Azov vu d’Ukraine

Traduction automatique.

NOUS LUTTONS CONTRE LE NÉO-NAZISME. MAIS QU’EST-CE QUE CELA SIGNIFIE DANS SA VERSION UKRAINIENNE ? BEAUCOUP EN RUSSIE N’IMAGINENT MÊME PAS À QUOI UN PUISSANT ENNEMI NOUS AFFRONTE.

Pour commencer, il est important de comprendre, qu’est-ce qu’Azov ? Une idée fausse courante est qu’il s’agit d’un régiment [militaire]. Mais c’est absolument faux, ‘Azov’ n’est pas du tout une formation militaire, mais plutôt un mouvement politique paramilitaire.

Azov est dirigé par le SNA, l’Assemblée social-nationaliste (une organisation politique). Ses noms ont changé, mais l’essence reste la même : c’est une organisation néonazie de Kharkov, autour de laquelle s’est formé tout le mouvement Azov actuel. Il est important de bien comprendre qu’il ne s’agit pas de « nationalistes ukrainiens », mais de néonazis, partisans de la suprématie blanche. C’est un analogue du NSDAP (les nazis mêmes de l’Allemagne nazie 1920-45 [Nazionalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei -GB]).

Un niveau en dessous du SNA au sein d »Azov’ se trouve le mouvement politique de masse, le ‘Corps national’ (NC). Dans le contexte de l’échec des anciens nationalistes ukrainiens, le NC s’est développé, maîtrisant avec succès les petites organisations néonazies. Ce n’est pas une imitation bureaucratique de la politique, c’est un mouvement authentique, idéologique, jeune et actif de néonazis ukrainiens.

L’analogue ukrainien des SA allemandes ([‘Sturmabteilung’ -GB] détachements d’assaut fascistes en Allemagne, jusqu’en 1945) sont les ‘Squads nationales’, qui dans l’Ukraine moderne ont pu devenir la seule organisation de masse de la ‘politique de rue’. Ils ont réussi à intégrer les skinheads ukrainiens, puis à absorber avec succès l’aile jeunesse du parti Svoboda en décomposition de Tyahnybok (un nationaliste et homme politique ukrainien [Oleh Tyahnybok, chef du parti d’extrême droite Svoboda -GB]). En conséquence, les «escouades nationales» d’«Azov» ont étendu leur influence dans toute l’Ukraine, en outre, aux régions où les nationalistes ukrainiens classiques étaient traditionnellement forts, et influencent également les régions de l’est.

‘Azov’ a son propre réseau de camps pour enfants, ‘Azovets’; il y a aussi des organisations d’adolescents, un analogue des Jeunesses hitlériennes. De plus, « Azov » a réussi à évincer les scouts nationalistes SYCH, SPOK [les deux organisations scoutes ukrainiennes, l’ancienne affiliée à l’organisation ukrainienne C14 -GB], même Plast (12 000 jeunes) [Plast Organisation scoute nationale d’Ukraine, la la plus grande organisation de scouts du pays -GB].

Derrière tout ce système se cachent de simples skinheads, des gangs de rue de jeunes, un éventail d’organisations sportives et de clubs pour les vétérans et d’autres communautés. Un immense monde souterrain existe également derrière ‘Azov’, à travers lequel les membres de l’organisation sont devenus des leaders dans le monde criminel. Azov a aussi ses propres affaires, sa propre presse, sa littérature, sa musique… Il y a des villes qu’ils gouvernent en coulisses, voire presque ouvertement, l’une d’elles était Mariupol, une autre est Kharkov.

Et maintenant, vous pouvez passer aux détachements militaires de ‘Azov’.

Tout d’abord, cela signifie le régiment Azov du ministère de l’Intérieur de l’Ukraine – un analogue des SS (la principale force des nazis en Allemagne 1920-45). Le régiment Azov procède à sa propre sélection de candidats, gère ses propres écoles de formation, organise ses propres rangs et dispose d’une autonomie complète. C’est l’élite de l’organisation, et en même temps l’élite des forces de sécurité ukrainiennes, qui est contrôlée par le chef blanc, et non par le quartier général.

Mais ce n’est pas tout. Les membres de ces organisations servent non seulement dans le régiment d’élite, mais dans toutes les structures de pouvoir de l’Ukraine. Dès le premier jour de merde, ce n’est pas tout. Les membres de ces organisations servent non seulement dans le régiment d’élite, mais dans toutes les structures de pouvoir de l’Ukraine. Dès le premier jour de la guerre, ‘Azov’ a commencé à former de nouveaux détachements, juste à Kharkov, ils ont créé au moins deux brigades de défense territoriale. Il y a aussi des brigades de Kiev, un détachement des SOF [Special Operations Forces -GB], et bien d’autres. Et ce n’est pas seulement au niveau de la brigade-régiment ; il y a aussi des bataillons et des détachements locaux d’Azov.

version originale.

WE ARE FIGHTING AGAINST NEO-NAZISM. BUT WHAT DOES THAT MEAN IN ITS UKRAINIAN VERSION? MANY IN RUSSIA DON’T EVEN IMAGINE WHAT A POWERFUL ENEMY CONFRONTS US.

To begin with, it’s important to understand, what is Azov? A common misconception is that it’s a [military] regiment. But this is absolutely incorrect, ‘Azov’ is not a military formation at all, but rather a paramilitary political movement.

Azov is led by the SNA, the Social-Nationalist Assembly (a political organization). Its names have changed, but the essence remains the same—it is a Kharkov neo-Nazi organization, around which the entire current Azov movement was formed. It’s important to clearly understand that they aren’t ‘Ukrainian nationalists’, but neo-Nazis, supporters of white supremacy. This is an analogue of the NSDAP (the very Nazis of Nazi Germany 1920-45 [Nazionalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei -GB]).

A level below the SNA within ‘Azov’ is the mass political movement, the ‘National Corps’ (NC). Against the backdrop of the failure of the old Ukrainian nationalists, the NC grew, successfully subduing smaller neo-Nazi organizations. This is not some bureaucratic imitation of politics, this is a genuine, ideological, young and active movement of Ukrainian neo-Nazis.

The Ukrainian analogue of the German SA ([‘Sturmabteilung’ -GB] fascist assault detachments in Germany, until 1945) are the ‘National Squads’, which in modern Ukraine were able to become the only mass organization of ‘street politics’. They were able to integrate the Ukrainian skinheads, and then successfully absorbed the youth wing of the decaying Svoboda Party of Tyahnybok (a Ukrainian nationalist and politician [Oleh Tyahnybok, head of the far-right Svoboda Party -GB]). As a result, the ‘National Squads’ of ‘Azov’ expanded their influence throughout Ukraine, moreover, to the regions where classical Ukrainian nationalists were traditionally strong, and also influence the eastern regions.

‘Azov’ has its own network of children’s camps, ‘Azovets’; there are also teenager organizations, an analogue of the Hitler Youth. In addition, ‘Azov’ successfully ousted the nationalist boy scouts SYCH, SPOK [both Ukrainian boy scout organisations, the former affiliated with the Ukrainian C14 organisation -GB], even Plast (12,000 young people) [Plast National Scout Organisation of Ukraine, the largest boy scout organisation in the country -GB].

Behind this whole system are simple skinheads, youth street gangs, an array of sports organizations and clubs for veterans and other communities. A huge nether world also exists behind ‘Azov’, through which members of the organization became leaders in the criminal world. Azov also has its own businesses, its own press, literature, music… There are cities that they rule behind the scenes, or even almost openly, one of them was Mariupol, another is Kharkov.

And now you can move on to the military detachments of ‘Azov’.

First of all, this means the Azov regiment of the Ministry of Internal Affairs of Ukraine—an analogue of the SS (the main force of the Nazis in Germany 1920-45). The Azov Regiment conducts its own selection of candidates, runs its own training schools, organizes its own ranks and has complete autonomy. This is the elite of the organization, and at the same time the elite of the Ukrainian security forces, which is controlled by the White Chief, not by the headquarters.

But this isn’t all. Members of these organizations serve not only in the elite regiment, but in all the power structures of Ukraine. From the first day of thut this isn’t all. Members of these organizations serve not only in the elite regiment, but in all the power structures of Ukraine. From the first day of the war, ‘Azov’ began to form new detachments, just in Kharkov they created at least two brigades of territorial defense. There are also Kiev brigades, a detachment of SOF [Special Operations Forces -GB], and many others. And it’s not only at brigade-regiment level; there are also battalions and local Azov detachments.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s