La ligne primordiale des présentations télévisées russes est la moquerie des dirigeants européens pour leur servilité envers l’Oncle Sam; en vedette lèche bottes, sous cet aspect, Macron!

À ma grande chance, ici en Belgique, la réception Internet de www.smotrim.ru  fonctionne désormais parfaitement en ce qui concerne les émissions en direct. Je peux ainsi partager avec les lecteurs les impressions des émissions que je suis le plus attentivement : Soixante minutes, Soirée avec Vladimir Soloviev et Nouvelles de la semaine animée par Dmitri Kiselyov.

La semaine dernière, la télévision d’État russe a diffusé une multitude d’événements importants à l’étranger et au pays. 

Ceux-ci comprenaient, à l’Ouest, le rassemblement des dirigeants du G7 à Schloss Elmau, en Bavière et le sommet de l’OTAN à Madrid. 

Lors des deux événements, la Russie, son président Vladimir Poutine et la guerre en cours en Ukraine étaient au cœur des discussions et intéressaient donc particulièrement le public de la télévision d’Etat. 

La couverture télévisée russe a été en partie assurée par des correspondants de Vesti basés en permanence dans l’UE, comme Anastasya Popova, en partie par des reportages des principales chaînes de télévision occidentales et de la presse écrite. Il convient de mentionner que certains des segments de la télévision étrangère étaient assez étendus, donnant une publicité large et complète aux diatribes anti-russes. 

Les programmateurs russes ne doutaient évidemment pas que les absurdités et la simple ignorance exposées dans les discours et les commentaires des journalistes les uns après les autres allait garantir que personne dans leur propre public ne serait induit en erreur et que beaucoup même en seraient seraient amusés.

La ligne primordiale des présentations télévisées russes est une moquerie des dirigeants européens pour leur servilité envers l’Oncle Sam et leur persistance à renforcer des sanctions contre la Russie qui sont destructrices de leurs propres économies, comme le prouvent des images séparées sur les réactions des consommateurs à l’inflation galopante et aux pénuries menaçantes de gaz et de mazout dans les semaines à venir.  

Au sujet de la servilité, aucune vidéo n’a été plus préjudiciable à sa personnalité que celle d’Emmanuel Macron interrompant la conversation de Biden avec Jake Sullivan lors d’une promenade d’un lieu à l’autre à Madrid pour dire confidentiellement au « Patron » que la France faisait son possible pour couper les importations des hydrocarbures russes mais qu’elle ne voyait aucune solution puisque sa conversation téléphonique personnelle avec un homologue du Golfe avait clairement indiqué qu’aucune augmentation significative de la production de pétrole ne pouvait être attendue. 

Macron n’avait pas compté sur un journaliste français pour intercepter puis publier cette révélation. Le clip a été diffusé à plusieurs reprises à la télévision russe au cours du week-end.

Tant au G7 qu’au sommet de l’OTAN, Boris Johnson s’est imposé comme le défenseur le plus déterminé d’une aide militaire et financière supplémentaire à l’Ukraine et comme l’opposant le plus déterminé à toute négociation de paix. Cela le rendait particulièrement vulnérable aux commentaires russes malveillants, qu’il invitait par son comportement dans tous les lieux en tant que principal farceur ou clown parmi les dirigeants européens.

Johnson a fait la proposition absurde lors d’un déjeuner au sommet de l’OTAN qu’ils jettent tous leurs chemises pour montrer à Poutine qu’ils avaient aussi de grands pectoraux. Cet hommage indirect à Poutine pour ses photos machos largement diffusées prises en vacances dans le passé a été repris avec empressement par la télévision russe, qui a également cité Vladimir Vladimirovitch demandant si les dirigeants de l’OTAN proposaient de se déshabiller uniquement au-dessus de la taille ou plus bas et notant que ce serait un spectacle hideux. 

Dmitry Kiselyov dimanche soir a poussé cette attaque contre le Premier ministre britannique un peu plus loin, en affichant des photos de Boris dans son sweat-shirt, avec sa lourde poitrine ayant besoin d’un soutien-gorge, selon Kiselyov. Cette calomnie concernant l’identité sexuelle de Johnson était une réponse mordante aux remarques désinvoltes de Johnson aux journalistes selon lesquelles la guerre avec l’Ukraine n’aurait jamais été déclenchée si Poutine avait été une femme. Le public russe a également eu droit à d’autres photos de Boris dans son short de jogging, ressemblant beaucoup au gros garçon boucher du quartier, avec ses lourdes cuisses nues à la vue de tous.

Quant à Joe Biden, la télévision d’État russe a capté et rediffusé toutes ses lignes ratées et ses signes de détérioration physique (la chute de son vélo) qui lui sont parvenus des chaînes de télévision américaines. Cela a parfaitement servi leur ligne éditoriale sur la dégradation des élites politiques occidentales.

Plus près de nous, les médias russes se régalent du compte à rebours de la prise de la dernière grande ville de Lougansk encore détenue par les forces ukrainiennes, Lisichansk. Dimanche, le ministre russe de la Défense, Choïgou, a dûment rendu compte au président Poutine de la chute de Lisichansk et du territoire environnant de plus de 150 kilomètres carrés aux troupes russes. 

Même les grands médias occidentaux ont reconnu qu’il s’agissait d’un événement clé qui indiquait clairement comment la Russie gagnait la guerre sur le terrain grâce à une puissance de feu supérieure. 

Tout le monde a compris que « l’opération militaire spéciale » dirigera désormais toutes ses forces contre l’armée ukrainienne à Kramatorsk et dans d’autres villes stratégiques de l’oblast de Donetsk en vue d’un nettoyage similaire de cette deuxième région du Donbass de ce que les Russes appellent les néonazis, combattants nationalistes extrêmes. 

Ramzan Kadyrov n’a pas envie de s’arrêter ; il veut continuer sur sa lancée.

Cependant, une vision plus piquante de ce que l’avenir nous réserve a été offerte dans l’édition de lundi matin de Soixante Minutes par le commandant du bataillon « Akhmat » des soldats des forces spéciales tchétchènes combattant dans la région de Lougansk, Apti Alaudinov. 

En tant qu’adjoint du chef de la République tchétchène, Ramzan Kadyrov, Alaudinov a été interviewé chaque jour sur Sixty Minutes ces dernières semaines alors que les batailles se dirigeaient vers leur point culminant. Cette position privilégiée sur les ondes russes se justifie par la contribution majeure du bataillon tchétchène à la lutte très difficile pour le contrôle des villes régionales. Les combats d’artillerie dans les faubourgs et les champs du Donbass sont la tâche assignée aux « Russes soldats », comme le montrent les entretiens menés sur les lignes de front. Ces Russes servent les pièces d’artillerie à l’air libre ou sont assis dans des consoles de lance-roquettes hautement sophistiquées. Les Tchétchènes font le travail très risqué de la guerre urbaine, chassant les combattants ukrainiens des sous-sols des immeubles résidentiels et des infrastructures civiles, combattant rue par rue.

Les remarques d’Alaudinov lundi sur la voie à suivre seront sûrement étudiées de près par les agents de renseignement occidentaux à Washington et à Bruxelles pendant des jours avant qu’elles ne se répercutent dans les discours des politiciens européens et américains. Il a dit qu’après la libération de tout Lougansk, les forces russes continueraient leur mouvement vers le sud et l’ouest, ou pourraient peut-être prendre Kiev en chemin. Ensuite, ils pourraient se retourner contre les États baltes, où, selon ses propres termes, les forces armées d’un pays comme l’Estonie étaient négligeables. Jusqu’à ce que le commandant en chef leur ordonne de s’arrêter, ils pourraient ensuite prendre la Pologne.

Un combat direct avec l’OTAN serait-il intimidant, a demandé la co-animatrice du programme Olga Skabeyeva.

Avec un large sourire sur son visage, Alaudinov a dit « non », les armées dirigées par les « LGBTQ » de l’OTAN ne sont pas sont à la hauteur des forces de la Fédération de Russie. « Le pouvoir à la Russie », s’est-il exclamé en guise de conclusion.

Oui, la télévision russe peut être très divertissante !

©Gilbert Doctorow, 2022

2 réflexions sur “La ligne primordiale des présentations télévisées russes est la moquerie des dirigeants européens pour leur servilité envers l’Oncle Sam; en vedette lèche bottes, sous cet aspect, Macron!

  1. Bonjour M. Bertez
    J’attends avec impatience les commentaires russes lorsque Daniel Gayle de denzilpatrick , choisi sous la pression de BoJo et de Macron, révèlera le design des uniformes de la future armée commune de l’U.E.

    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s