Témoignage, toujours du Pirandello

La femme de l’attentat à la bombe de la maternité de Marioupol qui était sur tous les médias occidentaux s’est exprimée.


Elle donne beaucoup de détails et de nuances, et je recommande de regarder la vidéo en entier.



1) Oui, l’armée ukrainienne était là. De toute évidence. Ce qui enfreint la convention de Genève sur les hôpitaux, ainsi que sur les boucliers humains.


2) Ce n’était pas une frappe aérienne, c’était de l’artillerie


3) Ce n’était pas mis en scène, elle a eu des coupures superficielles de verre


4) Elle a été la dernière à partir parce que les militaires lui ont ordonné de rester et d’attendre un peu. Ils lui ont également dit qu’elle n’avait pas besoin de bandages, car cela arrêterait de saigner tout seul. Inférez de ce cours des événements ce que vous voulez. ;


5) Lorsqu’elle a finalement pu partir, elle était photographiée par des militaires ainsi que par la presse. Encore une fois : en déduire ce que vous voulez.

JS:

J’ai reçu la vidéo du télégramme, mais je l’ai téléchargée sur youtube à des fins documentaires plus stables et pour protéger la pourriture des liens : https://youtu.be/0dEoPWfGzN8

Une réflexion sur “Témoignage, toujours du Pirandello

  1. Bonjour M. Bertez

    Ô vous frères humains, si vous croyez qu’une image est un témoin objectif d’une réalité, que vos écrans sont des « fenêtres ouvertes sur le monde », vous êtres déjà cuit; rendez vous directement à ‘étable.

    Cordialement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s