Bernanke écrit, Bernanke prédit, Bernanke va une fois de plus se tromper. Compte rendu. Lisez quand même.

Parole, paroles, paroles voila a quoi je pense quand je vois des interviews de gens comme Bernanke. Greenspan était cent fois plus intelligent. Même si il s’est trompé, il a mieux compris le monde de son époque et si il s’est laissé aveugler, par la suite, dans ses livres, il a témoigné d’une vraie capacité analytique critique.

Ils sont incapables de pensée logique, ils alignent des mots , seule compte la rhétorique et la cohérence formelle. Vous ne trouverez dans le texte ci dessous aucune analyse de causalité, aucune articulation logique serrée , vous ne trouverez qu’une juxtaposition de propositions verbales plus ou moins crédibles. La dialectique, connait pas; les forces qui sont à l’œuvre, connait pas , la seule chose qu’il croit connaitre cest .. son jugement, sa propre pensée et peut etre celle de Powell.

Le réel est évacué! La réalité est remplacée par le modèle ou si on veut par le scénario.

Je maintiens , à notre époque, la crise est une crise de la pensée des élites. Elles continuent malgré leurs échecs de considérer que « perception is all! » Le discours sur le réel est plus fort que le réel, le monde est gouverné par la Tchatche! Délire de la subjectivité.

Bernanke a t-il entendu parler de cette discipline qui s ‘appelle l’épistémologie des sciences?

Ben Bernanke dit que l’économie américaine, pour la première fois depuis les années 1970, pourrait se diriger vers une période de stagflation. 

Bernanke, l’ancien président de la Réserve fédérale qui a dirigé la banque centrale pendant la crise financière de 2008, prévient que la nation se dirige vers une situation, un peu comme les années 1970, où les Américains perdaient leur emploi mais faisaient toujours face à des prix plus élevés à l’épicerie et à la pompe.

 « Même dans le scénario bénin, nous devrions avoir une économie en ralentissement », a déclaré Bernanke à DealBook, dans une interview exclusive avec Andrew avant le nouveau livre de Bernanke . 

Le livre, « La politique monétaire du 21e siècle : la Réserve fédérale, de la grande inflation au Covid-19”, sort demain. 

« Il devrait donc y avoir une période au cours des deux prochaines années où la croissance sera faible, le chômage sera en hausse et l’inflation restera toujours élevée. »
Les économistes restent divisés sur la possibilité d’un atterrissage en douceur. Certains économistes disent que les pressions sur les prix s’atténuent. D’autres, dont les anciens conseillers économiques d’Obama Larry Summers et Jason Furman, disent qu’une récession est probable.

Mais Bernanke espère toujours qu’une récession pourra être évitée. 

Il a déclaré que la crédibilité de la Fed auprès du public serait cruciale pour sa capacité à lutter contre l’inflation, et c’est quelque chose qui l’inquiète profondément étant donné à quel point la nation semble polarisée. 

En outre, il reste préoccupé par le fait que les problèmes de chaîne d’approvisionnement persistent pour tous les types de marchandises. 

« Compte tenu des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, ce livre a mis six mois pour passer du manuscrit final à l’apparition dans le magasin », a-t-il déclaré avec humour.

Même ainsi, Bernanke dit qu’abandonner l’objectif d’inflation de 2% serait une erreur. Il dit que le président actuel de la Fed, Jay Powell, devrait préciser que l’objectif d’inflation de la Fed reste inchangé. 
Et faire tout ce qu’il faut pour ramener l’inflation à ce niveau. 

« Dans la vie de tous les jours, nous jugeons la crédibilité des promesses plus par la réputation des faiseurs de promesses que par les mots exacts qu’ils utilisent », écrit Bernanke dans le livre. 

« Le même principe s’applique aux promesses des banques centrales. »

Bernanke dit qu’il est préoccupé par la hausse des prix de l’immobilier

 Cependant il ne pense pas qu’une baisse des prix conduirait aux mêmes problèmes que ceux que les États-Unis ont lorsqu’il était président de la Fed.

« C’est quelque chose qui doit être surveillé », a-t-il dit, mais contrairement à 2008, « les prêts hypothécaires qui sont prêtés pour acheter ces maisons sont généralement de bien meilleure qualité que les prêts hypothécaires à risque d’il y a 15 ans ».

Bonus polémique politique : Bernanke a pesé dans le débat sur l’annulation de la dette étudiante : « Ce serait très injuste de l’éliminer. 

Bon nombre des personnes qui ont une dette d’études importante sont des professionnels qui continueront à gagner beaucoup d’argent au cours de leur vie. 

Alors pourquoi les favoriserions-nous par rapport à quelqu’un qui n’est pas allé à l’université, par exemple ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s