Biden devrait-il parler directement à Poutine ?

PAR 

MK BHADRAKUMAR

Dès que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est revenu à Moscou après la réunion ministérielle de l’OCS à Tachkent, la demande en attente d’une conversation du secrétaire d’État américain Antony Blinken était prévue tard vendredi soir. Il s’agit de leur première conversation depuis le début de la guerre en Ukraine en février. 

La lecture russe touche aux opérations militaires spéciales de la Russie. Lavrov a souligné l’inévitabilité que « les objectifs et les tâches seront pleinement atteints ». 

Deuxièmement, Lavrov a déclaré à Blinken que la poursuite de l’armement de l’Ukraine par les États-Unis « ne fait que prolonger l’agonie du régime de Kiev en prolongeant le conflit et en augmentant le nombre de victimes ». 

Lavrov a également déclaré que la Russie poursuivra ses « efforts constants pour rétablir une vie pacifique sur les territoires qu’elle libère ». Cela implique que l’intégration de Kherson, Zoporozhia, Kharkiv, etc. est un processus inexorable. 

Quatrièmement, Lavrov s’est concentré sur les problèmes de sécurité alimentaire mondiale et l’accord sur les céréales et a regretté que les États-Unis n’aient pas encore tenu leurs « promesses d’accorder des exemptions pour les expéditions alimentaires russes », et que l’Occident « exploite le problème pour faire avancer ses intérêts géopolitiques, ce qui est inacceptable ». .” 

Enfin, concernant l’échange de prisonniers, Lavrov a clairement rappelé à Blinken qu’il ne s’agit pas d’une question d’amateur et que les « fuites médiatiques douteuses » doivaient être évitées. 

Pour une conversation après plusieurs mois, c’était glacial. 

Blinken prend son temps pour émettre une lecture. Mais il était évasif sur la question de l’échange de prisonniers, ajoutant : « Je ne vais pas caractériser sa réponse (de Lavrov), et je ne peux pas vous dire si je pense que les choses sont plus ou moins probables. 

De même, sur l’accord sur les céréales, Blinken n’a fait aucune référence à la levée réciproque des restrictions sur les exportations russes de céréales et d’engrais. Son seul intérêt était que la Russie réussisse à assouplir son blocus naval et à permettre aux expéditions de céréales de quitter les ports ukrainiens de la mer Noire. 

Il y a une bosse qui apparaît ici, c’est sûr. Le voyage de Zelensky au port de la mer Noire de Tchernomorsk près d’Odessa accompagné d’ambassadeurs du G7 suggère que Washington revient au mode de propagande selon lequel la Russie entrave les exportations de l’Ukraine. 

Le New York Times a noté: « Même si les navires céréaliers sont mis en route, le danger, l’incertitude et une profonde méfiance pèseront sur l’effort, et des obstacles majeurs à la réalisation de l’accord subsisteront. »   

Des conversations comme celles d’hier souffrent d’être totalement opaques. Blinken ne peut même pas articuler les problèmes de fond qui dérangent Biden – les fissures dans l’unité occidentale. 

Curieusement, Biden est actuellement confronté à deux situations de crise au potentiel explosif – en Ukraine et à Taiwan. En effet, il est parfaitement clair que les deux ont été précipités par Washington. Pourtant, la manière dont Biden les gère est très différente. 

Dans le cas de Taïwan, Biden n’a pas hésité à appeler  le président chinois Xi Jinping pour calmer les tensions. Mais il a choisi une voie différente pour communiquer avec le président Vladimir Poutine. 

Certes, dans les six mois du conflit en Ukraine, Biden a finalement décidé de mordre la balle et de reprendre des contacts de haut niveau avec Moscou. Mais il a choisi de joindre Poutine par l’intermédiaire de son secrétaire d’État ! 

Le problème ici est que, bien que les relations américano-chinoises soient tendues, Biden ne l’a jamais amené à un niveau personnel. Il n’a jamais utilisé un langage désobligeant pour contrarier Xi Jinping, comme il l’a fait à plusieurs reprises avec Poutine.

Mais Blinken est également confronté à une situation similaire. Les 7 et 8 juillet, il a évité de serrer la main de Lavrov lors de la réunion ministérielle du G20 à Bali et a sauté le banquet officiel parce que Lavrov était là. Mais après un tel comportement grossier, le voilà hier à la recherche d’un contact avec Lavrov ! 

Le Département d’État aurait récemment envoyé une circulaire aux ambassades américaines enjoignant aux diplomates de dissuader les dirigeants étrangers d’être photographiés avec Lavrov, afin que le projet de Washington d’« isoler » la Russie gagne du terrain ! Lavrov l’a apparemment appris de ses hôtes ! 

Sans surprise, Blinken a d’abord dû convoquer une conférence de presse pour justifier publiquement son besoin de parler avec quelqu’un qu’il traitait de « paria » il y a seulement 3 semaines. Blinken est un homme intelligent et sent que Biden cherche désespérément à ouvrir un canal de communication avec le Kremlin. (Nous ne savons pas si une conversation Biden-Poutine a figuré dans la discussion d’hier.)

Le fait est qu’après cinq mois de conflit en Ukraine, l’économie russe ne s’est pas effondrée mais s’adapte à une « nouvelle normalité » dans les conditions géopolitiques. La monnaie russe se porte magnifiquement bien. Et il n’y a pas eu d’insurrection en Russie. Surtout, la Russie est en train de gagner la guerre en Ukraine et se prépare à dicter les termes de la paix

Lavrov doit être bien conscient des véritables raisons de l’appel de Blinken. 

Premièrement, il y a une situation catastrophique qui risque de briser l’unité occidentale, alors que le spectre d’une coupure de l’approvisionnement en gaz russe menace les pays européens. Quatre gouvernements européens sont tombés jusqu’à présent. 

Tout le monde comprend qu’il s’agit de bien plus qu’une crise énergétique. Alors que les économies commencent à s’effondrer, des troubles sociaux et politiques suivront. L’inquiétude règne dans les capitales européennes. Le jeu des reproches a commencé. 

Washington pourrait ne pas être en mesure de sauver plus longtemps le poste de chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Les   dirigeants européens se rendent compte qu’Ursula les a joués avec sa croisade personnelle pour punir la Russie. 

Il y a aussi beaucoup de ressentiment refoulé à propos de l’Allemagne. Les Européens ne versent pas de larmes sur le sort de l’Allemagne. L’imposition par Berlin d’un programme d’austérité sévère à ses voisins du sud est encore un souvenir douloureux. 

Par conséquent, le dernier plan farfelu d’Ursula visant à imposer une réduction de 15 % de la consommation de gaz à tous les pays de l’UE (pour renflouer Berlin) se heurte à une résistance. Vraiment, il n’y a pas d’alternative au gaz russe et Washington a oublié sa promesse de trouver un remplaçant. 

Biden n’a fait tomber cette calamité que sur les Européens. Le doute privé de Barack Obama est désormais une sagesse publique pour les Européens : « Ne sous-estimez pas la capacité de Joe à foutre le bordel. 

Lavrov connaît également la deuxième raison pour laquelle Blinken veut se réengager. Les opérations militaires spéciales russes progressent bien et tout indique que le régime de Zelensky s’effondre. Ainsi, les préparatifs ont commencé pour la tenue de référendums dans les régions de Kherson et de Zoporozhia afin de vérifier les souhaits du peuple. 

La Russie a également invité les résidents de Kharkov à demander la citoyenneté, et la monnaie rouble est en cours d’introduction. Poutine vient d’approuver un plan directeur de 3 ans pour reconstruire Marioupol. L’ancienne ville aura bientôt des ponts, des routes et des écoles qui feront honte à Washington. 

Plus important encore, Biden doit s’inquiéter du fait que même s’il multiplie par cent le découpage du Kosovo par Washington en tant qu’État-nation en 2008, cela ne correspondra toujours pas à ce qui se déroule régulièrement en Ukraine. Et les Européens regardent tout cela – sans voix, avec incrédulité – alors que les frontières territoriales sont redessinées dans leur continent manucuré. 

Il y a de nouveaux faits sur le terrain depuis mars, lorsque la Russie et Kiev sont parvenues à un accord à Istanbul (que l’équipe belliciste de Biden a rapidement torpillé en promettant la lune à Zelensky.) Tant d’eau a coulé sur le Dniepr depuis lors. Regardez la vidéo, ci-dessous, du discours de guerre historique de Biden le 28 avril. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s