Les minutes du dernier FOMC

Evolution des marchés financiers et des opérations sur le marché libre
Le sous-directeur a d’abord discuté de l’évolution des marchés financiers. Les marchés financiers au cours de la période intermédiaire ont reflété une incertitude élevée quant aux perspectives. La plupart des acteurs du marché semblaient considérer une modération de l’inflation et une croissance économique plus lente, mais toujours positive, comme le scénario le plus probable. Cependant, les investisseurs ont semblé être de plus en plus attentifs aux risques baissiers pesant sur l’économie compte tenu du potentiel de chocs provenant de l’étranger et des surprises haussières persistantes de l’inflation.

Dans l’ensemble, les conditions financières se sont légèrement assouplies au cours de la période, mais sont restées nettement plus tendues qu’au début de l’année. Les rendements des bons du Trésor ont chuté, reflétant les attentes d’un ralentissement de la croissance ainsi qu’une baisse de la compensation de l’inflation. 

Les répondants aux enquêtes de l’Open Market Desk auprès des négociants principaux et des acteurs du marché ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2022 et 2023 et ont attaché des chances plus élevées que dans l’enquête de juin à la possibilité que l’économie américaine puisse entrer en récession au cours des prochains trimestres.

Les acteurs du marché ont perçu la chute des prix des matières premières, en particulier du pétrole, et l’engagement du FOMC à faire baisser l’inflation comme pointant vers une baisse de l’inflation à venir. 

Les mesures basées sur le marché de la compensation de l’inflation à court terme ont diminué et ont continué de suggérer que l’inflation diminuerait au cours des prochains trimestres. 

Dans les enquêtes documentaires, les répondants s’attendaient également à ce que l’inflation diminue considérablement en 2023, mais ont attribué des probabilités significatives à un large éventail de résultats potentiels, y compris des scénarios impliquant des taux d’inflation élevés et persistants. Les mesures à long terme de la compensation de l’inflation fondées sur le marché ont chuté au cours de la période. Ces mesures ont continué de suggérer que l’inflation reviendrait au fil du temps à l’objectif de 2 % du Comité.

Dans leur évaluation des perspectives politiques, les acteurs du marché s’attendaient à un resserrement significatif de la politique lors des prochaines réunions, le Comité continuant de réagir au niveau élevé actuel de l’inflation. 

Presque tous les répondants à l’enquête Desk prévoyaient une augmentation de 75 points de base de la fourchette cible lors de la réunion en cours, et la plupart s’attendaient à une augmentation de 50 points de base en septembre. La trajectoire implicite du marché du taux des fonds fédéraux indiquait un taux directeur maximal d’environ 3,4 %, nettement inférieur à celui enregistré au moment de la réunion de juin. La trajectoire implicite du marché laissait présager une baisse du taux directeur par la suite. La plupart des répondants à l’enquête documentaire s’attendaient à ce que le taux des fonds fédéraux reste supérieur au taux directeur à long terme de l’enquête de 2,4 % jusqu’à la fin de 2024, mais, en moyenne,

En ce qui concerne les évolutions à l’étranger, les banques centrales des économies étrangères avancées (AFE) avaient accéléré le rythme du resserrement de la politique afin de faire face à une inflation supérieure à l’objectif. Huit banques centrales d’économies avancées ont relevé leurs taux directeurs au cours de la période. Dans le même esprit que les évolutions aux États-Unis, les taux directeurs implicites du marché dans la plupart des AFE ont chuté à des horizons plus longs et reflétaient les attentes selon lesquelles les taux directeurs atteindraient des niveaux record au début de 2023. Contrairement aux banques centrales d’autres économies avancées, la Banque du Japon a confirmé son engagement à une politique accommodante. Dans cet environnement, la valeur d’échange du dollar s’est encore appréciée, dépassant son pic de mars 2020 face aux devises des économies avancées.

Le directeur adjoint a ensuite abordé une discussion sur les marchés monétaires et les opérations du DESK. 4

L’augmentation de 75 points de base de la fourchette cible à la réunion de juin s’est répercutée intégralement sur le taux des fonds fédéraux et sur les autres taux au jour le jour. Bien que la pression à la baisse sur les taux garantis au jour le jour ait persisté, la faiblesse prononcée observée au cours de la dernière période intermédiaire s’est quelque peu atténuée. La facilité d’accord de prise en pension au jour le jour (ON RRP) a continué de soutenir la mise en œuvre de la politique, et les soldes sont restés élevés. Le directeur adjoint prévoyait qu’à court terme, l’évolution de la souscription à la facilité ON RRP continuerait de dépendre de l’évolution de l’offre de placements sûrs à court terme et de la demande de tels placements par les fonds communs de placement du marché monétaire. (MMMF). On s’attendait à ce que les soldes des RRP de l’ON diminuent au fil du temps à mesure que la liquidation des bilans se poursuivait. Le directeur adjoint a noté que ce processus impliquerait des ajustements sur un certain nombre de marchés et que le personnel continuerait de suivre de près l’évolution des marchés monétaires.

En ce qui concerne les attentes concernant l’évolution du bilan de la Réserve fédérale, les acteurs du marché s’attendaient à ce que le Comité augmente les plafonds mensuels des rachats du compte du marché ouvert du système (SOMA) à partir de septembre, comme annoncé dans les plans de réduction de la taille du bilan de la Réserve fédérale. publié en mai. Les paiements de principal des coupons du Trésor tomberaient d’abord en dessous du plafond de 60 milliards de dollars en septembre, le reste des remboursements correspondant aux échéances des bons du Trésor. Les remboursements des titres adossés à des créances hypothécaires (MBS) des agences devraient tomber en dessous du plafond supérieur de septembre de 35 milliards de dollars à partir de septembre.

Le directeur adjoint a terminé avec une mise à jour sur le revenu net de SOMA. Les projections du personnel suggèrent que le revenu net deviendrait probablement négatif dans les mois à venir. Cette évolution se traduirait par un actif différé temporaire dans les bilans de la Banque de réserve. Tout actif différé n’affecterait pas la capacité du Comité à mettre en œuvre la politique monétaire, et l’actif différé s’éteindrait au fil du temps à mesure que le revenu net redeviendrait positif au cours des années suivantes.

A l’unanimité, le Comité a entériné les transactions domestiques du Desk sur la période inter-séances. Il n’y a pas eu d’opérations d’intervention en devises pour le compte du Système durant l’intersession.

Examen de la situation économique par les services


Les renseignements disponibles au moment de la réunion des 26 et 27 juillet laissaient entendre que le produit intérieur brut (PIB) réel des États-Unis avait diminué au cours du premier semestre de l’année. Toutefois, le marché du travail est demeuré très tendu et la demande de main-d’œuvre est demeurée forte. L’inflation des prix à la consommation, mesurée par la variation en pourcentage sur 12 mois de l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle (PCE), est restée élevée en mai, et les informations disponibles laissent penser qu’elle était encore élevée en juin.

L’emploi salarié non agricole total a affiché une solide progression en juin à un rythme similaire à celui observé en avril et en mai. Le taux de chômage est resté inchangé en juin à 3,6 %. Le taux de chômage des Afro-Américains a baissé en juin, tandis que le taux des Hispaniques est resté inchangé ; les deux taux étaient sensiblement plus élevés que la moyenne nationale. Le taux d’activité et le ratio emploi-population ont tous deux diminué en juin. Le taux de créations d’emplois dans le secteur privé, tel que mesuré par l’Enquête sur les créations d’emplois et la rotation de la main-d’œuvre, a encore diminué en mai, mais est resté à un niveau élevé. La croissance des salaires nominaux est restée rapide et généralisée, le salaire horaire moyen ayant augmenté de 5,1 % au cours des 12 mois se terminant en juin.

Les exportations de biens réels ont légèrement diminué en mai après avoir augmenté vigoureusement en mars et en avril. Les importations de biens réels ont continué de reculer par rapport aux lectures exceptionnellement fortes de mars, entraînées par la baisse des importations de biens de consommation et de biens d’équipement. Les exportations et les importations de services ont continué d’être freinées par une reprise incomplète des voyages internationaux. Le déficit commercial international nominal des États-Unis s’est rétréci pour un deuxième mois consécutif en mai par rapport à son niveau record de mars. Les données disponibles suggèrent que les exportations nettes ont contribué positivement à la croissance du PIB au deuxième trimestre.

L’inflation des prix à la consommation est restée élevée. L’inflation totale des prix du PCE était de 6,3 % sur les 12 mois se terminant en mai, et l’inflation des prix de base du PCE, qui exclut les variations des prix de l’énergie à la consommation et de nombreux prix des aliments à la consommation, était de 4,7 % sur la même période. La mesure moyenne tronquée de l’inflation des prix du PCE sur 12 mois construite par la Federal Reserve Bank de Dallas était de 4,0% en mai, soit 2,1 points de pourcentage de plus que son taux d’augmentation de l’année précédente. En juin, la variation sur 12 mois de l’indice des prix à la consommation (IPC) était de 9,1 %, tandis que l’inflation sous-jacente de l’IPC était de 5,9 % sur la même période. Les mesures basées sur des enquêtes des anticipations d’inflation à court terme sont restées élevées ; en revanche, certaines mesures des anticipations d’inflation à plus long terme ont baissé ces dernières semaines.

Les indicateurs disponibles suggèrent que le PCE réel a augmenté à un rythme modeste au deuxième trimestre, tandis que l’investissement des entreprises, l’investissement résidentiel et les achats du gouvernement ont tous enregistré des baisses. La production manufacturière a baissé en mai et en juin, et les indicateurs prospectifs de l’activité manufacturière se sont globalement affaiblis.

La croissance de l’économie étrangère a notamment ralenti au deuxième trimestre, car les blocages liés au COVID-19 ont entraîné une forte contraction en Chine et la guerre de la Russie contre l’Ukraine a pesé sur l’activité étrangère, en particulier en Europe. Les indicateurs de juin ont montré que l’économie chinoise rebondissait avec l’assouplissement des mesures de confinement. L’économie mondiale, cependant, a continué de faire face à des vents contraires dus aux perturbations de l’approvisionnement en énergie, aux incertitudes politiques élevées en Europe et au durcissement des conditions monétaires et financières mondiales. Bien que la plupart des prix des produits de base aient baissé par rapport aux niveaux élevés des dernières semaines, l’inflation des prix à la consommation à l’étranger a continué d’augmenter jusqu’en juin, reflétant principalement les augmentations passées des prix de l’énergie et des produits alimentaires, mais aussi une amplification continue des pressions sur les prix des biens et services de base.

Examen par les services de la situation financière


Au cours de la période intermédiaire, les rendements nominaux et réels des bons du Trésor ont considérablement diminué, reflétant apparemment les inquiétudes accrues des investisseurs concernant les risques à la baisse pesant sur les perspectives de croissance ainsi qu’une baisse de la compensation de l’inflation. Les rendements souverains des AFE ont considérablement baissé. La trajectoire des taux des fonds fédéraux implicites du marché pour les prochaines réunions a augmenté, mais a sensiblement baissé à des horizons plus longs. Les indices boursiers larges ont augmenté, en valeur nette, tandis que les écarts de crédit se sont élargis. Les principaux indices boursiers étrangers ont légèrement augmenté, en valeur nette, et la valeur d’échange du dollar a continué de s’apprécier. Au milieu de la baisse des rendements du Trésor, les coûts d’emprunt à plus long terme ont diminué pour les ménages et les entreprises ayant des cotes de crédit plus élevées, et bien que la disponibilité du crédit soit restée généralement disponible, elle a semblé se resserrer pour la plupart des entreprises et certains ménages.

Les indices boursiers larges ont augmenté au cours de la période intermédiaire, dans un contexte de volatilité accrue. Les baisses des taux d’intérêt ont probablement soutenu les cours des actions au cours de la période, tandis que certaines publications positives de bénéfices ont suggéré aux investisseurs des perspectives moins pessimistes pour les entreprises. La volatilité implicite des options sur un mois de l’indice S&P 500 – le VIX – a diminué mais est restée nettement supérieure à ses niveaux d’avant la pandémie. Les rendements des obligations d’entreprises ont considérablement baissé dans l’ensemble du spectre des crédits, mais les écarts de rendement des obligations d’entreprises ont terminé la période légèrement plus larges. Les écarts sur les obligations municipales se sont légèrement élargis, les rendements ayant moins baissé que ceux des titres du Trésor d’échéance comparable.

Les conditions sur les marchés de financement à court terme sont restées stables depuis la précédente réunion du FOMC, la hausse des taux administrés de la Réserve fédérale en juin se répercutant rapidement sur les marchés monétaires au jour le jour. Les taux au jour le jour garantis sont restés faibles par rapport au taux de l’offre ON RRP, la pression à la baisse sur les taux étant attribuée à la baisse continue des émissions nettes de bons du Trésor, à la demande élevée de garanties sous forme de titres du Trésor et aux MMMF maintenant des échéances de portefeuille très courtes dans un contexte d’incertitude quant à les perspectives à court terme de relèvement des taux directeurs. Conformément à la pression à la baisse sur les taux repo, la souscription quotidienne dans la facilité ON RRP a augmenté. Les spreads sur les papiers commerciaux à court terme (CP) moins bien notés se sont légèrement resserrés, en net. Les taux de dépôt de base des banques ont très peu augmenté en réponse à la Réserve fédérale ‘

Les inquiétudes des investisseurs concernant la croissance économique mondiale se sont intensifiées dans un contexte de données plus faibles que prévu sur l’activité économique et d’incertitude quant à l’approvisionnement en gaz naturel de la Russie vers l’Europe. Les rendements souverains et les mesures de compensation de l’inflation à moyen terme dans les principales AFE, notamment dans la zone euro, ont baissé, les rendements inversant largement la forte hausse qui s’est produite juste avant la réunion du FOMC de juin. Dans la zone euro, les spreads souverains périphériques ont peu changé suite à l’annonce très attendue par la Banque centrale européenne de son instrument de protection de la transmission qui pourrait être activé pour contrer les conditions désordonnées des marchés obligataires de la zone euro. Les principaux indices boursiers étrangers ont été volatils, mais ont généralement légèrement augmenté, en net, soutenus par la baisse des rendements souverains. Le dollar s’est quelque peu apprécié par rapport à la plupart des devises et en particulier à l’euro, les écarts de rendement entre les États-Unis et la zone euro s’étant creusés. La plupart des devises latino-américaines se sont dépréciées par rapport au dollar, reflétant en partie la baisse des cours mondiaux des produits de base.

Sur les marchés du crédit intérieurs, les coûts d’emprunt à plus long terme pour les ménages et les entreprises ayant des cotes de crédit plus élevées ont diminué au cours de la période intermédiaire, mais les coûts d’emprunt pour les entreprises moins bien notées étaient plus élevés, en net. La qualité de crédit des entreprises, des municipalités et des ménages est demeurée stable. Le crédit est resté généralement disponible, bien que la disponibilité du crédit ait semblé se resserrer pour la plupart des entreprises et pour certains ménages.

Les coûts d’emprunt liés aux taux d’intérêt à court terme ont généralement augmenté, principalement en raison des anticipations de resserrement de la politique monétaire. Les taux d’intérêt bancaires pour les prêts commerciaux et industriels (C&I) et immobiliers commerciaux (CRE) ont augmenté en mai et étaient proches des niveaux d’avant la pandémie. Les rendements des prêts institutionnels à effet de levier et des titres adossés à des créances hypothécaires commerciales (CMBS) nouvellement émis ont augmenté dans un contexte de volatilité des marchés financiers et d’inquiétudes croissantes concernant un ralentissement économique. Les petites entreprises qui empruntent régulièrement ont dû faire face à des coûts d’emprunt nettement plus élevés en juin. Les taux d’intérêt sur la plupart des comptes de cartes de crédit existants et sur les prêts automobiles ont poursuivi leur tendance à la hausse. Contrairement à de nombreux autres taux d’emprunt, les taux hypothécaires résidentiels ont baissé depuis la réunion du FOMC de juin, parallèlement à la baisse des rendements à plus long terme,

La qualité de crédit des sociétés non financières est restée solide, avec de faibles volumes de défauts sur les obligations d’entreprises en mai et sur les prêts à effet de levier en juin. Le volume des révisions à la baisse des notes de crédit de qualité spéculative sur le marché des obligations d’entreprises a été similaire à celui des mises à niveau en juin, tandis que pour les prêts à effet de levier, le volume des révisions à la baisse a dépassé le volume des mises à niveau en mai et juin. La qualité de crédit des prêts C&I et CRE dans les livres des banques est restée saine. Cependant, les répondants à l’enquête d’opinion des agents de crédit principaux sur les pratiques de prêt bancaire (SLOOS) de juillet ont indiqué des inquiétudes accrues concernant la qualité du crédit dans un proche avenir comme raisons de leur attente d’un resserrement des normes de prêt au cours du second semestre 2022. les prêts en CMBS ont diminué en juin, les taux d’impayés sur les prêts aux petites entreprises ont peu varié, et la qualité du crédit des titres municipaux est demeurée solide. La qualité de crédit des ménages est restée solide. Les défauts de paiement des prêts hypothécaires résidentiels et la part des prêts hypothécaires en abstention ont affiché une tendance à la baisse. Les taux de défaillance des cartes de crédit et des crédits automobiles ont quelque peu augmenté au cours du premier trimestre, mais sont restés modérés par rapport aux normes historiques récentes.

Les prêts aux entreprises accordés par les banques ont augmenté à un rythme rapide en mai et en juin, malgré des taux d’intérêt plus élevés et des perspectives économiques plus incertaines. Les prêts C&I sur les livres des banques ont continué de croître vigoureusement, le SLOOS de juillet invoquant les raisons de la demande accrue des clients pour financer les stocks et les comptes débiteurs. Cependant, l’émission de CMBS d’agence et de non-agence a considérablement ralenti en juin. Le crédit semblait être disponible pour la plupart des petites entreprises, bien que la proportion de petites entreprises déclarant qu’il était difficile d’obtenir des prêts ait augmenté. Le crédit sur le marché hypothécaire résidentiel est resté largement disponible pour les emprunteurs ayant des cotes de crédit plus élevées, mais restreint pour les ménages ayant de faibles cotes de crédit. Les volumes de montages de prêts hypothécaires pour l’achat d’une maison ont diminué en mai et les volumes de refinancement hypothécaire ont continué de baisser. Le crédit à la consommation est resté largement disponible pour les ménages en avril et en mai, mais les répondants à l’enquête sur les attentes des consommateurs de la Federal Reserve Bank de New York ont ​​indiqué qu’il était plus difficile d’obtenir un crédit ces derniers mois. Cela dit, l’encours des prêts automobiles a continué de croître à un rythme soutenu en avril et en mai, mais les soldes des cartes de crédit se sont quelque peu modérés en mai et en juin.

Les services du FMI ont fait le point sur leur évaluation de la stabilité du système financier et, dans l’ensemble, ont qualifié les vulnérabilités du système financier américain de modérées, alors qu’elles étaient notables en janvier.

Les prix des actions et de la dette des entreprises ont considérablement baissé depuis la dernière évaluation, reflétant les inquiétudes concernant le ralentissement de la croissance et la baisse de l’appétit pour le risque sur les marchés des entreprises. La baisse de l’appétit pour le risque a également entraîné de fortes baisses du prix de certains actifs numériques. Le personnel a noté que les actifs numériques avaient tendance à être volatils. Le personnel a également souligné les considérations de stabilité financière associées à la croissance rapide des pièces stables, y compris leur vulnérabilité aux courses et l’opacité de nombreux aspects de leurs opérations. Les prix de l’immobilier résidentiel ont continué d’augmenter, et le personnel a noté que, bien que les évaluations aient été élevées, les normes de souscription des prêts hypothécaires ont été plus strictes que lors des cycles précédents des prix des logements. Les prix des CRE ont continué d’augmenter et les pressions sur les valorisations semblaient s’accentuer.

Les services du FMI ont estimé que les ménages étaient mieux placés qu’au milieu des années 2000 pour faire face à une baisse des prix de l’immobilier, notant que la croissance de la dette hypothécaire a été considérablement en retard sur la croissance des prix de l’immobilier, laissant aux ménages des coussins de fonds propres substantiels. De plus, pendant une grande partie de la dernière décennie, la plupart des nouvelles dettes hypothécaires ont été ajoutées par des emprunteurs ayant des cotes de crédit de premier ordre. En outre, le personnel a évalué que l’endettement des entreprises était élevé, mais que les entreprises conservaient une trésorerie suffisante et que leur qualité de crédit restait solide. De plus, la capacité de la plupart des entreprises à assurer le service de leur dette se situait à un niveau historiquement élevé, tel que mesuré par le ratio de couverture des intérêts.

Les services du FMI ont estimé que l’endettement dans le secteur financier restait modéré. Les baisses récentes des ratios de fonds propres des banques étaient dues à une volatilité plus élevée, à des hausses de taux d’intérêt et à la croissance des prêts, mais les tests de résistance récemment conclus ont suggéré que les banques participantes pourraient absorber les pertes d’une grave récession sans enfreindre les minimums réglementaires, et certaines banques devaient augmenter leur ratios de capital plus tard cette année. L’effet de levier des hedge funds et des compagnies d’assurance-vie est resté relativement élevé.

La liquidité des marchés s’est détériorée sur les marchés du pétrole et des actions depuis janvier, mais le fonctionnement des marchés est resté ordonné. Les rendements offerts par les MMMF étaient bien supérieurs à ceux offerts par les banques, et les services du FMI ont noté que cet écart de rendement attirerait des entrées vers les MMMF. Notant les vulnérabilités structurelles associées aux MMMF, les services ont souligné la nécessité de surveiller la taille et la fragilité de ce secteur et les progrès des réformes récemment proposées par la Security and Exchange Commission. Les services ont noté que les fonds communs de placement d’obligations et de prêts à capital variable, qui sont également vulnérables aux retraits massifs des investisseurs, avaient connu des sorties de capitaux à mesure que les taux d’intérêt augmentaient. Ces sorties s’étaient déroulées de manière ordonnée.

Perspectives économiques du personnel


La projection de l’activité économique aux États-Unis préparée par le personnel pour la réunion du FOMC de juillet était nettement plus faible que la prévision de juin, reflétant le ralentissement de l’économie et les conditions financières actuelles et futures qui devaient moins soutenir la croissance de la demande globale. 

En conséquence, alors que le niveau projeté du PIB réel est resté supérieur au potentiel cette année, l’écart devrait se combler d’ici le second semestre de 2023. De même, le taux de chômage devrait commencer à augmenter au second semestre de 2022 et atteindre l’estimation du personnel de son taux naturel à la fin de l’année prochaine.

L’inflation totale des prix du PCE devrait être de 4,8 % en 2022, et l’inflation sous-jacente devrait être de 4,0 %. 

L’inflation des prix de base du PCE devrait baisser à 2,6 % en 2023 et à 2,0 % en 2024 ; la décélération projetée des prix sous-jacents étant attribuable à la résolution anticipée des déséquilibres entre l’offre et la demande, à un marché du travail qui devrait devenir moins tendu au cours de la période de projection et à une baisse prévue de l’inflation des prix à l’importation. 

L’inflation PCE totale devrait baisser à 2,2 % en 2023 et à 1,9 % en 2024, reflétant le ralentissement prévu de l’inflation sous-jacente et une décélération rapide prévue des prix des aliments à la consommation et de l’énergie au cours des prochains trimestres.

Les services du FMI ont continué de juger que les risques pesant sur la projection de référence pour l’activité réelle étaient biaisés à la baisse, notant que les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement, la guerre de la Russie contre l’Ukraine, la faiblesse des données entrantes sur les dépenses et le resserrement des conditions financières depuis le début de l’année soutenu cette évaluation. Les services du FMI considéraient que les risques pesant sur les projections d’inflation étaient biaisés à la hausse compte tenu des surprises persistantes à la hausse observées dans les données sur l’inflation, de la possibilité que les anticipations d’inflation ne soient plus ancrées en raison de la forte augmentation de l’inflation réelle au cours de l’année écoulée et de la risque que les conditions d’approvisionnement ne s’améliorent pas autant que prévu dans la projection de référence.

Points de vue des participants sur les conditions actuelles et les perspectives économiques


Dans leur discussion sur les conditions économiques actuelles, les participants ont noté que les indicateurs récents des dépenses et de la production s’étaient affaiblis. Néanmoins, les créations d’emplois ont été robustes au cours des derniers mois et le taux de chômage est resté faible. L’inflation est restée élevée, reflétant les déséquilibres de l’offre et de la demande liés à la pandémie, la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie et des pressions plus larges sur les prix. Les participants ont reconnu que la guerre de la Russie contre l’Ukraine causait d’énormes difficultés humaines et économiques. Les participants ont estimé que la guerre et les événements connexes créaient une pression à la hausse supplémentaire sur l’inflation et pesaient sur l’activité économique mondiale. Dans ce contexte, les participants se sont déclarés très attentifs aux risques d’inflation.

En ce qui concerne l’activité économique actuelle, les participants ont noté que les dépenses de consommation, l’activité immobilière, les investissements des entreprises et la production manufacturière avaient tous ralenti par rapport aux taux de croissance robustes observés en 2021. Le marché du travail est toutefois resté solide. Les participants ont observé que les indicateurs de dépenses et de production suggéraient que le deuxième trimestre de cette année avait été marqué par un ralentissement généralisé de l’activité économique. De nombreux participants ont fait remarquer qu’une partie du ralentissement, en particulier dans le secteur de l’habitation, reflétait la réaction émergente de la demande globale au resserrement des conditions financières associé au resserrement continu de la politique monétaire. L’annulation du soutien à grande échelle aux dépenses de consommation fourni par les mesures de politique budgétaire liées à la pandémie, la réduction du revenu disponible réel induite par l’inflation, et la baisse de la demande de certains produits par rapport aux niveaux élevés observés aux premiers stades de la pandémie avait également entraîné un ralentissement de la croissance des dépenses des ménages. En outre, une détérioration des perspectives économiques extérieures et un dollar fort contribuaient à un affaiblissement de la demande extérieure. Les participants prévoyaient que le PIB réel des États-Unis augmenterait au second semestre de l’année, mais beaucoup s’attendaient à ce que la croissance de l’activité économique soit inférieure à la tendance, car la période à venir verrait probablement la réponse de la demande globale au resserrement des conditions financières devenir plus forte et plus large. Les participants ont noté qu’une période de croissance du PIB inférieure à la tendance contribuerait à réduire les pressions inflationnistes et préparerait le terrain pour la réalisation durable des objectifs du Comité de stabilité maximale de l’emploi et des prix.

Dans leur discussion sur le secteur des ménages, les participants ont indiqué qu’ils voyaient de nombreux signes dans les données et entendaient des rapports de contacts d’affaires indiquant un ralentissement de la croissance des dépenses de consommation. Bien que le bilan global du secteur des ménages soit solide et que le taux de chômage soit faible, la confiance des consommateurs s’est détériorée et les ménages seraient devenus plus prudents dans leurs décisions de dépenses compte tenu de l’incertitude entourant les perspectives économiques et de la réduction du pouvoir d’achat induite par les hausses de prix, en particulier les augmentations des prix des produits de première nécessité tels que la nourriture, le logement et le transport. Les participants ont également observé que l’activité immobilière s’était considérablement affaiblie, reflétant l’incidence de la hausse des taux d’intérêt hypothécaires et des prix des maisons sur l’abordabilité des maisons.

En ce qui concerne le secteur des entreprises, les participants ont noté que les dépenses d’investissement avaient probablement diminué au deuxième trimestre. En outre, les données d’enquête auprès des entreprises et les informations reçues des contacts ont indiqué que les commandes de fabrication et la production avaient chuté dans certains districts. L’incertitude accrue, les inquiétudes concernant l’inflation, le resserrement des conditions financières et la réduction des dépenses de consommation ont conduit les entreprises à revoir à la baisse les perspectives économiques. Certains participants ont noté que leurs contacts signalaient que les entreprises étaient en train de réévaluer leurs plans de dépenses en immobilisations, bien que quelques participants aient déclaré que certains contacts avaient signalé un certain élan à court terme dans l’activité commerciale découlant des commandes existantes et de la mise en œuvre de plans d’expansion réalisés avant le durcissement des conditions financières. 

Quelques participants ont indiqué que certains contacts d’affaires avaient estimé que l’offre et la demande commençaient à s’équilibrer. Même ainsi, les contacts dans de nombreuses régions ont continué à signaler des perturbations majeures de la chaîne d’approvisionnement et ont prévu qu’elles se poursuivraient tout en indiquant également qu’il y avait des signes d’amélioration des conditions d’approvisionnement dans certaines régions.

Les participants ont observé que le marché du travail restait vigoureux, avec un taux de chômage très faible, des postes vacants et des démissions proches de niveaux historiquement élevés et un taux élevé de croissance des salaires nominaux. Cependant, de nombreux participants ont également noté qu’il y avait des signes timides d’un assouplissement des perspectives du marché du travail : ces signes comprenaient des augmentations des demandes hebdomadaires initiales d’assurance-chômage, des réductions des taux de démissions et des postes vacants, une croissance plus lente de la masse salariale qu’au début de l’année, et des rapports de réduction des embauches dans certains secteurs. En outre, bien que la croissance des salaires nominaux soit restée forte selon un large éventail de mesures, certains signes de stabilisation ou de ralentissement ont été observés. Dans certains districts, des contacts avaient suggéré que les déséquilibres entre l’offre et la demande de main-d’œuvre pourraient diminuer, les entreprises réussissant mieux à embaucher et à retenir les travailleurs et subissant moins de pressions pour augmenter les salaires. Certains participants ont noté que la contribution que les augmentations de l’offre de main-d’œuvre pourraient apporter à la réduction des déséquilibres du marché du travail était probablement limitée, d’autant plus que la possibilité de reprise de la participation au marché du travail était limitée par le mouvement continu de l’importante cohorte des baby-boomers vers leurs années de retraite. , tandis que d’autres ont mis en évidence des facteurs qui freinent la participation et qui pourraient diminuer à l’avenir, tels que les préoccupations persistantes liées à la pandémie. Les participants ont observé que, en partie à cause du resserrement des conditions financières et d’une modération connexe de la croissance de la demande globale, la croissance de l’emploi ralentirait probablement davantage au cours de la période à venir. Ils ont noté que cette évolution contribuerait à mieux équilibrer l’offre et la demande de main-d’œuvre, réduire les pressions à la hausse sur la croissance des salaires nominaux et favoriser le retour de l’inflation à 2 %. Plusieurs participants ont fait remarquer que la modération des conditions du marché du travail pourrait bien retarder le ralentissement de l’activité économique. Les participants ont fait remarquer qu’une modération des conditions du marché du travail entraînerait probablement une baisse du nombre de possibilités d’emploi ainsi qu’une augmentation modérée du chômage par rapport au taux très bas actuel. Quelques participants ont indiqué que les entreprises tenaient à retenir les travailleurs, un facteur qui pourrait limiter l’augmentation des mises à pied associées au ralentissement du marché du travail. Les participants ont fait remarquer qu’une modération des conditions du marché du travail entraînerait probablement une baisse du nombre de possibilités d’emploi ainsi qu’une augmentation modérée du chômage par rapport au taux très bas actuel. Quelques participants ont indiqué que les entreprises tenaient à retenir les travailleurs, un facteur qui pourrait limiter l’augmentation des mises à pied associées au ralentissement du marché du travail. Les participants ont fait remarquer qu’une modération des conditions du marché du travail entraînerait probablement une baisse du nombre de possibilités d’emploi ainsi qu’une augmentation modérée du chômage par rapport au taux très bas actuel. Quelques participants ont indiqué que les entreprises tenaient à retenir les travailleurs, un facteur qui pourrait limiter l’augmentation des mises à pied associées au ralentissement du marché du travail.

Les participants ont noté que les indicateurs de dépenses et de production indiquaient une moindre vigueur sous-jacente de l’activité économique que ce que suggéraient les indicateurs de l’activité sur le marché du travail. Avec une croissance de l’emploi toujours forte, l’affaiblissement des données sur les dépenses a impliqué des lectures négatives inhabituellement importantes sur la croissance de la productivité du travail pour l’année jusqu’à présent. Les participants ont fait remarquer que la vigueur du marché du travail suggérait que l’activité économique pourrait être plus forte que ne le laissent entendre les données actuelles du PIB, plusieurs participants soulevant la possibilité que l’écart puisse finalement être résolu par une révision à la hausse du PIB. Cependant, plusieurs participants ont également observé que le marché du travail n’était peut-être pas aussi tendu que certains indicateurs le suggéraient,

Les participants ont observé que l’inflation restait à un niveau inacceptable et était bien supérieure à l’objectif à long terme de 2 % du Comité. À la lumière de la lecture élevée de l’IPC pour juin, les participants ont noté que l’inflation PCE était susceptible d’avoir encore augmenté au cours de ce mois. Les participants ont en outre observé que les pressions inflationnistes étaient généralisées, une tendance reflétée par de fortes augmentations sur un mois de l’IPC moyen tronqué et des mesures de l’IPC de base. Les participants ont fait remarquer que, bien que les baisses récentes des prix de l’essence contribueraient probablement à réduire les taux d’inflation globale à court terme, les baisses des prix du pétrole et de certains autres produits de base ne pouvaient pas être considérées comme une base pour une inflation plus faible soutenue, car ces prix pourrait rebondir rapidement. Les participants ont également noté que le coût de la vie élevé était un fardeau particulièrement lourd pour les ménages à revenu faible ou moyen. Les participants ont convenu qu’il y avait peu de preuves à ce jour que les pressions inflationnistes s’atténuaient. Ils ont estimé que l’inflation réagirait avec retard au resserrement de la politique monétaire et à la modération connexe de l’activité économique et qu’elle resterait probablement à un niveau inconfortablement élevé pendant un certain temps. Les participants ont également observé que dans certaines catégories de produits, le taux d’augmentation des prix pourrait bien s’accélérer davantage à court terme, des augmentations supplémentaires importantes des dépenses de location résidentielle étant particulièrement probables. Ils ont estimé que l’inflation réagirait avec retard au resserrement de la politique monétaire et à la modération connexe de l’activité économique et qu’elle resterait probablement à un niveau inconfortablement élevé pendant un certain temps. Les participants ont également observé que dans certaines catégories de produits, le taux d’augmentation des prix pourrait bien s’accélérer davantage à court terme, des augmentations supplémentaires importantes des dépenses de location résidentielle étant particulièrement probables. Ils ont estimé que l’inflation réagirait avec retard au resserrement de la politique monétaire et à la modération connexe de l’activité économique et qu’elle resterait probablement à un niveau inconfortablement élevé pendant un certain temps. Les participants ont également observé que dans certaines catégories de produits, le taux d’augmentation des prix pourrait bien s’accélérer davantage à court terme, des augmentations supplémentaires importantes des dépenses de location résidentielle étant particulièrement probables.

Les participants ont noté que les goulots d’étranglement de l’offre continuaient de contribuer aux pressions sur les prix. Il y avait cependant quelques signes d’amélioration progressive de la situation de l’offre, notamment une meilleure disponibilité de certains matériaux clés, une moindre pression à la hausse sur les prix des intrants et une réduction des délais de livraison. Les contacts ont indiqué qu’il y avait néanmoins des défis substantiels persistants. Les participants ont estimé qu’il faudrait beaucoup de temps pour résoudre les contraintes d’approvisionnement, et quelques-uns ont suggéré qu’une résolution complète des difficultés d’approvisionnement prendrait plus de temps qu’ils ne l’avaient précédemment estimé. Plusieurs participants ont souligné que des améliorations de l’offre seraient utiles, mais qu’elles ne pouvaient suffire à elles seules à résoudre suffisamment rapidement les déséquilibres de l’offre et de la demande dans l’économie. Les participants ont souligné qu’un ralentissement de la demande globale jouerait un rôle important dans la réduction des pressions inflationnistes. Ils s’attendaient à ce qu’un raffermissement approprié de la politique monétaire et une atténuation éventuelle des déséquilibres de l’offre et de la demande ramènent l’inflation à des niveaux compatibles avec l’objectif à long terme du Comité et maintiennent les anticipations d’inflation à long terme bien ancrées. Les participants ont discuté d’un certain nombre de facteurs susceptibles d’être utiles pour ramener l’inflation à 2 %. En plus du raffermissement continu de la politique du Comité et des anticipations d’inflation à long terme ancrées, il s’agissait notamment des pressions concurrentielles limitant les hausses de prix, de l’absence apparente d’une spirale salaires-prix, du resserrement de la politique monétaire à l’étranger et de l’impact de l’appréciation du dollar. sur les prix à l’importation. Cependant,

Les participants ont noté que les anticipations d’inflation exerçaient une influence importante sur le comportement de l’inflation réelle et ont souligné qu’il était essentiel d’adopter une politique suffisamment restrictive pour éviter un désancrage des anticipations d’inflation. Un tel désancrage rendrait beaucoup plus difficile la réalisation des objectifs statutaires du Comité en matière d’emploi maximal et de stabilité des prix. En évaluant l’état actuel des anticipations d’inflation, les participants ont noté que les lectures récentes sur les mesures de compensation de l’inflation basées sur le marché étaient cohérentes avec les anticipations d’inflation à plus long terme restant ancrées à près de 2 %. Ils ont estimé que ce comportement des anticipations d’inflation à plus long terme était probablement dû en partie au raffermissement réel et attendu de la politique monétaire et reflétait également probablement des révisions à la baisse de la croissance de la demande globale attendue dans les années à venir. En outre, plusieurs participants ont estimé que le resserrement continu de la politique monétaire du Comité contribuait à apaiser les inquiétudes des acteurs du marché et des responsables de la fixation des salaires et des prix quant à l’enracinement d’une inflation élevée. Plusieurs participants ont observé que les lectures récentes sur les mesures d’enquête des anticipations d’inflation étaient globalement conformes à l’objectif d’inflation à long terme de 2 % du Comité, bien que quelques participants aient noté que les enquêtes auprès des ménages indiquaient des divergences de vues croissantes sur le taux probable d’inflation à long terme. En outre, plusieurs participants ont estimé que le resserrement continu de la politique monétaire du Comité contribuait à apaiser les inquiétudes des acteurs du marché et des responsables de la fixation des salaires et des prix quant à l’enracinement d’une inflation élevée. Plusieurs participants ont observé que les lectures récentes sur les mesures d’enquête des anticipations d’inflation étaient globalement conformes à l’objectif d’inflation à long terme de 2 % du Comité, bien que quelques participants aient noté que les enquêtes auprès des ménages indiquaient des divergences de vues croissantes sur le taux probable d’inflation à long terme. En outre, plusieurs participants ont estimé que le resserrement continu de la politique monétaire du Comité contribuait à apaiser les inquiétudes des acteurs du marché et des responsables de la fixation des salaires et des prix quant à l’enracinement d’une inflation élevée. Plusieurs participants ont observé que les lectures récentes sur les mesures d’enquête des anticipations d’inflation étaient globalement conformes à l’objectif d’inflation à long terme de 2 % du Comité, bien que quelques participants aient noté que les enquêtes auprès des ménages indiquaient des divergences de vues croissantes sur le taux probable d’inflation à long terme.

Dans leur discussion sur les risques, les participants ont souligné qu’ils étaient très attentifs aux risques d’inflation et suivaient de près l’évolution de l’inflation et des anticipations d’inflation. L’incertitude quant à l’évolution à moyen terme de l’inflation est restée élevée et la balance des risques d’inflation est restée orientée à la hausse, plusieurs participants soulignant la possibilité de nouveaux chocs d’offre sur les marchés des matières premières. Les participants ont estimé que les risques pesant sur les perspectives de croissance du PIB réel étaient principalement orientés à la baisse. Ces risques à la baisse comprenaient la possibilité que le resserrement des conditions financières ait un effet négatif plus important que prévu sur l’activité économique, qu’il y ait de nouvelles perturbations économiques liées à la pandémie,

Plusieurs des participants qui ont commenté les questions liées à la stabilité financière ont noté que, dans l’ensemble, les valorisations des actifs avaient diminué par rapport aux niveaux élevés des derniers mois. Des niveaux élevés de capital et de liquidité dans l’ensemble du système bancaire, des bilans sains pour les ménages et l’adoption de normes de souscription hypothécaire plus strictes à la suite de la crise financière mondiale ont également été cités parmi les facteurs qui ont favorisé la stabilité financière dans l’environnement actuel. Plusieurs participants ont noté que la liquidité des marchés financiers avait été faible dans certains domaines, mais que le fonctionnement du marché avait néanmoins été ordonné. Plusieurs participants ont souligné l’importance d’éviter la complaisance lors de l’évaluation des vulnérabilités financières dans des paysages économiques et financiers en constante évolution ou la nécessité d’examiner un large éventail de résultats possibles, y compris des scénarios impliquant une inflation élevée et des taux d’intérêt en hausse, lors de l’évaluation des vulnérabilités et de la stabilité financières. Certains participants ont commenté les défis de stabilité financière posés par les actifs numériques. Ils ont noté que ces actifs, y compris les pièces stables, étaient sujets à des vulnérabilités, telles que des runes, des ventes de feu et un effet de levier excessif, similaires à celles associées à des actifs plus traditionnels. Bien que les turbulences récentes sur les marchés des actifs numériques ne se soient pas propagées à d’autres classes d’actifs, ces participants ont estimé que l’importance croissante des actifs numériques et leur interconnexion croissante avec d’autres segments du système financier soulignaient la nécessité d’établir un cadre de surveillance et de réglementation solide pour ce secteur qui limiterait de manière appropriée les risques systémiques potentiels. Quelques participants ont mentionné la nécessité de renforcer la surveillance et la réglementation de certains types d’institutions financières non bancaires. Plusieurs participants ont noté que le capital de certaines des plus grandes banques avait diminué au cours des derniers trimestres. Ces participants ont souligné qu’il était important que les plus grandes banques aient de solides positions en capital et que des cadres appropriés d’outils de réglementation et de surveillance puissent aider à obtenir ce résultat. Quelques-uns de ces participants ont souligné le rôle potentiel que l’utilisation du coussin de fonds propres contracyclique pourrait jouer dans ce contexte. Ces participants ont souligné qu’il était important que les plus grandes banques aient de solides positions en capital et que des cadres appropriés d’outils de réglementation et de surveillance puissent aider à obtenir ce résultat. Quelques-uns de ces participants ont souligné le rôle potentiel que l’utilisation du coussin de fonds propres contracyclique pourrait jouer dans ce contexte. Ces participants ont souligné qu’il était important que les plus grandes banques aient de solides positions en capital et que des cadres appropriés d’outils de réglementation et de surveillance puissent aider à obtenir ce résultat. Quelques-uns de ces participants ont souligné le rôle potentiel que l’utilisation du coussin de fonds propres contracyclique pourrait jouer dans ce contexte.

Dans leur examen de l’orientation appropriée de la politique monétaire, les participants ont convenu que le marché du travail était très tendu et que l’inflation était bien supérieure à l’objectif d’inflation de 2 % du Comité. Les participants ont noté que les indicateurs récents de dépenses et de production s’étaient affaiblis, alors qu’en revanche, les gains d’emplois avaient été robustes et le taux de chômage était resté faible. Dans ce contexte, tous les participants ont convenu qu’il convenait de relever la fourchette cible du taux des fonds fédéraux de 75 points de base lors de cette réunion et de poursuivre le processus de réduction des avoirs en titres de la Réserve fédérale, tel que décrit dans les Plans de réduction de la taille des le bilan de la Réserve fédérale que le Comité a publié en mai. Les participants ont observé qu’à la suite de la hausse des taux directeurs de cette réunion, le taux nominal des fonds fédéraux se situerait dans la fourchette de leurs estimations de son niveau neutre à long terme. Même ainsi, avec une inflation élevée et qui devrait le rester à court terme, certains participants ont souligné que le taux réel des fonds fédéraux serait probablement encore inférieur aux niveaux neutres à court terme après la hausse des taux directeurs de cette réunion.

En discutant des actions politiques potentielles lors des réunions à venir, les participants ont continué d’anticiper que des augmentations continues de la fourchette cible du taux des fonds fédéraux seraient appropriées pour atteindre les objectifs du Comité. L’inflation demeurant bien au-dessus de l’objectif du Comité, les participants ont estimé qu’il était nécessaire de passer à une politique restrictive pour respecter le mandat législatif du Comité de promouvoir un maximum d’emploi et de stabilité des prix. Les participants ont convenu que le rythme des augmentations des taux directeurs et l’ampleur du resserrement futur de la politique dépendraient des implications des informations entrantes sur les perspectives économiques et des risques pesant sur celles-ci. Les participants ont estimé qu’à mesure que l’orientation de la politique monétaire se durcissait davantage, il deviendrait probablement approprié à un moment donné de ralentir le rythme des hausses des taux directeurs tout en évaluant les effets des ajustements cumulatifs des politiques sur l’activité économique et l’inflation. Certains participants ont indiqué qu’une fois que le taux directeur avait atteint un niveau suffisamment restrictif, il serait probablement approprié de maintenir ce niveau pendant un certain temps pour s’assurer que l’inflation était fermement sur le chemin du retour à 2 %.

Les participants ont convenu qu’en augmentant rapidement le taux directeur, le Comité agissait avec détermination pour abaisser l’inflation à 2 % et ancrer les anticipations d’inflation à des niveaux compatibles avec cet objectif à plus long terme. Les participants ont noté que la crédibilité du Comité en ce qui concerne le retour de l’inflation à l’objectif de 2 %, ainsi que ses actions politiques et ses communications énergiques, avaient déjà contribué à un resserrement notable des conditions financières qui contribuerait probablement à réduire les pressions inflationnistes en limitant la demande globale. Les participants ont souligné certaines preuves suggérant que les actions politiques et les communications sur la trajectoire future du taux des fonds fédéraux commençaient à affecter l’économie, plus visiblement dans les secteurs sensibles aux taux d’intérêt. Les participants ont généralement jugé que l’essentiel des effets sur l’activité réelle ne s’était pas encore fait sentir en raison des retards associés à la transmission de la politique monétaire, et que si une modération de la croissance économique devrait favoriser un retour de l’inflation à 2 %, les effets de la politique le raffermissement des prix à la consommation n’apparaissait pas encore dans les données. Un certain nombre de participants ont avancé que certains des effets des actions politiques et des communications se manifestaient plus rapidement que par le passé, car la suppression rapide de l’accommodement politique et des communications de soutien avait déjà conduit à un resserrement significatif des conditions financières. les effets du raffermissement de la politique sur les prix à la consommation n’étaient pas encore apparents dans les données. Un certain nombre de participants ont avancé que certains des effets des actions politiques et des communications se manifestaient plus rapidement que par le passé, car la suppression rapide de l’accommodement politique et des communications de soutien avait déjà conduit à un resserrement significatif des conditions financières. les effets du raffermissement de la politique sur les prix à la consommation n’étaient pas encore apparents dans les données. Un certain nombre de participants ont avancé que certains des effets des actions politiques et des communications se manifestaient plus rapidement que par le passé, car la suppression rapide de l’accommodement politique et des communications de soutien avait déjà conduit à un resserrement significatif des conditions financières.

Compte tenu de l’inflation élevée et des risques à la hausse pesant sur les perspectives d’inflation, les participants ont fait remarquer que le passage à une orientation restrictive du taux directeur à court terme serait également approprié du point de vue de la gestion des risques, car cela mettrait mieux le Comité en position d’augmenter encore le taux directeur, à des niveaux suffisamment restrictifs, si l’inflation devait être plus élevée que prévu. Les participants ont estimé qu’un risque important auquel était confronté le Comité était qu’une inflation élevée puisse s’enraciner si le public commençait à remettre en question la détermination du Comité à ajuster suffisamment l’orientation de la politique. Si ce risque se matérialisait, cela compliquerait la tâche de ramener l’inflation à 2 % et pourrait en augmenter considérablement les coûts économiques. De nombreux participants ont fait remarquer que, compte tenu de la nature en constante évolution de l’environnement économique et de l’existence de décalages longs et variables dans l’effet de la politique monétaire sur l’économie, il existait également un risque que le Comité resserre l’orientation de la politique plus que nécessaire pour rétablir la stabilité des prix. Ces participants ont souligné ce risque comme soulignant l’importance de l’approche dépendante des données du Comité pour juger du rythme et de l’ampleur du raffermissement de la politique au cours des prochains trimestres.

Les participants ont réaffirmé leur ferme engagement à ramener l’inflation à l’objectif de 2 % du Comité. Les participants ont convenu qu’un retour de l’inflation à l’objectif de 2 % était nécessaire pour maintenir un marché du travail vigoureux. Les participants ont fait remarquer qu’il faudrait probablement un certain temps pour que l’inflation atteigne l’objectif du Comité. Les participants ont ajouté que le cours de l’inflation serait influencé par divers facteurs non monétaires, y compris les développements associés à la guerre de la Russie contre l’Ukraine et aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Les participants ont reconnu qu’un resserrement de la politique pourrait ralentir le rythme de la croissance économique, mais ils ont considéré le retour de l’inflation à 2 % comme essentiel pour atteindre un taux d’emploi maximal sur une base durable.

Action politique du comité
Dans leur discussion sur la politique monétaire pour cette réunion, les membres ont convenu que les indicateurs récents de dépenses et de production s’étaient adoucis. Les membres ont également convenu que, néanmoins, les créations d’emplois avaient été robustes au cours des derniers mois et que le taux de chômage était resté faible. Les membres ont convenu que l’inflation restait élevée, reflétant les déséquilibres de l’offre et de la demande liés à la pandémie, la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie et des pressions plus larges sur les prix. En décrivant les sources de l’inflation élevée, les membres ont jugé pertinent d’ajouter à l’énoncé une référence à la hausse des prix alimentaires en raison de la hausse notable de ces prix et de l’importance des denrées alimentaires dans le budget des ménages.

Les membres ont convenu que la guerre de la Russie contre l’Ukraine causait d’énormes difficultés humaines et économiques. Ils ont également convenu que la guerre et les événements connexes créaient une pression à la hausse supplémentaire sur l’inflation et pesaient sur l’activité économique mondiale. Les membres ont fait remarquer qu’ils restaient très attentifs aux risques d’inflation. Au milieu des preuves que les blocages liés au COVID en Chine avaient généralement été levés et n’avaient affecté que modestement les chaînes d’approvisionnement, les membres ont généralement jugé approprié d’omettre de la déclaration de juillet la phrase qui figurait dans la déclaration de juin indiquant que ces blocages étaient susceptibles d’exacerber la chaîne d’approvisionnement perturbations.

Dans son évaluation de l’orientation de la politique monétaire nécessaire pour atteindre les objectifs d’emploi maximal et de stabilité des prix du Comité, le Comité a décidé de relever la fourchette cible du taux des fonds fédéraux à 2-1/4 à 2-1/2 % et a prévu que des augmentations continues de la fourchette cible seraient appropriées. En outre, les membres ont convenu que le Comité continuerait de réduire les avoirs de la Réserve fédérale en titres du Trésor et en dettes d’agence et MBS d’agence, comme décrit dans les plans de réduction de la taille du bilan de la Réserve fédérale qui ont été publiés en mai.

Les membres sont convenus que, lors de l’évaluation de l’orientation appropriée de la politique monétaire, ils continueraient de surveiller les implications des nouvelles informations sur les perspectives économiques et qu’ils seraient prêts à ajuster l’orientation de la politique monétaire, le cas échéant, si des risques apparaissaient susceptibles de entraver la réalisation des objectifs du Comité. Ils ont également convenu que leurs évaluations prendraient en compte un large éventail d’informations, y compris des lectures sur la santé publique, les conditions du marché du travail, les pressions inflationnistes et les anticipations d’inflation, ainsi que les développements financiers et internationaux. Les membres ont affirmé que le Comité était fermement déterminé à ramener l’inflation à son objectif de 2 %.

À l’issue de la discussion, le Comité a voté pour autoriser et ordonner à la Federal Reserve Bank de New York, jusqu’à instruction contraire, d’exécuter des transactions dans le SOMA conformément à la directive de politique intérieure suivante, pour publication à 14h00 :

« À compter du 28 juillet 2022, le Comité fédéral de l’open market charge le bureau de :

  • Entreprendre des opérations d’open market si nécessaire pour maintenir le taux des fonds fédéraux dans une fourchette cible de 2-1/4 à 2-1/2 %.
  • Mener des opérations d’accord de rachat au jour le jour avec un taux d’offre minimum de 2,5 % et avec une limite d’opération globale de 500 milliards de dollars ; la limite d’exploitation globale peut être temporairement augmentée à la discrétion du président.
  • Mener des opérations de prise en pension au jour le jour à un taux d’offre de 2,3 % et avec une limite par contrepartie de 160 milliards de dollars par jour ; la limite par contrepartie peut être temporairement augmentée à la discrétion du président.
  • Renouveler aux enchères le montant des paiements de principal provenant des avoirs de la Réserve fédérale en titres du Trésor venant à échéance au cours des mois civils de juillet et août qui dépasse un plafond de 30 milliards de dollars par mois. Remboursez les titres à coupon du Trésor jusqu’à ce plafond mensuel et les bons du Trésor dans la mesure où les paiements en principal du coupon sont inférieurs au plafond mensuel.
  • À partir du mois civil de septembre, reconduisez aux enchères le montant des paiements de principal provenant des avoirs de la Réserve fédérale en titres du Trésor arrivant à échéance chaque mois civil qui dépasse un plafond de 60 milliards de dollars par mois. Remboursez les titres à coupon du Trésor jusqu’à ce plafond mensuel et les bons du Trésor dans la mesure où les paiements en principal du coupon sont inférieurs au plafond mensuel.
  • Réinvestir dans des titres adossés à des créances hypothécaires (MBS) d’agences le montant des paiements en principal provenant des avoirs de la Réserve fédérale en dette d’agence et en MBS d’agence reçus au cours des mois civils de juillet et août qui dépasse un plafond de 17,5 milliards de dollars par mois.
  • À partir du mois civil de septembre, réinvestir dans les MBS d’agence le montant des paiements en principal provenant des avoirs de la Réserve fédérale en dette d’agence et en MBS d’agence reçus au cours de chaque mois civil qui dépasse un plafond de 35 milliards de dollars par mois.
  • Autoriser des écarts modestes par rapport aux montants indiqués pour les réinvestissements, si nécessaire pour des raisons opérationnelles.
  • S’engager dans des opérations de roulement de dollars et d’échange de coupons si nécessaire pour faciliter le règlement des transactions MBS de l’agence de la Réserve fédérale. »

Le vote a également englobé l’approbation de la déclaration ci-dessous pour publication à 14h00 :

« Les récents indicateurs de dépenses et de production se sont affaiblis. Néanmoins, les gains d’emplois ont été robustes ces derniers mois et le taux de chômage est resté faible. L’inflation reste élevée, reflétant les déséquilibres de l’offre et de la demande liés à la pandémie, la hausse des prix des aliments et de l’énergie, et des pressions plus larges sur les prix.

La guerre de la Russie contre l’Ukraine cause d’énormes difficultés humaines et économiques. La guerre et les événements connexes créent une pression supplémentaire à la hausse sur l’inflation et pèsent sur l’activité économique mondiale. Le Comité est très attentif aux risques d’inflation.

Le Comité cherche à atteindre un taux d’emploi et d’inflation maximal de 2 % à long terme. À l’appui de ces objectifs, le Comité a décidé de relever la fourchette cible du taux des fonds fédéraux à 2-1/4 à 2-1/2 % et prévoit que des augmentations continues de la fourchette cible seront appropriées. En outre, le Comité continuera de réduire ses avoirs en titres du Trésor, en dette d’agence et en titres adossés à des créances hypothécaires d’agence, comme décrit dans les plans de réduction de la taille du bilan de la Réserve fédérale publiés en mai. Le Comité est fermement déterminé à ramener l’inflation à son objectif de 2 %.

En évaluant l’orientation appropriée de la politique monétaire, le Comité continuera de surveiller les implications des nouvelles informations sur les perspectives économiques. Le Comité serait disposé à ajuster l’orientation de la politique monétaire, le cas échéant, si des risques apparaissant susceptibles d’entraver la réalisation des objectifs du Comité. Les évaluations du Comité tiendront compte d’un large éventail d’informations, y compris des lectures sur la santé publique, les conditions du marché du travail, les pressions inflationnistes et les anticipations d’inflation, ainsi que les développements financiers et internationaux. »

Voter pour cette action : Jerome H. Powell, John C. Williams, Michael S. Barr, Michelle W. Bowman, Lael Brainard, James Bullard, Susan M. Collins, Lisa D. Cook, Esther L. George, Philip N. Jefferson , Loretta J. Mester et Christopher J. Waller.

Voter contre cette action : Aucun.

Pour soutenir la décision du Comité d’augmenter la fourchette cible du taux des fonds fédéraux, le Conseil des gouverneurs du Système de réserve fédérale a voté à l’unanimité pour augmenter le taux d’intérêt payé sur les soldes de réserve à 2,4 %, à compter du 28 juillet 2022. Le Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale a voté à l’unanimité pour approuver une augmentation de 3/4 point de pourcentage du taux de crédit primaire à 2,5 %, à compter du 28 juillet 2022.6

Il a été convenu que la prochaine réunion du Comité se tiendrait du mardi au mercredi 20 et 21 septembre 2022. La réunion a été levée à 10 h 35 le 27 juillet 2022.

Vote
par notation Par vote par notation effectué le 5 juillet 2022, le Comité a approuvé à l’unanimité le procès-verbal de la réunion du Comité tenue les 14 et 15 juin 2022.

_______________________
James A. Clouse
Secrétaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s