Il faut s’interroger sur les capacités cognitives et la santé mentale des gens qui se croient au Sommet. Le syndrome Hitlérien.

Biden et les autres dirigeants du G7 se réunissent cette semaine dans les Alpes bavaroises. En plus de proclamer qu’ils n’abandonneront jamais leur soutien à Zelensky et à l’Ukraine, il a été annoncé que les dirigeants du G7 prévoyaient deux nouvelles sanctions contre la Russie.

Comme la plupart des phases précédentes de sanctions, le but est de priver la Russie des revenus des exportations. 

Jusqu’à présent, les sanctions n’ont pas été couronnées de succès à court terme. Alors que les États-Unis ont interdit les importations de pétrole et de gaz russes aux États-Unis, ces montants et ces revenus sont insignifiants par rapport au total des exportations russes. Et les interdictions sur les exportations de pétrole russe vers l’Europe ne commencent qu’en décembre 2022, alors qu’il n’y a aucune interdiction sur les importations de gaz naturel russe – ou les revenus qui en découlent – ​​à proprement parler.

Les sanctions sur les exportations russes de pétrole et de gaz vers l’Europe ont donc été minimes à ce jour. Pendant ce temps, les exportations de la Russie vers la Chine, l’Inde et le reste du monde ont augmenté. Plus important encore, avec l’accélération des prix mondiaux du pétrole et du gaz, les revenus de la Russie provenant des deux ont en fait augmenté, même si le volume des exportations d’énergie a ralenti.

Cette augmentation des revenus malgré les sanctions du G7 a présenté une sorte d’énigme pour Biden et le G7. L’idée même des sanctions est de réduire considérablement les revenus russes, pas simplement le volume des exportations ! Jusqu’à présent, les sanctions ont eu l’effet inverse de ce qui était prévu : les revenus énergétiques russes ont augmenté et non diminué.

Ainsi, le G7 en Bavière a proposé deux autres plans pour tenter de réduire les revenus russes. Mais l’air raréfié de la montagne doit affecter leur façon de penser. Les deux nouveaux régimes sont parmi les idées de sanction les plus désespérées et les plus absurdes sur le plan économique qui ont été engendrées jusqu’à présent.

1. Interdire les exportations d’or russe vers l’Europe

La première proposition absurde qui circule en Bavière est de faire en sorte que l’Europe accepte d’interdire les exportations d’or russe vers l’Europe. L’idée est que les revenus russes de l’or constituent la deuxième plus grande source de revenus d’exportation de la Russie. La majeure partie de l’or russe va à la bourse de l’or à Londres où il est «vendu» en échange d’autres devises. Le G7 pense que refuser à la Russie l’accès à la bourse de l’or de Londres entraînera une forte baisse de ses revenus d’exportation totaux. 

Mais il y a des problèmes avec cette proposition amateur.

Premièrement, la Russie pourrait tout aussi bien vendre son or ailleurs dans le monde. Il n’a pas d’obligation à le vendre aux Européens. Les autres principaux acheteurs mondiaux d’or russe sont la Turquie, le Qatar et d’autres marchés du Moyen-Orient. Les prix de l’or ont augmenté à l’échelle mondiale, l’inflation ayant fait grimper le pétrole, le gaz et d’autres matières premières industrielles et agricoles. Avec des tendances de prix à la hausse, d’autres marchés achèteront plus que la part des Européens. Certains le revendront sans aucun doute aux Européens, à un prix majoré bien sûr. La demande d’or russe se déplacera simplement, de l’Europe vers l’ailleurs. Les revenus d’exportation d’or russe ne chuteront donc pas nets ; en fait, ils peuvent même augmenter.

Deuxièmement, l’or est un actif qui offre une couverture contre l’inflation. Il se peut que Biden puisse amener les dirigeants du G7 et leurs gouvernements (et leurs banques centrales) à boycotter l’achat d’or russe. Mais qu’est-ce qui empêche les entreprises et les investisseurs individuels en Europe d’acheter de l’or russe, alors qu’il s’agit actuellement d’un actif particulièrement attractif ? Biden étendra-t-il les sanctions à tous les Européens individuels qui transfèrent simplement leurs achats d’or russe de la Bourse de l’or de Londres vers les bourses de l’or de Turquie, du Qatar et d’ailleurs ?

2. Plafonnement des prix des exportations de pétrole russe vers l’Europe

C’est une proposition encore plus stupide. 

Tout d’abord, au moment où le plafond sur le pétrole russe sera mis en place, l’Europe n’est-elle pas censée cesser d’acheter toutes les importations de pétrole russe d’ici la fin de 2022 ? Qui croit que les Européens peuvent accepter de plafonner le prix du pétrole russe dans trois mois pour seulement trois mois de plus ? L’Europe ne peut rien faire en trois mois, voire six. Mais ce n’est pas l’aspect le plus absurde de la proposition de « plafonnement des prix ».

Voici la logique de la façon dont le plafonnement des prix est censé fonctionner. Théoriquement, l’Europe serait d’accord pour acheter les exportations de pétrole russe au cours des six prochains mois, mais uniquement à un prix très réduit. Cela est censé réduire les revenus russes provenant des exportations de pétrole vers l’Europe, c’est-à-dire réduire les revenus, l’objectif premier de toutes les sanctions. L’idée a été suggérée pour la première fois par Janet Yellen, la secrétaire américaine au Trésor. C’est la Janet Yellen qui a dit au monde en février 2022 que l’inflation était temporaire, rappelez-vous !

En supposant que Biden puisse amener tous les G7 à convaincre tous les 27 pays européens à un prix super réduit ou à ne pas acheter de pétrole (car leurs économies s’épuisent d’ici décembre), il y a le « petit problème » de la réponse de la Russie à tous ce. La logique erronée est que l’offre de prix à prix réduit du G7 pour le pétrole serait inférieure à la remise de 30 % que la Russie vend actuellement des volumes de pétrole à l’Inde, à la Chine et ailleurs. Le G7 proposerait probablement d’acheter du pétrole russe à 50 % des prix mondiaux actuels peut-être ? Cela exercerait une pression, selon l’argument du G7, sur les ventes de pétrole russe à l’Inde, etc. Les Indiens exigeraient alors des prix du pétrole russe au prix inférieur du G7. La Russie réaliserait des revenus réduits en raison de l’effondrement des prix du pétrole vers le G7 et vers l’Inde, la Chine, etc.

C’est tellement ridicule que c’en est presque embarrassant. Le problème avec l’idée du «plafonnement des prix» du G7 est qu’il n’y a aucune raison pour que la Russie veuille vendre du pétrole à l’Europe à son prix très réduit du G7.


D’abord, pourquoi devrait-il le faire alors que l’Europe dit qu’elle éliminera de toute façon tout le pétrole russe d’ici décembre ? Deuxièmement, la Russie a montré qu’elle n’était pas préoccupée par la réduction des revenus d’exportation de gaz naturel vers l’Europe. Il a déjà réduit d’un tiers ses exportations de gaz cubique vers l’Europe dans le cadre de sa propre réponse économique à l’accord de l’Europe avec les sanctions américaines contre la Russie. Qu’est-ce qui empêchera la Russie de couper toutes les exportations de pétrole vers l’Europe – et bien avant décembre ? Troisièmement, la Russie devrait être assez stupide pour accepter le «plafond des prix» de l’Europe en dessous des ventes déjà de 30% de rabais sur le prix du pétrole de la Russie à l’Inde? Enfin, la Russie sait que si elle interrompait toutes les exportations de pétrole vers l’Europe, cela ne ferait que modifier le flux du marché mondial du pétrole, et non le réduire. La Russie vendrait davantage à d’autres pays, qui réexporteraient alors simplement vers l’Europe.

En bref, l’erreur avec l’idée de plafonnement des prix du G7 est qu’elle suppose que les acheteurs (l’Europe) peuvent fixer le prix du pétrole sur ce qui est un marché de vendeurs (la Russie) ! Le G7 peut penser qu’il peut tenir tête aux fondamentaux du marché et le faire fonctionner, mais il se trompe.

Note BB:

C’est l’illusion persistante de toute puissance des apprentis sorciers, ils croient qu’ils peuvent s’opposer aux lois et aux mécanismes économiques et que ce qu’ils font dans le domaine de l’imaginaire de la Finance-tout tripatouiller- ils peuvent le faire à tous les niveaux.

C’est pour cela que je les considère comme des démiurges. En réalité au niveau du Réel, ils sont totalement impuissants. Ils font joujou avec des représentations. Ils vivent soit dans le monde infantile comme Bojo et Macron et Van der Leyen soit dans le monde sénile de Biden.

Et le plus grave est qu’ils ne progressent pas car ils sont isolés du monde. Ils nse sont pas soumis a concurrence interne. Les idiots se sont gaussés de la folie de Hitler qui isolé dans son bunker avec sa clique de Névrosés prétendait encore diriger la contre offensive. Les participants du G7 sont dans la même situation, exactement. Isolés du monde, entre eux, déconnectés de tout , sans bons sens et sans scrupule.

C’est un phénomène historique: l’Occident vit dans un asile d’aliénés, un asile psychiatrique, il est dans un cercle clos qui lui interdit l’accès au réel L’Occident s’est construit un monde fantasmé tellement clos qu »il ne peut prendre appui sur rien pour opérer une critique de ses erreurs.

Cette force de l’imaginaire psychiatrique occidental qui a été ainsi créée tient à une seule chose: la toute puissance fantasmée du Pognon.

Le monde occidental vit dans l’idée que le Pognon est une réalité, qu’il achète tout et que surtout il peut créer autant de Pognon qu’il veut, ce qui boucle la boucle définitivement. L’absence de limite dans la création de dollars produit un monde dans lequel le pouvoir des producteurs de dollars est infini, illimité, L’illusion monétaire leur donne la sensation d’être les égaux des dieux. Ils jonglent avec les milliards, que dis je maintenant, ils jonglent avec les trillions! Ils jonglent avec les ombres!

Le rapport Sirius

Apparemment, de nombreux Occidentaux n’ont toujours pas compris que les nations dotées de ressources naturelles et leurs partenaires de confiance sont l’avenir, tandis que ceux qui échangent des bouts de papier sans valeur sur des marchés fictifs sont relégués à la poubelle de l’histoire.

Dans ce monde imaginé 2+2 =5 et ils n’en démordront pas; et personne n’aura l’autorité pour leur imposer le retour au réel… sauf un choc cataclysmique avec un autre monde, non occidental. Je ne crains pas de dire un choc avec la Mort.

La proposition d’interdire les exportations d’or russe vers l’Europe et la proposition de manipuler la demande de pétrole pour réduire son prix sur le marché mondial – et ainsi priver la Russie de revenus – sont des idées qui reflètent le désespoir des États-Unis et du G7. Ils rêvent de trouver un moyen de prendre des sanctions sur la Russie alors que la réalité est qu’elles ne fonctionnent pas du tout.

L’objectif à court terme de sanctions réduisant les revenus russes n’a pas fonctionné et les deux dernières idées désespérées et encore plus stupides ne fonctionneront pas mieux.

Les historiens se demanderont dans des années pourquoi les États-Unis et leurs alliés les plus dépendants – les pays du G7 – se sont lancés dans une série de sanctions contre la Russie si peu de temps après les profonds impacts négatifs de Covid sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et les marchés nationaux des produits et du travail. 

Les marchés mondiaux, les flux commerciaux et financiers ont été gravement perturbés par l’expérience Covid de 2020-21. Mais avant même qu’ils ne puissent guérir, les États-Unis et leurs alliés du G7 ont lancé des sanctions qui ont davantage perturbé et destructuré les chaînes d’approvisionnement mondiales tout en déclenchant simultanément une inflation mondiale chronique qui a également ravagé leurs économies nationales. 

L’histoire le montrera, ce n’était pas bien pensé.

Les propositions plus récentes du G7 visant à interdire l’or russe et le fantasme selon lequel la manipulation d’une demande de pétrole régionale (européenne) pourrait remplacer l’offre mondiale en tant que moteur du prix et des revenus liés au pétrole sont encore moins réfléchis.

Cela amène à s’interroger sur les qualifications de la génération actuelle de dirigeants mondiaux jouant avec l’ordre mondial géopolitique, mais aussi à s’interroger sur leur incapacité à comprendre les conséquences de leurs actions économiques.

Le G7 , ce n’est pas un hasard si il a invité le comédien drogué Zélensky. C’est tout un programme.

Dr Jack Rasmus
Copyright 2022

7 réflexions sur “Il faut s’interroger sur les capacités cognitives et la santé mentale des gens qui se croient au Sommet. Le syndrome Hitlérien.

  1. Bonjour,
    Jusqu’où les dirigeants occidentaux pensent-ils maîtriser l’effondrement inéluctable de leur combine sophistiquée? Jusqu’au bout? Quels charlots, vraiment!…

    J’aime

  2. Remarquons qu’à la table de ses parangons de l’inclusivité et de la parité il n’y a qu’une seule femme et qu’elle n’est là ni par la volonté d’électeurs, ni par ses capacités intellectuelles ….

    J’aime

  3. C’est tellement ahurissant qu’on en vient à penser que le diagnostic de bêtise / maladie mentale est empêcherait d’imaginer qu’il y a peut-être une finalité bien consciente derrière toute cette absurdité (qui dure).

    J’aime

  4. Macron vient de donner une conférence de presse au G7.

    Il a dit que l’inflation était la conséquence de la guerre.

    Une façon de se défausser alors qu’elle est en premier lieu la conséquence des injections monétaires puis des sanctions prises contre la Russie.

    Les conséquences de leurs actes ne leurs sont jamais imputables.

    Quand par extraordinaire ils en reconnaissent la paternité, elles n’étaient pas prévisibles ; souvenons nous de la directrice générale du FMI affirmant que l’inflation était une conséquence non souhaitée de l’impression monétaire. Il fallait oser !

    Ils mentent sans vergogne et n’assument rien car jusqu’à présent les conséquences économiques de leurs erreurs ont pu être camouflées par l’inflationnisme.

    Comme un homme en chute libre ils n’ont pas à assumer tant que la gravité ne les a pas confrontés au sol.

    J’aime

  5. Bonjour M. Bertez

    On comprend maintenant que Jacques Rouxel était un prophète, quelqu’un qui dit de l’inouï, car son modèle social efficace ( la shadokance partagée) , pressenti dès 1968, semble se réaliser sous nos yeux.
    Il ne reste plus, pour en être définitivement convaincus, qu’à attendre l’annonce par von der Leyen , Macron et Johnson ( got my BoJo dancing , all night looong! -célèbre blues du delta de la Thames- ) que l’hiver prochain nous pourrons nous chauffer et nous propulser au Cosmogol 999 .
    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s