N’OUBLIEZ JAMAIS: la baisse est un processus, avec des étapes, des rémissions, des pièges.

L’optimisme des marchés financiers continue de s’évaporer la conviction que la Fed a décidé de tenir bon et de donner la priorités à la lutte contre la hausse des prix est maintenant largement partagée. Le rebond de milieu de semaine a fait mal pas seulement dans les positions mais aussi au moral. Il a brisé le sentiment et les mécaniques de buy the dip.

Dans sa plus grande perte d’une journée en deux ans, l’indice de référence S&P 500 a plongé de 3,6% jeudi, le Dow Jones a perdu 1 063 points et le Nasdaq a clôturé la séance en baisse de 5% . 

Dose de mauvaises nouvelles :

Ce fut d’abord l’inflation et les prix élevés du pétrole, suivis de la guerre en Ukraine. Ensuite, ce sont les verrouillages COVID en Chine qui ont déclenché davantage de craintes concernant la chaîne d’approvisionnement. Les prévisions ternes de la saison des résultats n’ont pas aidé la situation, tandis que les commentaires de Powell sur « des augmentations supplémentaires de 50 points de base lors des deux prochaines réunions » se répercutent toujours dans la communauté des investisseurs. 

La vente massive d’hier a vu l’indice de volatilité CBOE le VIX, a progressé de près de 8 points pour atteindre 33,15, bien au-dessus de sa médiane à long terme de 17,63.

Les marchés avaient été temporairement soutenus par les commentaires de Jerome Powell qui a dit que la banque centrale n’envisageait pas des augmentations encore plus larges comme des hausses de 75 points de base, mais « de toute évidence, à part les algos stupides, personne n’a été convaincu.

 Il y a une probabilité accrue que « des hausses de taux arrivent rapidement, mais peu ou pas de perspective d’un retournement de l’inflation de si tôt ». 

La fuite vers la sécurité ne s’est pas matérialisée cette fois-ci, sauf vers le dollar qui reste ferme..

Powell tente d’organiser un atterrissage en douceur , c’est le nouveau mythe et il a donc remplacé la Goldielock qui avait fini son temps.

La baisse des cours de bourse et le resserrement des conditions financières font partie de la panoplie de l’atterrisage. Un effet de richesse négatif est recherché.

L’ennui est que le resserrement des conditions financières est un phénomène complexe et il ne s’arrête pas à la ligne Maginot des cours de bourse. Derrière les cours de bourse si il y a une autre ligne c’est celle du Crédit.

Ce que l’on appelle l’atterrissage en douceur c’est un peu cela, un resserrement qui se limite à la bourse et aux patrimoines mais qui ne bloque pas la distribution du crédit, les refinancements , les capacités bilantielles des établissements, n’oblige pas au de leveraging. Bref un resserrement qui ne se traduit pas par un grippage de la machine.

Mon opinion est que c’est ce domaine qu’il faut surveiller, celui de la plomberie financière et de la distribution du credit et de ses refinancements.


Rédigé par 

Bruno Bertez 

5 mai 2022

En parallèle de marchés financiers qui chutent depuis des mois, l’idée que le monde entre en récession gagne du terrain.

Cela fait quelques semaines que les marchés financiers sont marqués par une débandade généralisée. Rien n’y personne n’en sort indemne. Même l’or baisse.

La liquidité se réduit, et le cash semble redevenir supérieurement désirable. Quand les actions, les obligations et l’or baissent en synchronie c’est généralement parce que le sous-jacent qui sert à acquérir des actifs, le cash et les liquidités, deviennent plus rares.

Les conditions financières se resserrent partout.

L’or baisse, malgré le maintien à un niveau élevé des anticipations d’inflation, même en Allemagne. Le recul du métal est certainement lié à des problèmes de liquidité et de réduction du leverage.

1er mai : « Bonjour d’Allemagne où les attentes d’inflation continuent d’augmenter. Les attentes d’inflation sur 10 ans viennent d’atteindre 3% pour la première fois de l’histoire, suite aux chiffres de l’inflation d’avril – les plus élevés depuis octobre 1981 – et une hausse de l’indice du coût de l’emploi US. »

La technologie, locomotive de la baisse

La technologie a cessé d’être un mirage de refuge ; elle est la locomotive de la baisse. Non seulement elle est chère mais elle est valorisée pour la perfection… or la perfection a disparu car les revenus réels de la technologie stagnent. C’est un îlot de résistance psychologique qui se dérobe sous les pieds des opérateurs.

En désespoir on a beau essayer de faire donner la garde et annoncer, voir trompeter que Warren Buffett achète, mais cela ne suffit pas … pour le moment, en tous cas.

Warren est précurseur : dans les chutes, sa fonction est de faire croire que l’on arrive à un palier et qu’il y a de la « valeur fondamentale » dans le marché. A lui tout seul, Warren vaut un syndicat de soutien du PPT !

Mais la chute des actions des GAFAM est validée par les chiffres économiques. Elles en prennent un coup, le nuage crève, le réveil est sanglant.

L’opération de Musk sur Twitter agit dans un sens négatif, car « le capital anti-Musk » (comme Bill Gates) attaque Tesla, ce qui le fait baisser en Bourse, et met en danger de nombreux fonds surexposés comme ARK. Cela a donc un effet de boule de neige.

29 avril : « Le fond ARK Innovation de Cathie Wood vit son pire mois de son existence. La chute de Teladoc et Tesla provoque une rechute de l’ETF. Les taux de la Fed et la réouverture des économies a pesé sur les valeurs qu’il détient. »

L’idée que le monde entre en récession gagne du terrain, et pas seulement chez les Cassandre comme Snider ou Rosenberg. Les institutions internationales s’y mettent. Ci-dessous, les indicateurs avancés de l’OCDE :

2 mai : « Le ralentissement dans les principales économies du monde est très clair, et pas quelque chose de ponctuel. »

On annonce également une nouvelle tentative européenne de se tirer une balle dans le pied…

L’UE serait en effet en train de se mettre d’accord sur un embargo pétrolier !

Toujours, c’est comme avant

En parallèle, le Nasdaq 100 a chuté de 3,8% la semaine dernière, portant les pertes de 2022 à 21,2%. La dynamique de la technologie rappelle de manière alarmante l’épisode de l’éclatement de la bulle de 2000. Le flux massif apparemment irrépressible de la finance spéculative s’est maintenant inversé, déclenchant un resserrement accéléré des conditions financières pour une industrie gonflée qui s’est crue pendant des années à l’abri de tout retournement économique et financier.

Une fois de plus, ceux qui, comme moi, ne cessent de répéter que « toujours, c’est comme avant » et que l’histoire se répète, ont encore eu raison.

Les technologiques ont longtemps été valorisées sur la base de concepts fumeux inventés pour les besoins de la cause du marketing boursier, et comme à chaque fois depuis les 60 ans que je travaille en Bourse, ces concepts entrent en collision avec la réalité et c’est la réalité qui gagne.

Tout ce que l’on dit dans la presse n’est que prétexte, au mieux, catalyseur. Ce qui gouverne c’est le fond. La production de monnaie et de crédit gratuit, la disparition des occasions d’investissements raisonnables ont suscité une frénésie spéculative auto-entretenue ; et l’auto-entretien a cessé dès que la perspective du tarissement de l’argent gratuit été confirmée.

« Amazon a reconnu qu’une frénésie d’embauche et de construction d’entrepôts pendant la pandémie est en train de rattraper l’entreprise » : les poids lourds tels qu’Amazon et Netflix ne sont que les entreprises les plus évidentes, parmi celles qui ont dépensé énormément sans s’inquiéter pour les profits. L’embauche facile et la construction d’investissements excédentaires font partie de l’histoire de toutes les manias.

Pourtant, le risque dominant pour l’industrie aujourd’hui est un robinet d’argent fermé, forçant à une réduction drastique des dépenses du style 2000-2002… ce qui devrait se propager en chaîne, de l’infrastructure technologique aux dépenses publicitaires. La super-industrie, considérée il y a encore quelques mois comme invulnérable, est aujourd’hui sur une trajectoire de collision avec une réalité qui s’oriente vers le pire.

La folie renversée

Les bulles spéculatives éclatent parce que les conditions financières se resserrent rapidement. C’est la fameuse transitivité, la réversibilité de toute mania.

Et je vais plus loin que les firmes, je remonte toute la chaîne : je soutiens que la détention de ces firmes, c’est-à-dire de ce que l’on croit être leur capital, est une détention en levier, une détention fictive. Le capitalisme est devenu tuyau de poêle : là où l’on croit qu’il y a des fonds propres, il n’y a que des dettes.

Le système a produit des fonds propres à crédit, en cavalerie, comme ce fut le cas dans la grande crise japonaise des années 1980, crise dont le Japon n’a toujours pas guéri. Une quantité épouvantable de faux diamants et de paillettes en toc sera exposée.

Dans la décapitalisation en cours et dans les destructions en chaîne des collatéraux et des gages, les institutions financières sont particulièrement exposées, partout dans le monde. Les valeurs qu’elles ont à l’actif de leur bilan sont fausses, de plus en plus non liquides. Mais, en plus, l’inflation et la hausse des taux d’intérêt les détruit mathématiquement.

La finance s’auto-détruit tout comme elle s’est enrichie et gonflée mathématiquement dans la phase euphorique de baisse des taux du cycle du crédit.

Nous sommes dans la situation que redoutait tant Greenspan : les acteurs systémiques sont engorgés jusqu’au cou. Personne sur qui se dégager, puisque la banque centrale elle-même est à la vente des actifs de son bilan, ou du moins ne les augmente plus.

C’est un colossal problème : la Fed va entamer sa première véritable campagne de resserrement depuis 1994, mais les marchés boursiers, eux, sont déjà sont déjà au bord de l’illiquidité, de la dislocation et de la panique. C’est au moment où les marchés ont besoin du put que les conditions empêchent de le faire jouer. Ce que nous avons toujours et régulièrement expliqué : le put, c’est une assurance inondation contractée dans une période de grande sècheresse.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

2 réflexions sur “N’OUBLIEZ JAMAIS: la baisse est un processus, avec des étapes, des rémissions, des pièges.

  1. j’ai aprécié la remarque d’El-Rian (ex-pimco) sur Powell :

    « comment peux t’il évoquer les nombreuses incertitudes existantes, puis la phrase suivante nous affirmer qu’il a la certitude que 0.75 de hausse n’est pas sur la table »

    J’aime

  2. Le 10 ans US est monté à 3.13 %.

    Je ne pense pas que la bourse et l’immobilier puissent résister longtemps si les Tbonds se maintiennent sur ces niveaux et a fortiori s’ils augmentent encore.

    Il devient urgent d’avoir des signes tangibles que l’inflation a fait son pic sinon le pire est à craindre.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s