Un récit sur Marioupol, attention, c’est un récit, un roman …

 

A prendre avec beaucoup de circonspection donc.

Les gens se sont demandé combien de « personnes de grande valeur » sont piégées avec le bataillon (nazi) Azov à l’usine Azovstal de Marioupol.

(1) Azovstal est l’une des plus grandes aciéries de la planète, où le charbon est cokéfié et le minerai de fer devient de l’acier. C’est une immense installation.

(2) Azovstal a été transformé en une base massive pour Azov, et conçu pour transformer Marioupol en une forteresse de style médiéval. Les Français étaient trop confiants que Marioupol ne tomberait pas.

Tout cela peut expliquer pourquoi le chef du renseignement militaire français a été limogé.

Nous recevons des informations de Paris qui nous permettent de compléter le « puzzle » de Marioupol et de comprendre de nombreux problèmes encore flous entourant la situation dans la ville.

Comme vous le savez, le territoire de l’Ukraine a été divisé en zones spécifiques de responsabilité des pays de l’OTAN. Et à Marioupol, il y avait un grand centre de renseignement des Forces armées françaises, agissant dans l’intérêt de l’alliance et du régime de Kiev.

À certains moments, son personnel a atteint des centaines de spécialistes, mais au moment où la bataille pour la ville a commencé, il y avait 53 officiers de la DGSE du renseignement militaire français.

Pourquoi ils ne sont pas partis plus tôt est inconnu. Il est possible qu’ils aient décidé de continuer à collecter des informations jusqu’au dernier moment. Cependant, lorsque la dernière possibilité d’évacuation s’est présentée, ils n’ont pas pu partir, car les tentatives d’évacuation ont échoué, mais aussi peut-être parce que les militants d’Azov avec lesquels les Français ont interagi ne les ont tout simplement pas laissés sortir.

Voyant ce qui se passait, les nazis ont décidé de les utiliser comme garantie qu’ils seraient eux-mêmes retirés du chaudron.

En plus des Français, il y a à Marioupol un groupe de mercenaires – anciens et actuels officiers du Canada, de Suède et de Grande-Bretagne, ainsi qu’un détachement de Turcs syriens (takfiris) ayant une vaste expérience du combat urbain en Syrie. Le nombre total de ces volontaires n’est pas exactement établi. Parmi eux peuvent figurer des officiers de renseignement de carrière du SCRS canadien, du MUST suédois et du MI-6 britannique, qui aiment utiliser le statut de mercenaire comme couverture.

Alors eux aussi étaient pris au piège. Je vais l’ajouter moi-même : à en juger par la manière dont les diplomates grecs étaient actifs dans ce domaine, on peut supposer que l’armée de ce pays était également impliquée. De plus, Zelensky a même montré deux mercenaires grecs au parlement grec.

L’acteur éternel Tsipras a feint le dégoût, seulement pour dissimuler le véritable rôle des mêmes services de renseignement grecs par lesquels il est lui-même compromis.

Pour faire sortir ses malheureux éclaireurs, Macron a commencé à appeler le Kremlin, auquel il a reçu l’assurance que les troupes russes, si Paris remplissait un certain nombre de conditions (dont le contenu n’a pas été divulgué par les Français), étaient prêtes à donner un couloir, mais pour résoudre le problème avec Azov, qui ne laisse pas sortir les étrangers, vous devez parler à Zelensky.

Mais Zelensky également acteur, n’a aucun contrôle sur les nazis d’Azov et n’est peut-être même pas intéressé à faire sortir les Français « piégés » à Marioupol (ce qui priverait Paris de marge de manœuvre et contribuerait éventuellement à une confrontation accrue UE-Russie). En tout cas, il n’a pas pu ou pas voulu aider son homologue français.

Le chancelier Scholz est venu en aide à Macron le 18 mars et le 20 mars, avec l’accord de Moscou, une équipe de secours composée d’officiers du renseignement militaire allemand du BND a été envoyée à Marioupol. Mais les « Azovites », estimant que c’était pour eux le seul espoir de s’échapper de la ville encerclée, ayant incité Kiev à la débloquer, ont fait des Allemands des otages, malgré les garanties du commandement de l’AFU et du commandement (ou plutôt, bureau de représentation) du régiment Azov situé à Kiev.

EN PRIME

En savoir plus sur Marioupol 04/12/22 :

[ Vidéo ]
⚡️Chaudière Mariupol⚡️Les détails de la percée au matin du 12.04.22⚡️

Le projet @wargonzo a appris des détails liés à la tentative de percée de la 36e brigade AFU de la direction de l’usine d’Illich vers Zaporizhzhya. L’opération du DNR pour empêcher la percée a abouti à la capture de plus de 100 marines ukrainiens.

Comment cela s’est produit exactement est décrit dans la chronique traditionnelle de @wargonzo « Le Chaudron de Marioupol ».

@wargonzo

2 réflexions sur “Un récit sur Marioupol, attention, c’est un récit, un roman …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s