Wall Street: on flirte avec les -20% sur le S&P 500

Les actions tentent de récupérer ce jour.

le S&P 500 est tombé encore plus près d’un marché baissier jeudi, il est maintenant en baisse de 18,6% depuis son record de clôture établi début janvier. Le seuil des 20 est un seuil magique, la bourse vous le savez croit à la magie et c’est normal puisque le pognon tombe du ciel.

Si les choses se retournent à la baisse a nouveau cette session, il y a de fortes chances que l’indice de référence tombe en territoire baissier pour la première fois depuis 2007 (à l’exception de la panique d’un mois qui s’est produite en mars 2020). 

Cependant, cette fois-ci, un petit groupe de noms est à l’origine d’une grande partie de la baisse, ce qui a suscité des discussions au sein de la communauté des investisseurs sur leur influence et leur pouvoir.

Seules huit sociétés (sur les 500 de l’indice) sont responsables de près de la moitié des pertes cumulées de l’indice de référence pondéré depuis le début de l’année. 

Les baisses chez Netflix ( NFLX ) ont atteint 70% , Meta ( FB ) et Nvidia ( NVDA ) sont chacun en baisse de 43% , tandis que Microsoft (MSFT ), Apple ( AAPL ), Amazon ( AMZN ), Alphabet ( GOOGL ) et Tesla ( TSLA ) ont chuté entre 23 % et 36 % depuis le début de l’année . 

Selon un modèle théorique, si les indices S&P avaient une pondération égale pour l’ensemble du S&P 500, l’indice ne serait en baisse que de 13 % en 2022 . Mais bien sur les investisseurs n’auraient pas non plus connu les gains massifs qu’ils ont engrangés les années précédentes.

« Ils prélèvent une part énorme du rendement du S&P », a noté Anne Wickland, analyste senior chez Easterly Investment Partners. « C’est vraiment déséquilibré à cause du nombre de ces grands noms qui composent la partie supérieure du S&P 500.

 Certains disent qu’il est trop tôt pour annoncer la fin de la domination des Big Tech; mais ce sont les actions dites values et d’énergie comme Exxon Mobil ( XOM ), Chevron ( CVX ) et ConocoPhillips ( COP ) qui ont soutenu le S&P 500 cette année. 

Les matières premières et les actions connexes sont utilisées comme couverture contre l’inflation, d’autant plus que la guerre de la Russie en Ukraine dope les prix de l’énergie à l’échelle mondiale. 

Les acheteurs de dip devraient également être sous surveillance, selon Tony Roth, directeur des investissements chez Wilmington Trust, qui estime que Big Tech continuera à « fournir l’infrastructure ou l’épine dorsale de l’économie numérique et qu’elles s’en sortiront très bien pendant de très nombreuses années à l’avenir. « 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s