L’OTAN se tourne vers le nord pour son expansion

Publié :mar. 19 avr. 2022

Auteur

Scott Ritter, Washington

Éditeur

Ronan Kavanagh

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a incité la Finlande et la Suède, deux nations neutres de longue date, à envisager activement de rejoindre l’OTAN. Mais une nouvelle expansion de l’Otan ne pourrait qu’attiser les inquiétudes de la Russie concernant sa sécurité nationale – des inquiétudes qui ont sous-tendu la crise ukrainienne.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Suède et la Finlande ont commencé à envisager activement de renoncer à leur neutralité de longue date en faveur d’une adhésion à l’OTAN. Le soutien public à l’adhésion à l’OTAN a presque doublé depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, atteignant environ 50 % en Suède et 60 % en Finlande. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a assuré aux deux nations que leurs candidatures seraient les bienvenues, et les membres de l’OTAN, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et la Turquie, ont exprimé leur soutien. La Finlande a indiqué qu’elle pourrait officiellement postuler à temps pour un sommet de l’OTAN en juin à Madrid.

La réaction russe a été fortement négative, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avertissant que la Russie devrait « rééquilibrer la situation » avec ses propres mesures si la Suède et la Finlande rejoignaient l’OTAN, et la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avertissant des « conséquences militaires et politiques ». ”

Des deux, la décision de la Finlande est plus risquée, compte tenu de sa proximité avec la Russie, de ses enchevêtrements économiques et de son histoire compliquée. Un traité de paix de 1949 a échangé la souveraineté finlandaise contre une garantie de neutralité. La principale préoccupation de la Russie était que la Finlande puisse être utilisée comme tremplin pour une action militaire menaçant la péninsule stratégique de Kola, qui abrite d’importantes bases militaires russes et Saint-Pétersbourg. Ce traité a expiré en 1992, mais un nouveau traité a maintenu le statut neutre de la Finlande. Les préoccupations de sécurité de la Russie ne se sont pas dissipées et elle considérerait l’adhésion de la Finlande à l’OTAN comme une menace existentielle pour ses intérêts de sécurité nationale.

Une question clé est de savoir si la Finlande est dans une position économique pour survivre à la rupture attendue des relations avec la Russie que toute tentative d’adhésion à l’OTAN entraînerait. En théorie, la dépendance énergétique de la Finlande donne à la Russie un levier possible si les relations entre les deux nations se dégradent. La Finlande dépend de la Russie pour les combustibles fossiles et l’énergie nucléaire – selon les statistiques du gouvernement finlandais pour 2020, la Russie représentait environ 54 % des importations d’énergie de la Finlande.

Cependant, la Finlande s’efforce de réduire, et finalement d’éliminer, cette dépendance. La compagnie pétrolière finlandaise Neste affirme qu’elle aura remplacé 85% des importations de pétrole russe d’ici la fin de ce mois. Elle ne signe aucun nouveau contrat pétrolier et les contrats existants expirent à la fin de l’année. La Finlande prévoit également de remplacer le gaz russe d’ici l’automne. Elle importe actuellement 65 % de son gaz naturel de Russie, ce qui représente 6 % de son énergie globale. L’Association finlandaise de l’industrie de l’énergie affirme qu’elle peut facilement remplacer le combustible nucléaire russe, et l’accent mis sur l’énergie verte incite la Finlande à éliminer activement le charbon. Le remplacement du charbon russe n’est donc pas non plus considéré comme problématique.

En conséquence, toute tentative russe de tirer parti de ses exportations d’énergie pour empêcher la Finlande de rejoindre l’OTAN serait plus que probablement facilement atténuée et de courte durée. Le plus gros problème auquel la Finlande est confrontée est ce que la Russie a appelé la réponse « militaro-technique » qu’une telle décision pourrait provoquer.

L’histoire de la Russie avec la Finlande est complexe et remonte à l’époque tsariste. Une décision finlandaise de rejoindre l’OTAN risque de reproduire le scénario qui a provoqué l’intervention militaire russe en Ukraine. Moscou considérerait toute crise qui en résulterait dans le contexte des relations entre les États-Unis et l’OTAN, plutôt que comme une question de souveraineté finlandaise. De même, toute réponse militaro-technique russe, comme avec l’Ukraine , serait influencée par les demandes primordiales de la Russie pour un nouveau cadre de sécurité européen.

Europe divisée

Lorsqu’elle a décidé d’intervenir militairement en Ukraine, la Russie a estimé que l’Otan était impuissante, qu’il n’existait aucune unanimité au sein de l’Otan ou de l’Europe sur les sanctions économiques visant la Russie, et que l’Otan – une organisation fondée sur le consensus – serait profondément fracturée politiquement.

L’impuissance militaire de l’Otan a été confirmée par ses efforts effrénés pour construire une position militaire crédible sur son flanc oriental capable de résister à une attaque russe. Le général Tod Wolters, commandant suprême de l’OTAN et chef des forces américaines en Europe, a récemment témoigné devant le Congrès que toute décision finale sur les futurs déploiements de troupes américaines en Europe devra attendre que la crise ukrainienne actuelle ait suivi son cours, permettant aux décisions politiques de savoir où les troupes iront et qui les paiera.

L’unanimité de l’Europe et de l’Otan sur les sanctions russes est, de même, plus une fiction qu’une réalité. La Turquie et la Hongrie, membres de l’OTAN, hésitent à participer, et la Bulgarie, la Slovaquie, l’Italie et les Pays-Bas hésitent à sanctionner l’énergie russe. Les sanctions qui ont été mises en œuvre à ce jour n’ont jusqu’à présent pas réussi à dissuader ou à limiter les opérations ukrainiennes de la Russie.

De même, l’OTAN et l’unité européenne se sont avérées plus fortes sur le papier que dans la réalité. La Pologne a gelé ses relations avec la Hongrie en raison de la position de Budapest sur les événements en Ukraine. La Hongrie a rompu avec le reste de l’Otan non seulement sur la sanction de la Russie, mais aussi sur l’utilisation du rouble pour acheter du gaz russe.

La Turquie considère que l’Otan est responsable du conflit en Ukraine, tout en condamnant simultanément la Russie pour son invasion. La Turquie a longtemps eu des différends avec l’OTAN et l’Europe sur des questions telles que la Syrie, son achat de missiles russes S-400 et ses revendications territoriales en Méditerranée orientale.

La Bulgarie est profondément divisée politiquement sur la manière de réagir à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, amenant le pays à condamner l’action russe tout en s’opposant à l’imposition de sanctions économiques. Le gouvernement risque de s’effondrer à la suite de ces divisions.

Menace électorale française

Mais la plus grande scission potentielle pour l’unité de l’OTAN réside en France, qui choisira le 24 avril entre le président sortant Emmanuel Macron et sa challenger de droite Marine Le Pen. Alors que Macron a obtenu 28% des voix contre 23% pour Le Pen au premier tour, le vote final devrait être serré.

Une victoire de Le Pen jetterait une clé dans toute notion d’unité de l’OTAN et jetterait une ombre géante sur le sommet de l’OTAN prévu en juin, où l’adhésion de la Finlande et de la Suède et le renforcement du flanc oriental de l’OTAN seront discutés. Le Pen est résolument anti-OTAN et considère les bonnes relations avec la Russie comme une question de politique étrangère majeure.

Face à l’impuissance, à la désunion et à la fracture de l’Otan, il faut s’interroger sur la sagesse de l’adhésion de la Finlande et de la Suède à ce stade. Alors que l’invasion russe de l’Ukraine a clairement fait que ces deux nations neutres se sentent moins en sécurité, le manque de préparation de l’alliance pour faire face aux actions de la Russie en Ukraine pourrait les faire réfléchir.

Comme indiqué au moment de l’invasion, lorsqu’il s’agit de se défendre contre les menaces de sécurité existentielles perçues, la Russie ne bluffe pas. L’Occident a ignoré l’avertissement de la Russie concernant l’Ukraine. L’élargissement de l’Otan à la Suède et, en particulier, à la Finlande ne pourrait que créer plus de problèmes pour l’avenir.

Scott Ritter est un ancien officier du renseignement du Corps des Marines des États-Unis dont le service au cours d’une carrière de plus de 20 ans comprenait des périodes de service dans l’ex-Union soviétique mettant en œuvre des accords de contrôle des armements, servant dans l’état-major du général américain Norman Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et plus tard. en tant qu’inspecteur en chef des armes à l’ONU en Irak de 1991 à 1998. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur.

2 réflexions sur “L’OTAN se tourne vers le nord pour son expansion

  1. La Finlande et la Suède ne mesure pas les conséquences de rejoindre l’OTAN, ils seront les premiers à être atomisé si un conflit éclate avec la Russie, la population ferait bien d’y penser sérieusement.

    J’aime

  2. Bonjour
    Aucune leçon n’a été retenu de la situation actuelle … la Russie est encore considéré comme la seule responsable … l’occident a travers l’OTAN ne se remet pas en question … Russie 2022 = URSS 1950 pour la plus grande partie de l’Europe … personne ne parle de la manipulation des USA dernière cette situation …
    1 ère, 2 ème et future 3 ème guerre mondiale toujours sur le sol européen …
    Nous avons soit des traîtres, corrompus, incompétents, abrutis … ou de simple marionnettes tenues par les bollocks au pouvoir dans nos gouvernements …
    Que faire devant une telle situation ?
    De plus une 5 ème colonne … émigration , worke, gauchisme, lavage de cerveau … etc… comme une pomme pourri contaminé et détruit sournoisement notre pays …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s