russie dans son ensemble.

Dans le même temps, les indicateurs clés de l’efficacité de la politique économique pour nous devraient être la préservation et la création d’emplois, la réduction de la pauvreté et des inégalités, l’amélioration de la qualité de vie des personnes, la disponibilité des biens et des services. C’est avec ces exigences à l’esprit que nous avons évoqué la semaine dernière la situation du secteur de la construction et de l’habitation.

lien vers les remarques de Poutine . 

unofficial text in Russian – 

Une réflexion sur “Décret exécutif qui établit les règles du commerce du gaz naturel russe avec les États dits hostiles. 

  1. Bonjour
    Comment ça ? … la Russie ne veux pas se faire spolier ? … elle ne veut pas donner ces ressources ? … ne veux pas de défilé pour la gay-pride ? … comment ça elle défend ces valeurs ancestrale ? … zut alors … pourtant nous , grand démocrate … qui sont là lumière de l’humanité … avons tant fait pour l’Afrique, l’Asie, le Moyen Orient, l’Amérique du sud … ben ont leur a fait du bien , en leurs soustrayant toutes leurs ressources qui n’exploitez pas … non non … cela n’est pas de la spoliation … comment ça du vol ? … non pas possible nous sommes le bien … Amen …
    Bon a quand un Poupou en France, qui lèche pas les bottes au Ricains racailles ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s