ACCORD ERDOGAN-POUTINE, UN ACCORD GAGNANT-GAGnANT SELON DE NOMBREUX ASPECTS;

PAR 

MK BHADRAKUMAR

La rencontre de 4 heures vendredi à Sotchi entre le président Vladimir Poutine et le président Recep Erdogan promet d’être un moment décisif dans la politique régionale. 

Le plus gros point à retenir de la rencontre de Sotchi est, bien sûr, le partenariat économique « gagnant-gagnant » entre la Russie et la Turquie qui aide la Russie, d’une part, à continuer à interagir avec le marché mondial en contournant les sanctions occidentales, tandis que, d’autre part, est c’une aubaine pour l’économie turque. 

La Turquie est membre de l’Union douanière de l’Union européenne et ce n’est un secret pour personne qu’il y a beaucoup d’argent russe qui circule à la suite des sanctions occidentales. Si cet argent peut être transformé en investissements en Turquie pour mettre en place des unités de production avec la technologie occidentale et l’accès au marché, créer des emplois et relancer l’économie du pays, c’est un « gagnant-gagnant ». C’est une chose.

À Sotchi, Poutine et Erdogan se sont mis d’accord sur la suppression progressive de l’utilisation du dollar dans leurs transactions. Une partie de l’achat de gaz russe par la Turquie sera réglée en roubles, ce qui renforcera bien sûr la monnaie russe.  De même, la réunion de Sotchi a chargé 5 banques turques d’accepter le système de paiement russe Mir, que Moscou a développé après l’exclusion de la Russie du SWIFT.

À son niveau le plus évident, le système Mir permet aux ressortissants russes, en particulier aux touristes, de visiter librement la Turquie. En effet, les regards indiscrets de l’Occident peuvent également être tenus à l’écart. 

Un rapport de Bloomberg News la semaine dernière suggère que des transactions financières sensibles qui échappent à l’examen occidental pourraient déjà avoir lieu. En gros, la Turquie aide la Russie à atténuer l’effet des sanctions occidentales tout en veillant à ne pas être, elle non plus confrontée à des sanctions collatérales ! 

De toute évidence, tout cela n’est possible qu’à l’intérieur d’une matrice de compréhension politique. La conversation de 4 heures à Sotchi s’est presque entièrement déroulée en tête-à-tête. Erdogan a fait remarquer plus tard de manière énigmatique que ses entretiens avec Poutine profiteraient à la région. Il n’a pas précisé. 

En théorie, il y a trois grands domaines où la matrice se fera sentir dans l’immédiat : la Syrie, la mer Noire et la Transcaucasie. Les intérêts turcs et russes s’entrecroisent ici. 

En mer Noire, la Turquie, en tant que dépositaire de la Convention de Montreux concernant le régime des détroits (1936), a un rôle clé à jouer en ce qui concerne le passage des navires de guerre en temps de guerre dans le détroit des Dardanelles, la mer des Marmara et le détroit du Bosphore. Les implications actuelles sont évidentes. 

Là encore, en Transcaucasie, la Turquie peut jouer un rôle stabilisateur, auquel Moscou s’attend, compte tenu de l’influence d’Ankara à Bakou. Alors même que la Russie fait face aux nouvelles conditions géopolitiques, la normalisation de la Turquie avec l’Arménie sert un grand objectif en débloquant les liaisons de communication entre l’Azerbaïdjan et la Turquie, qui à leur tour ouvriront une liaison routière directe reliant la Russie et la Turquie. Les implications économiques sont considérables, d’autant plus que la Turquie a déjà des liaisons routières bien développées avec l’Iran et les pays d’Asie occidentale jusqu’à la région du Golfe.

Cependant, en ce qui concerne la Syrie, une tapisserie complexe apparaît.  La presse turque a rapporté qu’Erdogan prévoyait d’avoir un appel avec le président syrien Bashar al-Assad .

Poutine a encouragé Erdogan à réfléchir sur ces lignes comme le meilleur moyen de résoudre les problèmes de sécurité frontalière de la Turquie dans le nord de la Syrie – en communiquant directement avec Assad au lieu de lancer des incursions militaires. 

La vision de Poutine est que l’ accord moribond d’Adana (1998) a encore beaucoup de potentiel inutilisé, là où Damas avait garanti l’endiguement des groupes séparatistes kurdes militants basés en Syrie.  « L’esprit Adana » s’est évaporé une fois que l’administration Obama a attiré Erdogan dans son projet de changement de régime en 2011 pour renverser Assad. Jusque-là, Erdogan et Assad, y compris leurs familles, avaient entretenu une amitié chaleureuse. 

Pourtant, les circonstances sont aujourd’hui propices à un rapprochement entre Erdogan et Assad. 

Premièrement, Assad a réussi à repousser – grâce au soutien russe et iranien – le projet djihadiste dirigé par les États-Unis en Syrie.  Damas a libéré la plupart des régions des groupes djihadistes et la question résiduelle concerne l’occupation américaine d’un tiers du territoire syrien au nord et à l’est. 

Assad a consolidé le pouvoir du gouvernement pour les années à venir. 

Deuxièmement, Assad est également de plus en plus accepté dans la région parmi les voisins arabes de la Syrie. La Syrie cherche à devenir membre de l’OCS aux côtés de l’Égypte, de l’Arabie saoudite, de Bahreïn et des Émirats arabes unis.  

Troisièmement, les relations turco-américaines se sont détériorées ces dernières années depuis le coup d’État militaire soutenu par la CIA en 2016 pour renverser Erdogan.

L’un des principaux facteurs aujourd’hui est l’   alliance politico-militaire des États-Unis avec les militants kurdes syriens qui sont ses fantassins et aspirent à établir une patrie kurde dans le nord de la Syrie, à la frontière turque, sous protection américaine. Erdogan se méfie profondément des intentions américaines. 

Quatrièmement, découlant de ce qui précède, la Turquie est d’accord avec Moscou et Téhéran (et Damas) dans leur demande de congé de l’occupation américaine de la Syrie (qui n’est ni mandatée par l’ONU ni sur invitation syrienne).  

Cinquièmement, la Russie et L’Iran a des contacts avec des groupes kurdes syriens, mais une réconciliation entre les Kurdes et Damas ne peut pas gagner du terrain tant que la présence militaire américaine se poursuit.

De toute évidence, toute tentative pour couper ce nœud gordien devra commencer par la réconciliation entre Erdogan et Assad. Il est dans l’intérêt de la Turquie de renforcer Damas et de promouvoir un règlement syrien, ce qui finira par rendre l’occupation américaine de la Syrie intenable et ouvrira la voie à la pacification des régions kurdes du nord de la Syrie. 

Pendant ce temps, dans un développement qui a une incidence sur la sécurité de la Syrie, la Russie a lancé aujourd’hui un satellite militaire iranien depuis son cosmodrome de Baïkanour. Il s’agit d’un satellite d’observation de la Terre Kanopus-V de fabrication russe qui renforcera la capacité de l’Iran à effectuer une surveillance continue sur les lieux de son choix, y compris les installations militaires en Israël. 

Moscou a négocié l’accord sur le satellite en secret avec le Corps d’élite des gardiens de la révolution islamique d’Iran (qui est impliqué en Syrie) et des experts de Moscou ont formé les équipes au sol du CGRI au fonctionnement du satellite. 

Les liens de la Russie avec Israël se sont fortement détériorés ces derniers temps en raison de l’implication d’Israël en Ukraine en tant que participant à la « coalition des volontaires » du Pentagone. Moscou est probablement en train d’expulser la très influente Agence juive, qui a conservé un bureau à Moscou depuis l’ère Gorbatchev.  (Voir mon article Avec un œil sur la CIA, Moscou fait claquer Israël .)

Les critiques de Moscou à l’égard des frappes de missiles israéliens contre la Syrie se sont sensiblement accentuées ces derniers temps. Les relations russo-israéliennes vont languir dans un avenir prévisible. Israël semble profondément conscient de son isolement croissant. Le président Isaac Herzog a contacté Poutine aujourd’hui pour discuter de la fermeture de l’Agence juive, mais cela s’est avéré être une conversation peu concluante. Moscou sera extrêmement vigilant, étant donné le lien étroit entre l’administration Biden et le Premier ministre israélien Yair Lapid. Le fait que Lapid ait évité d’appeler Poutine parle de  lui-même.

Autant dire qu’avec les liens tendus d’Israël avec Moscou et Ankara et le profond antagonisme envers Téhéran, un condominium turco-russe-iranien en Syrie est la dernière chose qu’Israël souhaite voir se produire dans la conjoncture actuelle. Israël est l’intrus, avec les Accords d’Abraham qui perdent leur gravité.  

Les initiatives de Poutine visant à créer un axe avec la Turquie et l’Iran   s’inscrivent respectivement dans la tendance plus large de la région à se remodeler à travers des processus dominés par les pays de la région dans le contexte du repli américain.     

https://t.me/sputnik/10421

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s