La Fed a choisi la récession. L’impossible atterrissage en douceur. Protéger le marché des fonds d’état à tout prix. Coûte que coûte.

Compte tenu des causes de l’inflation, il est peu probable à ce stade que la politique monétaire puisse en venir à bout sans précipiter la récession.

C’est évidemment un risque politique et social, voire géopolitique.

Mais la Fed a-t-elle le choix? Ma réponse est non, elle doit accepter de se couper un bras.

J’ai l’impression que non. La balance des risques est un concept clef dans le livre de jeu de la Fed. Et si on l’applique ici, il semble justifier ce choix . Il n’y a pas de bonnes solutions, il n’y en a que des moins mauvaises.

La balance des risques c’est le mode d’appréciation moderne de la Fed. Entre plusieurs risques elle essaie de choisir celui qui est le moins dévastateur. Elle va préférer le risque qui fait mal à celui qui tue.

Si la Fed ne prenait pas le risque d’accélérer les hausses de taux et le resserrement monétaire, elle laisserait l’inflation s’installer durablement: les anticipations des marchés deviendraient menaçantes. Les taux longs grimperaient et s’installeraient au dessus des 5%, voire 6%; ce serait la catastrophe car le système financier mondial et surtout les finances publiques mondiales n’y résisteraient pas. Ce serait la crise type 2007/2008.

Le raisonnement consiste à se dire qu’il vaut mieux courir le risque d ‘une récession , laisser baisser les actions et l’immobilier plutôt que laisser le marché-clef , la pierre angulaire des fonds d’état et des obligations s’effondrer. Entre différents maux il faut choisir le moindre.

La récession et la chute des actions et de l’immobilier sont rattrapables, on peut les gérer , tandis que l’effondrement du marché des fonds d’état, il n’est pas possible de le gérer. Il faut le préserver. C’est la bombe atomique.

Lisez ce texte de Jack Rasmus.

Au cours des derniers mois, les médias et les économistes américains se sont de plus en plus concentrés sur l’inflation.

Au cours des dernières semaines, cependant, les décideurs américains ont également pris conscience que l’inflation est une menace chronique, solidement ancrée et croissante pour l’avenir immédiat de l’économie américaine.

Un «seuil de sensibilisation» qualitatif a été atteint la semaine dernière lorsque la banque centrale américaine, la Réserve fédérale, a accéléré son rythme de hausse des taux de 75 points de base, soi-disant pour maîtriser le rythme des hausses de prix. 

Il reste à voir si la Fed peut réussir à maîtriser l’inflation sans précipiter une récession. Cela est hautement improbable. 

Maîtriser l’inflation sans provoquer de récession est donc la question économique centrale pour le reste de 2022.

Il est clair que certains pensent que c’est possible, c’est-à-dire que de nouvelles hausses de taux modéreront le rythme de l’inflation sans faire entrer l’économie réelle en récession et entraîner ce qu’on appelle un « atterrissage en douceur ». De toute évidence, la Fed et l’administration Biden pensent que cela se produira. 

Mais un chœur croissant d’économistes et de départements de recherche bancaire, même traditionnels, ne le pensent pas. De nouvelles prévisions presque quotidiennes des banques et des analystes mondiaux apparaissent, indiquant que la récession est probable à plus de 50-50 et qu’elle arrivera plus tôt fin 2022 qu’en 2023.

Cet article conclut sans équivoque que la politique monétaire actuelle de la Fed consistant à augmenter les taux d’intérêt n’est pas capable de réduire l’inflation tout en évitant la récession, pas plus que les hausses de taux similaires de la Fed en 1980-81. 

Et cette fois, les hausses de taux n’auront pas besoin d’être aussi fortes qu’en 1980-81 pour plonger l’économie dans une autre véritable récession.

En juin 2022, la Fed a relevé son taux d’intérêt de référence des fonds fédéraux à une fourchette haute de 1,75 %. Il prévoit de doubler ce chiffre au moins d’ici la fin de 2022, dans une fourchette de 3,5% à 4%. Mais l’économie américaine est déjà presque stagnante et des signes montrent qu’elle s’affaiblit encore. 

Comme je le soutient depuis l’automne 2021, un taux de la Fed à 4 % ou plus signifiera presque certainement un « atterrissage brutal », c’est-à-dire une récession. De plus, cela ne réduira pas beaucoup l’inflation non plus. Les prix ne ralentiront pas sensiblement tant que les États-Unis ne seront pas en récession. 

Cela signifie une situation appelée stagflation, une économie réelle en contraction dans un contexte de hausse des prix et un scénario économique jamais vu aux États-Unis depuis la fin des années 1970. La stagflation est déjà arrivée si l’on considère l’économie américaine presque stagnante au premier semestre 2022 .

Pour comprendre pourquoi l’inflation ne diminuera pas beaucoup en 2022 et pourquoi la récession se produira quelque temps avant la fin de l’année en cours, il faut d’abord comprendre l’anatomie de l’inflation (c’est-à-dire la structure et l’évolution) qui a émergé au cours de l’année écoulée. Cette anatomie, ou cette structure, de l’inflation montre que ses causes actuelles ne réagissent pas aux hausses de taux de la Fed à court ou même à moyen terme des douze prochains mois.

Il est nécessaire de comprendre pourquoi la politique monétaire sous la forme de hausses de taux de la Fed n’atténuera pas l’inflation bien avant que la récession ne se produise, ainsi que pourquoi ces mêmes hausses de taux auront un plus grand effet sur la mise en récession bien avant que la Fed ne puisse ramener le taux d’inflation. jusqu’à son objectif historique à long terme de seulement 2 %.

L’anatomie de l’inflation américaine : 2021-22

Après avoir augmenté modérément autour de 4% en taux annuel lors de la première ouverture de l’économie américaine au printemps 2021, il est important de noter que le rythme des prix à la consommation est resté pratiquement stable pendant les quatre mois suivants tout au long de l’été 2020, à environ 5,5%. (Bureau of Labor Statistics New Release, 11 mai 2022, graphique 2). Ce rythme n’a commencé à augmenter régulièrement chaque mois qu’après fin août 2021.

À partir de septembre 2021, l’inflation aux États-Unis a non seulement commencé à s’accélérer, mais est depuis devenue incrustée et chronique. Même les élites politiques américaines ne peuvent plus le nier. Plus tôt en 2022, la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a déclaré publiquement que l’inflation américaine serait « de courte durée et temporaire ». En juin, elle s’est ensuite rétractée et s’est excusée pour la prédiction inexacte. Et la semaine dernière, il a admis que l’inflation était désormais « verrouillée » pour le reste de 2022.

Quelles sont alors les raisons et les preuves que l’inflation est devenue permanente et chronique, du moins jusqu’à ce que la récession s’installe ?

Il ne fait aucun doute que la demande, due à la réouverture de l’économie américaine après le pire du Covid en mars-avril 2021, a contribué à l’émergence de l’inflation au printemps-été 2021 dernier. Mais l’excès de demande n’en est pas la principale explication. La demande de biens et de services a augmenté d’avril à mai 2021 alors que les travailleurs retournaient à leur emploi et que les revenus salariaux augmentaient. Cependant, le record montre qu’après avoir légèrement augmenté en avril-mai 2021, les prix à la consommation se sont stabilisés tout au long de l’été 2021, de juin à août 2021, à un peu plus de 5 %. Il est resté stable par la suite à ce niveau pendant ces mois alors que l’économie continuait de rouvrir.

La flambée des prix à un rythme plus rapide n’a commencé qu’à la fin de l’été, vers août-septembre. Cette escalade des prix a coïncidé avec des problèmes croissants dans les chaînes d’approvisionnement, à la fois sous la forme d’importations mondiales aux États-Unis et de problèmes d’approvisionnement intérieur aux États-Unis associés au transport de marchandises, à l’entreposage et à l’accès à la main-d’œuvre qualifiée. En bref, alors que l’économie américaine tentait de rouvrir les chaînes d’approvisionnement mondiales, elles étaient toujours interrompues et, au niveau national, les marchés américains des produits et du travail ont été gravement blessés par l’impact des événements de Covid de mars 2020 à mars 2021.

Les politiciens conservateurs, les intérêts commerciaux et leur aile des médias grand public ont néanmoins affirmé à l’époque – et maintiennent pour la plupart encore aujourd’hui – qu’il s’agissait des soutiens aux revenus trop généreux et excédentaires des programmes de protection sociale du Plan de secours américain (ARP) adopté par le Congrès. en mars 2021, et leurs programmes précédents un an auparavant, qui étaient responsables de la demande excédentaire à la mi-2021 et donc de l’escalade de l’inflation qui a suivi après septembre de cette année-là.

Mais même les données du gouvernement américain ne soutiennent pas ce point de vue. 

L’ARP n’a autorisé que 800 milliards de dollars de dépenses au cours des douze prochains mois. Le 3e trimestre – le premier trimestre complet où les dépenses du programme ARP ont frappé l’économie et lorsque les prix ont commencé leur accélération vers le mois d’août – n’a probablement pas vu plus de 200 milliards de dollars de programmes ARP entrer dans l’économie. Les chèques de revenu complémentaire avaient déjà été distribués et dépensés pour la plupart au 2ème trimestre. Ce qui restait dans le 3ème étaient des allocations de chômage supplémentaires, une aide au logement modeste et les subventions de garde d’enfants pour les familles à revenu moyen et faible introduites en juillet. L’injection de 200 milliards de dollars était probablement élevée également. Certes, tous les 200 milliards de dollars de revenus injectés n’ont pas été dépensés ce trimestre-là. (Comme l’admettent les économistes, la propension marginale des consommateurs à dépenser leur revenu supplémentaire est toujours inférieure à « un », c’est-à-dire qu’ils ne dépensent pas tout immédiatement). Environ 150 milliards de dollars ont probablement été dépensés. Ces 150 milliards de dollars se comparent à un PIB global de plus de 5 000 milliards de dollars au 3e trimestre ! Il n’y a aucun moyen qu’une économie de cette taille puisse entraîner l’accélération des prix qui a commencé à ce moment-là à partir d’une injection de 150 milliards de dollars sur plus de 5 000 milliards de dollars.

De plus, 150 milliards de dollars pourraient également être une estimation trop élevée. Une grande partie de la relance de l’ARP a été interrompue de manière significative début septembre, le dernier mois du 3e trimestre : par exemple, les allocations de chômage supplémentaires fournies auparavant à 10 millions de travailleurs ont été supprimées, ainsi que l’aide au logement, les subventions du plan de protection de la paie pour les petites entreprises, et d’autres injections moins importantes.


En bref, dans la mesure où la demande a contribué à la hausse des prix tant au 2e qu’au 3e trimestre, cet effet de demande s’explique bien plus par la poursuite de la réouverture de l’économie que par les programmes de soutien des revenus du plan de sauvetage américain qui s’élevaient à à pas plus de 100 à 150 milliards de dollars tout au long du 3e trimestre lorsque les prix ont commencé à s’accélérer. Tant pis pour les arguments selon lesquels les programmes de revenus ARP étaient trop généreux! Les données ne corroborent tout simplement pas l’opinion selon laquelle c’est la demande et les dépenses publiques, la demande en particulier qui était responsable du début de l’escalade des prix en septembre 2021.

L’explication la plus probable de la hausse des prix à la fin de l’été 2021 étaient les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement mondiale, impliquant en particulier les importations de marchandises en provenance d’Asie et de Chine en particulier. 

En août-septembre, ce sont principalement les prix des biens qui ont alimenté l’inflation. Là encore, les dépenses de consommation en services venaient à peine d’émerger. Un problème avec les chaînes d’approvisionnement était que les entreprises du monde entier avaient fermé leurs opérations pendant le pire de Covid, permettant aux travailleurs et aux fournisseurs de rester chez eux . 

Lorsque l’économie a commencé à rouvrir à l’été 2021, bon nombre de ces travailleurs et fournisseurs n’étaient pas disponibles. Cela était particulièrement vrai avec les conteneurs mondiaux et d’autres compagnies maritimes. Il n’y avait tout simplement pas assez de navires disponibles pour livrer des marchandises de l’Asie à l’Amérique du Nord. Les expéditions disponibles étaient initialement dédiées au transport entre les pays d’Asie. En outre, Les ports de la côte ouest des États-Unis avaient un problème similaire : les ports manquaient de travailleurs et de moyens de transport traditionnels. Non seulement les travailleurs du port, mais aussi les camionneurs indépendants qui transportaient le fret du port de Los Angeles, par exemple, vers les entrepôts centraux à l’intérieur des terres. Et de ces méga-entrepôts aux entrepôts régionaux à partir desquels les marchandises sont ensuite distribuées aux entrepôts et magasins des entreprises. À l’instar de la pénurie de camionneurs, il y a également eu un retour insuffisant des travailleurs dans les entrepôts. Un problème de pénurie de main-d’œuvre similaire, un peu moindre, existait avec les cheminots. 

En d’autres termes, les chaînes d’approvisionnement intérieures des États-Unis étaient toujours brisées, tout comme l’approvisionnement mondial aux entrepôts centraux intérieurs. 

En d’autres termes, les chaînes d’approvisionnement intérieures des États-Unis étaient toujours brisées, tout comme l’approvisionnement mondial.

Les programmes de relance budgétaire du gouvernement américain de 2020 et 2021 étaient censés éviter les problèmes de la chaîne d’approvisionnement nationale (main-d’œuvre et transport) en accordant aux entreprises américaines 625 milliards de dollars de prêts et de subventions pour garder leurs travailleurs employés pendant les fermetures de l’économie par Covid. Il s’appelait le programme de protection de la paie, PPP. Plus des trois quarts des aides PPP aux entreprises – pratiquement tous les prêts ont été convertis en subventions pures et simples – étaient destinés à subventionner les salaires des employés. Le reste sur les dépenses directes de l’entreprise, comme les coûts des services publics, les intérêts sur les prêts, etc. Cependant, le dossier montre maintenant que cela ne s’est pas produit. Il n’y a eu aucune inspection pour s’assurer de la façon dont les 625 milliards de dollars de subventions ont été dépensés. La plupart des entreprises recevant des subventions PPP ont quand même licencié leurs travailleurs. Ensuite , alors que l’économie américaine tentait de rouvrir, ces mêmes entreprises ne pouvaient pas trouver assez rapidement leurs travailleurs licenciés. Des problèmes de chaîne d’approvisionnement domestique en ont été la conséquence.

Il est évident que l’escalade de l’inflation aux États-Unis qui a commencé vers la fin août-septembre 2021 était associée à des problèmes de chaîne d’approvisionnement, à la fois mondiaux et nationaux. Ce n’était pas une question de demande. 

Il est probable que les trois quarts de l’escalade des prix à l’époque étaient liés à l’offre ; le reste etant causé par la demande – et cette demande davantage en raison d’une réouverture plus rapide de l’économie que des programmes de revenus ARP qui étaient en fait en train de disparaître en septembre 2021.

Superposé à ce scénario d’inflation principalement induite par l’offre, combinée à une certaine escalade des prix provoquée par la demande, un autre développement important est apparu comme un facteur majeur à la fin du 3ème trimestre 2021 : c’est-à-dire une hausse généralisée des prix par des sociétés américaines monopolistiques avec un pouvoir de marché concentré qui a permis à augmenter les prix au-delà de la demande et de l’offre normales.


Au fur et à mesure que l’inflation augmentait et que le public en était de plus en plus conscient, les sociétés dotées d’un pouvoir monopolistique (c’est-à-dire lorsque quatre ou cinq entreprises ou moins produisaient 80 % ou plus du produit ou du service dans l’économie) ont manipulé et profité de cette prise de conscience publique de la hausse de l’inflation. afin d’augmenter leurs prix, même lorsque leur industrie respective ne rencontrait pas de problèmes de chaîne d’approvisionnement.

Un bon exemple est celui des sociétés pétrolières américaines qui n’avaient pas du tout de problème d’approvisionnement à l’époque et qui n’en ont toujours pas. Les groupes pétroliers américains étaient alors capables, comme aujourd’hui, d’augmenter leur production de pétrole aux États-Unis (c’est-à-dire leur approvisionnement) d’au moins 2 millions de barils/jour supplémentaires. Ils ont plutôt choisi de laisser ce pétrole dans le sol, de ne pas augmenter la production dans les raffineries américaines, et ont refusé de rouvrir bon nombre des puits de forage qu’ils avaient plafonnés au pire de la période 2020-2021 précédente.

Dans les mois précédant le début des fermetures de Covid en mars 2021, les groupes pétroliers américains produisaient plus de 13 millions de barils par jour ; à l’automne 2021, ils produisaient à peine 11 millions par jour (et le sont toujours). Néanmoins, les sociétés pétrolières américaines ont augmenté leurs prix plus rapidement que peut-être n’importe quelle autre industrie. Au quatrième trimestre 2021, les prix de l’énergie augmentaient à un taux annuel de 34,2 %, selon les comptes du PIB des États-Unis (US Bureau of National Economics, NIPA Table 2.3.7).

Avec la flambée des prix après septembre 2021, le nouveau facteur important qui détermine également les prix n’est donc ni lié à l’offre ni à la demande. C’était une manipulation des prix par des sociétés américaines ayant un pouvoir de marché pour le faire. Et ce ne sont pas seulement les sociétés pétrolières, bien qu’elles aient été responsables de plus de la moitié de la flambée de l’indice des prix à l’époque – et le sont toujours. 

D’autres sociétés de transformation de produits alimentaires, compagnies aériennes, services publics, etc., dotés d’un pouvoir monopolistique, ont également fait de même. Cette cause politique (pouvoir de marché), combinée aux forces de la demande et de l’offre, après le mois d’août, a entraîné une nouvelle flambée des prix pendant le reste de 2021.

À partir de 2022, d’autres forces ont également commencé à déterminer l’anatomie américaine de l’inflation :

À partir de mars 2022, les sanctions américaines et européennes contre les produits de base russes ont été ajoutées et superposées aux moteurs de l’inflation de 2021, qui étaient particulièrement critiques car l’économie mondiale était toujours en train d’essayer de rouvrir, de restaurer et de restaurer les chaînes d’approvisionnement mondiales brisées par Covid.

La Russie fournit 20 à 30 % de nombreux produits de base mondiaux clés, notamment le traitement du pétrole, du gaz et du combustible nucléaire dans le secteur de l’énergie. Mais aussi des métaux industriels comme le nickel, le palladium, l’aluminium et d’autres ressources nécessaires à la fabrication d’automobiles, d’acier et d’autres biens aux États-Unis et dans l’UE. Aussi les matières premières agricoles comme 30% du blé mondial ; 20 % de la production mondiale de maïs utilisée dans la production d’aliments pour animaux ; 75% d’huiles végétales critiques comme le tournesol ; et engrais à base de potasse à 75 %, pour ne nommer que les plus importants.

Avant même que les sanctions américaines/européennes sur ces matières premières russes clés ne commencent à affecter l’offre réelle, les spéculateurs mondiaux sur les marchés à terme des matières premières financières ont commencé à faire grimper l’inflation des matières premières en prévision de l’entrée en vigueur des sanctions. 

Les spéculateurs ont été rapidement suivis par les compagnies maritimes mondiales qui ont augmenté leurs prix bien avant les sanctions. Elles ont été rejointes à leur tour par les compagnies d’assurance maritime. Tout au long de la chaîne d’approvisionnement des matières premières, les capitalistes des secteurs capables d’exploiter les pénuries à venir dues aux sanctions ont commencé à manipuler les prix par anticipation. Les pénuries physiques dues aux sanctions ont ensuite commencé à avoir un impact supplémentaire à la fin du 2e trimestre 2022, alors que la guerre en Ukraine s’intensifiait et que des sanctions étaient mises en œuvre. Les spéculateurs, les chargeurs et les assureurs ont ensuite ajouté de nouvelles hausses de prix à l’effet des sanctions générales.

Lorsque la secrétaire au Trésor américaine, Yellen, a exprimé sa prédiction plus tôt en 2022 selon laquelle l’inflation serait temporaire, elle l’a sans aucun doute fait sur la base des hypothèses erronées selon lesquelles les problèmes de chaîne d’approvisionnement mondiale et nationale de la fin de l’été 2021 seraient résolus en 2022. Elle a cru que les problèmes de chaîne d’approvisionnement diminueraient également d’une manière ou d’une autre. Elle n’a manifestement pas pris en compte dans sa prévision de l’inflation l’effet très important de la guerre et des sanctions.

Le président Biden a qualifié la nouvelle escalade des prix au printemps 2022 d' »inflation de Poutine ». Cette allégation pourrait être portée sur les pénuries de certains produits agricoles directement perturbées dans les zones de guerre ukrainiennes, mais elle ne peut pas être portée sur les prix mondiaux de l’énergie qui provenaient pratiquement tous de l’économie russe et non de l’Ukraine. 

Ainsi, dans la mesure où l’inflation est due à la hausse des prix de l’énergie – qui représente plus de la moitié de la hausse totale des prix au niveau des consommateurs – elle est davantage attribuable aux sanctions de Biden et est donc « l’inflation de Biden » plutôt que celle de Poutine.

Au 2e trimestre 2022, toutes les forces combinées ci-dessus qui sont à l’origine de l’inflation (c’est-à-dire une demande modérée, des chaînes d’approvisionnement mondiales et nationales brisées, une hausse généralisée des prix des entreprises, les prix du pétrole, de l’énergie et des matières premières) ont convergé pour produire une hausse intégrée, chronique et continue de l’inflation.

Pour la période pour laquelle les derniers prix sont disponibles, de mars à mai, les prix à la consommation (indice CPI) ont augmenté à un taux constant de 8,5 %, tandis que les prix à la production qui finissent par alimenter les prix à la consommation ont augmenté à un rythme encore plus rapide de 10-11. % pour les trois mois. 

En outre, la pression sur les prix à la production (qui alimente les prix à la consommation) pourrait même ENCORE accélérer . Par exemple, le dernier indice des prix à la production publié en mai montre que les prix de la catégorie des biens et services « intermédiaires » augmentent encore plus rapidement. Les biens intermédiaires transformés (par exemple l’acier) ont augmenté à un taux annuel de 21,6 % au cours de l’année écoulée, tandis que les biens intermédiaires non transformés (par exemple le gaz naturel) ont augmenté à un taux annuel de 39,7 %.


Les forces de la chaîne d’approvisionnement et de la demande de l’année écoulée, de mai 2021 à mai 2022, continueront probablement à faire grimper les prix à des taux similaires jusqu’à l’été 2022 et probablement le reste de l’année également. Il ne semble pas y avoir de fin en vue pour la guerre en Ukraine et pour les sanctions contre la Russie . 

La hausse des prix de ces produits de base touchés par la guerre et les sanctions se poursuivra certainement, tout comme se poursuivra le phénomène général de hausse des prix des sociétés monopolistiques. Les spéculateurs financiers sur les contrats à terme sur matières premières continueront de spéculer ; les compagnies maritimes continuent de manipuler les prix à leur avantage; et les assureurs continueront d’augmenter leurs tarifs sur le transport de marchandises en vrac dans le monde entier.

En outre, de nouvelles forces émergent également cet été 2022 qui contribueront encore davantage à l’inflation chronique tout au long de l’année 2022 et peut-être même au-delà.

L’un de ces nouveaux facteurs est la hausse des coûts unitaires de main-d’œuvre pour les entreprises. Beaucoup essaieront de les répercuter sur les consommateurs cet été et au-delà. Les coûts unitaires de main-d’œuvre (CSU) sont déterminés par l’évolution de la productivité des entreprises et/ou des salaires. Si les salaires augmentent, les CSU augmentent ; de même, si la productivité baisse, les CSU augmentent. Alors que les salaires semblent augmenter modérément en termes nominaux, la productivité chute brutalement. 

Les données les plus récentes sur les tendances de la productivité aux États-Unis indiquent que la productivité s’effondre au rythme le plus rapide depuis la première collecte de données en 1947.

En effet, l’investissement des entreprises stagne face à l’incertitude économique croissante concernant l’inflation ainsi qu’à la récession probable. La contribution de la hausse des salaires à la hausse des CSU est en moyenne modeste, comme l’a admis le président de la Fed, Jerome Powell. Les pressions salariales sont principalement orientées vers le haut de la population active où les professionnels hautement qualifiés « changent d’emploi » pour obtenir des gains de revenus salariaux de 18 % en moyenne .

 Pendant ce temps, les salaires des travailleurs des services à bas salaire augmentent également, car beaucoup ont refusé de retourner au travail pour un salaire minimum américain de seulement 7,25 $/h, salaire qui n’a pas changé depuis 2009. Les entreprises de services ont dû offrir plus. Mais la grande moyenne de la population active américaine ne connaît pas de gains salariaux significatifs. Ainsi, les hausses de salaire , aussi modérées soient-elles, ne tiennent pas compte de la hausse des CSU que les entreprises commenceront bientôt à « répercuter » sur les consommateurs.

Un autre facteur émergent d’une importance croissante pour la poursuite des tendances de l’inflation tout au long de 2022 est l’effet désormais émergent des «anticipations inflationnistes». Cité par le président de la Fed, Jerome Powell, lors de sa dernière conférence de presse à la suite de la dernière annonce des taux d’intérêt de la Fed, Powell a fait référence à la récente enquête auprès des consommateurs de l’Université du Michigan montrant que les attentes inflationnistes émergent également durablement.

Alors que l’inflation continue d’augmenter, les attentes inflationnistes signifient que les consommateurs achèteront plus tôt, ou même achèteront des articles qu’ils n’avaient pas prévu d’acheter, afin d’éviter de futures hausses de prix. Cela signifie une force supplémentaire de demande qui s’ajoutera à l’anatomie générale de l’inflation, tout comme la baisse de la productivité et cela contribuera aux futures hausses de prix.


En bref, les attentes inflationnistes, la baisse de la productivité qui fait grimper les CSU et la répercussion des coûts sur les consommateurs, et les pressions croissantes sur l’inflation des matières premières en raison de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie se combinent maintenant dans le mélange des causes de l’inflation en 2022.

Lorsque tous ces facteurs émergents de 2022 sont ajoutés à la réouverture de l’économie en 2021 et aux causes de l’inflation de la chaîne d’approvisionnement – ainsi qu’à la poursuite de la hausse des prix des entreprises – le tableau plus large qui apparaît révèle de multiples causes d’inflation – dont beaucoup se répercutent mutuellement les unes sur les autres ; certaines sont politiques, d’autres sont non liées à l’offre ou à la demande du marché, et aucun ne semble devoir s’atténuer de manière significative. 

En fait, la hausse des prix des entreprises, la manipulation des marchés des matières premières par les spéculateurs, la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie représentent toutes des contributions à l’inflation qui pourraient bien s’accélérer au cours des six prochains mois.

La stagflation est peut-être déjà arrivée

La stagflation est généralement définie comme l’inflation au milieu d’une croissance stagnante de l’économie réelle. C’est déjà ce qui se passe : le PIB américain pour le 1er trimestre 2022 a enregistré une baisse de -1,5 % tandis que le PIB « fictif » de la banque de réserve fédérale d’Atlanta estime une croissance nulle du PIB (0,0 %) pour la période actuelle d’avril à juin 2 trimestre! 

Si les prévisions de la Fed d’Atlanta s’avèrent exactes, c’est au mieux une stagnation. Et si le 2e trimestre se contracte réellement, cela représentera une phase encore plus profonde de stagflation.

Tout comme les économistes traditionnels et les médias ont débattu pendant des mois pour savoir si l’inflation actuelle était chronique ou temporaire, les mêmes experts débattent maintenant de savoir si la stagflation se produira bientôt alors qu’en fait elle est déjà arrivée. Voir la dernière pontification de Larry Summers où il met en garde contre la stagflation au coin de la rue alors qu’elle est deja là.

La prochaine phase de stagflation à venir fin 2022 et début 2023 reflétera la contraction de l’économie réelle, c’est-à-dire une récession. Le PIB ne va pas simplement stagner sans croissance, mais décliner. 

En effet, la récession est déjà sacrément proche si l’on en croit les prévisions de PIB du 2e trimestre de la Fed d’Atlanta et les différents indicateurs économiques précurseurs qui apparaissent maintenant. 

La stagflation est peut-être déjà là, car la contraction du PIB américain de -1,5 % au 1er trimestre est suivie d’une autre contraction – pas seulement une croissance nulle – au 2e trimestre en cours. 

Deux trimestres consécutifs de contraction définissent ce qu’on appelle une « récession technique ». La définition réelle d’une récession est laissée aux économistes du Bureau national d’analyse économique, NBER, à appeler. Ils attendent toujours plusieurs mois après les faits pour passer leur diagnostic. 

Les « récessions techniques » se traduisent presque toujours par des déclarations ultérieures du NBER de récession réelle. Et l’économie américaine est clairement au bord d’une récession technique au minimum.

Les solutions de Biden sont creuses

Les différentes solutions de Biden à ce jour sont davantage des postures de relations publiques conçues pour donner l’impression que quelque chose est fait plutôt que d’actions qui traitent directement le problème de l’inflation américaine intégrée et chronique.

Les solutions proposées par Biden consistent à amener les sociétés pétrolières américaines et d’autres producteurs mondiaux de pétrole à augmenter leur production ; convaincre d’une manière ou d’une autre les pays qui acceptent les sanctions américaines en Russie d’appliquer un « plafond » sur le prix du pétrole dans le monde ; réduire les tarifs sur les importations de la Chine vers les États-Unis ; compenser le prix des productions énergétiques pour les consommateurs américains en baissant le prix des autres biens de consommation ; accroître la concurrence entre les sociétés monopolistiques américaines en subventionnant de nouveaux concurrents pour qu’ils entrent dans leurs industries ; la suspension de la taxe fédérale sur l’essence.

Malgré les railleries de Biden contre les compagnies pétrolières, les compagnies maritimes et d’autres abus évidents sur les prix, tout n’a été qu’un discours et aucune action. Aucune propositions n’a été mises en œuvre à ce jour. Il s’agit soit de simples idées soulevées sans véritables propositions exécutives ou législatives. Ou bien elles ont déjà été rejetés par le Congrès. Ou, même s’ils elles sont mises en œuvre, elles seront « contournées » et absorbés par les entreprises avec peu d’impact net sur les prix à la consommation. Il faudrait une production mondiale supplémentaire de pétrole, de gaz et de produits énergétiques pour atténuer considérablement l’escalade des prix de l’énergie.

La stratégie de Biden a été de «parler» sans marcher, comme le dit le dicton.

La seule véritable solution sur laquelle l’administration s’est discrètement mise d’accord, mais n’ose pas l’admettre publiquement, est que la Fed précipite une récession au moyen de son niveau record de hausses rapides des taux d’intérêt au cours de cet été 2022 en cours

Et comme on dit, « ce train a quitté la gare ». C’est une affaire conclue. 

La « solution » de Biden est de faire précipiter une récession par la Fed.

La Réserve fédérale a choisi la récession.

La Fed elle-même a déjà décidé de la récession ! De plus, c’est un modèle de politique qui a déjà été utilisé.

Les origines de la récession à venir ressemblent beaucoup à la récession de 1981-82. À cette époque, la Fed a également précipité une récession en augmentant agressivement les taux d’intérêt dans un but de « destruction de la demande », comme on dit. 

En d’autres termes, alors comme aujourd’hui, la stratégie consistait à faire payer les ménages et les salariés en détruisant les revenus salariaux au moyen de licenciements.

À 75 points de base, les taux de la Fed augmentent déjà à un rythme jamais vu depuis 1994. Les hausses de taux en 1981-82 ont été encore plus agressives. Cependant, comme je l’ai soutenu, l’économie mondiale est plus fragile et plus interconnectée aujourd’hui qu’elle ne l’était en 1980-1981, lorsque la Fed a relevé les taux à 15 % et plus. L’économie capitaliste mondiale d’aujourd’hui ne supportera pas des hausses de taux ne serait-ce qu’un tiers de ces 15 % avant de se contracter brusquement.

Il est plus probable qu’improbable que la Fed continuera d’augmenter les taux d’intérêt à 75 points de base lors de sa prochaine réunion en juillet, et peut-être la même chose lors de la réunion suivante. À 4 % pour son taux de référence des fonds fédéraux (et non à 1,75 %), l’économie va craquer. Il n’atteindra même pas le tiers du niveau de 1982, les 5 %.

La raison pour laquelle l’économie va sombrer dans la récession bien avant le niveau de taux de 5 % a été discutée par cet écrivain en 2017 dans le livre, « Central Bankers at the End of Their Ropes: Monetary Policy and the Coming Depression », Clarity Press.

Dans la suite de cet essai, les raisons pour lesquelles l’économie réelle américaine est assez fragile aujourd’hui sont abordées, y compris les preuves les plus récentes d’un affaiblissement de l’économie réelle américaine. Il est également question de savoir pourquoi les augmentations des taux des fonds fédéraux de la Fed à 4 % ou plus précipiteront une grave récession aux États-Unis plus tôt que tard, et, surtout, pourquoi des hausses de taux de la Fed de cette ampleur auront probablement également de graves effets négatifs sur les marchés des actifs financiers, provoquant de graves crises de liquidité et même d’insolvabilité dans le système financier capitaliste mondial.

Si une contraction des actifs financiers se produit parallèlement à une contraction de l’économie réelle, la récession de 2022 s’aggravera presque certainement en 2023. Et dans ce cas, la crise économique ressemblera davantage à 2008-10 qu’à 1981-82. Ou peut-être une fusion des deux dynamiques de récession en une seule.

2 réflexions sur “La Fed a choisi la récession. L’impossible atterrissage en douceur. Protéger le marché des fonds d’état à tout prix. Coûte que coûte.

  1. Au niveau de la start up nation rien ne va plus, à regarder la profitabilité du capital et jamais le rendement quand il n’y a plus d’acheteurs investisseurs en face faute de robinet fermé, ça crashe,

    J’aime

  2. La séquence est claire les BC ne luttent pas contre l’inflation mais contre la hausse des taux longs.
    L’inflation était souhaitée mais pas la hausse des taux longs…
    Nos apprentis sorciers ont cru qu’ils pourraient contrôler l’inflation de loin avec des taux historiquement négatifs.
    Les marchés l’ont bien compris ; les taux longs ont commencé le travail à la place des BC puis se sentant bien seuls ils ont paniqués.
    C’est ce qui amène les BC à réagir aujourd’hui. Elles n’ont d’autre choix que d’être agressives sur les taux courts pour calmer les longs, ceux qui comptent.
    Elles veulent aplatir la courbe voire l’inverser, elles veulent la récession sans pouvoir le dire.
    Rien de réjouissant, les BC sont à la remorque d’événements dont elles sont pourtant responsables, elles sont incapables d’anticiper et se trompent systématiquement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s