« L’image présentée de la guerre en Ukraine en Occident est en totale contradiction avec la réalité de la situation sur le terrain. » 

Les gens ordinaires en Occident qui lisent et écoutent les médias grand public ont été confrontés à une série de récits concernant la guerre en Ukraine. 

Voici les points clés soutenus par les médias :

  • Apparemment, la Russie perd sa guerre en Ukraine depuis les premiers jours du conflit. La preuve à l’appui est le fait que la Russie n’a apparemment pas réussi à conquérir Kiev et d’autres villes du nord au cours des premières semaines du conflit. 
  • Au cours de sa tentative ratée de conquérir ces villes, les troupes russes ont commis de nombreux crimes de guerre en raison des attaques d’artillerie et de missiles qu’elles ont lancées sur les infrastructures civiles et les zones résidentielles.
  • Pour aggraver les choses, les forces armées russes ont subi des pertes époustouflantes, des taux de désertion élevés et ses généraux sont un groupe d’imbéciles maladroits qui ne pourraient pas organiser une beuverie dans une brasserie.
  • Apparemment, ce n’est qu’une question de temps avant que les hordes russes maléfiques ne soient repoussées de l’autre côté de la frontière avec la queue entre les jambes en raison d’une combinaison de bravoure ukrainienne et d’armes occidentales. 

L’image qui a été présentée de la guerre en Ukraine est en totale contradiction avec la réalité de la situation sur le terrain. 

Étonnamment, des informations à l’appui de cette affirmation, qui sape totalement les récits des médias occidentaux concernant la guerre, sont fournies par un article de l’édition d’août de la United States Marine Corps Gazette.

Écrivant sous le pseudonyme de Marinus, un officier supérieur du corps des marines, fournit une analyse objective de la stratégie militaire russe depuis fin février. Cela sape totalement les récits fournis par les médias occidentaux et les politiciens pro-Washington.

Marinus observe comment la Russie a mené trois campagnes militaires distinctes depuis le début de la guerre fin février 2022.

Dans le nord, les troupes russes en mouvement rapide n’ont jamais tenté de capturer des villes comme Kiev ou Kharkov, elles n’ont jamais tenté de convertir l’occupation temporaire en possession permanente. Leur seul but était de monter une «grande tromperie» afin que le gouvernement de Kiev détourne de grandes forces de sa principale armée de campagne dans le Donbass. Cela a donné à l’armée russe le temps de déployer ses unités d’artillerie en grand nombre dans le Donbass, de sécuriser les réseaux de transport et d’accumuler de grandes quantités de munitions pour la longue campagne à venir.

Vidéo : les événements sur les champs de bataille suggèrent que « la Russie est en train de gagner cette guerre »

Dans la campagne du sud, les forces armées russes « prirent immédiatement possession de villes comparables ». Cela s’est accompagné d’une profonde transformation politique au cours de laquelle les fonctionnaires russes ont pris le contrôle du gouvernement local et les banques ukrainiennes et les fournisseurs de téléphonie mobile ont été remplacés par des russes. 

Parallèlement, les forces russes ont mené des raids dans les environs de la ville de Mikolaiv. Ces raids, comme ceux autour des villes du nord, ont forcé l’armée ukrainienne à envoyer des forces pour défendre Mikolaiv et Odessa qui, autrement, auraient pu être envoyées sur le principal théâtre d’opérations du Donbass.

Marinus a souligné comment ces raids russes dans le nord et le sud de l’Ukraine ont évité de lourds bombardements de zones civiles, ce qui contredit directement la propagande des médias occidentaux sur les attaques russes contre des zones civiles. 

Il note que cette tentative d’éviter les bombardements de zones civiles dans le nord « découlait d’un désir d’éviter de contrarier la population locale » qui soutenait le gouvernement de Kiev. Marinus déclare que, dans le sud, les forces russes ont tenté de préserver la vie et les biens des communautés identifiées comme « russes ».

Il observe comment l’utilisation par la Russie des frappes de missiles guidés « a créé un certain nombre d’effets moraux favorables à l’effort de guerre russe ». Marinus souligne à quel point les frappes de missiles guidés russes ont fait tout leur possible pour éviter des dommages collatéraux, c’est-à-dire des victimes civiles, grâce à leur utilisation judicieuse des cibles militaires et à la précision des missiles. 

Il note que les frappes russes occasionnelles sur des «installations à double usage», telles que la principale tour de télévision de Kiev, ont sapé les «avantages obtenus par la politique russe globale consistant à limiter les frappes de missiles à des cibles militaires évidentes».

Dans l’est de l’Ukraine, dans la région du Donbass, les forces russes ont mené des bombardements « qui, en termes de durée et d’intensité, rivalisaient avec ceux des grands combats d’artillerie des guerres mondiales du XXe siècle ». 

Rendus possibles par des lignes d’approvisionnement courtes, ces bombardements intensifs dans le Donbass ont servi trois objectifs. 

Premièrement, ils ont bloqué l’infanterie ukrainienne dans leurs fortifications. 

Deuxièmement, ils ont infligé un grand nombre de victimes physiques et psychologiques. L’effet psychologique a conduit de nombreuses unités ukrainiennes soit à battre en retraite et à abandonner leurs positions, soit à refuser l’ordre d’attaquer

Troisièmement, lorsqu’ils ont été menés pendant une période de temps suffisante, ces bombardements ont obligé les défenseurs à se retirer de leurs tranchées ou à se rendre.

Marinus compare l’ampleur du bombardement russe dans le Donbass en comparant la lutte pour la ville de Popasna (18 mars au 7 mai 2022) à la bataille d’Iwo Jima (19 février au 26 mars 1945). À Iwo Jima, les marines américains ont mené une bataille féroce pour s’emparer de huit miles carrés de terrain fortifié. À Popasna, les artilleurs russes ont bombardé l’infanterie ukrainienne dans leurs tranchées pendant huit semaines avant de se retirer après avoir subi de lourdes pertes.

Les opérations offensives de la Russie dans l’est de l’Ukraine ont été critiquées par de nombreux pro-ukrainiens et pro-russes comme lentes et lourdes. Marinus oppose les opérations russes dans le Donbass à la guerre sur le front de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale, où les forces allemandes et russes ont largement utilisé des chaudrons où les forces ennemies ont été encerclées puis détruites ou forcées de se rendre. 

Il observe que :

«Le choix de créer des chaudrons le plus rapidement possible a soulagé les Russes combattant dans l’est de l’Ukraine de la nécessité de tenir un terrain particulier. Ainsi, face à une attaque ukrainienne déterminée, les Russes ont souvent retiré leurs unités de chars et et l’infanterie du terrain contesté. De cette façon, ils ont tous deux réduit le danger pour leurs propres troupes et créé des situations, même brèves, dans lesquelles les attaquants ukrainiens ont affronté des obus et des roquettes russes sans bénéficier d’un abri.

Ce point contredit également toute la propagande occidentale triomphante qui proclame des défaites majeures pour la Russie lorsque les forces ukrainiennes remportent des victoires tactiques mineures et que la Russie retire des troupes d’une position. Le retrait russe de Snake Island en est un bon exemple.

Dans la dernière section de son article, Marinus souligne le contraste saisissant entre les différents types de guerre menés par les forces russes dans différentes parties de l’Ukraine. Ils faisaient tous partie d’une grande stratégie globale dont l’objectif principal était de détruire les forces ukrainiennes dans le Donbass et de libérer les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk du contrôle de Kiev.

Les trois objectifs clés de l’« opération militaire spéciale » de la Russie, la protection de la RPD/LPR, la dénazification et la « démilitarisation » de l’Ukraine, ont nécessité « d’infliger de lourdes pertes aux formations ukrainiennes combattant dans le Donbass ».

 Marinus tient à souligner qu’aucun de ces objectifs clés n’exigeait que les forces russes occupent des parties de l’Ukraine où la majorité de la population s’identifiait comme ukrainienne et soutenait le gouvernement de Kiev. 

Encore une fois, c’est un point perdu pour les soi-disant analystes militaires des médias occidentaux. Cependant, dans le sud de l’Ukraine, la campagne russe a servi des objectifs politiques directs qui étaient d’incorporer des territoires habités par un grand nombre de Russes de souche dans le « monde russe ».

En conclusion, cet officier supérieur de marine déclare que la campagne militaire de la Russie doit beaucoup aux modèles de guerre soviétiques traditionnels. Cependant, il poursuit en exprimant son admiration pour la nature unique de la campagne militaire actuelle menée par les forces russes en Ukraine :

« Dans le même temps, le programme de frappes de missiles exploitait une capacité qui n’était rien de moins que révolutionnaire. Qu’ils soient nouveaux ou anciens, cependant, ces efforts ont été menés de manière à démontrer une profonde appréciation des trois domaines dans lesquels les guerres sont menées. C’est-à-dire que les Russes ont rarement oublié qu’en plus d’être une lutte physique, la guerre est à la fois une lutte mentale et un argument moral. »

*

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram et Twitter et abonnez-vous à notre chaîne Telegram. N’hésitez pas à republier et à partager largement les articles de Global Research.

Le Dr Leon Tressell est un collaborateur régulier de Global Research.

Toutes les images de cet article sont de l’auteurLa source originale de cet article est Global ResearchCopyright © 

Dr Leon Tressell , Recherche mondiale, 2022

2 réflexions sur “« L’image présentée de la guerre en Ukraine en Occident est en totale contradiction avec la réalité de la situation sur le terrain. » 

  1. Un article complémentaire de Philippe Grasset (sur dedefensa.org) aborde notamment, à partir du même texte de Marinus, l’indépendance du corps des Marines par rapport au reste des forces armées du pays. Difficile ensuite de ne pas se demander jusqu’où irait cette indépendance en cas de crise gravissime interne aux Etats-Unis…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s