Washington passe en mode contrôle des dégâts. Le grand pivot se prépare en Ukraine.

A lire

Après avoir fait de multiples déclarations selon lesquelles la Russie cesserait d’être une puissance mondiale après la guerre d’Ukraine, le président Biden et ses hauts responsables se concentrent désormais sur le contrôle des dégâts. Ils avertissent l’Ukraine qu’elle devra sacrifier des territoires pour un cessez-le-feu.

S’exprimant lors d’une collecte de fonds du Comité national démocrate à Los Angeles, Biden a reproché à Volodymyr Zelensky de ne pas avoir tenu compte des avertissements américains concernant une invasion russe :

Et, les amis, rien de tel ne s’est produit depuis la Seconde Guerre mondiale. Je sais que beaucoup de gens pensaient que j’exagérais peut-être, mais je savais – et nous avions des données pour l’ étayer – qu’il allait entrer, au-delà de la frontière. Il n’y avait aucun doute. Et Zelenskyy ne voulait pas l’entendre, tout comme beaucoup de gens. Allez comprendre pourquoi ils ne voulaient pas l’entendre. Mais il est entré.

Les responsables ukrainiens ont contesté avec colère la version des événements de Biden, mais le chat était sorti du sac.

C’est un revirement par rapport au 25 avril, lorsque le secrétaire à la Défense Lloyd Austin a déclaré à Kiev que les États-Unis voulaient détruire la capacité de la Russie à entreprendre des guerres de cette ampleur : « Nous voulons voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne pourra plus faire le genre de choses qu’elle a faite en envahissant l’Ukraine. Elle a déjà perdu beaucoup de capacité militaire. Et beaucoup de ses troupes, très franchement. Et nous voulons qu’ils n’aient pas la capacité de reconstituer rapidement cette capacité.

Un mois plus tôt, Biden avait tweeté : « L’économie russe est sur le point d’être réduite de moitié. Elle était classée 11e plus grande économie du monde avant cette invasion – et bientôt, elle ne se classera même plus parmi les 20 premières.

Fin mai, l’artillerie russe avait commencé à réduire les forces ukrainiennes dans le Donbass, menaçant de piéger les forces ukrainiennes dans une poche autour de Severodonetsk – désormais presque sous contrôle russe. 

Les observateurs du Pentagone ont noté que les Russes avaient appris à coordonner l’artillerie, l’infanterie, les blindés et la puissance aérienne. L’Ukraine a reconnu avoir commencé à perdre 100 à 200 tués au combat par jour.  

 Le premier signe d’un changement de contrôle des dégâts à Washington est apparu le 8 juin dans un rapport du New York Times du journaliste Julian Barnes, je me suis fait l’écho approfondi de cet article de julian Barnes. Il citait des responsables du renseignement américain qui se sont plaints que «les agences de renseignement américaines ont moins d’informations qu’elles ne le souhaiteraient sur les opérations de l’Ukraine et possèdent une bien meilleure image de l’armée russe, de ses opérations planifiées, de ses succès et de ses échecs.

C’est invraisemblable, mais pas impossible.

 les États-Unis disposent d’images satellites qui révèlent chaque détail de l’action au sol, ainsi que de 150 conseillers sur le terrain en janvier. Ce sont eux, les américains et les britanniques qui transfèrent les renseignements opérationnels aux troupes ukrainiennes.

Ne pas évaluer la situation sur le terrain en Ukraine impliquerait un niveau d’incompétence stupéfiant de la communauté du renseignement américain, ce qui ne peut être exclu.

Une ancienne haut responsable de la CIA, Beth Sanner, a déclaré au journal : « Que savons-nous vraiment de la situation de l’Ukraine ? Pouvez-vous trouver une personne qui vous dira avec certitude combien de soldats l’Ukraine a perdus, combien de pièces d’équipement l’Ukraine a-t-elle perdues ? » Sanner était auparavant directeur adjoint du bureau du directeur du renseignement national – et informateur présidentiel en 2017.

« Tout tourne autour des objectifs de la Russie et des perspectives de la Russie d’atteindre ses objectifs », a ajouté Sanner. « Nous ne parlons pas de savoir si l’Ukraine pourrait être en mesure de les vaincre. Et pour moi, j’ai l’impression que nous nous préparons à un autre échec des renseignements en n’en parlant pas publiquement.

Traduit du langage politiquement correct , l’avertissement de Sanner concernant une « panne de renseignement » signifie que la panne s’était déjà produite et que les services de renseignement espéraient pouvoir en blâmer les Ukrainiens – tout comme Biden l’a fait à Los Angeles deux jours plus tard.

Rappel analysé en son temps:

Kissinger a déclaré au Forum économique mondial le 23 mai que « le mouvement vers des négociations et des négociations sur la paix doit commencer dans les deux prochains mois afin que l’issue de la guerre soit définie mais avant qu’elle ne puisse créer des bouleversements et des tensions qui seront de plus en plus difficiles à surmonter », notamment entre les relations éventuelles de la Russie, de la Géorgie et de l’Ukraine avec l’Europe. 

Idéalement, la ligne de démarcation devrait revenir au statu quo ante.

Le « statu quo ante » impliquerait que l’Ukraine fasse des concessions territoriales à la Russie.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg , très belliciste envers la Russie depuis le début de la guerre, a précisé les conditions de la paix le 12 juin lors d’une conférence de presse avec le président finlandais :

« La paix est possible en Ukraine. La seule question est de savoir combien êtes-vous prêt à payer pour cette paix. Combien êtes-vous prêt à sacrifier la terre, l’indépendance, la souveraineté, la liberté et la démocratie. Et c’est un dilemme moral très difficile.

Le gouvernement ukrainien a répondu à Stoltenberg en démentant qu’il était prêt à concéder le moindre territoire.

2 réflexions sur “Washington passe en mode contrôle des dégâts. Le grand pivot se prépare en Ukraine.

  1. Avant de les les laisser tomber ils vont aller nous faire une belle photo à Kiev ; Macron Draghi et Scholz.

    Au moment où les taux européens se disloquent ça donnera une belle illusion d’unité.

    Il n’est de vérité que du tout et si la guerre peut aider à prolonger l’euro pourquoi nous en priver ?

    J’aime

  2. Bonsoir M. Bertez
    Les US & l’U.E, en faisant main basse sur les réserves de change Russes à l’étranger ont montré qu’on ne pouvait plus faire confiance aux institutions financières occidentales.
    Maintenant, après l’Afghanistan ils sont en train de laisser tomber l’Ukraine après avoir joué les pousse au crime; de ce fait le reste du monde va perdre confiance dans la parole et le soutien matériel des occidentaux .
    C’est ce qui s’appelle tresser la corde pour se pendre, creuser sa propre tombe, etc…
    Heureusement en France, nous avons Macron et Mélenchon…. jusqu’ici ( la fenêtre du V ème étage ) tout va bien!
    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s