Doutes sur la seule qualité de journaliste du Français tué lundi sur le territoire de la République populaire de Lougansk contrôlé par Kiev

A prendre avec précaution .

Attendons l’enquête.

LOUGANSK, 30 mai. /TASS/. Le ressortissant français, qui a été tué lundi sur le territoire contrôlé par Kiev de la République populaire de Lougansk (RPL), n’était probablement pas un journaliste mais pourrait être engagé dans la livraison de munitions aux positions des forces armées ukrainiennes, Andrey Marochko, un officier de la milice populaire LPR, a déclaré lundi à TASS.

« Il n’est pas seulement présenté comme un journaliste. Même les médias ukrainiens disent que c’était un volontaire. Donc, nous n’excluons pas qu’il ait livré des armes et des munitions aux positions des unités armées ukrainiennes. C’est pourquoi il était voué à une si triste fin. Je ne le qualifierais pas de journaliste, car ses actions indiquaient une tout autre ligne d’activité. Il est tout à fait possible de le qualifier de mercenaire étranger. Et il est tout à fait clair qu’il était un complice forces radicales d’extrême droite. Nous avons vu que ces volontaires aident les troupes ukrainiennes – ils livrent des munitions qui sont utilisées pour tuer des civils », a-t-il déclaré.

Selon Marochko, la milice populaire de la LPR a averti le 27 mai que les forces de la LPR cibleraient les voitures civiles que l’Ukraine utiliserait à des fins militaires. « L’armée ukrainienne utilise des méthodes de guerre interdites. Nous avons signalé à plusieurs reprises que des unités armées ukrainiennes et des radicaux d’extrême droite utilisent les transports civils pour leurs besoins militaires. Tout d’abord, des militants ukrainiens utiliseraient des ambulances pour transporter des munitions et de la nourriture pour les militaires, ce qui est interdit par absolument toutes les règles internationales. On voit aussi qu’ils utilisent désormais les transports civils pour leurs déplacements », a-t-il souligné.

Plus tôt dans la journée de lundi, les médias ukrainiens ont rapporté la mort d’un ressortissant français qui aurait été journaliste et qui était en route pour évacuer dix personnes des territoires contrôlés par Kiev. C’était la raison de la suspension de l’évacuation des civils, ont-ils affirmé.

Pendant ce temps, Marochko a déclaré que l’Ukraine avait arrêté l’évacuation lorsque les forces de la LPR ont pris le contrôle des routes vers Lisichanks et Severodonetsk. « Maintenant, ils cherchent à imaginer cet incident pour agiter la communauté internationale, nous présenter sous un mauvais jour et nous accuser de tuer des journalistes. Mais je tiens à souligner que ce n’est pas le cas. Ils utilisent vraiment les civils comme bouclier humain. Et même lorsqu’ils ont évacué des civils, ils les ont évacués avec des militants ukrainiens blessés », a-t-il ajouté.

Original de la dépêche.

LUGANSK, May 30. /TASS/. The French national, who was killed on Monday on the Kiev-controlled territory of the Lugansk People’s Republic (LPR), unlikely was a journalist but could be engaged in delivering munitions to the positions of the Ukrainian armed forces, Andrey Marochko, an officer of the LPR People’s Militia, told TASS on Monday.

« He is presented not only as a journalist. Even the Ukrainian media say that he was a volunteer. So, we don’t rule out that he was engaged in delivering weapons and munitions to the positions of Ukraine’s armed units. That is why he was doomed to such a sad end. I wouldn’t call him a journalist because his actions indicated quite a different line of activity. It is quite possible to call him a foreign mercenary. And it is absolutely clear that he was an accessory to Ukrainian far-right radical forces. We have seen that such volunteers help Ukrainian troops – they deliver munitions that are used to kill civilians, » he said.

According to Marochko, the LPR People’s Militia warned on May 27 that LPR forces would target civil cars Ukraine would use for military purposes. « The Ukrainian army is using prohibited warfare methods. We have repeatedly reported that Ukrainian armed units and far-right radicals are using civil transport for their military needs. First of all, Ukrainian militants reportedly use ambulance cars to transport munitions and food for the armed forces, which is banned by absolutely all international rules. We also see that they now use civil transport for their movements, » he stressed.

Earlier on Monday, Ukraine’s media reported the death of a French national who allegedly was a journalist and was on his way to evacuate ten people from Kiev-controlled territories. It was reason for the suspension of the evacuation of civilians, they claimed.

Meanwhile, Marochko said that Ukraine stopped evacuation when LPR forces took control of the roads to Lisichanks and Severodonetsk. « Now, they are seeking to picture this incident to stir up the international community, present us in the wrong light and accuse of killing journalists. But I would like to stress that this is not so. They really use civilians as a human shield. And even when they evacuated civilians, they evacuated them along with wounded Ukrainian militants, » he added.

TAGS

5 réflexions sur “Doutes sur la seule qualité de journaliste du Français tué lundi sur le territoire de la République populaire de Lougansk contrôlé par Kiev

  1. Une journaliste palestinienne a été tuée par la semaine dernière par un sniper de Tsahal sans que ça n’émeuve personne dans notre presse sous contrôle.

    Avec cette émotivité à géométrie variable ne soyons pas étonnés d’être détestés sur les3/4 de la planète. Nous ( occidentaux) le valons bien.

    J’aime

  2. Certains parlent d’un assassinat ou d’un meurtre pour quelqu’un – quel que soit la raison de sa présence – qui a été tué dans un bombardement d’artillerie. Visiblement pour les journalistes les mots n’ont plus aucun sens, un assassinat ou un meurtre implique que la personne était personnellement visée, je doute que les Russes aient procédé à un tir d’artillerie rien que pour lui.

    Evidemment quand un drone massacre une cérémonie de mariage en Afghanistan (donc visée délibérée du groupe, même si c’est une erreur d’appréciation) pas d’assassinat mais « victimes collatérales ».

    Malheureusement pour lui, il est bien une victime collatérale, passée par pertes et profits si ce n’est pas un occidental

    J’aime

  3. Autant j’apprécie vos publications, autant là il manque un minimum d’éléments de faits pour associer un mort à un volontaire armé. Cela me semble contre-productif dans la critique de la doxa.

    J’aime

    1. À l’heure où la propagande bat son plein, je comprend vos doutes mais il est écrit en haut de page:
      À prendre avec précaution
      Attendons l’enquête
      D’où l’expression: Sorti de son contexte.
      Alors attendons.

      J’aime

  4. Pour avoir écouté ce que raconte FranceInfo à ce sujet ce soir :
    – « Journaliste pour BFM et il fait aussi de l’humanitaire ». Confusion des genres ? : je ne sais pas.
    – « Tué par un éclat d’obus ». OK, nos journalistes semblent découvrir l’horreur de la guerre. L’obus a trés bien pu être tiré à 30 km. C’est malheureux mais quelque part c’est un risque lié à la profession de correspondant de guerre……

    S’il devait arriver le même sort à la journaliste française Christelle Néant de DonbassInsider, j’espère la même indignation de FranceInfo !

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s