Vision réaliste. Le roman américain ne survivra pas à la défaite dans le Donbass; les Britanniques l’ont déjà compris.

Ce qui est extraordinaire dans la diplomatie britannique, c’est qu’elle cherche continuellement des moyens de garder une longueur d’avance et d’apporter pour plaire à son client outre-Atlantique, les États-Unis. Cela rend les remarques sur le conflit ukrainien du Premier ministre britannique Boris Johnson lors de sa conférence de presse à New Delhi vendredi très significatives. 

Johnson a rappelé les lignes évocatrices du poème Dover Beach de Matthew Arnold sur le « rugissement mélancolique, long et retiré » lorsque la foi recule. 

Il était complètement en désaccord avec les remarques du président américain Joe Biden à la Maison Blanche la veille. Biden a promis donc la veille :

  • « de tenir Poutine responsable de sa guerre brutale et sanglante » ;
  • « d’ augmenter encore la capacité de l’Ukraine à combattre à l’est — dans la région du Donbass » ; 
  • « de repousser l’agression de la Russie en Ukraine, repousser la sauvagerie de Poutine » ; 
  • « d’envoyer un message sans équivoque à Poutine : il ne réussira jamais à dominer et à occuper toute l’Ukraine. Il ne le fera pas — cela n’arrivera pas » ; 
  • « d’ augmenter la pression sur Poutine et isoler davantage la Russie sur la scène mondiale » ; 
  • « de continuer à priver la Russie des avantages du système économique international dont elle a tant joui dans le passé » ; 
  • « de continuer à se tenir aux côtés du peuple courageux et fier d’Ukraine. »

Biden a réussi à emballer toute cette rhétorique au vitriol contre poutine en un seul discours ! En fait, il a même terminé en exsudant l’optimisme selon lequel « il n’y a pas encore de preuve que Marioupol soit complètement tombé ». 

Mais Johnson, à l’opposé, avait tendance à suivre les informations que lui fournit le renseignement militaire britannique selon lesquelles les Russes pourraient bien être en train de gagner en Ukraine. 

Sans aucune acrobatie verbale, il en est venu directement au fait : 

« Je pense que ce qui est triste, c’est que cela -la victoire russe- est une possibilité réaliste. Ouais, bien sûr. Poutine a une énorme armée, il a une position politique très difficile… la seule option qu’il a maintenant est de continuer à essayer d’utiliser son approche épouvantable et écrasante, conduite, dirigée par l’artillerie, essayant d’écraser les Ukrainiens. Il est maintenant sur le point de sécuriser un pont terrestre à Marioupol. La situation est, je le crains, imprévisible. Nous devons juste être réalistes à ce sujet. 

Lors de sa récente visite en Ukraine, Johnson aurait conseillé au président Vladimir Zelensky de se retirer et de former une nouvelle ligne de défense, mais Zelensky n’a d’autre choix que de suivre les conseils américains. 

Pour le président Biden, bien sûr, il y a une raison suffisante pour que la guerre continue comme une guerre éternelle. La guerre rallie l’Europe malgré l’affaiblissement du leadership transatlantique des États-Unis. De plus, Biden a maintenant un alibi pour expliquer la forte inflation de l’économie américaine. Il apaise le complexe militaro-industriel en une année électorale. Biden a annoncé jeudi un nouveau paquet de 800 millions de dollars d’aide militaire pour l’artillerie lourde, 144 000 cartouches et drones, qui seront envoyés « directement sur les lignes de front de la liberté » dans le Donbass. 

Cependant, la grande question demeure : combien de temps l’unité occidentale derrière le leadership américain tiendra-t-elle si Biden cherche un conflit prolongé avec la Russie ? Les défaites successives à Marioupol et dans le Donbass briseraient non seulement les reins de l’armée ukrainienne et ébranleraient sérieusement la crédibilité des États-Unis, mais discréditeraient tout le récit triomphaliste occidental. 

Alors que les sanctions occidentales ont nui à l’économie russe, selon les indications actuelles, Moscou s’adapte à une « nouvelle normalité ». Contrairement aux attentes occidentales, les sanctions n’ont pas déplacé l’opinion publique russe contre le gouvernement

Le test réussi mercredi dernier du missile balistique intercontinental russe de nouvelle génération Sarmat – qui « n’a pas d’analogues dans le monde et n’en aura pas avant longtemps » (selon les mots de Poutine) – est sans aucun doute une affirmation provocante. 

Pendant ce temps, les tentatives occidentales pour « isoler » la Russie n’ont pas le succès espéré. Lors de la réunion des ministres des Finances du G20 à Washington, le plan de « boycott de la Russie » n’a eu d’autre preneur que le bloc occidental. Les États-Unis n’ont pas réussi à persuader l’Arabie saoudite de se désengager de son cartel OPEP+ avec la Russie. Surtout, dans le domaine clé où cela compte le plus – le pétrole et le gaz – l’Europe n’est pas en mesure d’accepter un embargo. Plusieurs pays de l’UE menacent d’opposer leur veto à une telle décision de la Commission. 

Les économies européennes sont à divers stades d’effondrement, alors que le contrecoup des sanctions commence à les frapper. 

La banque centrale allemande a averti vendredi qu’un embargo complet sur les achats d’énergie russes pourrait coûter 180 milliards d’euros, réduire de 5 % le PIB attendu de l’Allemagne cette année et faire retomber l’économie dans une grave récession. Il a averti que même la nécessité de trouver des sources d’énergie de remplacement équivaudrait à mettre une fusée sous l’inflation, ajoutant plus de 1,5 % de points de pourcentage à l’indice des prix à la consommation de cette année et plus de 2 % à celui de l’année prochaine. 

Le chancelier Olaf Scholz a déclaré vendredi au Spiegel qu’un embargo sur le gaz visait en fin de compte à « éviter une crise économique dramatique, la perte de millions d’emplois et d’usines qui ne rouvriraient jamais ». Il a déclaré qu’étant donné de telles « conséquences énormes pour notre pays, pour l’ensemble de l’Europe, … il est de ma responsabilité de dire: » Nous ne pouvons pas permettre cela (cet embargo) « . »

Les Européens se rendent compte plutôt tardivement qu’ils sont de grands perdants. Outre les perturbations des chaînes d’approvisionnement qui entravent la production industrielle, avec le fardeau de 5 millions de réfugiés (jusqu’à présent) et le grand impact sur la sécurité alimentaire dû à la guerre dans le « grenier de l’Europe » combiné à la pénurie d’engrais qui sont utilisés pour augmenter les rendements des cultures, l’Europe subit de plein fouet les hausses de prix. 

Même avant la guerre en Ukraine, les prix des engrais augmentaient rapidement en raison de l’augmentation du coût du gaz, les engrais azotés coûtant presque cinq fois plus cher qu’à la même époque l’année dernière. Les experts préviennent que tout cela pourrait conduire à une crise alimentaire. Des agriculteurs agités ont mené des manifestations réclamant des concessions. 

Les sondages de Gallup International ont montré que les principales préoccupations des citoyens de l’UE à l’heure actuelle sont la hausse des prix, la crainte d’une extension de la guerre en Ukraine et d’éventuelles pénuries d’approvisionnement énergétique. Plus de la moitié des citoyens de l’UE estiment que l’Europe a déjà apporté un soutien suffisant à l’Ukraine

C’est là que la défaite dans le Donbass se transformerait en un événement culminant remettant en question tout le récit américain sur l’Ukraine – expansion de l’OTAN, sécurité européenne et dialogue avec la Russie – et, bien sûr, la fixation sur le leadership de Vladimir Poutine sur la Russie.

Un sondage publié jeudi par l’Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research montre que le désir des Américains de s’impliquer a quelque peu diminué. Seuls 32% disent que les États-Unis devraient jouer un rôle majeur dans le conflit, contre 40% le mois dernier. 49% supplémentaires disent que les États-Unis devraient jouer un rôle mineur.

Tout en parlant à Delhi, Johnson a pratiquement rejeté le récit de Biden. 

Au lieu de cela, il a appelé à « définir une vision pour l’avenir de l’Ukraine dans l’architecture de sécurité de l’Europe. Où se situe l’Ukraine maintenant ? » 

Johnson a déclaré que l’Ukraine devrait éventuellement être en mesure de répondre à cette question – « ce que les Ukrainiens veulent finalement ». Fait intéressant, il n’a pas utilisé le mot « gouvernement ukrainien ». 

Johnson s’est étendu sur « un ensemble de garanties de sécurité de pays partageant les mêmes idées – des engagements de sécurité sur ce que nous pouvons faire pour les soutenir avec des armes, avec une formation et avec le partage de renseignements ». Mais il a rapidement ajouté que cela ne peut pas être « comme une garantie de l’article 5 (OTAN) ». Au lieu de cela, a-t-il dit, l’Ukraine devrait avoir « la dissuasion par le déni ». 

Selon la vision de Johnson, l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est inconcevable. 

La Grande-Bretagne anticipe de nouveaux faits sur le terrain. Johnson a semblé reconnaître les réalités politiques émergentes alors que le mastodonte russe « broie » sans relâche la machine de guerre de Kiev en poussières. 

 BY M. K. BHADRAKUMAR

Indian Punchline

Traduction BB

2 réflexions sur “Vision réaliste. Le roman américain ne survivra pas à la défaite dans le Donbass; les Britanniques l’ont déjà compris.

  1. Bonjour M. Bertez

    Le patronat Allemand et la Banque Centrale ont clairement posé les limites à ne pas dépasser et Scholz l’a bien relayé dans la foulée. Depuis le début des opérations spéciales , loin des rhéteurs de plateaux télé, les russes et les ukrainiens ont veillé ensemble à ce que les pipe lines fonctionnent et délivrent l’énergie nécessaire.
    Telles sont les bizarreries des conflits modernes; mais c’est tout de même rare de voir des clients insulter à ce point leur livreur de fuel !

    Par ailleurs, les élites occidentales ne doivent pas apprécier la perspective de voir leurs « mouches » , piégées à Mariupol , exhibées un jour, sortant d’Azovstal en compagnie des néo naz d’Azov….. ( Là bas s’acoquiner avec des néo nazis c’est bien, ici serrer la main d’un « extrême droite » prétendu relève du crime capital. )
    En toute logique, vu les risques de dérapages accidentels qui mèneraient à une catastrophe par simple enchaînement des procédures, il est fort probable que les états majors des protagonistes restent en contact et se tiennent au courant. ( comme les russes et les américains l’ont fait en Syrie) .
    Comme quoi deux militaires qui se parlent vont plus loin que deux intellectuels rassis.

    Cordialement

    J’aime

  2. Les européens agissent comme s’il ne revenait qu’à eux de décider si le gaz et le pétrole devait continuer à couler chez.eux. Nul ne semble considérer un scénario où la Russie déciderait unilatéralement de fermer les robinets, ne serait-ce que pour rappeler qui tient le manche du couteau. Encore une illusion de toute puissance qui ne tient qu’à un fil.

    J’aime

Répondre à Romuald Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s