La baisse de l’inflation c’est comme le bonheur, toujours pour demain!

Les prix à la consommation ont augmenté de 8,5% sur l’année a fin mars, c’est le taux d’inflation le plus rapide depuis 1981. Il est soutenu par la hausse des prix de l’essence et la hausse des loyers – des dépenses qui grèvent les budgets et sapent la confiance dans l’économie américaine.

Une part importante de la poussée d’inflation de mars est survenue parce que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a fait grimper les prix du carburant le mois dernier, la moyenne américaine pour un gallon d’ essence ordinaire culminant à 4,33 dollars le 11 mars.

Mais le carburant n’est pas toute l’histoire. En excluant le carburant et les aliments volatils, les prix dits de base ont grimpé de 6,5% sur l’année jusqu’en mars, contre 6,4% sur l’année jusqu’en février, également à un rythme soutenu.

 Pourtant, l’indice de base a offert une lueur de bonnes nouvelles : l’inflation sous-jacente a légèrement ralenti sur une base mensuelle, augmentant de 0,3 % par rapport à février.

Les économistes disent que les hausses de prix devraient commencer à diminuer dans les mois à venir, en partie parce que les prix de l’essence ont quelque peu baissé – un gallon coûtait 4,10 $ mardi, selon AAA. 

Les chercheurs s’attendaient à ce que les consommateurs cessent d’acheter autant de biens, comme les voitures et les appareils électroménagers, ce qui pourrait réduire la pression sur les chaînes d’approvisionnement surchargées et permettre aux prix de ces produits de se modérer.

Compte tenu de la flambée des prix de l’essence en mars, « ces chiffres représenteront probablement un pic », a déclaré Gregory Daco, économiste en chef du cabinet de conseil en stratégie d’Ernst & Young, EY-Parthenon. Pourtant, a-t-il dit, il sera essentiel de surveiller si les chiffres de base ralentissent sur une base mensuelle ce printemps et cet été.

Une série de développements récents pourrait maintenir l’inflation à un niveau inconfortablement élevé.

Les salaires sont en forte hausse, faisant grimper les coûts pour les employeurs et les incitant potentiellement à augmenter les prix. 

Les prix du logement bondissent. 

Une épidémie de coronavirus ferme des villes et perturbe la production en Chine, et la guerre en Ukraine ajoute une énorme dose d’incertitude sur les prix des matières premières et les chaînes d’approvisionnement.

La Fed se prépare à relever ses taux rapidement alors que l’inflation élevée persiste.

EN PRIME

Une réflexion sur “La baisse de l’inflation c’est comme le bonheur, toujours pour demain!

  1. Tremble inflation ! la Fed va monter les Feds Funds à 0.75 % début mai…

    Les marchés sont rassurés par le core rate qui sort à 6.5 au lieu de 6.7 attendu. Ils en déduisent que le pic d’inflation est peut être fait.

    J’ai le sentiment que les analystes se satisfont du laxisme de la Fed car ils se sont persuadés que les taux d’intérêts réels négatifs étaient l’équivalent d’une pérennisation du TINA.

    Plus que jamais on est dans la croyance.

    En résumé tout le monde continue à faire semblant. La pièce de théâtre peut continuer sans que personne n’ait l’impression de jouer dans une tragédie.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s